Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 mai 2017

-Le boulevard Raspail et ses écrivains (III)

Nous poursuivons notre promenade afin d’évoquer les domiciles de personnalités littéraires qui ont fréquenté ce boulevard. Ainsi :

Simone de Beauvoir.pngSimone de Beauvoir (1908-1986)- Elle naît au 136 de ce boulevard, juste au futur carrefour avec le boulevard Montparnasse, le le plus célèbre de ce quartier. Ce boulevard est le lieu de vie de sa petite enfance. A ce propos elle dit : « l’après-midi, je restais assise longtemps sur le balcon de la salle à manger à la hauteur des feuillages qui ombrageaient le boulevard Raspail et je suivais des yeux les passants, leurs visages, leurs silhouettes, le bruit de leurs voix me captivait ». Mais en 1913, ses parents s’installent rue de Rennes. Elle regretta en disant : « on me coupait du monde, on me condamnait à l’exil ». Dès 1911, la Rotonde (au dessous de l’appartement de Simone) recueillait la présence d’Apollinaire, Picasso, Derain, Vlaminck, Modigliani et beaucoup d’autres. Précisons qu’elle eut au début de la seconde guerre mondiale, un pied-à-terre dans le petit hôtel du Danemark, aujourd’hui hôtel Danemark, trois étoiles. Elle évoque dans la  «  Force de l’âge » : la rue Vavin et la patronne dudit hôtel ». Enfin, son dernier domicile fut le 11 rue Schoelcher, qu’elle habita de 1955 jusqu’à son décès en 1986. pierre seghers.jpg

Pierre Seghers (1906-1987)- Loge au n° 228. Il fut le célèbre éditeur des poètes contemporains, poète lui-même et fut à l’origine de la fameuse collection : « Poètes d’aujourd’hui » Il logea dans cet immeuble de 1947 jusqu’à sa mort. 

Samuel Beckett,.jpgSamuel Beckett (1906-1989)-  Au 38 boulevard Raspail,  Beckett créa dans l’ex théâtre de Babylone, le 3 janvier 1953 sa pièce En attendant Godot. Le succès fut immédiat et devint bientôt mondial. Il faut préciser que Jean-Marie Serreau, le propriétaire de cette salle qui était en faillite, avait dit à Roger Blin qui allait mettre en scène Beckett : « je vais fermer boutique, autant finir en beauté ».

- Documentation extraite du numéro 54 / 55 de la S.H.A  du 14e

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.