Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 mars 2009

LOL de Lisa AZUELOS

LOL  (Laughing Out Loud = Morte De Rire) de Lisa AZUELOS, qui avait réalisé "Comme t’y es belle"  en  2006
Ce film divertissant - le voyage scolaire en Angleterre est un moment d‘anthologie- a atteint le million d’entrées en une semaine d’exploitation dépassant les blockbusters (« qui fait exploser le quartier », terme du jargon théâtral américain) les mieux médiatisés.

Pourquoi?
1- La grande curiosité de la France actuelle sur fond de crise scolaire (les réformes impossibles), de crise sanitaire (la montée de la drogue), et de celle de la transmission des valeurs. C’est….la planète ado!
2- Cette curiosité légitime est satisfaite par ce film en même temps que les craintes sont balayées. (Ouf! ça craint mais on a de quoi passer la tempête).
3- Le film donne à croire à cette nécessaire bluette :  «  il suffit d’aimer ses ados »    . Oui, mais il faut avoir les moyens!

lolm.jpg
Comment?
Une star féminine au top de sa forme et de sa célébrité, jeune, généreuse, belle et nature: Sophie Marceau, actrice préférée des Japonais et des Français.
Elle incarne une mère quadra déçue du mariage (divorcée), décidée à donner à sa fille rebelle, (Christa Theret, convaincante et, signes distinctifs de l’ado: une moue définitive de bébé pleurnichard et des jeans brodés d’au moins 100€ la paire) toute la confiance et la liberté dont son ex-mari a fait si mauvais usage…
Le film caracole sur l’étalage de la technologie de pointe dont disposent les familles les mieux loties de France et surfe avec beaucoup de charme sur tous les poncifs de la vie des jeunes ados d’aujourd’hui :
1- OUI, le sexe est leur intérêt N°1; c’est à partir de leur stratégie de séduction que leur existence sociale se détermine, leurs amitiés/inimitiés,  leur vie quoi….
lol19023292.jpg

2-NON, l’école, l’étude, la préparation de l’avenir ne les branchent pas. (Au secours le futur !). Lors d’une scène déflagrante, la jeune héroïne en appelle à sa mère absente,  en une prière silencieuse: « comment veux-tu que je m’intéresse à mon bac quand mon cœur me fait vivre les montagnes russes en permanence? On  se met à sa place.
3- OUI la mère connaît des heures sombres: lorsque, de retour de WE prématuré, pendant que sa fille faisait chez elle la teuf du siècle, elle découvre les reliefs de ses méfaits: que fait là ce condom? Et c’est quoi ce bout de résine noirâtre?
4- NON, le père (balourd) n’est d’aucune aide.
5- OUI, la mère, pour accompagner sa fille sur le chemin de sa difficile accession à la maturité, s’identifie forcément  un peu à elle, d’où partage de la musique, des fringues, des câlins, et de l’égalité de traitement : respect réciproque , droit de réponse etc.
6- OUI, les valeurs du cocon familial sont finalement plébiscitées, les frasques pardonnées.

Conclusion
Selon que vous vivrez dans un « beau » ou « grave » quartier, que vos copains seront branchés ou galère, les problèmes de la course des jeunes à l’émancipation totale (sauf celle de l’argent) seront  héroïquement amortis par les bons (c’est à dire riches) parents et  durement  assumés par les mauvais (plus pauvres).
Mais tout le monde voulant vivre comme les riches, où est le problème?

Conseil personnel
Pourquoi vous priver de ce réjouissant conte de fée moderne dont la morale peut être: «ils vécurent de  musique et eurent beaucoup  d’enfants». Il suffit de faire taire les culs-serrés (y en a-t-il encore?) qui insinueront « Vous chantiez, j’en suis fort aise, hé bien……. ».
Ah non, pas de rabat-joie!
M.J.C

Se joue actuellement au Mistral, Gaimont Alesia, Gaumont parnasse,, ou au Septs parnassiens

24 février 2009

Le code a changé, un film de Danielle Thompson

Une comédie certes, mais amère où l’acidité des relations au sein des couples, montre toute l’ambiguïté des apparences et du « paraître ». Ces hommes et ces femmes, issus du milieu dit : « bobo », se réunissent tous les 21 juin – fête de la musique - pour un dîner entre amis qui promet d’être animé. La convivialité est de rigueur et les apparences de l’amitié doivent masquer les secrets et les frustrations de chacun sous un vernis de courtoisie mesurée et d’une aménité de convenance.

Le_code_a_changé_P_Chesnais,P_Bruel,_E_Seigner_K_Viard.jpg

Tous ces quadragénaires sont au carrefour de leur vie, sentimentale et professionnelle. Ils remettent en question celles-ci tandis que les chassés-croisés amoureux font perdre l’équilibre à ces couples. La lassitude existentielles s’installant, l’accélération soudaine de la vie provoque un brutale besoin de renouvellement. L’instabilité perceptible des personnages rappelle à trente ans d’intervalle, le « mal être » d’adolescents à la recherche de leur identité. Ici, sont rassemblé tous les tics de langage et de comportement, et cela nous offre une comédie vive, dynamique, où les insatisfactions émergent avec force, pour nous rappeler que le bonheur est une longue et patiente conquête jamais accomplie.

Les personnages féminins sont particulièrement « brossés » avec une acuité toute particulière. C’est ce qui renforce la pertinence de ce film à mi chemin de la comédie douce amère et de la tragédie voilée, laissant au spectateur le soin de démasquer les artifices que renforcent les faux-semblants .Le_code_a_Changé_Dany_Boon.jpg

Ce film traite avec finesse et à fleuret moucheté, les images convenues et les stéréotypes d’une société superficielle, volatile, prisonnière des apparences. A chacun de « décoder » la vérité.

R.Rillot

19 février 2009

Bataville, un film de françois Caillat et de l'historien Alain Gatti

 

LE 24 FEVRIER AU CINEMA L'ENTREPOT

 

En quelques mots
À travers l’histoire de Bataville, une cité entièrement dédiée à la fabrication des chaussures Bata, le réalisateur François Caillat traite, sur un mode faussement léger, d’une des dernières grandes utopies patronales du 20e siècle (celle de l’industriel Tomas Bata) et des dérives du paternalisme.
Avec sa bande-son décalée (signée Pascal Comelade) et ses jeux de mise en scène proches d’une comédie musicale, Bienvenue à Bataville se présente ainsi comme un documentaire atypique et singulier.
Ce documentaire est un coup de maître : au-delà de l’analyse réussie du paternalisme, il transgresse les codes du genre, mêlant images d’archives, reconstitution façon comédie musicale et humour à la Tati. Un bijou.

Anne Fairise, Liaisons Sociales magazine
Pour en savoir plus : WWW.BIENVENUE-A-BATAVILLE.COM

 

CE QU’EN DIT LA PRESSE
Bienvenue à Bataville n’est pas tout à fait un documentaire. C’est plutôt le film
qu’on attendait sur la fin du travail en tant que valeur, et qui n’en redeviendra
jamais une parce qu’on s’est trop foutu de nous.
Eric Loret, Libération

Une évocation insolite et stylisée d’une utopie patronale qui mêle témoignages et
reconstitution.
Jacques Mandelbaum, Le Monde

François Caillat nous montre ici, dans des couleurs saturées chaleureuses, un
univers concentrationnaire dont les barreaux seraient peints en bleu ciel (…).
Foin du documentaire traditionnel, au lieu du reportage de dénonciation attendu,
il a choisi l’encreux, le point de vue édifiant d’une direction sûre d’elle et
d’ouvriers reconnaissants, faisant le pari que trop de sucre peut dégoûter du sucre
(…). Bataville, c’est du Lumière qui aurait été filmé par Méliès.
Jean Roy, l'Humanité

Scrutateur habile et attentif du passé, filmeur de la disparition, François Caillat
tente, pour sa première sortie en salle, l’exploration de voies narratives originales.
Au docu attendu, industriel et industrieux, le documentariste substitue la
restitution primesautière d’une utopie paternaliste.
Thierry Méranger, Cahiers du Cinéma

François Caillat reconstruit l'utopie de Tomas Bata avec un dispositif astucieux :
une voix off dévolue au démiurge Bata, des lieux à la « Amélie Poulain », des
archives et les témoignages des anciens... la nostalgie fonctionne à plein. Celle
d'un temps avant la crise, les multinationales...
François-Guillaume Lorrain, Le Point

Ce documentaire est un coup de maître : au-delà de l’analyse réussie du
paternalisme, il transgresses les codes du genre, mêlant images d’archives,
reconstitution façon comédie musicale et humour à la Tati. Un bijou.
Anne Fairise, Liaisons Sociales magazine

Réflexion ludique mais dérangeante sur la “servitude volontaire”, Bienvenue à
Bataville porte un regard critiue sur le capitalisme paternaliste, entre allusions
métaphoriques et reconstitutions artificielles du mode de vie des ouvriers Bata.
Emmanuel Didier, www.critikat.com

Porté une voix-off autoritaire et péremptoire, qui dirige le spectateur là où elle a
envie de le mener, Bienvenue à Bataville est un documentaire comme on n’a pas
l’habitude d’en voir.
www.zerodeconduite.net

Entre les embardées poétiques (on pense parfois aux Revenants de Robin
Campillo) et l’enquête documentaire scrupuleuse, Bienvenue à Bataville revient
sur une des dernières utopies du monde du travail en France… Cette poésie amère
anime ainsi une oeuvre dont la matière didactique aurait donné ailleurs un
documentaire carré mais sans finesse.
Baptiste Drake, www.avoir-alire.com

En nous dressant en creux le portrait d’un patron à la papa (…), le magnifique
film de François Caillat se promène dans ce qui reste de l’empire Bata et interroge
les survivants. Il nous montre alors une sorte de « meilleur des mondes » (…).
Avec sa mise en scène glacée, ses couleurs proprettes, ses entretiens sans effet
scénographique, sobres et quasiment sociologiques, François Caillat nous livre un
film passionnant pour qui veut comprendre les extrémités du capitalisme...
Jean-Max Méjean, www.iletaitunefoislecinema.com

Le documentaire de François Caillat, dans un style parfois proche de la comédie
anglaise, ausculte cette utopie sociale et réunit les témoignages de ceux qui y
vécurent. Il en résulte un film étrange, presque dérangeant, tant le réalisateur
débusque la servitude volontaire derrière la félicité batavilloise.
Aurélien Lester, Sciences Humaines

On se croyait e!tre dans un film de Jacques Tati. On se retrouve chez George
Orwell... On s’y fera donc tre"s peur, avec plaisir et pas mal d’humour.
Jérôme Mallien, Dernières nouvelles d'Alsace


Cine-ma différence

Dimanche 22 février, à  11 heures


IGOR

de  Anthony Leondis - durée 1 h20
au Cinéma Majestic Passy - 18 rue de Passy, Paris 16ème (Métro Passy)
Entrée 4 €


La salle ne peut accueillir plus de deux personnes en fauteuil : merci de réserver si vous ne pouvez vous transférer.

 

 


Ciné-ma différence est un réseau de séances de cinéma tout public, aménagées pour les rendre accessibles et agréables à des personnes exclues des loisirs culturels à cause d’un comportement parfois inattendu : personnes avec autisme ou des handicaps multiples ou, plus généralement, avec un handicap et des troubles du comportement associés.

Chaque spectateur est accueilli de sorte qu’il se sente le bienvenu et respecté tel qu’il est.


Si vous ne souhaitez plus recevoir d'informations de notre part, cliquez ici.


Ciné-ma différence

Site : http://www.cinemadifference.com

Courriel : contact@cinemadifference.com
Tél. : 06 24 78 57 25

05:00 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : igor, anthony leondis |  Facebook | |  Imprimer |

10 février 2009

Walkyrie, ou la tanière du diable

walkirie19023117.jpg

Un film de Bryan Singer avec Tom Cruise

Voici un film qui ne se limite pas à décrire un fait historique authentique, mais qui place le suspense au plus haut sommet. L’attentat fomenté contre Hitler, le 20 juillet 1944 par de hauts officiers d’état-major de la Wermacht, nous amène à penser que face à l’infernale machine nazie – machine à broyer les hommes – d’autres hommes ont eu le courage de dire non au dictateur et à ses reîtres, et cela au nom de l’honneur et d’une certaine idée de la conscience morale.

Le film est puissant de par le scénario et la mise en scène employés. La reconstitution de l’attentat met en avant l’aspect «  reportage » en temps réel. On est au cœur du complot qui peu à peu et se trame, s’organise. On assiste aux hésitations, aux atermoiements, aux doutes dans la réussite possible des conjurés. Les divers niveaux de conscience sont analysés avec justesse, car ces soldats liés par le serment de fidélité à Hitler, assument en leur âme et conscience, la réalité de leur trahison qu’ils vont accomplir.

walkirie19023113.jpg

La facture du film est très classique. Sobre, sans fioriture aucune, sans fantaisie inutile, la mise en scène est très efficace. Rien n’écarte l’attention du spectateur, celle-ci est maintenue jusqu’à l’épilogue, car le récit se déroule de façon linéaire, méthodique. Là, nous sommes dans la réalité d’un thriller, et nous assistons en « direct » à l’attentat. Le rythme et la maîtrise de l’image sont parfaits, tous les acteurs sont convaincants. Tom Cruise dans le rôle du colonel Stauffenberg joue avec aisance, sobriété, retenue et conviction . Il « est » Stauffenberg !

Ce film montre qu’en dépit de la victoire provisoire d’un tyran, la fragile flamme de l’espoir, liée au courage sacrificiel de quelques hommes, aurait pu stopper ou du moins ralentir la folie sanguinaire d’Hitler, et ainsi épargner de la mort, des centaines de milliers de victimes des nations belligérantes. Mais l’Histoire n’en a pas voulu ainsi. Ce film donne lieu à une profonde méditation sur la notion de responsabilité personnelle face au crime institutionnalisé contre l’humanité. Les jeunes générations doivent en faire leur profit.

R.R

06 février 2009

« Soleil vert » au ciné de quartier organisé par le conseil Mouton-Duvernet Mardi 10 Février, 19h30 au cinéma le Denfert. Entrée et débat 4€. Ouvert à tous.

"Soleil Vert", film de Richard Fleischer, sorti en salle en 1974, avec Charlton Heston, Edward G. Robinson, Leigh Taylor-Young.

Soleil vert 1 affiche.jpg

En 2022, le monde baigne dans une étrange lumière jaune, qui a détruit la faune et la flore. Seul le « soleil vert », aliment miracle, sorte de pastille fabriquée par la société Soylent Green, parvient à nourrir une population miséreuse. Omniprésente et terriblement répressive, la police assure l'ordre. A la suite d'un meurtre, un officier de police est amené à enquêter sur cette société. Il découvrira l'horrible secret de la nourriture offerte aux hommes...
« L'intérêt du film provient surtout de sa description d'un univers futuriste pessimiste et souvent oppressant. Richard Fleischer ne nous montre pas d'effets spectaculaires mais le tableau d'une ville, d'une civilisation, d'une planète en voie d'extinction.
Alternant scènes chocs (l'émeute de rue pendant la distribution du Soleil Vert, la course-poursuite de Charlton Heston pour découvrir la vérité à la fin du film) ou moments plus intimistes, la vision pessimiste atteint son paroxysme dans la scène du centre d'euthanasie, où Sol revoit les images d'un monde verdoyant et allégorique, à jamais perdu. »
Soleil vert 2.jpg

Ce film de science-fiction, basé sur un thème écologique qui a des résonances très contemporaines est traité comme un thriller. Il ne va pas sans évoquer des scandales médicaux ou de l’agriculture et l’élevage « industriels» que nous avons connus récemment.
Venez avec vos voisins et amis le débat sera sûrement très intéressant !
M.G.V.
Cinéma Le Denfert, 24 place Denfert Rochereau - M°et RER Denfert Rochereau.Bus 38-68- 88

« Sous le soleil de Satan », Ciné-philo avec Daniel Ramirez: Dimanche 8 février à 14 h 20, à l’Entrepôt.

Séance présentée et animée par Daniel Ramirez avec pour sujet de débat « L'homme faillible ou la chute des corps. Autour du christianisme : culpabilité et rédemption »

Le ciné-philo est introduit par le film, Palme d’or Cannes 1987, "Sous le soleil de Satan" de Maurice Pialat, adaptation du roman de Georges Bernanos (1926), avec Gérard Depardieu et Sandrine Bonnaire. (Pour plus de précisions sur le film et l’organisation des séances de ciné-philo, cliquer dans la colonne de droite à l’Entrepôt, rubrique cinéma) - 7-9 rue Francis de Pressensé 75014 M° Pernety.Tél: 01 45 40 07 50 - Tarif unique : 8€.

05 février 2009

Ciné-ma Différence présente

Avec Buster Keaton, le samedi 7 février, à 11 heures

Le Mécano de la Generale
de et avec Buster Keaton

durée 1 h. 16, au Cinéma L'entrepôt - 5-7 rue Francis de Pressensé, Paris 14ème (Métro Pernety). La salle ne peut accueillir plus de deux personnes en fauteuil : merci de réserver si vous ne pouvez vous transférer.

www.cinemadifference.com, Courriel : contact@cinemadifference.com, Tél. : 06 24 78 57 25

11:09 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer |

03 février 2009

Projection du film « L’armée des ombres » de J.P. Melville à l’Entrepôt par le ciné-club des conseils de quartier Pernety Porte de Vanves. Mercredi 4 février, 20h.

Cinéma l’Entrepôt, 7 rue Francis de Pressensé. M° Pernety. Tarif : 4 € pour l’entrée et le débat.

l'armée des ombres Simone Signoret.jpg

Film sorti en 1969 avec Simone Signoret, Lino Ventura, Paul Meurisse, Serge Reggiani, Jean-Pierre Cassel, et Paul Crauchet.
C’est un des plus beaux films et des plus justes sur la Résistance qui décrit les activités et la vie extrêmement difficiles d'un réseau de résistants sous l'occupation allemande.
« Melville disait qu’il avait attendu vingt-cinq années avant de pouvoir réaliser « L’Armée des ombres ». Vingt-cinq ans pour acquérir l’absolue maîtrise de son art, vingt-cinq ans surtout pour oser enfin parler de ce qui lui tenait tellement à cœur, de ce qu’il y avait de plus intime en lui. Il savait, en son âme et conscience qu’il n’avait pas le droit à l’erreur. Le spectateur le plus impitoyable, ce serait lui. « L’Armée des ombres » c’est la Résistance, sans héroïsme, sans fards, dans son atroce banalité.

L'armée des ombres Lino Ventura et Paul Crauchet.jpg

C’est le quotidien d’un groupe d’hommes et de femmes qui risquent tous les jours leur vie pour des exploits minuscules: transporter des tracts, faire voyager un poste de radio, cacher des hommes recherchés. Tout cela au risque d’être pris, fusillé dans le meilleur des cas, souvent torturé, et envoyé dans les camps d’extermination. Le film commence par une trahison et l’exécution du malheureux qui a donné un résistant; il s’achève par l’exécution nécessaire d’une résistante (Signoret, extraordinaire Mathilde) par ses propres compagnons….
Dans le film de Melville, il y a bien un but - la libération de la France – mais il semble si lointain, si improbable: les Allemands règnent par la terreur, arrêtent, torturent, exécutent. Chaque petite victoire de la Résistance est payée d’un prix exorbitant. C’est le monde de la peur, du soupçon, de la délation. Tout le monde se méfie de tout le monde. Chacun, même le plus fidèle, le plus courageux peut trahir: sous la torture, par jalousie, souvent pour de l’argent…. (Extraits d’une critique de Joannick Desclers)

02 février 2009

TWO LOVERS. Film de James GRAY, 2008.

Ce film n’est pas comme les autres parce que le héros n’est pas comme les autres. Il ressent mille fois plus que les autres, il souffre mille fois plus, il aime mille fois plus, il est mille fois plus mal à l’aise dans la vie. En clair, il semblerait que Léonard souffre de «handicap  psychique » sévère. C’est pour cela que, dès son apparition sur l’écran, on est hypnotisé par son comportement étrange, sa façon de bouger , sa façon de regarder, de répondre, de fuir les questions, de chercher des affaires, de s’asseoir sur son lit, de regarder par la fenêtre, de se lever comme un animal et de se glisser dehors sans que personne le voie.
Comme le héros du « scaphandre et le papillon », Léonard (Joaquin Phoenix, hors norme)

twolovers18937471.jpg

est enfermé dans une prison émotionnelle-corporelle. Le monde lui fait mal et peur. Le jour où, pour la énième fois  il a essayé sans succès de mettre fin à ses jours, il va, en rentrant chez ses parents, croiser la route d’une petite midinette, une voisine de palier, alors qu’elle cherche à fuir dans le couloir de l’immeuble les hurlements d’un père indigne. Elle aussi est en overdose de souffrance. On a compris que ces deux étaient faits pour se rencontrer. Mais la demoiselle n’est pas libre, elle vit une situation qui la rend dingue; son petit ami est marié, et c’est son patron. Belle comme le jour, naturelle en diable, amicale comme une petite sœur incestueuse, Michelle (Gwyneth Paltrow) est, elle aussi, incarcérée dans sa vie. Léonard devient son confident.

twoloverts19001881.jpg

Touchée par l’amour inconditionnel du jeune homme, paumée, elle forme avec lui des plans de voyage au loin. Les billets sont prêts, il est fou de joie, enfin, il va vivre, et …non, elle ne part plus, son ami quitte sa femme pour elle, il va l’épouser. Léonard n’était qu’un bon chien fidèle. Léonard a très très mal. A nouveau le gouffre l’attire….
La fin , optimiste et familiale, ne convainc pas vraiment mais réjouit le cœur. La vie l’emporte.

twolovers19001877.jpg

C’est une émotion particulière que de voir évoluer dans ce film des personnages convenus, la voisine jolie fille évaporée, la mère sensible (formidable Isabella Rossellini), le père encourageant; l’autre famille,  mesquine, leur fille si belle (Vinessa Shaw, magique) un à un  happés  par la spirale invisible accrochée à Léonard  qui froisse tout dans son sillage. Sauf lui. Il est comme anesthésié, et pourtant il ressent, il vit, il arrache ses choix, vite, à une vie qu’il ne comprend pas, mais qui a  soudain besoin de lui.

M.J.C.

Ce film se joue au MK2 Parnasse

19 janvier 2009

"Quand l'inspecteur s'emmêle" à l’affiche du Ciné de quartier Mouton-Duvernet : Mardi 20 Janvier, 19h30 au cinéma Le Denfert. Entrée et débat 4€

Cine-quartier.jpgCe film a été réalisé en 1964 par Blake Edwards, avec Peter Sellers, Elke Sommer, George Sanders : Ce film est sorti en salles en mai 1965.

« Un crime est commis dans l'hôtel particulier d'un milliardaire. L'affaire semble claire. Maria, la soubrette, est retrouvée près du cadavre, son amant, l'arme à la main. Mais pour l'inspecteur Clouseau, chargé de l'enquête au grand dam de son supérieur hiérarchique, tout cela paraît trop simple. Il est persuadé que Maria est innocente... »affiche quand l'inspecteur s'emmele.jpg

« Quand l'Inspecteur s'emmêle devait à l'origine être l'adaptation directe de la pièce de théâtre d'Harry Kurnitz, intitulée « A Shot in the Dark ». Peter Sellers et Walter Matthau, accompagnés de Sophia Loren, devaient en tenir les rôles principaux sous la direction d'Anatole Litvak. Mais une fois Blake Edwards aux commandes du projet, le scénario fut en grande partie remanié. Le cinéaste, qui venait tout juste de boucler le tournage de La Panthère Rose pour la même société de production, garda Peter Sellers au générique et fit à nouveau de lui l'Inspecteur Clouseau pour faire de « Quand l'inspecteur s'emmêle » un second volet de la saga plus qu'une véritable adaptation de la pièce d'Harry Kurnitz. Dans un cocktail à la fois burlesque, cartoon et surréaliste, les gags s'enchaînent avec une densité impressionnante jusqu’à l’absurde. »

Quand l'inspecteur s'emmêle Peter Sellers et Elke Sommer.jpg

Venez avec vos voisins, vos amis voir, mardi 20 janvier à 19h30, cette comédie déjantée, c’est l’occasion de se retrouver dans la bonne humeur au cinéma Le Denfert.

La séance est ouverte à tous et la place est fixée au prix modique de 4 € pour l’entrée et le débat. - Le Denfert (24, Place Denfert Rochereau). Métro Denfert-Rochereau, Bus 38, 68, 88.

18 janvier 2009

« A côté » film documentaire de Stéphane Mercurio, photographie de Grégoire Korganow, écrit par Anna Zisman

Ne manquez pas d’aller voir ce film passionnant et bouleversant ! A un moment où la question des prisons est souvent posée dans l’actualité à la suite de faits-divers, et suicides qui se déroulent en milieu carcéral … ce magnifique documentaire nous présente une approche du côté des familles.

A côté dans la salle du tribunal.jpg

« Dans ce film : pas de cellule, pas de gardiens, encore moins de détenus. Dans la petite maison de l'association Ti-Tomm, accolée au mur de la prison des hommes à Rennes, on attend l'heure du parloir. Les femmes se font belles. Les familles arrivent à l'avance, toujours. Quelques secondes de retard, et la porte de la prison restera fermée. On vient une, deux, trois fois par semaine, chaque semaine, pendant des mois voire des années. Ce sont majoritairement des femmes; ces pénélopes des temps modernes vivent au rythme de leur homme à l'ombre. Mais il y a aussi les mères, parfois les pères. Le temps est suspendu, la vie comme arrêtée. L'arbitraire de la prison, les transferts, les interdits sont leur quotidien. En faisant le choix de rester résolument "à côté" de la prison - du côté des familles - le film propose paradoxalement une approche éminemment frontale de ce qu'est la réalité carcérale. La prison en creux. La vie sans l'autre. »

A côté signe de main.jpg

Ces femmes, ces parents sacrifient des après-midi, voire des journées pour faire le trajet, attendre l’heure de la visite et apporter leur réconfort. Ce sont des témoignages bouleversants : chaque geste est signe de cet amour : les femmes se font belles, elles parfument le linge de leur homme… Souvent elles connaissent de grosses difficultés matérielles et pourtant elles vont économiser sur leur nécessaire un peu d’argent pour que le détenu ait des cigarettes, des livres …Un père confie qu’il pense sans cesse à son fils et les jours où il n’y pas de visite, il lui écrit ou prie pour lui. Et puis vient le jour où la visite n’est pas possible : la carte magnétique n’a pas enregistré le rendez-vous. Le prisonnier n’est plus là : on ne peut pas savoir s’il y a eu un transfert dans une autre prison ou à l’hôpital, ou un autre problème, des questions qui restent sans réponse et on repart l’angoisse au cœur. La sortie de prison ? C’est tout à la fois l’espoir et l’inquiétude, comment vont-ils réapprendre à vivre ensemble après une si longue séparation et avec les enfants qui ont grandi ? Et s’ils récidivent ? Ces femmes, ces hommes parlent avec pudeur et franchise  A la sortie du parloir, la tension se relâche et les larmes coulent parfois : « Aujourd’hui, il n’allait pas bien, il m’a fait des reproches… »

L’image magnifique, les gros plans sur les visages, les mains qui se crispent, ou symboliques une femme seule au milieu d’une salle d’assises… expriment avec force la détresse des familles.

Pas de commentaire, mais une série de portraits faits de témoignages, d’instants de vie de ces personnes. La solidarité entre les familles de détenus se crée, mais ces femmes, ces parents restent, malgré tout, seuls. Seuls face aux institutions et à une société qui ne pense guère à eux.

Mieux qu’aucun rapport, ce film suggère les problèmes très graves des personnes incarcérées et le sujet tabou : l’absence de solution pour leur réinsertion future.

 

Monique Garrigue-Viney

 

Ce film est à l’affiche lundi 19 janvier à l’Entrepôt à 15h40 7-9 rue Francis de Pressensé et dans la salle Les 3 Luxembourg, 67 rue Monsieur le Prince, (RER Luxembourg -Bus 38 et 21) ce même lundi 19 janvier à 21h, cette séance sera suivie d’un débat avec la réalisatrice.

13 janvier 2009

Projection du film « Où allez-vous jeunes gens ? », jeudi 15 janvier à 20h30 et 21h30 au Moulin à Café.

L’association Florimont propose au Moulin à café la diffusion du film “Où allez-vous, jeunes gens…”, deuxième des huit actions prévues dans le cadre de son projet “Actualité de la Résistance”. Cette action met en lumière la manifestation des lycéens et étudiants le 11 novembre 1940, premier engagement des jeunes dans la Résistance.

Dès 19h30 : repas possible
20h30 et 21h30 : projection du film tourné par et avec les habitants de nos quartiers.
Cette projection sera suivie d’une présentation de la prochaine action : "Femmes en Résistance" et des autres actions prévues dans la série "Actualité de la Résistance.

Moulin à café : 9, place de la Garenne – Tél : 01.40.44.87.55. Gratuit. http://www.chateau-ouvrier.fr

 

06 janvier 2009

Ciné-ma Différence

 

Prochaine séance : Samedi 10 janvier à  11 heures

Mia et le Migou

Film d'animation de Jacques-Rémy Girerd
durée 1 h. 30
au Cinéma L'entrepôt - 5-7 rue Francis de Pressensé, Paris 14ème (Métro Pernety)
Tarif unique 4 euros

La salle ne peut accueillir plus de deux personnes en fauteuil : merci de réserver si vous ne pouvez vous transférer.

Séances, infos et programmes : www.cinemadifference.com

Si vous ne souhaitez plus recevoir d'informations de notre part, cliquez ici.

Site :  www.cinemadifference.com

Courriel : contact@cinemadifference.com
Tél. : 06 24 78 57 25

06:00 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l'entrepôt |  Facebook | |  Imprimer |

14 décembre 2008

« Aguirre, la colère de Dieu », au ciné de quartier Mouton-Duvernet

mardi 16 décembre, 19h30, au cinéma Le Denfert (24, Place Denfert Rochereau). Ouvert à tous, 4€, l’entrée et le débat.
Cine-quartier.jpgUn film réalisé en 1972 par Werner Herzog  avec Klaus Kinski, Ruy Gerra, Helena Rojo, Peter Berling...
Cette fois-ci, le ciné de quartier Mouton Duvernet propose un film sur un thème historique la conquête de l’Amérique latine au XVI siècle par les Espagnols. Le récit est fictif mais il y a un grand réalisme documentaire
En 1560, une troupe de conquistadors espagnols descend de la montagne à la recherche de l'Eldorado. Mais l'équipée s'enlise dans les marais.

Aguirre la colère de Dieu.jpg

Une plus petite expédition est alors constituée, placée sous la conduite de Pedro de Ursua et de son second, Lope de Aguirre, qui devra reconnaître l'aval du fleuve sur des radeaux. Aguirre, aventurier ambitieux et brutal, manoeuvre habilement pour proposer à ses compagnons un nouveau chef, le falot Fernando de Guzman, promu solennellement "empereur du Pérou et de l'Eldorado"….

Extraits d’analyses de ce film : « En 1971, le cinéaste allemand Werner Herzog rédige en quelques jours un scénario contant la quête de l’Eldorado par un groupe de conquistadors perdus dans la jungle péruvienne. Il embarque, dans ce tournage à haut risque, huit techniciens, ainsi que quelques acteurs dont l’inquiétant Klaus Kinski.

Aguirre les guerriers espagnols Klaus Kinski au milieu.jpg

Les prises de vues, effectuées en pleine forêt vierge, se révèlent très périlleuses et Werner Herzog inclut dans son métrage certaines péripéties qui sont réellement arrivées à l’équipe (le radeau pris dans un tourbillon, par exemple)… Inspiré par deux personnages historiques dont on ne connaît quasiment rien, le cinéaste invente la totalité de l’intrigue en nous faisant pourtant croire à son caractère véridique. Isolant quelques personnages au milieu d’une nature hostile, il dresse un portrait sans concession des rapports hiérarchiques et de pouvoir au sein d’une société improvisée. Déchirés par l’ambition et de chimériques rêves de gloire et de fortune, ces hommes cupides sont voués à s’entretuer ou à sombrer dans la folie pure et simple. Au-delà d’une traditionnelle évocation de la conquête espagnole, Aguirre (1972) nous convie à observer un microcosme humain avec ses règles, ses lois et ses inévitables dérives…A la fois fiévreux, lancinant et à la lisière du fantastique, Aguirre, la colère de Dieu est un film très original, comme il en existe fort peu. »
En bref  venez avec vos amis voir ce film très intéressant. L’image est magnifique et le grand écran est indispensable pour l’apprécier. La séance est ouverte, l’entrée de 4€ comporte la séance et un débat ensuite.
M.G. V.

07 décembre 2008

Ciné-ma différence; Fanfan la tulipe

affiche_w434_h_q80.jpgVenez voir ou revoir en famille un des plus grands films de cape et d'épée du cinéma
Samedi 13 décembre à  11 heures
Fanfan la Tulipe - de Christian-Jaque
avec Gérard Philippe et Gina Lollobrigida
Cinéma L'entrepôt - 5-7 rue Francis de Pressensé, Paris 14ème (Métro Pernety)

Intrépide, fougueux, effronté et généreux, Fanfan la Tulipe, soldat dans l'armée du roi, part à la conquête de la gloire et du coeur de la belle Adeline, la fille du sergent recruteur.

La salle ne peut accueillir plus de deux personnes en fauteuil : merci de réserver si vous ne pouvez vous transférer.

Séances, infos et programmes : www.cinemadifference.com

Tél. : 06 24 78 57 25

 

05 décembre 2008

Séraphine, un film de Martin Provost

Séraphine affiche.jpgPeintre naïf ou primitif moderne, Séraphine est-elle un exemple unique, illustrant la peinture contemporaine ? Le film de Martin Provost apporte un éclairage qui se veut le plus objectif et sensible possible. Car il s’agit bien d’une énigme où l’on voit une femme de ménage au service de maîtres méprisants et autoritaires, vouer une passion totale à la peinture, « sa » peinture – sans doute sa seule raison de vivre - peinture détachée du réel, mais cependant reprenant les thèmes de la nature, en particulier ceux se rapportant à la flore des champs et des jardins. Nature recomposée, sublimée, traversée par une inspiration quasi onirique, à la fois brute et naïve, où l’artiste s’exprime sans aucune contrainte et en toute liberté.

Séraphine en train de peindre.jpg

Ce film par la sensibilité des images, par la révélation des émotions intériorisées, nous éclaire sur les souffrances de la création, ses dérives, le glissement progressif vers une folie souterraine, qui débouchera pour Séraphine, sur son internement en milieu psychiatrique. Au-delà de ce naufrage humain, la redécouverte de la nature apaisante, donne à cette histoire la dimension d’une véritable rédemption, par la sérénité qu’elle développe et l’acceptation de la destinée qu’elle engendre.

Yolande Moreau porte sur ses épaules tout le film. Elle exprime avec retenue et nuance une vaste palette de sentiments tout en nous dévoilant l’intimité ultime de son personnage. Elle joue avec un naturel lumineux. Elle exprime la vraie douleur, le doute. La solitude qu’elle porte en elle nous émeut, parce que celle-ci se situe bien au-delà de tout artifice.

Séraphine et le collectionneur allemand.jpg

Avec Ulrich Tukur, dans le rôle du mécène-collectionneur Wilhem Uhde, apparaît l’étonnement face aux œuvres de Séraphine. Peu à peu, il tissera des liens de confiance avec cette femme simple et habitée. On sent ici et là que la tendresse n’est pas absente entre ces deux êtres… Mais bientôt, ces liens se dégraderont devant les exigences et la folie montante de l’artiste.

C’est un beau film, rare, exigeant, où la douleur humaine est traitée avec respect, délicatesse et sobriété. Il nous fait pressentir l’abîme dans lequel se noiera Séraphine, artiste visionnaire mais abandonnée. La solitude, la folie sont les prix à payer pour l’artiste inspiré. Le spectateur lui, ne peut sortir de cette histoire simple, que bouleversé, transformé, mais jamais indemne.

R.Rillot

27 novembre 2008

Première séance de Ciné-débat pour les jeunes : autour du film « Entre les murs », vendredi 28 novembre, 18h30, à l’Entrepôt.

Le Conseil de la jeunesse du 14e organise des séances Ciné-jeunes-débats. Au programme : projection du film, Palme d’or à Cannes, « Entre les murs » de Laurent Cantet, suivi d’un débat sur les diversités sociales et culturelles à l’école. Entrée gratuite pour les moins de 25 ans. Autres tarifs : 4 € /5,60 € /7 €. La projection du film débute à 18h30 et sera suivie à 20h d’un débat animé par le Conseil de la Jeunesse du 14e et des intervenants sur les diversités sociales et culturelles à l’école. (Renseignements : 01 53 90 67 24 ou conseil.jeunesse14@paris.fr . Cinéma l’Entrepôt, 7-9 rue Francis de Pressensé. M° Pernety.)

Entre les murs dans la classe des 4ème.jpg

Le film « Entre les murs » est un excellent support de débat.
En effet François Begaudeau (auteur du roman qui a servi de scénario au film) a été professeur et Laurent Cantet excelle dans le « cinéma-vérité ».
François Marin (Bégaudeau) enseigne le français dans un collège, réputé difficile, du 20e arrondissement. Il est le professeur principal d’une classe de 4ème  Nous allons le suivre pendant une année scolaire avec ses élèves.

Lire la suite

24 novembre 2008

Le Ciné de quartier Mouton Duvernet présente « Radio days » de Woody Allen Mardi 25 novembre à 19h30 au Cinéma Le Denfert. 24 place Dendert-Rochereau. Entrée 4€ : film et débat.

Cine-quartier.jpgCette fois-ci, le ciné de quartier Mouton-Duvernet présente un film de Woody Allen datant de 1986. Le cinéaste y évoque des souvenirs personnels tout un en brossant un portrait de la société américaine juste avant la 2ème guerre mondiale  et évoque avec beaucoup d’humour l’emprise du nouveau média de l’époque, la radio.

« La voix off de Woody Allen évoque les souvenirs pittoresques des grandes heures de la radio, quelques semaines avant le début de la seconde guerre mondiale. Joe se souvient du quartier de Rockaway sous les couleurs d'un automne pluvieux. Il est le fils d'une modeste famille juive, aussi nombreuse qu'unie et se passionne pour les aventures du "Vengeur masqué"... Souvenirs nostalgiques d'une époque bercée par les chroniqueurs et les feuilletons radiophoniques, au son des mélodies éternelles de Cole Porter. »
Voilà la critique qui en a été faite dans Les Fiches cinéma, 1987 :
radio days.jpg« Comme la mémoire de Fellini dans Amarcord, et comme celle de Proust avec sa madeleine, la mémoire de Woody Allen a retenu des sensations. Et sa façon de les retrouver par petites touches en mêlant le romantisme à l'humour, et le drame à la comédie, fait de Radio days le film de tous les rêves et de tous les possibles. Elégante comme dans les meilleurs Lubitsch, la mise en scène ajoute à l'atmosphère irréelle. De refrains en rengaines, les personnages se succèdent, les décors évoluent, tout passe sans jamais lasser. Radio days est du Woody Allen tendre et émouvant, humain et universel. Un merveilleux film de souvenirs : à peine vu, il est déjà gravé dans notre mémoire »
Cette séance est ouverte à tous, venez avec vos amis et voisins pour déguster un très bon Woody Allen et échanger vos impressions sur ce film, je pense que le parallèle avec l’influence des  médias à l’heure actuelle sera tout à fait réjouissant. Le tarif pour le film et le débat fixé à 4 € permet à tous qui le désirent de venir et  de passer une soirée très agréable et intéressante.
Cinéma Le Denfert, 24 place Denfert Rochereau ; Métro, RER Denfert-Rochereau, Bus 38, 68, 88.
M. Garrigue-Viney

11 novembre 2008

Ciné-ma différence

Samedi 15 novembre à  11 heures
suri.jpgLa Famille Suricate - de James Honeyborne
Cinéma L'entrepôt - 5-7 rue Francis de Pressensé, Paris 14ème (Métro Pernety)

Il était une fois, en Afrique australe, un bébé suricate répondant au nom de Kolo. Ce petit    animal carnivore, malin et joueur, va devoir braver la sècheresse et de dangereux prédateurs afin de relever le plus grand défi de sa vie: retrouver sa famille. A travers son histoire, nous découvrirons aussi la lutte de son espèce pour survivre dans l'immense et savane. Grâce à un langage vocal et tactile élaboré et à leur incroyable solidarité, qui rapprochent mystérieusement ces drôles de petits animaux de l'espèce humaine, vous découvrirez une famille... comme la vôtre !

La salle ne peut accueillir plus de deux personnes en fauteuil : merci de réserver si vous ne pouvez vous transférer.

Séances, infos et programmes : www.cinemadifference.com

Site du film

Courriel : contact@cinemadifference.com
Tél. : 06 24 78 57 25

 

06:00 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer |

10 novembre 2008

Cinéclub des conseils de quartier Pernety et Didot-Porte de Vanves : La « Veuve Joyeuse », d’Ernst Lubitsch, mercredi 12 novembre 2008, 20h.

« Sonia, jeune veuve inconsolable, décide soudain de partir à Paris mener joyeuse vie. Danilo, amoureux d'elle, est chargé de la ramener au bercail »

veuvej.jpg

Projection du film en noir et blanc (1934) « La Veuve Joyeuse » d’Ernst Lubitsch : Maurice Chevalier fait partie de la distribution du film. Cinéclub des conseils de quartier Pernety et Didot - Porte de Vanves. Cinéma l’Entrepôt, 7 rue Francis de Pressensé. M° Pernety.

Entrée et débat : 4 euros.

04 novembre 2008

Urgent ! Projection du film : « L’attentat du Moulin Vert, 25 septembre 1943 »

mercredi 5 novembre, 20h30, au Moulin à Café, 9 place de la Garenne.

L’association Florimont propose la projection du film tourné par et avec les habitants du quartier, suivie d’une présentation de la prochaine action « Mobilisation des lycéens et étudiants le 11 novembre 1940 ». Moulin à Café, 9 Place de la Garenne.

Mémoires …et Avenir de mon quartier. Association Florimont : Tél. : 01 42 79 81 30. contact@chateau-ouvrier.fr

(Le Moulin à Café qui est un café associatif situé dans le quartier Pernety, 9 place de la Garenne, accueille de nombreuses animations. http://moulin.cafe.free.fr/spip.php?page=agenda_moulin...

L’entrée est libre ; pour boire et manger (petite restauration à des prix très modiques : le plat est à 4€ et le jus de fruit 1,50€), il faut cependant adhérer à l’association (à partir de 10€, l’année civile - 2€ pour les moins fortunés, chômeurs, Rmistes, étudiants, et les visiteurs de passage).

Le crime est notre affaire, de Pascal Thomas

L’humour par sa légèreté, est un outil percutant qui permet de résoudre souvent une énigme policière, a fortiori  lorsqu’il s’agit d’une comédie portée à l’écran. C’est la recette qu’applique Pascal Thomas dans le scénario qui reprend l’essentiel d’un roman d’Agatha Christie.

18986942_w434_h_q80.jpg

Le point de départ montre deux retraités des services secrets qui s’ennuient chez eux. En particulier Prudence, épouse de Bélisaire,  qui espère qu’un jour sa vie monotone sera transformée par un événement extraordinaire. Cet événement surgira par le témoignage d’un crime survenu dans un train de nuit et qui parvient aux oreilles de Prudence. Aussitôt, l’aventure débouche sur de nouvelles perspectives dont s’empare l’épouse ; celle-ci afin de traquer l’assassin, ira jusqu’à se faire employer comme cuisinière chez une famille très « honorable » (en apparence…). L’histoire ne ménage ni une subtile stratégie, ni ruses, ni cocasseries diverses, le tout accompagné et soutenu par des dialogues où le second degré est toujours présent. In fine, le criminel sera découvert là où on l’attendait le moins.

18986255_w434_h_q80.jpg

André Dussollier, Catherine Frot sont remarquables . Quant à Claude Rich, il joue à la perfection le rôle d’un patriarche au dessus de tout soupçon. Ils apportent au film, tous les trois, cette fumée légère d’un humour, toujours présent et en demi-teinte, et qui laisse le suspense conduire avec une belle efficacité, le scénario de cette comédie policière très réussie. A déguster sans modération.

R.R.

30 octobre 2008

Du 29 octobre au 4 novembre, Mon 1er Festival propose aux enfants et adolescents de découvrir le cinéma

à travers une programmation variée dans les cinémas d’art et d’essai le Denfert et l’Entrepôt.

Organisé par la Mairie de Paris et l’Association française des cinémas d’art et d’essai, Mon 1er Festival propose aux jeunes (2-12 ans) et à leurs familles une sélection de films pour découvrir la vitalité et la diversité du cinéma et des séances de cinéma à 4 €. Le festival, qui se déroule pendant les vacances de la Toussaint, permet aux jeunes de profiter pleinement de la programmation et de découvrir la diversité du cinéma. Les cinémas Le Denfert et l’Entrepôt participent à ce festival en proposant 3 séances par jour, mais aussi des animations, des goûters après les projections…
Renseignements : 39 75 ou  www.monpremierfestival.org ou www.cinema.paris.fr
4 € la séance et carte familiale de fidélité.

Le Denfert
24, place Denfert Rochereau. M° Denfert Rochereau. - Tél : 01 43 21 41 01
L’Entrepôt
7/9, rue Francis de Pressensé. M° Pernety. - Tél : 01 45 40 07 50

21 octobre 2008

Ciné-ma différence

Les nouvelles aventures de la Petite Taupe de Zdenek Miler, Dimanche 26 octobre, à  11 heures - durée 44 mn

Pour les petits... et pour les grands qui ont aussi le droit d'aimer les histoires de petits
au Cinéma Majestic Passy -
18 rue de Passy, Paris 16ème (Métro Passy). La salle ne peut accueillir plus de deux personnes en fauteuil : merci de réserver si vous ne pouvez vous transférer.

Avant-première du film Madagascar 2, en partenariat avec Paramount France, Dimanche 30 novembre, 11h, au Majestic Passy à Paris 16è

Infos www.cinemadifference.com et Réservation paris@cinemadifference.com

Ciné-ma différence est un réseau de séances de cinéma tout public, aménagées pour les rendre accessibles et agréables à des personnes exclues des loisirs culturels à cause d’un comportement parfois inattendu : personnes avec autisme ou des handicaps multiples ou, plus généralement, avec un handicap et des troubles du comportement associés. Chaque spectateur est accueilli de sorte qu’il se sente le bienvenu et respecté tel qu’il est.
Tél. : 06 24 78 57 25

19 octobre 2008

« Cinéma Paradiso », Ciné-quartier Mouton –Duvernet, mardi 21 octobre 19h 30 au Cinéma Le Denfert

Cine-quartier.jpg La séance est ouverte à tous, tarif 4€ pour l’entrée et le débat.

Un excellent film « Cinéma Paradiso » de Giuseppe Tornatore - 1988 –

« À Rome, dans les années 80, Salvatore Di Vitta, cinéaste célèbre, apprend par un appel téléphonique de sa mère la mort d’Alfredo. Il revit alors son enfance et son adolescence dans son petit village de Giancaldo, en Sicile : On l'appelait Toto et il partageait son temps libre entre l'église où il était enfant de chœur et la salle de cinéma paroissiale, en particulier la cabine de projection où régnait Alfredo qui, au travers des films projetés, lui apprenait la vie.... »

affiche cinema paradiso.JPGBeaucoup d’entre vous ont déjà dû voir ce film qui décrit à merveille la vie d’un petit bourg sicilien : les personnages sont savoureux et attachants (incarnés par des acteurs vraiment excellents). Le spectateur est ému par relation quasi- paternelle qui s’établit entre le projectionniste Alfredo (magnifiquement interprété par Philippe Noiret) et Salvatore (le charmant petit Salvatore Cascio).

cinema paradiso noiret et salvatore cascio.JPGTornatore sait dépeindre avec humour et tendresse (comme seuls savent le faire les cinéastes italiens) ce monde révolu.

Ce film est un hymne au cinéma : il est tout à la fois évasion et apprentissage de la vie... La salle où se retrouvent les spectateurs joue un rôle central, c’est le lieu où les spectateurs partagent des émotions, des rires et des larmes, des rêves…

Un débat qui promet d’être passionnant

En effet, vous pourrez rencontrer, mardi prochain, Claude Lacroix, ancien projectionniste (il a travaillé, notamment, à la Cinémathèque Française)  et Claudia Guichard, directrice du Denfert, qui témoignera de son parcours et des difficultés rencontrées par un exploitant indépendant, hier comme aujourd’hui. Le Denfert est assez emblématique des problèmes qui concernent aussi bien le contenu de la programmation que la manière de parvenir à la maintenir.

Ne manquez donc pas de venir, avec vos voisins et amis, mardi prochain, 21 octobre, à 19h30 au cinéma Le Denfert, 24 place Denfert-Rochereau. Entrée 4€, seulement ! (Métro et RER Denfert-Rochereau, bus 38,68, 88)

Monique Garrigue-Viney

13 octobre 2008

Le silence de Lorna, film des frères Dardenne

Le film des frères Dardenne a obtenu le prix du meilleur scénario au festival de Cannes. Il était donc tentant de voir ce film à l’heure où l’on rencontre bien des scénarios faiblards. Il se joue toujours au Denfert, au Sept Parnassiens et au Trois Luxembourg. lorna1.jpg

Lorna, (remarquablement interprétée par Arta Dobroshi, originaire du Kosovo), a passé un deal avec la mafia de Liège pour obtenir la nationalité belge et une somme d’argent pour s’établir avec son copain Sokol. Dans un premier temps, elle doit se marier avec un drogué (joué par Jérémie Régnier, très crédible), qui sera ensuite exécuté en simulant une overdose. La jeune veuve pourra alors se marier avec un mafieux russe, qui obtiendra lui aussi la nationalité belge, et elle touchera une forte somme d’argent, qui lui permettra d’acheter un snack.lorna2p.jpg

Elle se retrouve donc à cohabiter avec le drogué Claudy, qui a reçu lui aussi de l’argent. Elle a une attitude froide et implacable vis-à-vis de lui, qui se met pourtant à espérer pouvoir se sevrer avec son aide, et s’accroche à elle comme à une bouée. Elle commence à le prendre en pitié, et propose à la mafia de l’épargner, en proposant le divorce. Mais la mafia ne l’entend pas de cette oreille….

lorna-4p.jpg

Le film est lent, silencieux, poignant, fort. L’incertitude règne sur jusqu’au bout. Les frères Dardenne affirment que tout reste possible : « Nous laissons la chance à nos personnages; nous pensons que les individus peuvent changer, et à partir de là tout peut changer… ».

Ne ratez pas ce beau film.

A.C.

12 octobre 2008

Ciné-ma différence

Après des vacances dont nous souhaitons qu'elles aient été bonnes et reposantes, chacun a repris ses activités quotidiennes. Il est donc temps de penser aux loisirs.

Vous trouverez ci-joint le calendrier des séances Ciné-ma différence de Paris pour l'année 2008-2009, à imprimer et afficher bien en vue...

Notre première séance a eu lieu dimanche 28 septembre au Majestic Passy avec "Faubourg 36", de Christophe Baratier, un film dans la lignée des Choristes.
buster_keaton_cameraman.jpg
Notez aussi
- la première séance à Nanterre, samedi 18 octobre, avec "Le Caméraman", avec Buster Keaton,
- l'avant-première de "Madagascar 2", dimanche 30 novembre, au Majestic Passy, en partenariat avec Paramount France.

L'équipe de Ciné-ma différence

Tel : 06 24 78 57 25-Courriel : -contact@cinemadifference.com -

Site : www.cinemadifference.com

07 octobre 2008

Ciné-ma différence

Samedi 11 octobre, à  11 heures

Wall-E - de Andrew Stanton  -en VF- durée 1 h. 37

au Cinéma L'entrepôt -
5-7 rue Francis de Pressensé, Paris 14ème (Métro Pernety)

 La salle ne peut accueillir plus de deux personnes en fauteuil : merci de réserver si vous ne pouvez vous transférer.

L'équipe de Ciné-ma différence sera également heureuse de vous rencontrer au Forum Paris Handicap, les 10 et 11 octobre, de 10h à 19h , Parvis de l'Hôtel de Ville, Stand F

Séances, infos et programmes :   www.cinemadifference.com

Courriel : contact@cinemadifference.com - Tél. : 06 24 78 57 25

29 septembre 2008

« Ressources humaines » de Laurent Cantet au Ciné club des conseils de quartier Pernety et Porte de Vanves

mercredi 1er octobre, 20h à l’Entrepôt. Tarif : 4 €. Entrée et débat.

 

« Frank, jeune étudiant dans une grande école de commerce, revient chez ses parents le temps d'un stage qu'il doit faire dans l'usine ou son père est ouvrier depuis trente ans. Affecte au service des ressources humaines, il se croit de taille a bousculer le conservatisme de la direction qui a du mal a mener les négociations sur la réduction du temps de travail. Jusqu'au jour ou il découvre que son travail sert de paravent a un plan de restructuration prévoyant le licenciement de douze personnes, dont son père. »

ressources humaines le père expliquant à son fils le fonctionnement d'une machine.jpg

En cette période où le chômage semble de nouveau s’amplifier ce film est tout à fait d’actualité. Double actualité, puisque l’auteur de cette œuvre sort en salle son film, palme d’or à Cannes, « Entre les murs »

 

Ce film sensible est aussi juste qu’un documentaire : constat simple, dépouillé. C’est pourtant beaucoup plus, c’est une oeuvre complète qui ne se limite pas au constat social mais évoque les  relations compliquées entre les patrons les ouvriers, les syndicats… Les contradictions entre les démarches revendicatrices et les sentiments des acteurs de ce conflit. L’incompréhension entre les victimes des transformations des entreprises, la révolte des uns, la « faiblesse ou soumission des autres »…  Sont décrits  avec vérité : L’amour du métier, les relations mêlées de sentiments entre les membres d’une même entreprise et l’attachement au cadre de travail, aux les machines utilisées….

C’est magnifique et poignant et au cœur de cette description, la relation du père (Jean Claude Vallod) et du fils (Jalil Lespert) donne une dimension particulièrement attachante à ce film.

ressources humaines.jpg

Dans Ressources Humaines, Jalil Lespert est entouré de comédiens amateurs. Chômeurs pour la plupart, ils ont été choisis en fonction de leur catégorie socio-professionnelle. Durant l'été 98, ils avaient participé à des ateliers d'écriture. Ce travail avait débouché assez vite sur un véritable scénario.

N’hésitez pas aller le voir mercredi prochain 1er octobre à 20h à l’Entrepôt. 4€ l’entrée, et le débat  qui sera sûrement très intéressant. Cinéma l’Entrepôt, 7 rue Francis de Pressensé. M° Pernety.

 

Monique Garrigue-Viney