Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 avril 2019

Trois auteurs du 14e arrondissement à Drouot (1)

Trois auteurs du 14e arrondissement présents à la journée du Prix Drouot des Amateurs du Livre d’Art 2019 : Maurice Culot, Patrice Maire, Philippe Montillet.

Organisé par Alexandre Giquello, commissaire priseur et président de Drouot Patrimoine, ce Prix Drouot présidé par Jean-Marie Rouart de l’Académie française, fut décerné en présence de Delphine Bürkliplatz, maire du 9e arrondissement à l’Hôtel des Ventes pour la quatrième année consécutive. Le 21 février, dés 11h, un public enthousiaste a eu tout loisir de découvrir les 40 auteurs de 36 livres présentés par 30 éditeurs, dans la Librairie Éphémère. Installée au rez-de-chaussée de Drouot, en partenariat avec la Librairie Fontaine-Haussmann, elle a proposé une longue séance de dédicaces.

Parmi les 6 ouvrages choisis pour leur haute qualité et leur précision par un jury de professionnels dans l’attribution du Prix Drouot décerné à " Napoléon l’Art en majesté " (Editions La Découverte-Paris) de Christophe Beyeler, figurait "Montparnasse 1900-1930 Art Nouveau-Art Deco" (AAM Éditions) de Maurice Culot et Patrice Maire co-auteurs. Architecte pour l’un et président de l’association Monts-14, membre des Journalistes du Patrimoine pour l’autre.

Montparnasse-1900-1930 Maurice Culot, Patice Maire.jpgMontparnasse 1900-1930 Art Nouveau- Art-Deco, de Maurice Culot et Patrice Maire  (AAM Edition)

Avec France de Griessen auteure des photographies contemporaines, ils ont exploré pas à pas ce quartier parisien, cosmopolite, culturel et festif qui marqua le paysage urbain de la fin du 19e siècle.

270 pages qui recensent pour la première fois, à Montparnasse et ses quartiers voisins Plaisance et le Petit Montrouge, des découvertes surprenantes, voire cachées ou oubliées de l’Art Nouveau. Elles redonnent vie à des signatures prestigieuses ou non, d’immeubles, édifices publics, religieux, tombes de cimetière, aux restaurants, brasseries, bars, dancings, pavements en mosaïque, glaces et céramiques. Elles font un clin d’œil à l’apparition du bow-window et d’une nouvelle profession, l’ornemaniste.

Quant aux écrivains et leurs écrits, les ateliers et leurs artistes, ils reprennent aussi des couleurs.

Voici un ouvrage de collection à lire absolument. Présenté dans Monts-14 de janvier- mars 2019  (Édition AAM), il est disponible en toutes librairies, suite aux soirées de dédicaces, celles de La Petite Lumière, Odessa, Tchan, Les Tropiques du 14e arrondissement.

(A suivre)

Lire la suite

Trois auteurs du 14e arrondissement à Drouot (2)

Les environs de Paris Atlas des cartes du XVIe. Siècle à nos jours, de Philippe Montillet, Hervé Blumenfeld, Pierre Pinon  editions La Découverte.jpg

Trois auteurs du 14e arrondissement présents à la journée du Prix Drouot des Amateurs du Livre d’Art 2019

Les environs de Paris-Atlas des cartes du XVIe. Siècle à nos jours, de Philippe Montillet, Hervé Blumenfeld, Pierre Pinon ( Editions Dominique Carré La Découverte Paris).

En cette journée du Livre d’Art à Drouot, voici une autre parution qui a également trait à l’urbanisme, les trois auteurs étant spécialisés dans cette discipline, ainsi que dans l’histoire et l’architecture. L’ouvrage pallie une lacune assez étrange concernant la région francilienne - qu’elle soit région Ile-de-France, banlieue de Paris, le Grand Paris, ou la Métropole du Grand Paris - par une grande prise de conscience des divers enjeux sociaux, politiques, culturels, artistiques et sportifs qu’elle suscite.

Trois grands chapitres couvrent la période 1590 à 2016, des contingences de la vie rurale au XVIIe.siécle à la difficulté du vivre ensemble au XXIe siècle. Au fil des pages, se succèdent des cartes géométriques, topographiques, d’état-major, vélocipédiques. Les modes de vie se sont modifiés, s’orientant vers les déplacements touristiques, les rivières, les premières à être représentées avec les cours d’eau, courent bientôt auprès des lignes de chemins de fer, ponctuées de vignettes signalant forêts et lieux patrimoniaux. C’est un vaste travail d’analyse historique, administratif, géographique, urbanistique, compréhensible pour tout public.

Richement illustré d’une cartographie parfaitement expliquée, l’ouvrage présente également l’évolution des techniques de reproduction des cartes, elles ne sont plus gravées, mais imprimées en héliographie avec 10 à 12 couleurs.

Cet Atlas est un magnifique cadeau pour les historiens, enseignants et étudiants, amateurs de cartes anciennes et randonneurs, disponible dans toutes les librairies du 14e arrondissement.

Marie- Lize Gall

Lire la suite

14 avril 2019

Librairie Ithaque : Rencontre avec Parisa Reza mardi 16 avril à 19h30

librairie Ithaque 16 avril 2019 rencontre avec Parisa Reza les confessions d'un anarchiste.jpgMardi 16 avril à 19h30 à la librairie  Ithaque : Soirée iranienne ! Rencontre-dédicace avec Parisa Reza à l'occasion de la parution de son nouveau roman "Les confessions d'un anarchiste" (Editions Gallimard).

Librairie Ithaque 73 Rue d’Alesia tel 01 43 22 85 51
75014 Paris 

"Les confessions d’un anarchiste"

Ce roman raconte les dix mois de résistance acharnée d'une ville assiégée, dans l'Iran du début du XXe siècle. Les révolutionnaires iraniens y combattent aux côtés des sociaux-démocrates caucasiens et géorgiens déçus par l'échec de la première révolution russe.
En 1906, le peuple iranien se soulève pour en finir avec la monarchie absolue. Mais le 23 juin 1908, sur ordre du Shah, la brigade cosaque persane bombarde le premier parlement iranien. Il s'agit, a priori, de la fin du rêve révolutionnaire. Une seule ville, Tabriz, refuse de se soumettre...
Dans cette fresque précise d'où surgissent de grandes figures héroïques, Parisa Reza s'attache à nous révéler un épisode fort peu connu de ce séisme qui a secoué l'Iran.

Le Livre Ecarlate : rencontre avec Claude Kiejman mercredi 17 avril à partir de 19h

le livre Ecarlate 17 avril 2019 rencontre Claude Kiejman pour Svetlana la fille de Staline.jpgLe Livre Ecarlate et éditions Tallandier vous invitent à une soirée - rencontre avec Claude Kiejman mercredi 17 avril à partir de 19h pour " Svetlana la fille de Staline "

La librairie Le Livre Ecarlate 31 rue du Moulin Vert 75014

25 février 2019

Le nouveau musée de la Libération de Paris situé place Denfert- Rochereau

 Pendant vingt-quatre ans , le musée de la Libération de Paris était situé au-dessus de la gare Montparnasse.musée jean moulin et de la libération  à denfert rochereau credit_Artene Architecture.jpg

Aujourd'hui, il déménage sous l'appellation  de  " Musée de la Libération- Musée du Général Leclerc- Musée Jean Moulin". et sera situé place Denfert-Rochereau, dans les pavillons conçus par l'architecte Claude Nicolas Ledoux  à la fin du XVIIIe siècle suivant le tracé du mur des Fermiers Généraux, qui à cette époque figurait les limites de Paris.

Il faut rappeler que le 25 août 1944 les colonnes du général Leclerc entrèrent à cet endroit dans la ville, parachevant la Libération de Paris. Par ailleurs, le PC du colonel Rol-Tanguy était situé dans les sous-sols du site.

 Ce musée sera inauguré le 25 août 2019, 75ème anniversaire de la Libération de Paris. Le musée gagnera en surface  2500m2, dont 660 m2 pour mettre en valeur les collections  permanentes, 230 m2 abritant le PC du résistant, 1500 m2 pour les expositions. Le visiteur pourra découvrir plus de 300 objets, documents et photographies,  et vidéos d'archives.(Image: 008.jpgLe poste de Commandement du Colonel Rol-Tanguy pendant la libération de Paris sera ouvert au public)

Ainsi, ce nouveau musée rendra témoignage des combats de la libération de Paris, qui ont précédé l'arrivée  de la 2ème D. B  du Général Leclerc par la porte d'Orléans et sa traversée  au niveau de la place Denfert-Rochereau.

Un nouveau musée qui ne pourra que mettre en valeur le souvenir de ces heures glorieuses mais difficiles de la Libération en août 1944.  

30 novembre 2018

Le pavillon Montsouris en sursis ?

Le pavillon Montsouris dans le parc Montsouris, Paris France.jpgDans un écrin de verdure, en plein parc Montsouris, le Pavillon Montsouris, très renommé pour sa situation et sa cuisine, classé aux Monuments historiques  pourrait voir sa situation évoluer ou disparaître.

 Un vœu du comité de quartier a été présenté au conseil d'arrondissement et voté à l'unanimité. Un nouveau cahier des charges a été présenté par la mairie. Il faut savoir que la concession arrive à son terme et qu' une mise en concurrence, un appel à candidature a été lancé...

Ce lieu est chargé d'histoire. Créé en 1889, sous la dénomination Pavillon du Lac, habillé d'une verrière en 1930, il a reçu  de prestigieux  clients : Lénine, Trotsky, Simone de Beauvoir, J.P. Sartre , Louis Jouvet et Marcel Carné.

Souhaitons que cet établissement puisse continuer ses activités, peut-être sous une autre Direction, et à satisfaire les nombreux clients fidèles au restaurant.  

29 novembre 2018

 Plaque en hommage à Maria Casarès 6, rue Asseline samedi 1er décembre

Maria Casares.jpegCarine Petit, Maire du 14e  arrondissement de Paris , le Conseil d’Arrondissement et le Conseil de quartier Pernety :

Vous invitent à la cérémonie au cours de laquelle sera dévoilée la plaque en hommage à Maria Casarès (1922-1996), comédienne et grande tragédienne, apposée sur la façade de l’immeuble où elle vécut  6, rue Asseline à Paris 14e.

Rendez-vous au 6, rue Asseline 75014 Paris le samedi 1er décembre 2018 à 14 heures

Maria Casarès, née María Victoria Casares Pérez le 21 novembre 1922 à La Corogne, en Galice (Espagne) et morte le 22 novembre 1996 à Alloue (France), est une actrice de cinéma et de théâtre espagnole, naturalisée française.

Elle compte parmi les grandes tragédiennes françaises, elle a été pensionnaire de la Comédie Française puis au TNP et Festival d' Avignon avec Jean Vilar,  elle a participé à des créations du théâtre contemporain... Elle est aussi apparue dans de nombreux classiques du cinéma — dont Les Enfants du paradis —, notamment dans les années 1940 et 1950

28 novembre 2018

La Société Historique et Archéologique du XIVe annonce: Giselle Prassinos, poétesse et artiste, par Annie Richard

Gisèle Prassinos par Annie Richard Le_monde_suspendu_de_Gisèle_[...]Richard Annie.JPEGSamedi 1er décembre à 15 heures  : la Quatrième Rencontre en partenariat  avec Femmes Monde, en présentant " Gisèle Prassinos, poétesse et artiste" par Annie  Richard, Présidente d'Honneur de Femmes Monde.

Gisèle Prassinos, née le 26 février 1920 à Constantinople, dans l'Empire ottoman, et morte le 15 novembre 2015 à Paris, est une poétesse, romancière, novelliste et artiste plasticienne. Ses premiers poèmes écrits à quatorze ans furent aussitôt admirés par les surréalistes. (Wikipédia)

Mairie du 14ème à la Salle des Mariages

2 place Ferdinand Brunot 75014

15 novembre 2018

"Carnets de balles et de voyage" de Marcel Santi exposition jusqu'au 2 décembre à la Cité Universitaire

cité internationale universitaire 17  boulevard jourdan  75014,maison heinrich heine fondation de l' allemagneLa Maison Heinrich HEINE,à la Cité Internationale Universitaire,  présente  le livre d’Histoire et d’Art de MARCEL SANTI (1897-1986) "CARNET de BALLES Dessins & Écrits des tranchées d’un Poilu de la Grande Guerre" avec une exposition des dessins. Envoyé au front pendant la Première Guerre mondiale, le dessinateur Marcel Santi a croqué de manière saisissante son quotidien et celui de ses camarades dans les tranchées.

Grand artiste et dessinateur témoin des tranchées de la Guerre de 14, Marcel Santi, patriote et pacifiste, a gardé vivant le souvenir de ses camarades morts à la guerre. On ne trouve chez lui ni haine ni esprit de revanche, mais toujours une proximité humaine par-delà les frontières.

Mais ces dessins et ces écrits sont cependant restés ignorés pendant plus d’un siècle. C’est la première fois qu’est présenté au public son immense talent de dessinateur et d’écrivain de la Première Guerre mondiale. Ses œuvres constituent un réquisitoire plus actuel que jamais contre les guerres recourant à des techniques terrifiantes dont les populations civiles sont les premières victimes.

La paix une fois revenue, Marcel Santi a œuvré pour le Mémorial de Verdun et pour des publicistes. Dans son "Carnet de voyage en temps de paix", ses dessins  nous mènent de Paris à Mougins en passant par Gentilly, Saint-Cloud, Grenoble, Cannes et Les Îles de Lérins, etc.  En contrepoint des destructions de la guerre, il nous y fait découvrir des paysages apaisants ainsi que des créations architecturales d’où se dégage une profonde harmonie. On aime se retrouver en ces lieux où le crayon magique de Marcel Santi nous insuffle un vrai bonheur de vivre.

Maison Heinrich Heine,  Fondation de l'Allemagne, 27 C  Bd Jourdan 75014 Paris
Exposition tous les jours de 10h à 20h du 8 novembre au 2 décembre 2018
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

12 novembre 2018

« Adieu mon soldat indien » au Ciné-quartier Mouton-Duvernet 13 novembre 2013 à 20h15

Le Conseil de quartier Mouton- Duvernet est très heureux de vous inviter le Mardi 13 novembre, à 20h15, au cinéma Chaplin Denfert. Nous commémorons la participation des soldats Indiens à la guerre de 1914-1918 en proposant la projection du  film « Adieu, mon soldat indien » de Vijay Singh, cinéaste Indien, habitant actuel de notre quartier.

adieu mon soldat indien.jpgSoirée en commémoration du Centenaire 14-18.
Le documentaire sera suivi d'une rencontre avec le réalisateur Vijay Singh et de l’actrice principale Paloma Coquant

« Adieu, mon soldat indien » de Vijay Singh

Depuis des années, en France, Paloma accompagne sa grand-mère, Monique, sur une tombe pour célébrer une fête indienne. Un jour, celle-ci lui apprend que son propre père était le fils d'un soldat indien inconnu, fauché durant la Grande Guerre. La jeune femme décide alors de reconstituer son parcours, découvrant l'histoire des bataillons indiens venus combattre dans l'Hexagone.

Adieu, mon soldat indien est un portrait émouvant des soldats indiens qui sont venus combattre en France et en Belgique lors de la Première Guerre Mondiale. La présence de ces 150.000 combattants indiens venus en Europe est un fait historique très largement méconnu de l'histoire de France. Dans ce film, Vijay Singh, romancier-cinéaste indien, raconte l'histoire de ces soldats avec un regard empreint d'affection et d'humanisme.

Un débat suivra en présence du réalisateur Vijay Singh qui commentera le film avec l’actrice principale et répondra à vos questions. L’échange sera tout à fait passionnant et permettra de souligner le fait que la guerre de 14-18  a été un conflit vraiment mondial auquel ont participé des troupes venues de tous les continents. 

Ne ratez pas cette occasion de découvrir ce film très intéressant et de rencontrer son réalisateur qui vit en France,  dans notre quartier. Ainsi cet événement réunit tout à la fois plusieurs centres d'intérêt : le cinéma, l'histoire mondiale, et la vie artistique de notre quartier !

Séance ouverte à tous au cinéma Chaplin Denfert 24, Place Denfert Rochereau

Tarif unique : 5€ 

Lire la suite

10 novembre 2018

Commémoration de la guerre 14-18 dans le 14ème

- Commémoration du 11 novembre dans le 14èmemonument aux morts paris 14.jpg

Dimanche 11 novembre à 11h30

Commémoration du 11 novembre, jour de célébration de l’Armistice 1918, de la commémoration de la Victoire et de la Paix et jour d’Hommage à tous les morts pour la France.

Monument aux Morts face à la Mairie du 14ème-place Ferdinand Brunot

le chemin de-memoire le 14e pendant la guerre de 14-.jpg- Exposition « Chemin de Mémoire » du 5 au 19 novembre

Exposition de photos sur la vie quotidienne et les combats  pendant la guerre 1914-1918 réalisée avec la Société Historique et Archéologique du 14ème . Les panneaux sont installés sur les grilles du Square Ferdinand Brunot, face à la Mairie du 14ème

- Exposition "La guerre des Crayons", 11 au 17 novembrela guerre des crayons exposition dans le 14ème en novembre 2018.jpg

Pendant toute la durée du conflit de 14/18, les élèves des écoles des rues Sainte-Isaure et Lepic à Montmartre furent invités par leurs instituteurs à dessiner la guerre. Ces œuvres délivrent un bien rare : la parole des enfants. Que perçoit-on du chaos quand on a entre 6 et 13 ans et qu’on est soumis à une intense propagande guerrière ? 

(Livre de Marion Pignot - Editions Parigramme)

Hall de la Mairie du 14e, 2 place Ferdinand Brunot

- Plusieurs événements de la Fureur des mots dans le 14ème jusqu’au 27 novembre sont consacrés aussi à  des écrivains, à des films, des oeuvres picturales …évoquant la guerre de 14 -18.

08 novembre 2018

Une plaque en mémoire de Robert CAPA au 37 rue Froidvaux

RobertCapa by GerdaTaro sa compagne en 1937 pendant la guerre d'espagne.jpgLe jeudi 8 novembre 2018 à 10 heures 45 sera dévoilée une plaque  en mémoire de Robert CAPA devant l’immeuble sis 37, rue Froidevaux dans lequel il avait installé son atelier de photographie avec Gerda TARO (1910-1937) et David « Chim » SEYMOUR (1911-1956)

Cette cérémonie aura lieu en présence de Anne HIDALGO Maire de Paris, Christophe GIRARD Adjoint à la Maire de Paris pour la culture, Carine PETIT Maire du 14e arrondissement, Karen TAÏEB Adjointe à la Maire de Paris chargée du patrimoine p

 Robert CAPA (1913-1954) pseudonyme d'Endre Ernő Friedmann, né le 22 octobre 1913 à Budapest et mort le 25 mai 1954 en Indochine, est un photographe et correspondant de guerre hongrois. 

Photojournaliste, correspondant de guerre et co-fondateur de l’agence MAGNUM PHOTO

Photo de Robert Capa prise par sa compagne Gerda Taro en mai 1937, durant la Guerre d’Espagne.

06 novembre 2018

"Carnets de balles et de voyage" de Marcel Santi : soirée le 7 novembre et exposition jusqu'au 2 décembre à la Cité Universitaire

Carnets de balles et de voyage Santi desssins et écrits des tranchées suivi de carnet de voyage.pngDans le cadre du Centenaire 14-18, rejoignez-nous, le 7 novembre à 19h pour une soirée à la Maison Heinrich Heine de la Cité Universitaire autour du livre "Carnets de balles et de voyage" de Marcel Santi : dessins et écrits des tranchées d'un Poilu de la Grande guerre.

Envoyé au front pendant la Première Guerre mondiale, le dessinateur Marcel Santi a croqué de manière saisissante son quotidien et celui de ses camarades dans les tranchées. Cette exposition consacrée à l’artiste présente ses croquis récemment publiés par Jean-Pierre Hammer (Éditions Karthala 2017), ainsi que d‘autres dessins réalisés au cours de ses voyages à travers la France. L’éditeur présentera ce nouveau recueil ainsi que le parcours du peintre à l’appui de photos.

La soirée se déroulera en présence de Madame Christiane Deussen, Directrice, de Jean-Marc Ayrault, ancien 1er ministre et Président de la Mission de la mémoire de l’esclavage, des  traites et de leurs abolitions, et de l’auteur J.-P.Hammer. 

Modération assurée par François Heintz, journaliste à La Page du 14ème

Présentation du livre et de l’exposition le mercredi 7 novembre à 19h30 précises à 21h. 

Visite libre de l’exposition à partir de 21h, dans le cadre d’Art-Hop-Polis.

Commencez ou poursuivez la soirée avec d’autres expositions, organisées dans le cadre du projet Art-Hop-Polis, dans les maisons participantes : Maison de la Tunisie, Fondation des États-Unis, Maison du Mexique, Collège d’Espagne et Maison du Portugal – André de Gouveia

Entrée libre - Réservation conseillée pour cette soirée du 7 novembre :contact@maison-heinrich-heine.org 

 Maison Heinrich Heine 27 C  Bd Jourdan 75014 Paris - tél : 01 44 16 13 00

Lire la suite

05 novembre 2018

Récital littéraire : Derniers feux...jeudi 8 novembre à la Cité U

cité u 8 nov 2018 récital littéraire à maison heinrich heine .pngRécital littéraire : Derniers feux... Die letzten Feuer...  jeudi 8 novembre  de 20h00 à 22h00

Dans le cadre du Centenaire 14-18

Cent ans après, un récital à deux voix pour évoquer en mosaïque la fin de la Grande Guerre (1914-1918). Un duo d’artistes franco-allemand offre un dialogue entre la musique pour piano de compositeurs de l’époque et les mots de grands écrivains pour partager autrement la réalité de la guerre. Une réflexion et une méditation sur la paix, non dénuée d’humour.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Théophile Choquet comédien - Lennart Felix pianiste

Maison Heinrich Heine

Cité internationale universitaire de Paris
27 C, Boulevard Jourdan F – 75014 Paris

tél. + 33 (0)1 44 16 13 00
info@maison-heinrich-heine.org

04 novembre 2018

La Fureur des Mots du 5 au 27 novembre

la fureur des mots du 5 au 27 novembre 2018.pngLa fureur des mots revient pour une nouvelle édition en cette année hautement symbolique pour la mémoire collective. Un choix du souvenir... mais également de la vie d’après.

Durant cette quinzaine, conférences, lectures ou spectacles évoqueront les années folles, l’émancipation des femmes mais également l’héritage politique avec le pacifisme et la montée du communisme. Colette et Apollinaire côtoieront Romain Rolland et Pierre Lemaître.

Au - delà des mots, vous pourrez aussi vous plonger dans « La guerre des crayons » avec les très émouvants dessins des enfants des écoles pendant la guerre, conservés au musée Montmartre et exposés à la Mairie.

Exposition La guerre des Crayons, 11 au 17 novembre (Livre de Marion Pignot - Editions Parigramme)

Pendant toute la durée du conflit de 14/18, les élèves des écoles des rues Sainte-Isaure et Lepic à Montmartre furent invités par leurs instituteurs à dessiner la guerre. Ces œuvres délivrent un bien rare : la parole des enfants. Que perçoit-on du chaos quand on a entre 6 et 13 ans et qu’on est soumis à une intense propagande guerrière ? 

Hall de la Mairie du 14e, 2 place Ferdinand Brunot 75014

Lire la suite

Festival de lectures-spectacles au Théâtre 14

Les Universités Populaires du Théâtre  et le Magasin d’Ecriture théâtrale proposent un festival de lectures-spectacles les  5, 6 et 7  novembre 2018 au Théâtre 14

Populaire, intelligent et… gratuit !

Armistices- 1918 – 2018

A l’issue de l’hécatombe de la « Grand Guerre » un grand mouvement pacifiste mondial s’est levé :

 « Plus jamais ça !» Mais la « Der des Ders » ne l’est pas restée longtemps.Le traité de Paix signé à Versailles portait en lui tous les germes des conflits à venir. De Gaulle parle d’ailleurs dans ses mémoires de la Guerre de trente ans (1914-1944).

Ce constat nous invite à la lucidité et à la vigilance. Seules l’éducation et la mémoire peuvent nous éviter de retomber dans les mêmes erreurs. Autour de ces thèmes nous rassemblerons des textes porteurs d’espoir et d’avenir sur Franscisco Ferrer,  Stephen Zweig, Romain Rolland, Henri Barbusse…

 Réservation au 01 45 45 49 77 du lundi au samedi de 14h à 18h00

 Théâtre 14 20 avenue Marc Sangnier 75014 Paris

Métro : Porte de Vanves, bus : 58 et 95, tramway T3 : Didot, vélib face au théâtre, autolib à 100m, stationnement facile.

 http://theatre14.fr/saison/spectacle/luniversite-populair...

Programme cliquez sur lire la suite

Lire la suite

25 octobre 2018

La petite histoire de nos rues

général de Maud'huy 2.jpg-Rue du Général de Maud'huy 

Le général Louis Ernest de Maud'huy (1857 - 1921) participa à la première bataille de la Marne ( septembre 1914) comme commandant du 18e Corps, à la gauche de la Ve Armée. Dès le début d'octobre 1914, il reçut le commandement de la Xe armée qu'il engagea dans la " course à la mer", livrant toutes les batailles de la région d'Arras. Il commanda ensuite la VIIe Armée dans les Vosges ( 1915) puis, de 1916 à 1918 les 15e et 11e Corps.

Il semble qu'il ait été envisagé de lui dédier une avenue (comme au général Maistre) mais ce fut finalement une rue qui lui échut. 

 La rue du général de Maud'huy commence boulevard Brune, non loin de la Porte de Châtillon.

- Rue Le Brix et Mesmin 

 Ces deux aviateurs de la génération de l'époque héroïque des grands René Mesmin, Joseph Le Brix, Marcel Doret, 1931.jpgraids - Joseph Le Brix ( 1899 - 1931) et René Mesmin - (1897 - 1931) trouvèrent la mort en Sibérie au cours d'une tentative de vol Paris-Tokyo.

Le Brix avec Dieudonné Costes avait réussi le 14 octobre 1927 la traversée de l'Atlantique sud, mettant ainsi Rio de Janeiro à  quatre jours de Paris. Cet exploit avait été suivi d'un tour du monde de Rio de Janeiro à San Francisco, puis, Tokyo-Paris en sept jours ( 8 - 14 avril 1928).

 Après un tour d'Europe avec Costes, toujours en 1928, Le Brix, en 1931 détenait 8 records du monde en avion, dont celui de distance et de durée en circuit fermé, avec 10 732 kilomètres.

Le Brix aurait habité non loin de la rue dont il partage le nom avec son mécanicien Mesmin.

 Cette voie commence au n° 107 du boulevard Jourdan.

- Documentation extraite du N° 44 de la revue de la S.H.A. du XIVe

Photo 2 : René Mesmin, Joseph Le Brix et Marcel Doret devant le Trait-d'union en 1931.

 

18 octobre 2018

La petite histoire de nos rues

général Humbert division marocaine 1914.JPGGénéral Humbert ( rue du)

Le général Georges Louis Humbert ( 1862 - 1921 )  avait débuté sa carrière aux colonies.

En 1914, il prit une part importante  à la terrible bataille des marais de Saint-Gond.

Placé en 1918 à la  tête de la IIIe Armée sur l'Oise, il contribua à contenir les trois derniers assauts allemands des 21 au 27 mars, 9 au 11 juin et 10 au 23 aout. Le 15 aout fut le jour noir des armées allemandes commandées par le général Ludendorff. La grande  Guerre devait s'achever trois mois plus tard , le 11 novembre 1918 après 1563 jours de combats. 

La rue du général Humbert débouche au voisinage du N° 10 du boulevard Brune.

-Général Maistre ( rue du )général MAISTRE.jpg

Le général Paul André Marie ( 1858 - 1922) fut en 1914 le chef d'état-major de la IVe Armée. Il commanda ensuite le 21e corps en Picardie et en Artois.

Le commandement de la VIe Armée lui échut en 1917, et c'est avec celle-ci qu'il remporta la victoire de la Malmaison.

Passé au commandement de la Xe Armée, il fut, la même année, envoyé en Italie à la tête des divisions françaises qui eurent à colmater l'énorme brèche ouverte dans le dispositif allié lors de l'écrasante défaite de l'armée italienne à Caporetto par les Austro-Allemands ( novembre 1917).

A son retour en France, après avoir rempli sa mission, il exerça le commandement du Groupe d'Armées du front français durant les six derniers mois de la Grande Guerre.

La rue du général Maistre commence rue Henry de Bournazel. Au n° 7, une plaque commémorative rappelle que dans cet immeuble, vécut l'institutrice Jeanne Grimaud, morte en 1944 en déportation au camp de Ravensbrück.

- Documentation  extraite de la Revue  N°44 de la S.H.A  du XIVe

04 octobre 2018

Conférences de la Société historique et archéologique du 14ème

société historique et archéologique du 14ème.jpeg Conférences 

La SHA du 14ème tiendra une conférence le 6 octobre à 15 heures, animée par Jean-Louis Robert sur le thème : "Ce que les images ont à dire d'un quartier. Plaisance 1850-1980 ".

Le 13 octobre à 15 heures, Yvan Belledame présentera : "La grande guerre au fil des cartes postales".

Ces conférences ont lieu à la mairie du 14ème dans la salle polyvalente.

2 place Ferdinand Brunot 75014

01 octobre 2018

L'horticulture au 18ème et 19ème siècle dans le 14ème- (III) La famille Cels (suite)

Cels planche de Pierre- joseph redouté 1799 Campanula_tomentosa.jpgJacques Philippe Cels, grâce à des contacts épistolaires, augmente ses collections. Sa correspondance s'étend à l'Allemagne, à la Hollande, à l'Espagne d'où le professeur Ortega et l'abbé Cavanilles lui envoient de Madrid des plantes venant d'Amérique espagnole. D'Angleterre, le botaniste d'Oxford Sibthorp lui envoie des graines de Grèce et d'Asie Mineure.

Cels met ses richesses à la disposition de ses correspondants, les aidant à former des collections considérables. Ainsi le Jardin de Kew à Londres lui doit un certai(Source Wikipédia)n nombre de plantes nouvelles.Cels chrysanthème  de la collection c du bonatiste Jacques Philippe Martin Indian_mum_Chrysanthemum_indicum.jpg

Ses grandes connaissances en économie rurale le font désigner pour participer à la commission de l'agriculture et des arts. En compagnie de Vilmorin et de Thouin, il empêche la destruction des établissements de l'Etat ou de propriétés dignes d'êtres conservées.

Cels meurt le 15 mai 1806. Indifférent à la fortune, aux honneurs et à la gloire, il ne s'est intéressé qu'aux progrès de la science,, à son jardin et aux intérêts publics. Il croyait à la justice et à la vérité. Pendant la Révolution, il n'hésita pas à participer au salut de plusieurs proscrits.

Documentation extraite de la revue de la S.H.A. du 14e.

Planche 1 Campanula tomentosa,  Description des plantes nouvelles et peu connues, cultivées dans le jardin de J.-M. Cels du botaniste Étienne Pierre Ventenat et illustrées par Pierre-Joseph Redouté 1799 et gravées par François Noël Sellier (Source Wikipédia)

Planche  2 Chrysanthème de la collection du botaniste Jacques Philippe Martin Cels.

En 1790, le pépiniériste Cels de Montrouge, envoya quelques pieds de chrysanthèmes pourpres en Angleterre. Ils étaient arrivés à Marseille en 1789, ramenés de Chine par le capitaine Blancard. Ils fleurirent en 1795 et une description et illustration de Curtis parut dans le Botanical Magazine en 1796  (Source Wikipédia)

Les descendants de la famille Cels-L'horticulture au 18ème et 19ème siècle dans le 14ème ( IV )

1931431595.jpgAprès la mort de Jacques Philippe Martin Cels, son fils François continuera à 35 ans, l'œuvre de son père dans son établissement de Montrouge. En 1808, il transporte son établissement entre les barrière du Maine et du Montparnasse, en se bornant à la culture des plantes d'ornement.

En 1832, il publie un catalogue où ressortissent plus de 4 000 espèces et des collections spéciales, soit un millier de plus que dans le catalogue édité par son père. En  1827, il participe à la formation de la Société d'Horticulture de Paris. Il meurt en 1832. A sa mort, ses fils Auguste-Louis et son frère Jean-François reprennent l'œuvre de leur père. Ils réunissent des collections de plantes frères cels Camellia et Rosiers cultivés dans l'Établissement Horticultural des Frères Cels, Paris, 1843-1844_0000.jpgd'ornement, de plein air et de serres. Leur établissement a une surface d'un hectare, comportant sept serres chaudes, sept serres tempérées et une orangerie. François renoue des relations avec les horticultures de Belgique et d'Angleterre jusque vers 1850 date à laquelle les deux frères se séparent. François s'adonne principalement à la culture des cactées. Il meurt en 1888. 

La famille Cels a eu la pépinière la plus active dans l'introduction et la naturalisation des végétaux exotiques. Leurs activités pendant un siècle se sont déroulées dans le 14ème arrondissement. Ils ont découvert les secrets pour les boutures et les greffes sur un grand nombre de végétaux d'une multiplication difficile. Pédagogues accomplis, ils ont accueilli des jardiniers qui reçurent dans leur établissement une formation de haut niveau. Ainsi Antoine Chantin fut initié par leurs soins.

Documentation extraite du n° 44 de la revue de la SHA du 14ème

24 septembre 2018

La Société historique et archéologique du 14ème fin septembre et octobre 2018

société historique et archéologique du 14ème.jpeg- 29 septembre 15h présentation  par Francis Mandin de son film « Plaisance à la Belle Epoque »  (Francis Mandin est l’ auteur de « La véritable histoire du  château du Maine, ou les mystères d’un domaine disparu au cœur du quartier de Plaisance »)

- Conférences 

La SHA du 14ème tiendra une conférence le 6 octobre à 15 heures, animée par Jean-Louis Robert sur le thème : "Ce que les images ont à dire d'un quartier. Plaisance 1850-1980 ".

Le 13 octobre à 15 heures, Yvan Belledame présentera : "La grande guerre au fil des cartes postales".

Ces conférences ont lieu à la mairie du 14ème dans la salle polyvalente.

2 place Ferdinand Brunot 75014

19 septembre 2018

Activités de la Société Historique et Archéologique du 14ème

maquettesLes 15 et 16 septembre dans le cadre des balades du patrimoine, la Société Historique du 14ème vous a donné  rendez-vous à 10h. à la mairie annexe 2 rue Pierre Castagnou, pour une découverte intitulée :"la balade de Montparnasse", où il sera présenté 16 monuments historiques. De même à 15 heures, : "La balade sur les pas d'Alberto Giacometti"  où ces lieux d'art et de vie  ont été évoqués.

-Expositionmaquettes

La mairie du 14ème présente jusqu'au 23 septembre une double  exposition dédiée aux ateliers d'artistes de l'arrondissement
Du 15 au 23 septembre - Du Lundi au vendredi, de 10h à 19h – Samedi et Dimanche, de 11h à 18h
Exposition historique : Les plus grands architectes ont réalisés les ateliers des plus grands artistes du XXème siècle dans le 14ème. Découvrez les maquettes et les photographies de l’atelier d’architecture de Jean-Claude Delorme.
La vie des ateliers aujourd’hui : Une vingtaine de membres du Photo-club Paris Val-de-Bièvre ont photographié de nombreux artistes du 14e, en alternant portraits, vues larges des ateliers et détails du travail.

A la Mairie annexe, 12 rue Pierre Castagnou 75014

- 29 septembre présentation  par Francis Mandin de son film « Plaisance à la Belle Epoque »  (Francis Mandin est l’ auteur de « La véritable histoire du  château du Maine, ou les mystères d’un domaine disparu au cœur du quartier de Plaisance »)

- Conférences 

La SHA du 14ème tiendra une conférence le 6 octobre à 15 heures, animée par Jean-Louis Robert sur le thème : "Ce que les images ont à dire d'un quartier. Plaisance 1850-1980 ".

Le 13 octobre à 15 heures, Yvan Belledame présentera : "La grande guerre au fil des cartes postales".

Ces conférences ont lieu à la mairie du 14ème dans la salle polyvalente.

16 août 2018

La Petite Ceinture en temps de guerre (V)

La Petite Ceinture" a joué un rôle stratégique certain en période d'hostilités. Elle fut utilisée en 1870 par Napoléon III pour rejoindre les armées de l'est. Courant août 1870, les troupes françaises furent acheminées sur le camp de Châlons. Le 7 août, le 7ème corps du Général Douay abandonnait Mulhouse et reculait entre Belfort et Montbéliard.

Le trafic militaire de la Petite Ceinture entre les gares de Bercy et de la Villette fut intense.  On peut signaler que 30 000 hommes, 12 000 chevaux et 1300 canons prirent place dans 108 trains se succédant à la gare de la Villette, chacun à 150 mètres de distance. A cette époque, deux trains blindés furent construits près de la gare d'Ivry. Il s'agissait de canons de marine placés sur un wagon recouvert de plaques de blindage formant casemate cuirassé. Lors de l'épisode de la Commune, les Fédérés s'en emparèrent et s'en servirent entre Asnières et Paris et sur le viaduc d'Auteuil, en appui des canonnières embossés en Seine.

Pendant la Première Guerre Mondiale, des trains militaires circulèrent sur la Petite Ceinture, et lors de la Seconde Guerre Mondiale, les Allemands acheminèrent par cette voie ferrée troupes, matériels et munitions. Le 23 août 1944, les FFI et la FTP attaquèrent en gare de Ménilmontant des convois allemands. 

- Documentation extraite du N° 44 de la S.H.A DU 14E;

08 août 2018

L'histoire du chemin de fer de la Petite ceinture (IV)

Petite ceinture en 1921 carte_pc_1921.jpgNous poursuivons notre voyage sur le Petite Ceinture en évoquant l'exploitation et le trafic sur la ligne.

Un service de jonction entre les grandes lignes des divers réseaux fonctionnait. Ainsi :

- Entre les gares du Nord et de Lyon et Orléans, les trains de pèlerins étaient acheminés ainsi que de militaires et de migrants. (une quinzaine par jour vers 1900).

- Un service circulaire de 6 trains à l'heure, matin et soir, mais 4 dans la journée. Les dimanches et fêtes 4 trains par jour et 6 le soir.

- Un service partiel, de la gare Saint Lazare à Auteuil et à Champ de Mars et de Champ de Mars à Courcelles Ceinture.

La construction de deux lignes de métro circulaire (lignes 2 et 6) fit baisser le trafic voyageurs. Ainsi, de 39 millions en 1900 (expo universelle), le nombre de voyageurs se stabilise à 30 millions puis à 17 millions en 1913, et moins de 7 en 1927.

1934 verra la fermeture définitive de la ligne aux voyageurs.

 Document :Carte de la Petite Ceinture ferroviaire en 1921

Documentation extraite du n° 44 de la SHA du 14ème-

03 août 2018

L'histoire du chemin de fer de la Petite Ceinture (III)

Quelques dates sont nécessaires pour fixer l'histoire de la Petite Ceinture.

1845 - un projet de chemin de fer est élaboré pour approvisionner les halles centrales.

1851 - Décret de concession de la P. C.

Petite Ceinture vers 1885  passage à niveau aquarelle_g_scott_pf-ce856.jpg1852 - Première mise en service des Batignolles à la Chapelle.

1854 - Mise en service de la Chapelle à Bercy.

1862 - Service voyageurs entre les Batignolles et Bercy.

1867 - Service voyageurs ouvert en totalité sur le parcours.

1886 - Suppression des passages à niveau.

1900 - Mise en service de Courcelles au Champ de Mars ; Petite Ceinture gare_du_champ_de_mars_1900_exposition_universelle_pf-78c48.jpg(Exposition Universelle).

1934 - Suppression du trafic de voyageurs.

1935 - La Compagnie du Nord exploite la P. C. (rive droite et gauche)

1960 - Démolition du viaduc d'Auteuil.

Aujourd'hui, le démembrement des voies est un fait irréversible. La SNCF est toujours propriétaire des terrains. Diverses options écologiques -terrains de jeux ou de promenades- sont étudiées, en liaison avec la Ville de Paris et les arrondissements mitoyens.

 Photo 1 : aquarelle représentant un passage à niveau sue les grands boulevards vers 1885

Photo 2: la gare du Champ de Mars pour l'Exposition Universelle en 1900

28 juillet 2018

Jean Moulin (1899-1943) - 1ère partie-

jean moulin,rue des plantes 75014Une avenue du 14ème porte son nom. Mais Jean Moulin a vécu dans notre arrondissement, 26 rue des Plantes. C'est donc à ce titre que nous évoquerons ici sa mémoire.

Son père est professeur de français et de latin. Inscrit au parti radical, il fut adjoint au maire de la ville de Béziers et devint président de la filiale de la Ligue des droits de l'homme de cette ville, puis  élu du Conseil Général.

Jean Moulin est né à Béziers le 20 mai 1899. Il fait ses études secondaires dans cette ville puis s'inscrit à la faculté de Droit de Montpellier en 1917. Mobilisé en 1918, il se retrouve démobilisé à Paris. Il est nommé attaché au Cabinet du préfet en novembre 1919.

Poursuivant ses études de droit, il obtient sa licence de droit en 1921, puis est nommé chef de cabinet à la préfecture de Savoie à Chambéryjean moulin,rue des plantes 75014. Il se lie rapidement avec la société locale tout en poursuivant ses activités artistiques, collaborant avec de nombreux journaux humoristiques parisiens. Il fera longtemps durant sa vie des caricatures, publiées sous le pseudonyme de Romanin.

Jean Moulin est très apprécié par son travail. A 26 ans, il devient le plus jeune sous-préfet de France.

En 1926, il se marie mais son idylle dure peu avec Marguerite Cerruti qui déserte le foyer pour retourner à Paris. Il divorce en 1928. Il rencontre alors Pierre Cot député de Savoie avec qui il se lie d'amitié. Son destin prend alors un autre virage.

Photo 1 : Jean Moulin, sous-préfet

Photo 2 : Dessin A Montparnasse de Jean Moulin alias Romanin

08 juillet 2018

L'histoire du chemin de fer de la Petite Ceinture (II)

Les mises en service se firent progressivement à partir de 1852 (Second Empire). Ainsi, on vit l'inauguration du chemin de fer rive droite, de la gare des Batignolles (compagnie de l'Ouest) jusqu'à la gare d'Orléans (PO). Puis ce fut l'inauguration de la ligne vers l'est entre les Batignolles et la gare marchandises de la Chapelle. La construction de ces lignes était aux frais de l'Etat qui les livrait aux compagnies concessionnaires.

Paris-StGermain-117083992_o.jpg

(gravure de Victor Hibet , représentant "l'embarcadère de l'Europe" du Paris-Saint Germain, en fonds la butte Montmartre)

Monsieur Pereire, directeur du chemin de fer du Paris Saint Germain s'engagea en août 1852 à construire une ligne du Pont Cardinet jusqu'à Auteuil. La mise en service eut lieu le 2 mai 1854. C'était l'amorce de l'ouverture de la Petite Ceinture vers la rive gauche.

En 1862, un service de voyageurs fut ouvert par l'est des Batignolles à Bercy. En 1867 fut mis en service le trafic des voyageurs d'Auteuil à Ivry. La voie ferrée était bouclée. Et pour desservir l'exposition universelle, Grenelle fut raccordé au Champ de Mars.

L'empereur Napoléon III aurait insisté en 1861 pour activer le bouclage de la Petite Ceinture et donner ainsi satisfaction aux populations déshéritées. Il faut noter qu'à compter du 1er janvier 1860, les communes  ou parties de communes situées en deçà de l'enceinte fortifiée de Louis Philippe devinrent partie intégrante de Paris, qui passe alors de 3300 hectares à 7100 hectares et sa population de 1,2 million à 1,6 million, répartie en 20 arrondissements au lieu de 12 et 80 quartiers au lieu de 48. Les habitants des arrondissements périphériques furent donc les premiers bénéficiaires du nouveau chemin de fer. Celui-ci était raccordé à toutes les lignes pénétrant par ailleurs dans la capitale.

22 juin 2018

Romain Rolland (suite et fin )

roamin Rolland, Charles Péguy, Stefan ZweigLa seconde Guerre mondiale verra Romain Rolland, en 1940,  habiter 89, boulevard du Montparnasse, dans le 6ème arrondissement.  Il mène alors une vie très retirée et se consacre à la rédaction d'un livre sur son ami Charles Péguy qu'il terminera à la veille de sa mort, le 30 décembre 1944.

Romain Rolland a eu la joie de voir la libération de la France. Enterré dans sa ville natale , Clamecy, sa dépouille sera transférée à Brèves, à 10 km de Clamecy.

Sa femme se consacra à la mémoire de son mari en faisant publier de nombreuses oeuvres posthumes, dans la collection des Cahiers de Romain Rolland, et qui se rapporte à son abondante correspondance avec de nombreux amis dispersés en divers pays.

Romain Rolland fut un homme passionné par l'art et la musique. Il fut toujours à la recherche de la vérité dans tous les domaines. Mais il demeura solitaire en dépit de nombreux amis. Stephan Zweig disait de lui : "Rolland se refusa à jouer auprès de ses semblables le rôle d'une autorité. Il exige de chacun qu'il reconnaisse la seule autorité de sa conscience". 

Il fut toujours partagé entre la foi et la raison, son internationalisme et son attachement à la patrie. Il ne cessa de se battre en faveur de la défense de la paix et de l'entente entre les peuples européens, particulièrement entre la France et l'Allemagne. Il chercha " à tout comprendre pour tout aimer".

-  Documentation extraite du numéro  43 de la S.H.A du 14e.

                                                                           F I N

« Rolland était le premier Français auquel je parlais depuis trois ans. Je savais parfaitement que cet ami qui était roamin Rolland, Charles Péguy, Stefan Zweigdebout devant moi était l'homme le plus important de cette heure de l'histoire du monde, que c'était la conscience morale de l'Europe qui me parlait. » Stefan Zweig, Le Monde d’hier, 1934.

Cet exercice d’admiration témoigne d’une magnifique amitié qui a duré trente ans : celle qui a réuni, de 1910 à 1940, deux écrivains de renom, le Français Romain Rolland et l’Autrichien Stefan Zweig. (l’ Express à propos de la Correspondance entre les deux grands écrivains de le première moitié du XXe siècle, fervents défenseurs de l'amitié franco-allemande)

Photos:  Romain Rolland à gauche, Stefan Zweig à droite

17 juin 2018

Romain Rolland (suite) : l'écrivain engagé

Romain Rolland Au-dessus de la melée, 1915 édition intégrale jpg.jpgEn 1912, il abandonne tout professorat et se consacre à son œuvre. En 1913, il reçoit le Grand Prix de Littérature de l’Académie Française. En août 1914, il publie un livre : « Au dessus de la mêlée » faisant preuve d’un pacifisme mal reçu, ce qui lui vaudra de durables inimitiés. En 1916, il reçoit le prestigieux prix Nobel de littérature dont il offre le montant à la Croix Rouge suisse.

En 1919, toujours au service d’un pacifisme actif, il écrit son roman « Clérambault ». Partisan d’une entente entre les peuples européens, il fonde la revue Europe en 1922.

Non violent, il s’intéresse à l’hindouisme, et à la non-violence (Mahatma Gandhi), rencontrant le poète indien Rabindranath Tagore. En 1919, il publie « Colas Brugnon » contrastant avec ses œuvres habituelles. Entre 1922 et 1934, il publie « L’âme enchantée » exaltant l’instant puissant de la vie. Jusqu’à sa mort, il fera preuve d’une vaste culture musicale, développant en plusieurs volumes les grandes périodes créatrices de Beethoven. De 1922 à 1937, il s’installera en Suisse à Vevey, car sa santé est fragile.
En 1927 à 61 ans, il adhère au parti communiste, bien qu’il fût toujours opposé à une quelconque doctrine. Il tente de concilier « la pensée de l’Inde et celle de Moscou ». En 1932, il organise avec Henri Barbusse le Congrès mondial contre la guerre. En 1933, président d’honneur du Comité National de Lutte contre la guerre et le fascisme. En 1935, il séjourne chez Maxime Gorki mais n’eut pas le courage d’André Gide de critiquer certains aspects du régime soviétique.
En 1938 il achète une maison à Vézelay et proteste contre les accords de Munich. En 1939 il fait jouer à la Comédie Française sa pièce : « Le jeu de l’amour et de la mort ». La guerre déclarée, provoque chez Romain Rolland un conflit existentiel à travers l’entente intervenue entre l’Allemagne et l’URSS. (à suivre)-

- Documentation extraite du N° 43 de la S.H.A du 14ème