Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 juin 2018

Romain Rolland (suite et fin )

roamin Rolland, Charles Péguy, Stefan ZweigLa seconde Guerre mondiale verra Romain Rolland, en 1940,  habiter 89, boulevard du Montparnasse, dans le 6ème arrondissement.  Il mène alors une vie très retirée et se consacre à la rédaction d'un livre sur son ami Charles Péguy qu'il terminera à la veille de sa mort, le 30 décembre 1944.

Romain Rolland a eu la joie de voir la libération de la France. Enterré dans sa ville natale , Clamecy, sa dépouille sera transférée à Brèves, à 10 km de Clamecy.

Sa femme se consacra à la mémoire de son mari en faisant publier de nombreuses oeuvres posthumes, dans la collection des Cahiers de Romain Rolland, et qui se rapporte à son abondante correspondance avec de nombreux amis dispersés en divers pays.

Romain Rolland fut un homme passionné par l'art et la musique. Il fut toujours à la recherche de la vérité dans tous les domaines. Mais il demeura solitaire en dépit de nombreux amis. Stephan Zweig disait de lui : "Rolland se refusa à jouer auprès de ses semblables le rôle d'une autorité. Il exige de chacun qu'il reconnaisse la seule autorité de sa conscience". 

Il fut toujours partagé entre la foi et la raison, son internationalisme et son attachement à la patrie. Il ne cessa de se battre en faveur de la défense de la paix et de l'entente entre les peuples européens, particulièrement entre la France et l'Allemagne. Il chercha " à tout comprendre pour tout aimer".

-  Documentation extraite du numéro  43 de la S.H.A du 14e.

                                                                           F I N

« Rolland était le premier Français auquel je parlais depuis trois ans. Je savais parfaitement que cet ami qui était roamin Rolland, Charles Péguy, Stefan Zweigdebout devant moi était l'homme le plus important de cette heure de l'histoire du monde, que c'était la conscience morale de l'Europe qui me parlait. » Stefan Zweig, Le Monde d’hier, 1934.

Cet exercice d’admiration témoigne d’une magnifique amitié qui a duré trente ans : celle qui a réuni, de 1910 à 1940, deux écrivains de renom, le Français Romain Rolland et l’Autrichien Stefan Zweig. (l’ Express à propos de la Correspondance entre les deux grands écrivains de le première moitié du XXe siècle, fervents défenseurs de l'amitié franco-allemande)

Photos:  Romain Rolland à gauche, Stefan Zweig à droite

18 juin 2018

Et si on parlait de l’art contemporain à l’Université populaire du 14ème ?

universitaire populaire du 14ème,maison des associations du 14ème 22 rue deparcieux 75014,Colette Colla, Françoise MonninLe cycle sur l'art contemporain de l’Université populaire du 14ème  quia commencé le mardi  29 mai  va se conclure par une conférence le 19 juin 2018 de 19h30 à 21h30 - (Maison des Associations, 22 rue Deparcieux 75014) Et une  visite d’atelier le samedi 23 juin à 10h30

 Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles 

Devant l’éclatement de toutes les pratiques établies, comment le spectateur de l’Art contemporain ne serait-il pas perplexe ? En s’en tenant à la définition du terme « art actuel » qui tiendrait à la notion de temps –de 1960 à nos jours, comment se repérer dans le foisonnement des différents mouvements ?

Prochaine conférence : Mardi 19 juin « Paroles d’artistes » avec Xavier Vantaggi et Eric Vassal, artistes plasticiens : l’artiste, le marchand et l’art à l’épreuve de la mondialisation. La question de l’avant-garde de Marcel Duchamp à nos jours.

Samedi 23 juin à 10h30 : prolongement du cycle avec une visite de l’atelier de Xavier Vantaggi

 (sur inscription au cours des séances et dans la limite de 30 personnes).

Le programme détaillé du cycle en lire la suite  ou sur notre site www.up14.fr

Lire la suite

17 juin 2018

Romain Rolland (suite) : l'écrivain engagé

Romain Rolland Au-dessus de la melée, 1915 édition intégrale jpg.jpgEn 1912, il abandonne tout professorat et se consacre à son œuvre. En 1913, il reçoit le Grand Prix de Littérature de l’Académie Française. En août 1914, il publie un livre : « Au dessus de la mêlée » faisant preuve d’un pacifisme mal reçu, ce qui lui vaudra de durables inimitiés. En 1916, il reçoit le prestigieux prix Nobel de littérature dont il offre le montant à la Croix Rouge suisse.

En 1919, toujours au service d’un pacifisme actif, il écrit son roman « Clérambault ». Partisan d’une entente entre les peuples européens, il fonde la revue Europe en 1922.

Non violent, il s’intéresse à l’hindouisme, et à la non-violence (Mahatma Gandhi), rencontrant le poète indien Rabindranath Tagore. En 1919, il publie « Colas Brugnon » contrastant avec ses œuvres habituelles. Entre 1922 et 1934, il publie « L’âme enchantée » exaltant l’instant puissant de la vie. Jusqu’à sa mort, il fera preuve d’une vaste culture musicale, développant en plusieurs volumes les grandes périodes créatrices de Beethoven. De 1922 à 1937, il s’installera en Suisse à Vevey, car sa santé est fragile.
En 1927 à 61 ans, il adhère au parti communiste, bien qu’il fût toujours opposé à une quelconque doctrine. Il tente de concilier « la pensée de l’Inde et celle de Moscou ». En 1932, il organise avec Henri Barbusse le Congrès mondial contre la guerre. En 1933, président d’honneur du Comité National de Lutte contre la guerre et le fascisme. En 1935, il séjourne chez Maxime Gorki mais n’eut pas le courage d’André Gide de critiquer certains aspects du régime soviétique.
En 1938 il achète une maison à Vézelay et proteste contre les accords de Munich. En 1939 il fait jouer à la Comédie Française sa pièce : « Le jeu de l’amour et de la mort ». La guerre déclarée, provoque chez Romain Rolland un conflit existentiel à travers l’entente intervenue entre l’Allemagne et l’URSS. (à suivre)-

- Documentation extraite du N° 43 de la S.H.A du 14ème

15 juin 2018

« Le 14e Côté jardin » Salon des Peintres et Sculpteurs Témoins du 14e à la Galerie du Montparnasse du 17 au 29 juin

salon des peintres et sculpteurs témoins du 14ème  u 17 au 29 juin 2018 cote jardin.png31é. Salon des Peintres et Sculpteurs Témoins du 14e « Le 14e Côté jardin »

Cette rencontre incontournable de juin s’insère avec son thème 2018 dans les festivités verdoyantes de Paris. Notamment autour du bicentenaire de la naissance en 1817 de Jean-Charles Alphand, ingénieur en chef des promenades et plantations parisiennes et dans un vaste programme de politique de la campagne à la ville, puisqu’il n’est plus question de mettre les villes à la campagne.

La Mairie du 14e s’est fortement mobilisée tout au long de l’année en diverses animations et rencontres autour de la végétalisation des quartiers, reprise par 19 artistes de l’APST-14, sa présidente Marie-Lize Gall et leurs 70 œuvres sur le thème du Jardin. Ils proposent une vision toute personnelle des parcs et squares déjà bien connus, des jardinets épanouis découverts en des lieux improbables et d’autres, lors d’ateliers ou de concours, telles les photos des plus belles plantations, ou de La Journée de l’Arbre. Ils ont visité divers potagers, quelques jardins suspendus, ceux de la Petite Ceinture, de la rue des Thermopyles, découvrant Le Jardin du Monde des résidents de la Cité Universitaire et tant d’autres nouveaux qui émanent d’initiatives privées, se familiarisant enfin avec la nouvelle parure des murs « végétalisés ».

Ces lieux annoncés sur l’affiche avec l’huile sur toile de Jean-Louis Marie et la sculpture en acier patiné de Roland Erguy,(photo 1) ajoutent une nouvelle page au passé-présent de l’arrondissement, dont l’APST-14 aime à témoigner depuis 1987.Salon des artistes peintres et scupteurs témoins du 14ème assiette en porcelaine de Marie-Lize Gall.jpg

Photo 2 : Mère et enfant au bouquet bleu de Marie-Lize Gall (assiette en porcelaine)

31e. Salon APST - 14 « Le 14e. Côté jardin ». Galerie des Artistes - 55, rue Montparnasse 75014

Du 17 au 29 juin 2018. Ouvert tous les jours de 12h à 20h.

Vernissage le mardi 19 juin à 19h.

Nocturnes avec collation vendredi 22 et samedi 23 juin jusque 23h.

09 juin 2018

Romain Rolland et le 14ème (2ème partie)

Les ouvrages de Romain Rolland sont abondants et divers, concernant les sujets abordés. De 1897 à 1901, il fit représenter les pièces de théâtre : "Aert", "Les Loups", "Danton" et "Le 14 juillet". Ces deux dernières pièces furent publiées au Cahiers de la Quinzaine de Charles Péguy.

romain Rolland jean-christophe.jpg  Il publiera une vie de Beethoven, suivie d’une vie de Michel-Ange (1905) et de celle de Tolstoï en 1911. Entre temps, il donne à la Sorbonne des cours d’histoire de l’art, suivis de ceux concernant la musique. Entre 1904 et 1912, il se consacre à la rédaction de sa grande œuvre : "Jean-Christophe". Ce roman-fleuve ouvrira la voie aux "Thibault" de Roger-Martin du Gard et aux "Hommes de bonne volonté" de Jules Romains.

   En 1910, victime d’un grave accident de voiture, il passe sa convalescence en Italie, puis un traitement en Suisse. Il gardera toute sa vie une demi infirmité du bras et de la jambe gauche. (Romain Rolland, II). ( à suivre )

- Documentation extraite du n° 43 de la SHA du 14ème

08 juin 2018

La galerie de l'entrepôt présente "Lumière - Hikari" jusqu’au 29 juin

l'entrepôt 7 rue francis de pressensé 75014, Lika Hagi  La galerie de l'entrepôt présente "Lumière - Hikari" exposition de peintures de Lika Hagi  du mercredi 23 mai au vendredi 29 juin 2018.

Vernissage le 12 juin de de 18h à 20h en présence de Lika Hagi

La peinture, c’est une prière pour retrouver la joie et la paix intérieure.
La peinture, c’est une ouverture pour voyager vers l’origine.
La peinture, c’est une source pour se redécouvrir soi-même et s’apercevoir que tout le monde possède un cristal en soi.

La pratique des arts martiaux internes et externes me permet d’être à l’écoute de mon corps. La conscience corporelle liée au Souffle, à la Couleur et au Son fait résonner mes origines japonaises.
L’alchimie de ces sensations est le moteur de mon travail.
J’aimerais semer des graines de lumière à travers mes créations.

L' entrepôt 7/9 rue Francis de Pressensé  75014 www.lentrepot.fr

Lire la suite

07 juin 2018

Romain Rolland et le 14ème (1ère partie)

    Chacun sait qu’en parallèle au boulevard périphérique, entre les portes de Châtillon et de Montrouge, le boulevard Romain Rolland relie ces deux points de sortie de la capitale.

rolland_romain.jpg        Né à Clamecy en 1866, il vint à Paris en 1880, suite à une décision de son père de lui faire poursuivre des études supérieures. La famille habite rue de Tournon puis rue Monge. Romain Rolland suit les cours de rhétorique et de philosophie au lycée Saint Louis puis prépare à Louis-le-Grand le concours de l’Ecole Normale Supérieure. (cliquer sur la photo pour l'agrandir)
En 1883, il rencontre Victor Hugo en Suisse, ce qui le marque profondément. A Paris, il s’enthousiasme pour Wagner au Concert Colonne. A 20 ans, reçu à l’Ecole Normale Sup, il rencontre André Suarez, qui deviendra son ami en partageant un grand amour de la musique. Puis il étudie Spinoza, rend visite à Renan et entretient une correspondance avec Tolstoï.
       
        En 1889, il est agrégé d’histoire. Il connaîtra durant deux ans à Rome, à l’Ecole française d’archéologie la révélation des chefs-d’œuvre de la Renaissance. En 1905 il écrira « la vie » de Michel Ange. En 1891 il devient un défenseur du wagnérisme au festival de Bayreuth. Entre temps, il se marie en 1892 et s’installe 76 rue Notre Dame des Champs. Il prépare une thèse sur l’histoire de l’opéra avant Lulli et Scarlatti, thèse soutenue avec succès à la Sorbonne en 1895, où il est reçu docteur es-lettres. Il est nommé professeur de morale à l’école Jean Baptiste Say et d’histoire de l’art à l’Ecole Normale Supérieure.

        Romain Rolland fut un de nos voisins par ses différents domiciles. Ainsi, en 1901, il s’installe 29 avenue de l’Observatoire dans le 6ème, puis au 162 boulevard du Montparnasse dans le 14ème. En 1914, il s’installera 3 rue Boissonade d’où il a une vue sur le jardin des Visitandines. En 1940, il habite le 89 boulevard du Montparnasse dans le 6ème arrondissement   (A suivre).
 

05 juin 2018

14'Arts 9 et 10 juin, demandez le programme !

Portes Ouvertes des Ateliers d'artistes 9 et 10 juin 2018 -Les14arts-75014-2018.jpgRendez-vous les samedi 9 et dimanche 10 juin pour la 3ème édition des 14'Arts ! Des ateliers d'artistes à l'art urbain, composez votre parcours artistique dans le 14e !

Les 9 et 10 juin, les artistes du 14e vous ouvrent les portes de leurs ateliers pour vous faire découvrir leur univers. Des performances d’art urbain se déroulent également en direct entre Porte d’Orléans et Denfert-Rochereau.

Découvrez le programme détaillé dans la nouvelle édition de la gazette des 14'Arts et préparez votre visite grâce à notre plan !

https://www.mairie14.paris.fr/actualites/14-arts-demandez...

Lire la suite

01 juin 2018

La SHA du 14ème annonce

ferme de montsouris,simone et hélène de beauvoir,joris-karl huysmansEn 2013, la mairie de Paris avait racheté la grange de la ferme de Montsouris. Karine Petit, maire du 14ème, en coopération avec le Collectif de Port-Mahon et de la ferme Montsouris, ainsi qu'avec la société historique du 14ème, a voulu que cette restauration soit exemplaire. Un ensemble de travaux seront exécutés prochainement avec les contraintes suivantes : conserver les tuiles plates du toit, l'ancienne charpente marquée par les signes des compagnons, poser des huisseries en bois, et les murs anciens, restaurer la cave voûtée, ne pas intervenir sur la carrière où repose la ferme qui est protégée monument historique. Le cabinet d'architecture Clara Simay a été choisi pour l'ensemble des travaux. 

 http://collectifportmahon.blogspirit.com/

Activités de la SHA au mois de juin : deux conférences auront lieu à la salle polyvalente de la mairie du 14ème.

ferme de montsouris,simone et hélène de beauvoir,joris-karl huysmans- Le 2 juin à 15 heures : Deuxième rencontre en partenariat avec Femmes Monde "Les sœurs Beauvoir", un témoignage sur Simone et Hélène de Beauvoir, deux artistes engagées. Par Claudine Monteil, femme de lettres. (Simone de Beauvoir a demeuré 11bis rue Victor Scoelcher)

- Le 23 juin à 15 heures : "A la frontière du 14ème, un romancier 'réaliste" méconnu Joris-Karl Huysmans", par Georges Grand.

Mairie du 14ème 2 place Ferdinand Brunot

31 mai 2018

Le Mois du Handicap dans le 14e

mois du handicap juin 2018.jpgVéritable espace de rencontres entre toutes et tous en situation de handicap, le Mois Parisien du Handicap offre chaque année un mois de visibilité, d’échange et de partage aux personnes en situation de handicap, au tissu associatif et aux acteurs publics et privés de la cité.

Pour cette 10ème édition qui se tiendra du 1er juin au 2 juillet, l’art, le sport, la culture ou encore les loisirs seront omniprésents, au travers de nos nombreux événements participatifs et accessibles organisés avec l’appui de nombreux partenaires : médiathèques, centres d’animation, musées, associations et conseils locaux du handicap.

Pour cette première semaine, la Mairie et les partenaires de l’arrondissement vous proposent :

  • Vendredi 1er juin, à 18h30- Concert d’ instruments

Concert donné par la Chorale Cœurs en Chœurs (intergénérationnelle) et des élèves de l’association APTE Autisme. L'association prône l'inclusion par la pratique instrumentale et le chant choral en mêlant les artistes en situation de fragilité et les autres.

Salle des fêtes de la Mairie. 12, rue Pierre Castagnou.

  • Samedi 2 juin

-Portes ouvertes de l’association Notre Dame de Joye de 13h30 à 19h30

L’association Notre Dame de Joye vous ouvre ses portes pour visiter ses établissements spécialisés autour du polyhandicap, du handicap mental et pour découvrir les méthodes pédagogiques et d’éveil proposées aux enfants et aux adultes qui y sont accueillis.

En lien avec l'association Eye See You, découvrez l'exposition « l’art à la rencontre de la personne polyhandicapée ». Portez un nouveau regard sur la personne polyhandicapée à travers les œuvres réalisées au sein des établissements par 5 artistes différents avec et auprès de ces personnes. Vernissage à 17h30

Notre Dame de Joye. 71, bis avenue Denfert-Rochereau

Plus d'infos : portes ouvertes accueil.siege@akndj.fr , exposition eye.seeyou@outlook.fr

 -Marche exploratoire du Conseil de quartier Mouton-Duvernet 

En collaboration avec le Conseil Local du Handicap de Paris 14, le groupe "Handicap/accessibilité citoyenne" du conseil de quartier Mouton-Duvernet vous convie à la marche exploratoire qu'il organise afin d'identifier les points d'amélioration possibles du quartier, à l'Est de l'avenue du Général Leclerc.

Rendez-vous à 14h30, devant le cinéma Gaumont Alésia (métro Alésia).

-Séance ciné-ma différence : « Monsieur Je-sais-tout » à 15h15

Grâce à un accueil chaleureux par des bénévoles formés et à l’information de l’ensemble du public de la salle, que vous soyez avec ou sans handicap, venez partager le plaisir du cinéma ! 2 places, sur réservation, pour personnes en fauteuil pouvant se transférer.

Film en version française sous-titrée et audiodescription. Tarif : 4€

Cinéma Chaplin Denfert, 24 Place Denfert Rochereau

Plus d'infos : paris@cinemadifference.com

Lire la suite

26 mai 2018

Cycle sur l'art contemporain à l’Université Populaire du 14ème du 29 mai au 18 juin

maison des associations du 14ème 22 rue deparcieux 75014,université populaire du 14ème,christiane herthLa première séance du  prochain cycle sur " Et si on parlait de l'art contemporain ?" a lieu Mardi 29 mai de 19H30 à 21H30 - à la Maison des associations, 22 rue Deparcieux - Paris 14e

Mardi 29 mai  « Introduction à l’Art contemporain » avec Christiane Herth, docteure et professeure agrégée en arts plastiques : genèse de l’Art contemporain dans le prolongement de l’Art moderne, les grands mouvements qui l’ont traversé.

Ce cyle se déroulera tous les mardis du 29 mai au 19 juin 2018 de 19h30 à 21h30 - + visite d’atelier le samedi 23 juin à 10h30

Le programme détaillé du cycle en lire la suite  ou sur le site www.up14.fr

Et c'est toujours en entrée libre, gratuite et dans la limite des places disponibles.

Lire la suite

24 mai 2018

Jean Vilar et son Mémento au Théâtre 14

le mémento de jean vilar en plus grand.jpeg       C'est Jean Vilar qui est ici ressuscité à travers l'incarnation et l'interprétation éblouissante d'Emmanuel Dechartre. Celui-ci reprend le journal intime - Le Mémento de Jean Vilar- écrit de novembre 1952 à septembre 1955. Il nous fait découvrir ce théâtre populaire, étonnant TNP, qui entraînera avec lui et avec talent une cohorte d'acteurs qui firent tous carrière à partir d'un début prometteur au TNP.

     Ce memento est un journal intime, qui nous fait voir les cabales politiques, les campagnes de dénigrement orchestrées par la presse et de plus, les termes d'un contrat signé avec l'Etat qui mettra Jean Vilar dans une position financière plus que défavorable.

Il n'en reste pas moins que l'aventure du TNP est dans l'histoire du théâtre un exemple de promotion de la scène vers le peuple. Ses réalisations feront découvrir les grandes pièces classiques et contemporaines qui attireront des foules considérables tant à Paris qu'en Avignon et souvent sur de nombreuses scènes européennes.

     Avec le TNP de Jean Vilar, le peuple pourra dorénavant s'approprier la Culture, qu'elle fût classique ou contemporaine, culture qui jusque là était plutôt réservée aux classes bourgeoises.

      L'interprétation que fait Emmanuel Dechartre de ce memento, véritable journal de bord, ressuscite Jean Vilar avec talent, humour, finesse à travers une conviction très professionnelle. Il nous dévoile autant que Jean Vilar pouvait l'avoir, l'amour du théâtre qu'il portait en lui.

      Un spectacle à voir de toute urgence.  R.R

Théâtre 14 -20 avenue Marc Sangnier -75014- Location : 01 45 45 49 77- email : contact@theatre14.fr

Le "Memento" est joué jusqu'au 30 juin 2018-

Les Soirées nomades et les Nuits de l'incertitude à la Fondation Cartier

Le vendredi 1er juin à partir de 19 heures, dans le jardin de la Fondation Cartier sera présentée la nuit du nuage, animée par Cédric Villani.

En 2014, Junya Ishigami imagine la house of peace, pour la ville de Copenhague, un immense bâtiment en forme de nuage reposant sur l'eau et conçu comme un symbole de paix. Masse légère en suspension, assemblage de gouttelettes à la forme indécise, le nuage est un motif récurrent dans l'œuvre de l'architecte. Il est le point de départ de cette nouvelle nuit de l'Incertitude, qui réunit artistes, scientifiques et penseurs autour de Cédric Villani.

Le samedi 2 juin à 20 heures 30, dans le jardin de la Fondation Cartier , Concert  The Imperfect Sea, Penguin Cafe plus Guests. Concert. à l'occasion de sa tournée internationale, le collectif multi - instrumentistes Penguin Cafe dépose ses ukulele et piano arrangé dans le jardin de la Fondation. L'orchestre à géométrie variable allie le classique à la pop- culture, permettant aux genres, du folk à l'électro, de se rencontrer et de fusionner joyeusement.

Fondation Cartier : 261 boulevard Raspail-75014- tél : 01 42 18 56 72 de 11 heures à 20 heures.

Information sur les programmations : fondation.cartier.com

23 mai 2018

Fête de la Cité Internationale Universitaire: 25, 26 et 27 mai

cité universitaire fête 25, 26, 27 mai 2018.jpgLe tour du monde en 3 jours !

Pour célébrer le vivre-ensemble, une des valeurs fondatrices de la Cité internationale universitaire de Paris, le campus se met en fête du 25 au 27 mai 2018.

Pendant trois jours, les résidents de la Cité internationale partageront leurs cultures à travers une programmation rythmée : spectacles de danse et de magie, dégustations, arts, théâtre, concerts de samba, de musique classique, de krump, d’électro, de soul, de indie pop, de bossa nova, de malouf tunisien, de folk-rock ukrainien… Des animations sportives et une bourse aux livres auront également lieu. Cette manifestation unique à Paris offrira l’occasion de passer un moment festif et dépaysant sur un campus qui, par sa surface, est le 3e parc de la capitale.

La Cité Internationale Universitaire de Paris accueille chaque année 12 000 étudiants et chercheurs issus de 140 nationalités. Née après la Première Guerre Mondiale pour contribuer à la construction d’un monde de paix, elle favorise l’échange et la rencontre.

Entrée libre et gratuite
Vendredi 25, samedi 26, dimanche 27 mai 2018
Cité internationale universitaire de Paris
17, bd Jourdan, 75014 Paris

RER B, T3a : Cité universitaire | M4 : Porte d’Orléans

Lien programme : bit.ly/FeteCite2018

Lire la suite

Redécouvrez les cimetières parisiens le 26 mai

cimetière montparnasseLe Printemps des cimetières vous invite à redécouvrir les 20 cimetières parisiens et leur exceptionnel patrimoine culturel et naturel. Cette première édition, organisée le samedi 26 mai, propose visites guidées, interventions artistiques, balades... : de nombreuses animations sont proposées tout au long de la journée.

Une journée pour célébrer le patrimoine des cimetières parisiens

Les cimetières parisiens sont des lieux patrimoniaux exceptionnels. Outre leur fonction mémorielle, ces sites sont riches d’un patrimoine funéraire et artistique. Ils présentent également un grand intérêt paysager et abritent une remarquable biodiversité, végétale et animale

https://www.paris.fr/actualites/proposez-vos-animations-p...

Programme au cimetière Montparnasse

3, boulevard Edgar-Quinet, Paris 14°

Point de rencontre : rond point central

Métro Raspail, ligne 4 et 6 ; Edgar-Quinet, ligne 4- Bus 28- 58

Lire la suite

11 mai 2018

Philippe de Champaigne, peintre du silence et de la grâce : conférence Art Culture et Foi lundi 14 mai à Saint Pierre de Montrouge

art culture et foi 14 mai 2018 philippe de champaigne La Cène.jpg

Nous vous invitons à assister à la conférence organisée par l’équipe d'Art, Culture et Foi / Paris 14 lundi 14 mai à 20h30 ). L'intervention sera assurée par Sylvie Bethmont, enseignante à l’Ecole cathédrale, collège des Bernardins, et portera sur « Philippe de Champaigne, peintre du silence et de la grâce ». 

Pour Philippe de Champaigne (1602-1674), peintre d’origine bruxelloise qui a fait carrière en France, l’homme est à la fois tableau et peintre à l’imitation de Dieu. 

Peintre de cour auprès du cardinal de Richelieu et de Louis XIII, il devient, à la mort de son épouse, proche des jansénistes de Port-Royal-des-Champs. Cependant l’austérité et la rigueur, qui caractérisent son œuvre, ne sont pas « jansénistes » mais le reflet d’une production artistique de son époque. (On peut établir des comparaisons avec les peintres de « l’Ecole de Paris » comme Le Sueur, la Hyre…)

Il n’entra jamais dans les débats théologiques. Si le calme et la mesure qui irradient toute son œuvre, sont en profonde adéquation avec l’esprit de Port-Royal, il s’inscrit d’abord dans le mouvement de la Contre-réforme, à la suite des décrets du concile de Trente sur les Saintes-images.  

Ce peintre nous touche car il peint « vrai », avec un nombre de coloris restreints, des supports de méditation où la figure humaine occupe la première place. 

 « Un Chrétien est comme un peintre qui a toujours à ajouter quelque trait à son tableau, et comme un statuaire et un sculpteur, qui a toujours à diminuer » (Nicolas Fontaine, 1691). 

Au centre paroissial de Saint-Pierre-de-Montrouge 9 passage Rimbaut Paris 14ème

Métro Alésia - Bus : 28, 38, 62 et 68

08 mai 2018

 L’Université Populaire du théâtre au Théâtre 14 : les 7, 8 et 9 mai

 L’Université Populaire du Théâtre  les 7, 8 et 9 mai

Populaire, intelligent et… gratuit !

En 2018, nous évoquerons la longue marche des droits de la femme, de l’enfant et de l’homme. Venu du fond des âges, le combat pour ces droits, gagnés pied à pied, mais toujours en péril, a progressé grâce à de grandes figures tutélaires à qui nous donnerons corps grâce aux acteurs qui interpréteront les textes de toutes natures que nous allons programmer : d’Olympe de Gouges à Malala Yousafzai en passant par les femmes prix Nobel de la paix.

Le Mexique et la Finlande nous parleront aussi de la liberté des femmes à travers des œuvres fortes, drôles et actuelles.

Pour clôturer le centenaire de la grande guerre, Apollinaire nous fera l’éloge des femmes et de l’amour.

Enfin, Platon, Cicéron et Saint-Augustin nous parleront de la République et des libertés individuelles.

Mercredi 9 mai 2018

-17h À bas Guillaume ! ou la chanson du «mal-aimé»

de Jean-Claude Idée

La représentation sera suivie d’un débat avec l’auteur

-19h Lubéron

de Jean-Loup Horwitz

Mise en lecture de Thierry Harcourt

Avec : Marie Christine Barrault et Patrick Raynal

La représentation sera suivie d’un débat avec l’auteur

-21h Le dernier amour

d’Einstein

d’Hervé Bentégeat

Avec : Stéphanie Moriau, Michel de Warzée, ...

La représentation sera suivie d’un débat avec l’auteur

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles
réservations indispensable à partir  du  lundi 30 avril au 01 45 45 49 77 du lundi au samedi de 14h à 18h00.http://theatre14.fr/telechargement/20dfd595fbfa9d7f1b3ca8...

http://theatre14.fr/saison/spectacle/universite-populaire...

Théâtre 14- Jean Marie Serreau - 20 avenue Marc Sangnier 75014

Lire la suite

07 mai 2018

Histoire de nos rues

Rue Nicolas Taunay

Cette rue dont la longueur est modeste (65 mètres) et située à la porte de Châtillon, juste en face du square Nicolas-Antoine Taunay_02.jpgéponyme, porte le nom d'un peintre quasi inconnu. Nicolas Taunay fut peintre, un peintre classique qui vécut de 1758 à 1830. Il était le fils d'un émailleur de la manufacture de Sèvres. Admis à l'Académie de Peinture en 1784, et après un séjour à Rome en qualité de pensionné de Louis XVI, il devint membre de l'Institut. Il fit un long séjour au Brésil, de 1816 à 1824 pour organiser à Rio de Janeiro une Académie des Beaux-Arts.

Quelques-unes de ses œuvres sont présentes au musée du Louvre et portent sur un sujet historique mais traité de façon anecdotique. Ce fut un artiste consciencieux mais on peut être étonné que son nom soit dédié à une rue si modeste du 14ème.  

Rue Prisse d'Avennes

Entre les deux rues parallèles du Père Corentin et Sarrette, voici une rue qui fait à peine cent mètres, qui du côté pair est bordée par les emprises gazonnées d'un groupe d'immeubles de la Ville de Paris, tandis que du côté impair, on remarquera  les bâtiments d'une école élémentaire, style 3ème République.

Qui était Prisse d'Avennes (1807-1879). Ce fut un des pionniers de l'égyptologie. Il découvrit lors d'une de ses campagnes de fouilles l'extraordinaire papyrus de Ptahhotep, fonctionnaire égyptien de rang élevé qui vécut il y a 4500 ans et légua à la postérité ses "instructions", recueils de

Papyrus Prisse Egyptien 186_Enseignement.JPEG

maximes d'une grande sagesse, écrites à l'usage de son souverain.

- Documentation extraite du N° 43 de la S.H.A du 14ème.

06 mai 2018

Prière à la Sainte Vierge Marie

vierge marie Angelico-Annonciation-1434.jpg

Quand timidement, les premières lueurs de l’aube

Déchirent un à un les voiles de la nuit,

Eclairant d’un sourire la terre nourricière

Et que s’amorce l’annonce d’un jour nouveau,

Je pense à toi Marie, terre féconde

Où fut semé et où germa le Verbe.

A toi qui visitée par l’Esprit, si jeune,

Une enfant encore,

A donné ton oui, audace de ton engagement.

Je me dis alors, quel exemple est le tien !

Donne-nous comme toi,

De nous oublier nous-mêmes,

De penser aux autres, à tous les autres,

Apprends-nous à nous regarder avec tes yeux,

Les yeux de qui sait ce que ton Fils a fait pour nous

De son amour et de son sang

Offerts pour le salut du monde,

Alors, oui, Marie,

Que le monde se souvienne

Que cette journée ne s’achève,

Sans que je n’aie mis en actes

Ce que professent mes lèvres

Et que je n’aie loué ton saint nom,

Et célébré la gloire de ton divin Fils.

Elyane Boissière

la vierge marie au pied de la croix Pietro_Perugino_040.jpg

Photos : 1) Annonciation Fra Angelico

2) Marie au pied de la Croix Pietro Perugin

15 avril 2018

Le 14ème arrondissement, village des arts (II)

La grande période artistique de Montparnasse s'établit entre 1850 et 1900. On peut dire que l'importance de la sculpture et plus particulièrement la sculpture dans les cimetières ne fit qu'augmenter durant la deuxième moitié du 19ème siècle. Ainsi, tout autour du cimetière Montparnasse, une importante communauté de sculpteurs s'installa. Les adresses d'ateliers de la fin du 19ème siècle se trouvent au périmètre du cimetière Montparnasse. En 1910, on relève déjà plus de sculpteurs dans le 14ème arrondissement que dans tout autre arrondissement de Paris, les suivants étant le 15ème et le 17ème.

Une deuxième vague s'installa au début des années 1900. A cette époque, la mode des sculptures se tarit. Aussi, de nombreux ateliers de Montparnasse se trouvent libérés. C'est alors que les peintres vont prendre le relais, sachant que le quartier avec ses cafés, ses théâtres, ses bals et ses caf'conc' se développe en même temps que le bal Bullier  qui en 1903  voit la réouverture de la Closerie des Lilas  où Jean Moreas et Paul Fort y règneront.

Lorsque les ateliers sont tous occupés ou trop onéreux, il reste au candidat peintre la possibilité de louer de vieilles remises ou des écuries abandonnées. Le peintre Roger Wild ajoutait : "La province commence à Montparnasse et les artistes ont choisi Montparnasse parce que c'est un quartier pénard".

En 1918, Guillaume Apollinaire déclare : "Le Montparnasse est devenu pour les peintres et les poètes ce que Montmartre était pour eux il y a 15 ans : l'asile de la belle et libre simplicité. Le quartier Montparnasse, au témoignage de l'habitant des quartiers environnants est un quartier de louftingues".  Mais il faut encore préciser que, selon une édition 1910 du Bottin, on a un peu hâtivement cru que tout ce que Paris comptait d'artistes se blottissait contre la butte Montmartre. La plus grande forte concentration de peintres professionnels se situait dans le 17ème arrondissement suivi par le 15ème. 

Modigliani Picasso,Salmon

A partir de la Première Guerre Mondiale : "Montparnasse s'avère le Carrefour mondial où les artistes de tous les pays aboutissent". Si Montparnasse en est le foyer, les ateliers essaiment jusque dans les 13ème, 15ème, 5ème et la banlieue. (photo: Picasso ,Modigliani, et André Salmon, à Montparnasse, de gauche à droite)

Documentation extraite du N°  43 de la S.H.A. du 14e.

09 avril 2018

Le 14ème arrondissement, village des arts

On pense souvent qu'à partir de 1910, les artistes parisiens fréquentant Montmartre seraient venus s'installer à Montparnasse. Or, cette affirmation ne représente pas la réalité car dès 1834, un habitué du quartier Luxembourg (Félix Pyat) affirmait que le Luxembourg était le quartier favori de l'artiste.

MereSaguet.JPGEn effet, ce quartier avait tous les atouts pour plaire aux Romantiques. Une fois franchies les barrières de l'octroi, (en deçà du mur des Fermiers généraux) le paysage encore vide toute construction ,offrait ses cabarets, guinguettes et auberges où l'on servait un breuvage non taxé. Un célèbre cabaret, celui de la Mère Saguet (voir l'image, gravure de l'époque, cliquer pour agrandir) prospérait, fréquenté par les poètes et les artistes du quartier du Luxembourg, qui  venaient y discuter sur la prosodie nouvelle. 

Turbulente jeunesse politique, littéraire et artistique de la monarchie de Juillet, elle se regroupait  sous l'appellation : Jeune France. Ainsi, on pouvait voir le sculpteur David, les frères Devéria et Boulanger, le peintre Nicolas Charlet, Abel Hugo, le frère du célèbre poète, ce dernier étant le plus assidu à fréquenter le cabaret de la Mère Saguet, tout proche du fameux" Moulin de beurre". De nombreuses célébrités littéraires et hommes politiques fréquentaient ce lieu. On y trouve la présence d'un futur ministre : Adolphe Thiers.

Au cours du 19ème siècle on trouve la présence dans notre 14ème et plus particulièrement aux environs du Montparnasse, les noms de Bartholdi, Carpeaux, Cézanne, Falguière, Gauguin, Gill, Munch, Prouvé, le douanier Rousseau, Rude. signalons que Villette illustre montmartrois œuvre à Montparnasse.

Lors de la deuxième partie du 19ème siècle, de nombreux ateliers d'artistes naissent : rue Boissonnade, Villa Brune, rue Campagne-Première, passage d'Enfer, rue Vercingétorix, boulevard du Montparnasse et rue du Moulin de Beurre.

On peut dire que de nombreux artistes débutaient dans le 14ème arrondissement et se retrouvaient dans le 17ème quand ils avaient réussi.  ( à suivre) 

- Documentation extraite du N°  43 de la S.H.A DU 14Ee).

06 avril 2018

L'histoire de nos rues : la rue Vandamme

la rue Vandamme.JPGCette rue se présentait à l'origine jusqu'avant la Seconde guerre mondiale comme un arc d'environ 400 mètres tendu entre la rue de la Gaîté, près du théâtre Montparnasse et la rue du Château, juste au point où celle-ci enjambe les voies ferrées de Montparnasse.

Mais dès 1937, commencèrent l'amputation de cette rue, suite au début de la restructuration de la gare Montparnasse. Les opérations de rénovation de Plaisance firent disparaître ensuite la partie centrale jusqu'à l'avenue du Maine.
Aujourd'hui, il ne reste qu'un très court segment, joignant l'avenue du Maine à la rue de la Gaîté. A l'angle de ce tronçon (rue de la Gaîté) on peut voir encore la maison des Mille Colonnes où était réputé un restaurant et son célèbre bal.

Cette rue rappelle la vie d'un général d'Empire : le général Vandamme général Vandamme (D.J.R.,_comte_d'Unebourg,1770-1830).JPG(1770-1830) à qui le Second Empire dédia cette rue. Ce général prit une part brillante de 1792 à 1815 à la plupart des campagnes de cette période. On le voit à Austerlitz, Wagram, Dresde, et en Silésie. Napoléon pensait à lui pour le bâton de maréchal. Capturé par les Russes en 1813, libéré en 1814, il se rallia à l'empereur en 1815. Il fut l'un des 120 membres de la nouvelle chambre des Pairs de France, improvisée par Napoléon. Vandamme se distingua à Waterloo lorsqu'il ramena sur Paris l'arrière garde française. Arrêté à la Seconde Restauration, il partit en exil aux Etats-Unis puis en Belgique où il mourut le 15 juillet 1830 en sa ville natale de Cassel. IL est assez probable que la Monarchie de juillet lui aurait décerné ce fameux bâton de maréchal s'il avait vécu plus longtemps.

Documentation extraite du n° 42 de la SHA du 14ème

02 avril 2018

La Table des Matières vous propose

La Table des Matières "a le plaisir de vous proposer pour  la fin de mars et début d'avril :  

La Table des matières expo photo Bruno  MOINARD.jpg- Une Exposition de Photographies de Bruno Moinard du 26 mars  au 28 avril vernissage le jeudi 29 mars à partir de 19h00La Table Des Matières CONFERENCE-histoire de l'art 30 mars 2018.jpg

- Le vendredi 30 mars à 20h : Conférence de Jean-François Martine (conférencier /chercheur) “Pourquoi l’art, ou de l’utile et de l’essentiel”
Participation libre
 
Mardi 3 avril à 20 h
Soirée KaraokéParticipation aux frais : 5 euros.

La Table des matières 6 avril 2018 sankara film, débat, dédicace.jpg- Vendredi 6 avril à 20 h
Projection, débat et dédicace : autour de Thomas Sankara. Soirée  animée par Djilali Benamrane, auteur de l’essai « Sankara leader africain », éd. L’Harmattan, 2016.

- Le Dimanche 8 avril  Vide grenier de la rue Didot (nous aurons un stand et la ressourcerie sera ouverte toute le journée )

 51, rue de l'abbé Carton, 75014

Philippe Delbard, directeur,  07 82 40 78 75   www.latabledesmatieres.org ou aussi voir la video: https://www.youtube.com/watch?v=A8ipnyN2Vko

27 mars 2018

Icônes coptes modernes

Icônes coptes modernes expo mars avril.jpgDu 23 mars au 7 avril 2018 à la librairie 49 rue Gay-Lussac 75005 Paris : Exposition d’icônes coptes modernes

 Vernissage le vendredi 23 mars (de 16 h à 19 h) avec une causerie du professeur Ashraf Alexandre Sadek, égyptologue, - « La religion de l’Egypte ancienne a ouvert la voie au christianisme » - dédicace de ses livres. Présence de Marie-Gabrielle Leblanc, historienne d’art.

Durant toute la quinzaine de nombreux et beaux livres sur l’Égypte à toutes les périodes de son histoire seront en rayons.

Marie-Gabrielle Leblanc sera également présente à la librairie pour vous expliquer les particularités des icônes coptes, le mercredi 28 mars, de 16 h à 19 h.

En partenariat avec Le Monde copte https://www.lemondecopte.com/styled/

http://www.lesvoyagesduprofesseur.com/

26 mars 2018

Hommage à Ossip Lubitch du 22 mars au 9 mai

ossip lubitch expo galerie des montparnos 22 mars au 9 mai 2018.jpgFidèle aux artistes de l’Ecole de Paris, la galerie « Les Montparnos » présente 30 œuvres d’Ossip Lubitch confiées à la vente par sa fille Dinah. Les visiteurs pourront découvrir au 5 rue Stanislas, dès la soirée du vernissage le 22 mars à 18h 30 et jusqu’au 9 mai, quelques  huiles sur toile, gouaches, fusains, pastels, gravures des années 1920 à 60, ayant pour thèmes des portraits, personnages de cirque, natures mortes et paysages.

Né dans la Biélorussie des stars qui y interdisaient l’usage de la langue polonaise, le jeune Ossip fut attiré très tôt par la musique et la peinture ; c’est cet Art qu’il étudiera à Odessa à la fin de son cursus scolaire, encouragé par son père qui exerçait la belle et utile profession de maréchal-ferrant.

 1919 - 1923 passage à Berlin

Le rêve des centraux était ... Paris ! Pour rejoindre la capitale, le jeune homme passe en 1919 par Berlin, ville d’émigrants, où la guerre le bloque. Mais il y retrouve un cercle cosmopolite d’artistes. Avec quelques uns il participe aux décors de l’Opéra, du théâtre « l’Oiseau Bleu » et de films

1923 - 1999 enfin Paris !

L’opportunité du décor d’un cabaret montmartrois lui permet d’accéder à son rêve, Paris où il va réaliser la décoration de restaurants, appartements, cabarets. Cependant, c’est à Montparnasse qu’il décide d’habiter fréquentant Bourdelle et rejoignant le groupe de Pougny, Krémegne, Soutine, où il retrouve avec bonheur l’autre attirance de son enfance, la musique. Celle des jeunes musiciens du groupe Triton sous la baguette de Charles Munch. Hasard, symbole, signe des temps... son atelier se trouve rue d’Odessa, la ville qui le faisait autrefois rêver de Paris avec tant d’autres artistes, dont Pougny et sa femme Xenia. Les réunions sont quotidiennes à « la Coupole », au « Sélect », il s’y rend, curieux du monde qui l’entoure, de ses visages, attitudes, expressions. 

Lire la suite

La Galerie du Montparnasse présente

La Galerie du Montparnasse, 55, rue du Montparnasse ( métro Montparnasse- Bienvenue) présentera du 3 avril jusqu'au 14 avril les artistes-peintres : 

                                                       Françoise AUBRY et Heman JARA. 

Le vernissage de l'exposition aura lieu le jeudi 5 avril à 18/h 30

21 mars 2018

Les spectacles du Théâtre 14 ( Saison 2018)

hamlet au theatre-14  9 mars au 21 avril 2018.jpgLa saison 2017/2018 du Théâtre 14 est aujourd'hui animée par la pièce de Shakespeare : HAMLET produite par la compagnie Les Larrons, Atelier-Théâtre Actuel, le Théâtre André Malraux de Rueil Malmaison et Romeo Drive Production. Cette pièce sera jouée jusqu'au 21 avril 2018.

Dans la limite des places disponibles, une lecture spectacle sera présentée le lundi 26 mars de 12 heures à 0 heure, dans une production : DE MIDI A MINUIT, par des membres des EAT. Réservations au : 01 42 29 78 64. Par ailleurs, le mercredi 28 mars à 14 heures, sera présenté : LE ROI ARTHUR (réservations par mail : jeanphilippebeche@gmail.com

Du 26 avril au 5 mai sera présenté : le Printemps de la création théâtrale.

Les 7, 8 et 9 mai, aura lieu l'Université Populaire du Théâtre qui évoquera la longue marche des droits de la femme, de l'enfant et de l'homme.

Théâtre 14 : 20 avenue Marc Sangnier; Paris 14e.

Location 01 45 45 49 77. email : contact@thatre14.fr

19 mars 2018

La galerie Camera Obscura présente les œuvres de Josef Nadj

Camera Obscura mars-avril 2018. expo Joseph Nadj jpg.jpgLa Galerie Camera Obscura présentera du 22 mars au 19 mai 2018 les œuvres de Josef Nadj intitulées : "Miraculorum" comprenant des dessins, des cyanotypes et des photographies.

Le vernissage en présence de l'artiste aura lieu le mercredi 21 mars de 17 heures à 21 heures.

268 boulevard Raspail - 75014 - www.galeriecameraobscura.fr ; heures d'ouverture de la galerie : du mardi au vendredi de 12 heures à 19 heures et le samedi de 11 heures à 19 heures.

18 mars 2018

Entrées de métro d’Hector Guimard

guimard métro écusson.jpgDe la fonte, des libellules et des fleursguimard motif à mouton-duvernet.JPG

De la fonte ouvragée en courbes à la symbolique florale, des auvents, des verrières aériennes…Que sait-on des décorations de certaines bouches de métro ? Leur créateur, l’architecte Hector Guimard, est un peu oublié. Il reste quatre de ses ouvrages dans le 14e.

1899, Paris se prépare pour la grande Exposition Universelle de 1900. La Compagnie des chemins de fer métropolitains de Paris (CMP) envisage la création des premières lignes de métro. Elle y voit l’occasion de mettre en avant le savoir-faire et le prestige à la française. Elle lance donc un appel d’offres pour la réalisation, esthétique et fonctionnelle, d’ouvrages couvrant les futurs accès au métro. Ces édifices devront respecter des normes et critères précis : Ils devront être vitrés “sur la plus grande hauteur possible, à partir de un mètre environ du sol ”, ils seront “ ornés d’une frise pouvant recevoir des caractères très apparents, éclairés par transparence pendant la nuit, portant l’inscription : « Chemin de fer métropolitain » ”

Les propositions de tous ceux qui répondent à cet appel d’offres sont refusées. Adrien Bénard, Président de la CPM, adepte de l’Art Nouveau, choisit alors un architecte connu pour être le “pape” de ce nouveau mouvement artistique, Hector Guimard. Originaire de Lyon, il a alors 32 ans. Il dessine deux types d’entrées : des édicules (ouvrages avec toiture) de simples entourages (sans toiture)

Lire la suite

Galerie du Montparnasse

les artistes du marché de la Création Edgar Quinet exposition à La Galerie du Montparnasse du 18 au 29 mars 2018.jpgLa Galerie du Montparnasse exposera les artistes du marché de la Création Edgar Quinet. L'exposition aura lieu du 18 mars au 29 mars, tous les jours de 11 heures à 19 heures 30,

Le vernissage de l'exposition aura lieu le mardi 20 mars à 18 heures 30.

 55 rue du Montparnasse 75014

métro : Montparnasse Bienvenue ou Edgar Quinet . 

Cliquez sur l'image pour la voir en grand