Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 mars 2013

Démission de Benoît XVI: l'opinion d'un lecteur

Que de gorges chaudes à propos de la démission de Benoit XVI ! La question n’est pas de savoir s’il devait ou non se résigner à quitter sa charge. Que ce soit la mort ou l’aveu de son incapacité à conduire l’Eglise qui mette un terme à sa mission, quelle importance ? La question est de savoir pour quelles raisons précisément, il a mis fin à son pontificat.

Il se pourrait que ce soit, comme on le dit, pour des raisons de santé. Mais je ne le crois pas. Ce ne sont pas les voyages effectués ou à venir qui occupaient l’essentiel de son emploi du temps. Si comme Jean Paul II, il avait sillonné le monde ou envisageait de le faire, nous pourrions le comprendre. Mais depuis bien longtemps, l’Eglise a abandonné le terrain de la mission aux Evangélistes de toutes obédiences, aux Imams, pire encore, à la presse qui manipule l’opinion de façon éhontée, en tronquant les interviews, en coupant la parole à ses invités, qui ne peuvent que rarement aller au bout de leurs arguments.

Mais il se pourrait également, que l’Eglise soit en partie responsable de l’image qu’elle reflète.

Je veux parler de l’absurdité du mode de gouvernance du Vatican. Que font tous ces cardinaux, ces évêques, ces prêtres à Rome, alors que leur place est sur le terrain, pour l’évangélisation du monde ? Lorsque les apôtres ont institué les diacres, n’était-ce pas  pour se consacrer eux-mêmes à la Parole ? Aujourd’hui, nos prêtres sont difficilement accessibles. Ils courent de réunions en réunions, dans le cadre restreint de leur paroisse, s’adressant aux mêmes fidèles déjà convertis, alors qu’ils devraient arpenter routes et chemins, rues et cités pour prêcher la Bonne Parole. Avec lucidité, on pourrait même dire qu’ils ont disparu de notre champ de vision en adoptant la tenue vestimentaire des quidams que nous sommes. L’Eglise, sous couvert de modernité et d’humilité doit-elle se diluer dans la masse, comme si elle en avait peur ?

Pour sa crédibilité, l’Institution doit à nouveau occuper le terrain. Même si le terme prête à sourire, c’est d’une nouvelle croisade dont elle a besoin, pacifique celle la. Et pour ce faire, elle doit mobiliser ses  effectifs, non pas pour administrer des paroisses, des évêchés ou le Saint Siège, mais pour prêcher la Bonne Nouvelle, dont la population a inconsciemment besoin. Elle doit redonner un caractère sacré à ses cérémonies, non pas par l’usage du latin, mais par le recours à l’Esprit Saint qui ne saurait se satisfaire de la tiédeur ambiante. Elle doit aussi et avant tout, cesser de fonctionner dans le désordre de ses lobbies, et exclure sans ménagement les brebis égarées qui salissent son image, tels ces prélats dévoyés, se donnant en spectacle dans des soirées à caractère homosexuel et dont les médias se délectent.

C’est dans la transparence et la fermeté qu’elle retrouvera sa crédibilité.

                                                                                                        Jacques NICOLAS

01 janvier 2012

Message du PAPE BENOÎT XVI pour la Journée mondiale de la Paix

pape,benoit xvi,benoit 16,paix,journée mondiale1er JANVIER 2012: Message du pape Benoit XVI à l'occasion de la 45ème Journée mondiale pour la Paix

"Eduquer les jeunes à la justice et à la paix", tel est le thème choisi par le pape Benoît XVI pour la 45ème Journée mondiale pour la Paix, célébrée le 1er janvier 2012.

Benoît XVI s’adresse  aux jeunes: “J’invite particulièrement les jeunes, qui maintiennent toujours vivela tension vers des idéaux, à avoir de la patience et de la ténacité dans la recherche de la justice et de la paix, dans l’éducation du goût pour ce qui est juste et vrai, même si cela peut comporter des sacrifices et aller à contre-courant”.

"Eduquer les jeunes à la justice et à la paix"
Tel est le thème choisi par le pape Benoît XVI pour la 45ème Journée mondiale pour la Paix célébrée le 1er janvier 2012.

Avec des principaux objectifs:
-Éduquer à la
vérité et à la liberté
-Éduquer à la
justice
-Éduquer à la
paix

"Il faut être à l'écoute des jeunes générations et les aider à réaliser le bien commun et à affirmer un ordre social juste et pacifique où les droits et les libertés fondamentales de l'homme puissent être pleinement et librement exprimés.
Les générations actuelles ont donc le devoir de mettre les générations futures dans les conditions d'exprimer, de façon responsable et en toute liberté, l'urgence d'un monde nouveau"

Pour lire le texte intégral , cliquez sur lire la suite

Lire la suite

23 décembre 2011

Pour « célébrer un Noël vraiment chrétien » Catéchèse du Pape Benoît XVI sur Noël

Pour « célébrer un Noël vraiment chrétien »

« Je vous souhaite à tous ainsi qu’à vos familles de célébrer un Noël vraiment chrétien » : c’est le vœu exprimé par le pape Benoît XVI au terme de sa catéchèse en italien, donnée ce mercredi matin, 21 décembre, en la salle Paul VI du Vatican, en préparation à Noël.

« Je vous souhaite à tous ainsi qu’à vos familles de célébrer un Noël vraiment chrétien, de façon à ce que les échanges de vœux aussi soient ce jour-là l’expression de la joie de savoir que Dieu nous est proche et veut marcher avec nous sur le chemin de la vie », a déclaré le pape.

« Faisons en sorte que, même dans la société actuelle, l’échange des voeux ne perde pas sa valeur religieuse profonde, et que la fête ne soit pas absorbée par les aspects extérieurs, qui touchent les cordes du cœur. Certes, les signes extérieurs sont beaux et importants, du moment qu’ils ne nous détournent pas, mais plutôt nous aident à vivre Noël dans son sens le plus vrai, le sens sacré et chrétien, de façon aussi à ce que notre joie ne soit pas superficielle mais profonde », a demandé Benoît XVI.

Benoît XVI a expliqué le sens de cette célébration de la Nativité, pour « aujourd’hui » : « Avec la liturgie de Noël, a expliqué le pape, l’Église nous introduit dans le mystère de l’Incarnation. Ce n’est pas le simple anniversaire de la naissance de Jésus qui est célébré, mais un profond mystère qui continue de marquer l’histoire humaine aujourd’hui. Noël intéresse ma foi et mon existence. Comment est-ce possible ? La naissance de Jésus ‘aujourd’hui’ est un évènement qui pénètre toute l’histoire et le cosmos ».

Lire la suite

01 mai 2011

Jean-Paul II, père de la nouvelle évangélisation

pape,jean-paul ii,jean-paul 2,beatification,lavoixdu14e.info,lavoixdu14eN’ayez pas peur ! Ouvrez toutes grandes les portes au Christ !  », s’écriait Jean-Paul II à la fin de la cérémonie d’inauguration de son pontificat en 1978. Il esquisse à cette occasion les grands axes de son ministère pétrinien : appliquer les textes du Concile Vatican II, promouvoir l’unité de l’Eglise et son rayonnement missionnaire. Jean-Paul II, dont le pontificat a battu tous les records de longévité (le plus long de l’histoire depuis St Pierre après celui de Pie IX), peu de temps après son élection, lance le 9 juin 1979 à Nowa Huta, près de Cracovie, une expression qui caractérise son action pastorale pour le renouveau de l’Eglise, « la Nouvelle Evangélisation ».

Il précisera dans son exhortation apostolique Pastores Dabo Vobis, « qu’aujourd’hui la tâche pastorale prioritaire de la nouvelle évangélisation incombe à tout le peuple de Dieu et demande une nouvelle ardeur, de nouvelles méthodes et un nouveau langage pour l’annonce et le témoignage évangélique ».

Lire la suite

30 décembre 2010

Dieu n'est pas lointain, il est proche, il a un visage, celui de Jésus

 ROME, Samedi 25 décembre 2010 (ZENIT.org) - Dans son message de Noël au monde, le pape Benoît XVI a rappelé que la naissance de Jésus est un fait historique, « que des témoins crédibles ont vu ».

S'adressant aux milliers de pèlerins rassemblés place Saint-Pierre et aux millions de personnes à travers le monde qui l'écoutaient en direct à travers la télévision, la radio ou Internet, le pape a profité de ses voeux de Noël au monde pour expliquer le plus grand mystère du christianisme.

« Chers frères et sœurs, qui m'écoutez à Rome et dans le monde entier, je vous annonce avec joie le message de Noël : Dieu s'est fait homme, il est venu habiter parmi nous. Dieu n'est pas lointain : il est proche, ou mieux, il est l'"Emmanuel", Dieu-avec-nous. Il n'est pas un inconnu : il a un visage, celui de Jésus », a-t-il affirmé.

« C'est un message toujours nouveau, toujours surprenant, parce qu'il dépasse notre espérance la plus audacieuse », a poursuivi le pape.

« Surtout parce qu'il n'est pas seulement une annonce : il est un évènement, un fait, que des témoins crédibles ont vu, entendu, touché dans la Personne de Jésus de Nazareth ! Étant avec Lui, observant ses actes et écoutant ses paroles, ils ont reconnu en Jésus le Messie ; et le voyant ressuscité, après qu'il ait été crucifié, ils ont eu la certitude que Lui, vrai homme, était en même temps vrai Dieu, le Fils unique venu du Père, plein de grâce et de vérité », a-t-il ajouté.

Puis le pape s'est interrogé : comment le Verbe peut-il se faire chair ? « Comment la Parole éternelle et toute-puissante peut-elle devenir un homme fragile et mortel ? ».

« Il n'y a qu'une réponse : l'Amour », a poursuivi le pape.

« Celui qui aime veut partager avec l'aimé, veut être uni à lui, et la Sainte Écriture nous présente justement la grande histoire de l'amour de Dieu pour son peuple, qui culmine en Jésus Christ », a-t-il expliqué.

« Seulement tous ceux qui s'ouvrent à l'amour sont enveloppés de la lumière de Noël. Il en fut ainsi dans la nuit de Bethléem, et il en est encore ainsi aujourd'hui », a ajouté Benoît XVI.

« Si la vérité avait été seulement une formule mathématique, en un certain sens elle s'imposerait d'elle-même. Si au contraire, la Vérité est Amour, elle demande la foi, le " oui " de notre cœur », a-t-il affirmé.

« L'annonce de Noël est aussi lumière pour les peuples », a poursuivi le pape. C'est « comme le levain de l'humanité », « la force qui fait avancer le véritable développement », « l'élan pour collaborer au bien commun, au service désintéressé du prochain, à la lutte pacifique pour la justice ».

Pour Benoît XVI, « croire en Dieu qui a voulu partager notre histoire est un encouragement constant à s'y engager, même au milieu de ses contradictions. C'est un motif d'espérance pour tous ceux dont la dignité est offensée et violée, parce que Celui qui est né à Bethléem est venu libérer l'homme de la racine de tout esclavage ».

Jesús Colina

27 décembre 2010

Une pensée par jour (Jean Paul II)

Comme fils de l'adoption divine, l'homme doit croître et se développer à travers tout ce qui concourt au développement et au progrès du monde où il vit.

Le Christ, à la fin, ditencore : "Je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde!". Le problème de l'absence du Christ n'existe pas, le problème de son éloignement de l'histoire de l'homme n'existe pas !

Proclamer et donner témoignage sur le Christ, lorsque cela est fait dans le respect des consciences, n'enfreint pas la liberté.

Le dialogue est une composante de la mission d'évangéélisation et un moyen nécessaire pour l'accomplir. On ne peut pas proclamer l'Evangile sans dialoguer avec foi et amour avec ceux à qui la Bonne Nouvelle est apportée.

L'oeuvre de l'unité des chrétiens, j'estime qu'elle est une des plus grandes et des plus belle tâches de l'Eglise pour notre époque.

Il nous faut respecter, aimer et aider tout être humain parce qu'il est créature de Dieu et qu'il a une relation privilégiée avec Celui qui lui a tout donné.

L'homme devient aussi la gloire de Dieu, parce que la gloire de Dieu, c'est l'homme vivant! Homme vivant pour les autres, il devient la gloire de Dieu.

 

 

02 décembre 2010

Les Editions Pierre T E Q U I

Abonnement aux textes du Pape

Lire la suite

25 décembre 2009

"Dans cet enfant, c'est Dieu-amour qui se manifeste"

Au cours de l'audience générale, le pape Benoît XVI a évoqué la fête de la Nativité. Il a expliqué comment Saint François d'Assise avait contribué à faire comprendre  que Dieu se fait proche de chacun de nous à Noël.

Le pape Benoît XVI a rappelé que "l'année liturgique de l'Eglise ne débute pas à la naissance du Christ mais de la foi en sa résurrection. C'est pourquoi, la plus ancienne fête du christianisme n'est pas la Nativité mais Pâques. La résurrection du Christ fonde la foi chrétienne, est à la base de l'annonce de l'Evangile et fait naître l'Eglise... Le premier à avoir affirmé clairement que Jésus était né un 25 décembre était Hippolyte de Rome, dans son commentaire du Livre du prophète Daniel, aux environs de 204".

Il a ensuite expliqué que "dans le christianisme, la fête de Noël a pris sa forme définitive au IV siècle en prenant la place de la fête romaine du Sol Invictus, le soleil invincible. C'est de cette façon qu'a été mis en évidence que la naissance du Christ est la victoire de la vraie lumière sur les ténèbres du mal et du péché.

GIOTTO2_crèche.jpg

Crèche de Giotto

Toutefois, l'atmosphère spirituelle et intense qui entoure Noël s'est développée au Moyen-Age, grâce à saint François d'Assise profondément amoureux de l'homme-Jésus, du Dieu avec nous..."
"Cette particulière dévotion au mystère de l'Incarnation, a-t-il poursuivi, a donné naissance à la fameuse célébration de Noël à Greccio... Avec saint François et sa crèche, c'est l'amour inerme de Dieu, son humilité, sa bénignité qui sont mis en évidence et qui, dans l'Incarnation du Verbe, se manifestent aux hommes pour leur enseigner une nouvelle façon de vivre et d'aimer".

Dieu vient sans armes, sans force
"Dans la première biographie sur le saint d'Assise, a ajouté Benoît XVI, Thomas de Celano raconte qu'au cours de la nuit de Noël, la grâce d'une vision merveilleuse a été accordée à François. Il voyait un petit enfant immobile dans la mangeoire qui fut tiré de son sommeil par sa seule proximité... Grâce à saint François, le peuple chrétien a pu percevoir que dans sa nativité, Dieu est réellement l'Emmanuel, Dieu avec nous, de qui aucune barrière ni aucun éloignement ne nous sépare. Dans ce petit enfant, Dieu se fait si proche de chacun de nous, que nous pouvons le tutoyer et avoir avec lui une relation confidentielle empreinte d'affection comme nous le faisons avec un nouveau-né. Dans cet enfant, c'est Dieu-amour qui se manifeste: Dieu vient sans armes, sans force, car il ne prétend pas conquérir, pour ainsi dire, de l'extérieur, mais entend plutôt être écouté de l'homme dans sa liberté. Dieu se fait enfant sans défense pour vaincre la superbe, la violence, et le désir de posséder de l'homme. En Jésus, Dieu a assumé cette condition pauvre et humble pour nous vaincre par l'amour et nous conduire à notre vraie identité... Sa condition d'enfant nous indique, de plus, la façon dont nous pouvons rencontrer Dieu et jouir de sa présence... Celui qui n'a pas compris le mystère de Noël, a-t-il conclu, n'a pas compris l'élément décisif de l'existence chrétienne. Celui qui n'accueille pas Jésus avec un coeur d'enfant, ne peut entrer dans le Royaume des cieux. Voilà ce que saint François a voulu rappeler aux chrétiens de son époque jusqu'à aujourd'hui".

29 mars 2009

A propos des déclarations dans l’Eglise ces derniers jours

1. Tout d’abord, nous, chrétiens, devons aller à la source des paroles du Pape.

Un catholique ne peut pas se contenter des approximations / déformations de la presse. Notamment en ce qui concerne la déclaration sur le préservatif, lors de son voyage en Afrique. Couper une phrase est un acte de mauvaise foi et une trahison.

2. Ne confondons pas les niveaux des trois dernières prises de parole de l’Eglise :

Par rapport à la levée de l’excommunication, il s’agit d’un acte magistériel du Pape qui a reçu la mission, comme Pierre dans l’Evangile, d’être signe et vecteur d’unité au nom du Christ pour son Eglise. Son geste à l’égard des évêques excommuniés est un acte de pardon en vue d’une réconciliation qui est maintenant entre les mains des évêques. On ne peut pas obliger quelqu’un à aller où il ne veut pas aller. C’est comme un enfant qui aurait claqué la porte de la maison, à qui son père ré ouvre la porte plusieurs années après: «  tu peux revenir, mais je te signale, on a réaménagé l’appartement autrement, tu prends les meubles et tout le reste tel que c’est ». Aujourd’hui, aucune réintégration n’est demandée par les évêques, mais « la patate chaude » est dans leurs mains.

Sur le jugement moral de l’évêque de Recife quant à la petite fille violée que sa mère a fait avorter. C’est, à mes yeux, un jugement purement légaliste, pharisien, sans cœur et donc sans discernement. Une condamnation qui oublie que le viol est aussi un assassinat psychologique pour toute une vie, plus inhumain que la mort (qui est par définition, définitive). Est-ce que la torture n’est pas plus inhumaine que la mise à mort ?

Sur l’intervention dans l’avion vers l’Afrique :
Il y a un vrai problème de communication du saint Siège.
Trop contents de trouver un bouc émissaire, une certaine presse risque, maintenant que     le Pape est ainsi étiqueté, de ne pas en rater une, à son encontre.

3. Sur la question de fond de la moralité du préservatif

Ce que l’Eglise en ses ministres, enseigne, c’est qu’on ne peut se contenter d’un regard sanitaire (se préserver) sur le sens de la sexualité et de la relation sexuelle. Il faut y inclure un regard humain et spirituel.
Le regard humain, c’est la solidarité avec les malades : L’Eglise catholique est l’institution privée la plus engagée dans le monde contre la pandémie : 26% des aides sur la recherche et le soutien institutionnel et médical. Avant l’ensemble des ONG : 18%.
Le regard humain, c’est aussi le soutien dans les centres d’accompagnement et de compassion que les religieux et médecins ont créés.
Le regard spirituel, c’est que l’homme est capable de choix de maturité dans la maîtrise de sa vie sexuelle. Les vertus de chasteté, d’abstinence et de fidélité ne sont pas que chrétiennes, elles sont spirituelles (et aussi chrétiennes). Mais tout le monde peut orienter sa vie de manière vertueuse. Il le doit, même.

Voici une histoire africaine : C'est un vieux prêtre, missionnaire en Tanzanie, qui disait à des adolescents: "Pour éviter de se contaminer dans sa jeunesse c'est comme pour traverser un fleuve infesté de crocodiles: vous avez deux excellentes pirogues, l'une c'est l'abstinence, l'autre c'est la fidélité dans le couple. Ne vous lancez pas à la nage! Prenez place dans l'une ou l'autre pirogue. Mais si, pour une raison ou une autre vous tombez à l'eau au cours de la traversée, il y a derrière ces pirogues solides un canot de sauvetage, fragile, sur lequel vous pourrez encore vous hisser. Cette embarcation de secours, c'est le préservatif."

Le préservatif est un moindre mal dans la lutte contre la propagation de la maladie et de la mort. Il n’est pas un moyen de contraception normal. Mais il ne faut pas rajouter un mal (la mort) à un autre mal (le virus). Le moindre mal n’est pas l’unique bien.

Le Cardinal Lustiger, s’il faut trouver un autre homme d’Eglise crédible, a dit cela en 1988: « Il faut aider la nouvelle génération : elle désire découvrir la dignité de l’amour. La fidélité est possible. Tout véritable amour doit apprendre la chasteté. Des malades du sida sont appelés, comme chacun de nous, à vivre la chasteté non dans la frustration, mais dans la liberté. Ceux qui n’y parviennent pas doivent, en utilisant d’autres moyens, éviter le pire : ne donnez pas la mort. »
Le journaliste de reprendre : « Un pis-aller, le préservatif ? »
« Un moyen de ne pas ajouter au mal un autre mal… ».

Père Philippe Marsset, curé de st Pierre de Montrouge

16 septembre 2008

Le voyage du Pape en France du 12 au 14 septembre 2008 (suite)

ee4057052028f8f48a79019a617c45a6.jpg
Pour avoir des renseignements plus détaillés sur le déroulement du voyage du Pape à Paris et à Lourdes du 12 au 14 septembre 2008, vous pouvez consulter : http://catholique-paris.cef.fr/
Si vous désirez retrouver les interventions de Benoît XVI en France vous pouvez vous reporter sur www.pape-france.org , ou publiés par le Saint-Siège sur : www.vatican.va.
9ba83eb3f771988716ad47b0827b3515.jpg
Vous pouvez également les lire directement sur notre site, au format pdf (Acrobat)
Homélie de la messe sur l'esplanade des Invalides: https://lavoixdu14e.blogspirit.com/files/MESSE_SUR_L_espl...

12 septembre 2008

Vendredi 12 et samedi 13 septembre: Visite du Pape Benoît XVI à Paris

« Je viens chez vous en messager de paix et de fraternité »

Chers Frères et Sœurs,

Vendredi prochain j’entreprendrai mon premier voyage pastoral en France en tant que Successeur de Pierre. A la veille de mon arrivée, je tiens à adresser mon cordial salut au peuple français et à tous les habitants de cette Nation bien-aimée. Je viens chez vous en messager de paix et de fraternité.

Votre pays ne m’est pas inconnu. A plusieurs reprises j’ai eu la joie de m’y rendre et d’apprécier sa généreuse tradition d’accueil et de tolérance, ainsi que la solidité de sa foi chrétienne comme sa haute culture humaine et spirituelle. Cette fois, l’occasion de ma venue est la célébration du cent cinquantième anniversaire des apparitions de la Vierge Marie à Lourdes. Après avoir visité Paris, la capitale de votre pays, ce sera une grande joie pour moi de m’unir à la foule des pèlerins qui viennent suivre les étapes du chemin du Jubilé, à la suite de sainte Bernadette, jusqu’à la grotte de Massabielle. Ma prière se fera intense aux pieds de Notre Dame aux intentions de toute l’Église, particulièrement pour les malades, les personnes les plus délaissées, mais aussi pour la paix dans le monde.

Que Marie soit pour vous tous, et particulièrement pour les jeunes, la Mère toujours disponible aux besoins de ses enfants, une lumière d’espérance qui éclaire et guide vos chemins !

Chers amis de France, je vous invite à vous unir à ma prière pour que ce voyage porte des fruits abondants. Dans l’heureuse attente d’être prochainement parmi vous, j’invoque sur chacun, sur vos familles et sur vos communautés, la protection maternelle de la Vierge Marie, Notre Dame de Lourdes. Que Dieu vous bénisse !

BENEDICTUS PP. XVI (10 septembre 2008) 

Comment s'associer à ces journées?

 Vendredi 12, nous pouvons nous rendre de manière individuelle au quai des Célestins sur les bords de Seine. Il y a des écrans géants avant l’arrivée du Pape à Notre-Dame vers 18h30. Le soir, le Benoit XVI rencontrera ensuite les prêtres d’Ile-de-France dans la cathédrale et les jeunes sur le parvis.

Vous pouvez aussi suivre au centre paroissial de Saint Pierre de Montrouge, 9 passage Rimbaut, la retransmission de KTO entre 17h et 20h30. Puis le samedi de 9h pour la messe aux Invalides.

Samedi 13, il y a un départ groupé pour se rendre jusqu’aux Invalides en pèlerinage depuis l’église Saint Pierre de Montrouge à 6h30, avenue du Maine.

Vous pouvez consulter pour avoir des renseignements plus détaillés : http://catholique-paris.cef.fr/

Au fur et à mesure de leur diffusion, légèrement après chaque rencontre, retrouvez les interventions de Benoît XVI en France sur www.pape-france.org ou publiés par le Saint-Siège sur www.vatican.va.

12 septembre : Benoît XVI à Paris

À son arrivée vendredi 12 septembre 2008, Benoît XVI rendra visite au Président de la République et rencontrera les autorités de l’État. Au cours de son séjour à Paris, le Pape rencontrera des responsables des autres confessions chrétiennes, des représentants de la communauté juive et de la communauté musulmane. Il fera une brève visite à l’Institut de France où il est membre étranger de l’Académie des sciences morales et politiques (v. détail de ces visites).

Accueil à l'Elysée
Vendredi 12 au matin, Benoît XVI rencontrera le président Nicolas Sarkozy. Sa visite a aussi un aspect de visite officielle et le Pape est invité à se rendre à l'Elysée. Ce sera probablement l'occasion d'un échange constructif sur la place des religions en France et sur la contribution de l'Eglise à la vie de la société.
» ...
Suivre sur les ondes la 1ère journée du pape en France
Pour suivre la première journée du pape à Paris à la télévision, la radio...

ed0933af475f023d005cb6f5ca63598e.jpg

 Rencontre au Collège des Bernardins
Le pape se rendra vendredi 12 septembre à 17h30 au Collège des Bernardins, qui a ouvert ses portes une semaine plus tôt. Il y donnera un conférence qui s'inscrit dans un des axes pastoraux favoris du Pape : l'articulation entre la foi chrétienne, la raison et la culture.
» ...

0b2e67a01dc2b9beecd8adf276d341a5.jpg

 
Célébration des Vêpres en la cathédrale Notre-Dame
En fin d'après-midi, dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le pape célébrera les vêpres avec des prêtres, diacres, séminaristes, religieux, religieuses ou consacrés d'Ile-de-France et avec tous ceux qui s'uniront à cette prière autour de la cathédrale.
» ...
 
Rencontre avec les jeunes, veillées et chemin de lumière
Vers 20h20, à l'issue des vêpres à Notre-Dame de Paris, le Pape s'adressera aux jeunes en sortant de la cathédrale et ouvrira une veillée de prière qui se prolongera à Notre-Dame de Paris et dans plusieurs églises. 

b3671732358b4735cf7f45d8962d6096.jpg

 

Une messe ouverte à tous, avec le Pape, sur l’Esplanade des Invalides
Samedi 13 septembre 2008 à 10 h
L’Esplanade des Invalides est le plus grand espace dégagé dans le centre de Paris. Elle a été choisie pour permettre à tous de participer à la célébration de l’eucharistie en présence du Saint Père le samedi 13 septembre 2008 à 10 h.
L'accès est libre à l'Esplanade des Invalides
Aucune démarche particulière n’est nécessaire pour participer : ni inscription, ni réservation. L’Esplanade peut accueillir dans de bonnes conditions plusieurs centaines de milliers de personnes.
À 8 h, la prière des laudes y sera animée par des communautés religieuses.
Arrivée du pape en papamobile vers 9 h 30.

 

21 février 2007

L amour des ennemis

 Benoît XVI a commenté l’Evangile de dimanche 18 fevrier, avant l’angélus, depuis la fenêtre de son bureau qui donne place Saint-Pierre, et où s’étaient rassemblés à midi des dizaines de milliers de visiteurs, sous les parapluies.

"L’amour des ennemis" est "la grande charte de la non-violence chrétienne": ce n’est pas une « tactique » des chrétiens, mais la « nouveauté révolutionnaire » de l’Evangile.

« L’Evangile de ce dimanche, a expliqué le pape, contient l’une des paroles les plus typiques et les plus fortes de la prédication de Jésus : ‘Aimez vos ennemis’ (Lc 6,27). Elle est tirée de l’Evangile de Luc, mais se trouve aussi dans celui de Matthieu (5,44), dans le contexte du discours programme qui s’ouvre par les fameuses ‘Béatitutdes’. Jésus l’a prononcé en Galilée, au début de sa vie publique : comme un « manifeste » présenté à tous, pour lequel il demande l’adhésion de ses disciples, en leur proposant en termes radicaux son modèle de vie. Mais quel est le sens de cette parole ? Pourquoi Jésus demande-t-il d’aimer ses ennemis, c’est-à-dire un amour qui dépasse les capacités humaines ? En réalité, la proposition du Christ est réaliste car elle tient compte du fait que dans le monde il existe trop de violence, trop d’injustice, et que par conséquent on ne peut dépasser cette situation qu’en lui opposant un plus d’amour, un plus de bonté. Ce « plus » vient de Dieu : c’est sa miséricorde, qui s’est faite chair en Jésus, et qui seule peut « déséquilibrer » le monde du mal vers le bien, à partir de ce monde petit et désisif qu’est le cœur de l’homme ».

source Zenit 

06 octobre 2006

s'informer à la source (chrétienne)

L'intervention du pape à l'université de Ratisbonne, a soulevé une tempête dans le monde, y compris dans les médias. On a rapidement pu se rendre compte que ceux qui criaient le plus fort, n'étaient pas ceux qui l'avaient le plus lu, et même ceux qui ne l'avaient pas lu du tout. Il est évident que les média audiovisuels ne peuvent pas publier un tel document. Dans la presse écrite, le texte du pape n'était pas facile à trouver. (La Croix l'a publié, in extenso).
Or, il existe un site,  www.zenit.org, ouvert à tous, agence de presse où l'on peut trouver le jour même, traduits en français, les interventions du pape et du Vatican.
ZENIT est une agence internationale d'information. Sa mission est de fournir, pour un public international, et en particulier les media, une couverture objective et professionnelle des événements, des questions, des documents touchant l'actualité de l'Eglise catholique et du monde vus de Rome. Ce site figure dans les liens que nous proposons, colonne de gauche.

A.C.