Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 septembre 2017

Des informations pour tous (IV)

Jardin Vert-tige 24 sept 2017.jpg- La Fête des jardins aura lieu le samedi 23 et dimanche 24 septembre, de 15 heures à 18 heures, le long du chemin de fer de ceinture, rue de Coulmiers, entre l'avenue Jean Moulin et la rue Friant.

Au programme : accueil et visite du jardin avec dons d'herbes aromatiques.

Dons de graines et de plantes bouturées du jardin.

Musique latino avec lecture de poésies sur la nature avec l'association : "Les amis de la porte d'Orléans".

EXPOSITION : origine et histoire des légumes qui poussent dans notre jardin.

Dimanche soir à partir de 18 heures, apéritif offert par l'association.

 

chapelle-hopital-saint-vincent-de-paul-1JPG.jpgFête de Saint Vincent de Paul, mercredi 27 septembre 19 heures 

Depuis un an, sous l'égide du vicariat à la solidarité, une présence chrétienne est assurée sur le site de l'ancien hôpital Saint Vincent de Paul, auprès des personnes accueillies et hébergées sur le site des Grands Voisins. A l'occasion de la fête de Saint Vincent de Paul, une messe y sera célébrée mercredi 27 septembre à 19 heures en action de grâce et suivie par un verre de l'amitié. Accès à la chapelle par le 72 avenue Denfert Rochereau.

 

La Compagnie Bouche à Bouche propose le dimanche 1er octobre à 19 heures une soirée-spectacle : "Selfie(s) cabaret (s)".Lieu : 25 rue du Moulin de la Vierge -75014 Paris - métro : Plaisance ou Pernéty-

Entrée libre sur réservation par mail : Karine.chevalier@cieboucheabouche.com

Il s'agit d'un laboratoire qui révélera votre portrait à travers sept chambres du théâtre, de l'écriture, de la chanson, de l'improvisation, de la musique, de la photo et de la vidéo. Un spectacle unique qui se jouera devant vous et avec vous. Relevez le défi ! Vous serez tour à tour auteurs, comédiens, spectateurs, réalisateurs, chanteurs. Une soirée trépidante, ludique, déjantée pour tous.

PS : habillez-vous en noir et blanc, apportez un objet sonore et un miroir.

Art, Culture et Foi-

L'Association Art Culture et Foi communique les événements suivants répertoriés sur leur site :

artculturefoi-paris.net :

La Nuit Blanche dans quatorze églises de Paris (voir programme détaillé sur le site).

Les conférences : "Art contemporain et spiritualité" à Notre Dame d'Espérance ( voir programme détaillé) ;

Les visites-conférences organisées pour la formation des guides d'églises bénévoles (modalités d'inscription détaillées)

Trois manifestations artistiques et culturelles sont à rappeler :

** l'exposition" chrétiens d'Orient" 2000 ans d'histoire, à l'Institut du Monde Arabe ;

** L'exposition au musée du Moyen Age- Cluny sur : "le verre, un Moyen Age inventif" ;

** L'exposition au Palais de la Porte Dorée : "Il était trois fois... lieux saints partagés" ;

 

20 septembre 2017

Des informations pour tous (III)

société historique et archéologique du 14ème.jpeg- 1) La Société Historique du 14ème propose les conférences suivantes 

A la salle polyvalente de la mairie , 2 place Ferdinand Brunot :

Le 23 septembre 15h: l'histoire des rues du quartier du Petit-Montrouge, par Georges Viaud.

Le 14 octobre 15h: l'histoire des rues du quartier du Parc Montsouris, par Jean-Gabriel Laval.

Le 18 novembre 15h : l'histoire des rues du quartier de Plaisance, par Yvan Belledame. 

 Entrée libre et gratuite

sha14.asso.fr

 -2) L'Eglise Evangélique Libre de Paris Alésia, 85 rue d'Alésia, 75014, présentera le dimanche 1er octobre à 18 heures un récital lyrique. Les interprètes seront :

Isabelle Imsit, soprano ;

Sacha Rajnovac, Baryton basse ;

François Martin, au piano.

Entrée libre.

18 septembre 2017

La librairie le Livre Ecarlate annonce :

le livre Ecarlate mercredi 20 sept 2017.jpgLes Editions Christian Bourgois, les Editions du Seuil et le Livre Ecarlate ont le plaisir de vous présenter :

Claude Eveno et Eric Hazan, le mercredi 20 septembre à partir de 19 heures.

Prochaine rencontre : Akira Myzubayashi, le mercredi 5 octobre.

La Librairie Ecarlate : 31 rue du Moulin Vert - 75014 - Tél : 01 45 42 75 30 - lelivreecarlate@wanadoo.fr

17 septembre 2017

La chapelle Saint Bernard participe aux Journées du Patrimoine le 17 septembre

chapelle saint bernard de montparnasseCette année, par l'intermédiaire de l'Association Art, Culture et Foi, la chapelle saint Bernard de Montparnasse participera aux Journées du Patrimoine (JEP), le dimanche 17 septembre.

En collaboration avec les associations des Amis de Pierre de Grauwtrois visites guidées seront proposées (15 heures, 16 heures, 17 heures), mettant l'accent sur le travail artistique de Pierre de Grauw, au service de la chapelle Saint Bernard.

34 place Raoul Dautry 75015

Poème de François CHENG à Pierre de GRAUW pour le Christ de la Chapelle Saint Bernard de Montparnasse.

Ton christ n’est pas sur la croix,
Il est croix même, corps dressé
Bras ouverts, en un ardent geste d’accueil
Il est vie, parce qu’un jour tu es avec lui
Entré en communion de toute ton âme,
Parce que de toute notre âme nous aussi
Nous avons un jour communié avec lui.
De corps à corps, d’âme à âme, désormais
Nous ne sommes plus que communion,
Autour d’une fontaine inépuisable.

Il est vie parce qu’il est allé au bout
D’une terrible mort pleinement consentie,
Et cette mort, il l’a une fois pour toutes
Transformée en un sûr passage
Vers la vraie Vie. Oui, ton christ
N’est pas sur la croix, il est croix même,
Chemins croisés de tous les exilés,
Chemins croisés de tous les assoiffés.
La fontaine est là, partageant ce don,
Nous ne sommes plus que communion.
François Cheng.

16 septembre 2017

Chapelle des Franciscains : concert le 17 septembre

chapelle des- ranciscains paris journees patrimoine-2017.jpgA l'occasion des Journées du Patrimoine, un concert aura lieu à la chapelle du couvent des Franciscains (7 rue Marie-Rose), le dimanche 17 septembre.

Le Bestiaire musical
Horaires : - dimanche 17 septembre : 17h30 à 18h30
Concert : Clavecin et violon par l'ensemble « Les ondes galantes ». Comme le laisse entendre le titre, ce programme pour tout public et en particulier les jeunes, rendra un hommage en musique à nos amis les animaux.

 Thème : Jeunesse et Patrimoine

 Visite commentée du couvent  16 et 17 septembre à 14:30-15:30
Gratuit
7 rue Marie-Rose, 75014 Paris

Pour tout renseignement, consulter : http://www.lesondesgalantes.com/journees-patrimoine-2017/

Les Journées Européennes du Patrimoine dans le 14ème

observatoire de paris-paris-journees-patrimoine-2017.jpg16 et 17 septembre 2017 : Les Journées Européennes du Patrimoine

 Cette édition sera résolument tournée vers le jeune public et sa sensibilisation au patrimoine, à l’histoire de la Nation et à l’histoire de l’art, ou encore aux métiers du patrimoine. Comprendre et connaître le patrimoine dans son contexte historique et social, c’est mieux appréhender la société dans laquelle nous vivons.

Dans le 14ème une vingtaine de lieux remarquables du 14ème arrondissement à visiter.

La Mairie et la mairie -annexe, la Cité internationale avec son parc, ses maisons avec de nombreuses expositions et son théâtre..., le parc Montsouris, l'Observatoire de Paris, l'hôtel Cité Inernationale Universitaire fondation_louise_et_emile_deutsch_de_la_meurthe.jpgde Massa, Institut protestant de théologie avec 3 expositions, la Maison du Fontainier,le pavillon de la porte d'Arcueil, la Villa Seurat avec la Maison-atelier Lurçat et l'atelier de Chana-Orloff, le Couvent Saint François (concert) , les églises Saint Dominique (concert), Notre- Dame du Rosaire, Notre- Dame du Travail, Saint Pierre de Montrouge, la chapelle Saint Bernard de Montparnasse, l'hôpital Sainte Anne, l'Entrepôt- lieu des cultures, la Brasserie La Coupole...

Expositions, promenades à thème, concerts ponctuent les visites... voir le programme en cliquant sur lire la suite

Lire la suite

Les journées du patrimoine à la Cité Internationale Universitaire

cite universitaire batiment central.jpgLa Cité internationale universitaire de Paris 

Créée à l'initiative d'un pays, d'une école ou d'un philanthrope et propriété par donation des universités de Paris, la Cité Internationale est édifiée dans un parc de 34 hectares dans le sud de Paris. Elle accueille près de 12 000 étudiants, chercheurs et artistes issus de quelques 140 nationalités. La quarantaine de maisons dans lesquelles ils séjournent, construites entre 1925 et 1969, sont emblématiques des principaux courants architecturaux du XXe siècle et abritent des chefs-d'œuvre artistiques remarquables. La Cité internationale, dédiée à la vie résidente, poursuit son développement; elle accueillera 10 nouvelles maisons à l'horizon 2017-2020.
Type de lieu : Espace naturel, parc, jardin - Lieu de spectacles, sports et loisirs - Musée, salle d'exposition - Édifice scolaire et éducatif

Adresse : 17 boulevard Jourdan, Paris, 75014

Accès : RER B : Cité Universitaire Métro : Porte d'Orléans Tramway T3 : Cité Universitaire Bus 21, 88, 67 Périphérique : sortie porte d'Orléans ou porte de Gentilly (Parking public CHARLETY à proximité) Point Vélib devant la Cité internationale : Du Samedi 16 septembre 2017 au dimanche 17 septembre 2017

LIEU : Cité Internationale Universitaire de Paris (Paris 75014)

HORAIRE : Divers horaires selon les animations

PRIX : GRATUIT

Lire la suite

25 août 2017

Giacometti et le 14ème

 Giacometti la rue d'unsel livre de Tahar Ben Jalloun.jpg      Le 14ème a toujours été un des lieux parisiens  recherchés par de nombreux artistes qui y ont élu domicile dans le passé. Ainsi, du célèbre sculpteur d’origine suisse : Giacometti, qui  vécut au 46bis rue Hippolyte Maindron de 1927 jusqu’à la fin de sa vie.              

Tahar Ben Jelloun, écrivain d’origine marocaine, il est né à Fès, a écrit un ouvrage riche de par son analyse  très documentée sur l’enquête minutieuse qu’il fit à propos de l’atelier du sculpteur. Il parle de la solitude de l’artiste, de son dénuement présent dans l’atelier poussiéreux, « tout juste plus grand qu’une tombe ».   Il poursuit : « Giacometti s’était installé dans l’ombre de la nuit, cette nuit qui le menait vers l’essentiel, son œuvre est de cette nuit, de ces ombres, de cet hiver de l’humanité ». L’atelier de Giacometti était un « habitat réduit à une manière de minimum vital ».              

On pourrait multiplier à loisir les citations proposées par ce livre. Elles dépeignent avec une grande finesse d’intuition, l’univers secret et passionné d’Alberto. A ce titre, Tahar Ben Jelloun réussit la résurrection d’un sculpteur qui aura marqué son époque avec la fulgurance de la passion, nourrie par le feu de la solitude, la recherche d’une vérité cachée, mais exigeante, toujours éclairée par le mystère de l’invisible. 

-Giacometti, la rue d’un seul, visite fantôme de l’atelier – Ed. Folio.

20 août 2017

La Fondation Cartier pour l'art contemporain

Fondation Cartier pour l'art contemporain exposition autophoto 1.jpgLa Fondation Cartier présente du 20 avril au 18 septembre une exposition concernant l'automobile intitulée :

AUTO-PHOTO, de 1900 à nos jours.

Trente ans après l’exposition Hommage à Ferrari qui mettait à l’honneur ces voitures mythiques, la Fondation Cartier pour l’art contemporain présente, sur une proposition de Xavier Barral et Philippe Séclier, l’exposition Autophoto consacrée aux relations entre la photographie et l’automobile.

Depuis sa création, l’automobile façonne le paysage, permet la découverte de nouveaux horizons et bouleverse notre conception du temps et de l’espace. À travers près de 500 œuvres de 100 photographes historiques et contemporains originaires des quatre coins du monde tels que Jacques-Henri Lartigue, Lee Friedlander, Rosângela Renno ou Yasuhiro Ishimoto, l’exposition révèle comment l’automobile est devenue, depuis son invention jusqu’à nos jours, un sujet et un outil pour les artistes. Captant les lignes sinueuses des routes, jouant avec les reflets des rétroviseurs et le cadre des pare-brises ou encore explorant notre relation avec cet objet de désir, les photographes nous invitent à regarder autrement l’univers de l’automobile. Le parcours de l’exposition réunit également des maquettes d’automobiles réalisées pour l’exposition par l’artiste Alain Bublex, portant un regard nouveau sur l’histoire du design automobile.

À travers un ensemble d’œuvres organisé autour de grandes séries, l’exposition s’intéresse à la façon dont l’automobile a modifié durablement notre environnement et notre vie quotidienne, tout en influençant les pratiques et recherches esthétiques des photographes. Elle sera accompagnée d’un catalogue qui réunit plus de 700 reproductions d’œuvres, des citations d’artistes, une autre histoire du design et des textes de spécialistes.

https://www.fondationcartier.com/#/fr/home/

fondation cartier pour l'art contemporain expo sur l'automobile jusqu'en sept 2017.jpg

Lire la suite

18 août 2017

La Galerie du Montparnasse expose

vibrations textiles expo août 2017.jpgLa mairie a le plaisir de vous informer de la manifestation suivante :

Exposition : VIBRATIONS TEXTILES 

Exposition d'Art Textile : 1ère édition ;

Happening, marché des créateurs et conférence sur l'art textile contemporain, avec 26 artistes plasticiens, liciers, designers, brodeurs, couturiers.

Le vernissage aura lieu le mardi 22 août à partir de 17 heures.

Exposition du 17 au 31 août tous les jours, de 11 heures à 23 heures.

Lieu : 55 rue du Montparnasse - 75014 Paris 

                                                             ***

Elsa Oriol et Pancho Graells vous invitent au vernissage de leur exposition : Traits et Portraits, le mercredi 6 septembre à partir de 18 heures 30. L'exposition sera ouverte du 2 au 13 septembre, tous les jours dimanche inclus, de 14 heures à 20 heures.

Lieu : comme ci-dessus.

22 juillet 2017

Le grand regard de l'Observatoire et la maison du fontainier

la Maison du Fontainier Facade_fontainier.jpgLe 27ème regard de l'aqueduc de Marie de Médicis avait un rôle particulier. C'est là, à deux pas de l'Observatoire de Paris, qu'était répartie à l'intention de la population de la rive gauche de Paris, l'eau provenant de l'aqueduc. La maison du fontainier fut construite de 1619 à 1623 sur les terrains sud du Faubourg Saint Jacques, terrains constitués d'espaces en friche, de quelques fermes et de deux moulins à vent. Des établissements religieux y prospéraient : les Chartreux au Jardin du Luxembourg, les Oratoriens (Hôpital Saint Vincent de Paul), les Carmélites 19 rue Henri Barbusse, les religieuses de Port-Royal, les Capucins (Hôpital Cochin), les Bénédictines du Val de Grâce.la maison du fontainier sous-sol.jpg

La maison du fontainier était la demeure de l'Intendant général des eaux et fontaines du Roi. Ce fut Thomas Francini (Francine) et ses descendants qui l'occupèrent jusqu'en 1784.

Photo 1 : la Maison du Fontainier (façade)

photo 2 : la Maison du Fontainier (sous-sol)

18 juillet 2017

L'Aqueduc Médicis (II)-

Aqueduc Médicis Paris 14e rue de l'Empereur Valentinien 3 aqueduc_Médicis.JPGL'aqueduc terminé (1623), il convenait d'accorder les concessions et leurs dérivations vers la population. Les premières furent accordées aux communautés religieuses situées sur le parcours. Ainsi : les Carmélites et les Capucines du Faubourg Saint Jacques, le Val-de-Grâce, les Chartreux et les Célestins ; également le chancelier de Sillery, le Président du Parlement Séguier, le Surintendant des finances Marillac. Il faut noter que la fraude existait par la vente de surplus.

Treize fontaines furent construites entre 1624 et 1628 : Notre Dame des Champs, porte Saint Michel, place Maubert, pont Saint Michel, parvis Notre Dame, Saint Séverin, place de Grève, place Royale, rue de Buci, etc...

Seulement  trois "regards" sur les sept construits sont encore visibles dans Paris Aqueduc Medicis regard 25 dit de Saux.jpgintra-muros : le 26ème dans les jardins de l'Observatoire, le 25ème avenue René Coty (Hôpital La Rochefoucauld). Le 27ème regard - celui de l'Observatoire- permettait la répartition des eaux. En 1623 on construisit sur celui-ci la fameuse maison du fontainier, de style Louis XIII.

Photo:  1 Paris 14e, rue de l'Empereur-Valentinien, restes de l'aqueduc Médicis mis à jour lors des travaux d'aménagement de la ZAC Alésia-Montsouris.

Photo 2 Le regard n°25, dit regard de Saux, de l'aqueduc Médicis, dans l'enceinte de l'hôpital La Rochefoucauld (Paris 14e, France)

12 juillet 2017

L'aqueduc Médicis et la maison du Fontainier

      Marie de Médicis voulait alimenter son palais du Luxembourg et à cet effet, effectua de 1613 à 1623 des travaux d’adduction d’eau  qui pour l’époque furent importants. Ainsi, en 1613 et en présence du roi Louis XIII et de toute la cour, la première pierre du grand regard de Rungis où aboutissent les sources principales fut posée. Les autres sources captées en 1651 comprenaient deux ensembles : celui de Rungis et celui du Long-Boyau qui récoltaient les eaux entre L’Haÿ  et Arcueil.              

aqueduc Médicis La_limite_entre_Cachan_et_Arcueil.jpgL’aqueduc fut construit par Jean Coing et son gendre Jean Gobelin. Il mesure 13 kilomètres entre le départ des sources et le grand regard de l’Observatoire. Sa hauteur au dessus des deux banquettes bordant la cunette est de 1,75 mètre, sa largeur est d’un mètre et la pente moyenne de 1,4 %. Afin de traverser la Bièvre entre ces deux rives, un pont aqueduc long de 379 mètres fut construit au niveau du village d’Arcueil. Il faut signaler que lors de la construction de l’aqueduc de la Vanne par Belgrand sous le Second Empire, celui-ci utilisera comme soubassement les 77 contreforts de l’aqueduc Médicis.              

Le parcours est marqué par 27 regards qui avaient plusieurs fonctions : entretenir la canalisation, par un escalier largement dimensionné qui établissait un courant d’air naturel entre eux. La distance moyenne entre deux regards allait de 598 mètres à 406 mètres. La présence de carrières nécessitait une surveillance accrue. 258 cheminées accessibles par une échelle permettaient l’entretien. La distance moyenne entre ces ouvertures était de 52,10 mètres.              

On prévoyait que l’aqueduc fournirait à sa construction 600 mètres cubes d’eau en 24 heures. Or, en 1651, par les nouvelles captations faites à Long-Boyau, ce furent 1050 mètres cubes qui approvisionnèrent l’aqueduc. Mais, mal entretenu et construit sur d’anciennes carrières provoquant de nombreux éboulis, l’aqueduc ne donnait plus en 1669 que 410 mètres cubes et 240 en 1869. 

Photo: L'aqueduc Médicis entre Arcueil et Cachan, supportant les piles de l'aqueduc Belgrand

Documentation extraite du Bulletin de l’Association pour la Sauvegarde du Paris Historique. 

08 juillet 2017

L'aqueduc romain du IIIe siècle au service de Lutèce

aqueduc romain de lutèce regard avenue reille.jpgC'est vers l'an 300, alors que Paris se développait sur le flanc de la Montagne Sainte Geneviève et sur l'axe de la voie d'Orléans, qu'un aqueduc fut construit pour desservir le Palais des Empereurs ainsi que les établissements publics de la Lutèce d'alors.

Sur la rive gauche de la Seine, il n'y avait pas de source, sinon à 13 kilomètres de la cité, aux environs de Rungis, mais  il  faut noter que la vallée de la Bièvre  ajoutait une difficulté pour acheminer cette eau. 

L'emplacement des thermes fut choisi en fonction de l'approvisionnement des eaux que l'on pouvait rassembler du côté de Rungis et de Wissous (65 mètres, 30 d'altitude). La tête de l'aqueduc était constitué par un bassin de 4 mètres de côté et de 1,70 mètre de haut. Ensuite, sur près de 16 kilomètres et avec une pente de 1,6 %, l'eau était acheminée dans un aqueduc souterrain de dimensions très modestes (50 cm x 50 cm). Ses qualités d'étanchéité étaient parfaites : le canal en maçonnerie était un ouvrage fait en béton de cailloux, recouvert de dalles de pierres, le tout enterré à faible profondeur, en suivant les courbes de niveaux, afin de conduire l'eau par gravité jusqu'aux thermes et ceci avec une pente régulière de 45 centimètres par kilomètre.

Il empruntait le flanc sud de la vallée, puis à Fresnes virait au nord. A Cachan, il absorbait quelques sources supplémentaires et franchissait la vallée de la Bièvre sur le fameux  aqueduc de 330 mètres qui donnera son nom à Arcueil. Puis après avoir atteint Gentilly et la butte de Montsouris,  il suivait le tracé de la rue saint Jacques. 1500 à 2000 mètres cubes d'eau parvenaient ainsi aux thermes de Lutèce.

Suite à un manque d'entretien consécutif aux invasions barbares, l'aqueduc finit par ne plus être capable d'apporter l'eau aux Parisiens. Son tracé s'effaça peu à peu des mémoires. En 1860, deux piles existaient encore mais disparurent par la suite.

Photo: débris de l'aqueduc gallo-romain de Lutèce , retrouvé au moment de l'aménagement de la ZAC Montsouris.  regard de l'avenue Reille.

- Informations extraites  du bulletin de l'Association  de sauvegarde du Paris Historique.

30 juin 2017

LES 14 ARTS’ "Des ateliers d’artistes au Street Art" 1er et 2 juillet 2017

14 ème arts 12 juin.jpegSamedi 1er et dimanche 2 juillet "Des ateliers d’artistes au Street Art !". Ouverture des ateliers d'artistes. 

Profitez d’un week-end pour découvrir le travail des artistes du 14e lors des portes ouvertes de leurs ateliers et participez à des performances artistiques en direct dans les rues du quartier de la Mairie à l’Avenue Denfert Rochereau.

L’art prend place dans tout l’arrondissement !journées 14ème arts 1et 2 juillet 2017.jpg

Retrouvez le programme complet des 14’Arts dans les lieux publics : mairie, librairies, ....et sur le site mairie14.paris.fr 

DÉCOUVREZ LE PROGRAMME 

http://mairie14.dev.paris.fr/actualites/les-14-arts-1-2-j...

http://www.api-site.paris.fr/mairies/public/assets/2017%2...

Consultez la programmation du week-end de l'événement art urbain du 14e
https://fr.calameo.com/read/005202946cb3c34cca22f

Quartiers en Cultures : Festival Culturel des Habitants à Pernety et Porte de Vanves

quartiers-en-cultures 2017  a paris.jpgCe festival culturel  a pour objet de mettre en valeur la pluralité  des identités culturelles de nos quartiers populaires et faire découvrir les savoir-faire et les qualités artistiques de leurs habitants. Les centres sociaux permettent de coordonner leurs initiatives, et d'organiser ces jours de fête.

Dans le 14ème deux quartiers participent à ce festival: le Quartier Pernety au Moulin à Café et celui de la Porte de Vanves.

1) Quartier Pernety

- Du mardi 27 Juin au samedi 8 Juillet "Mosaïques des âges" : Exposition de mosaïques d’enfants, parents et grands-parents du quartier

- Les  28 et 29 Juin ainsi que le 5 et 6 Juillet de 10h à 12h "Cultur’zine" : Un habitant du quartier cuisine une recette de chez lui et nous la fait découvrir !

Les mercredis 28 Juin et 5 Juillet  de 15h à 17h "Le pain et ses saveurs !": Recettes en l’honneur du pain. 

- Les mercredis 28 Juin et 5 Juillet de 15h à 17h "Art Photo": Atelier photo avec l’appli Snapchat pour petits et grands enfants !

Rendez- vous pour tous  ces événements au Moulin à Café  8 rue Sainte Léonie 75014 Métro Pernety

-Les samedis 1er et 8 Juillet de 15h à 17h "Sous les pavés la place": Création sur les pavés d’une mosaïque en couleurs. Création d’un arbre de « mains » sur la vitrine du café. Musique du groupe Gabjitrio

Rdv Place de la Garene 75014 Métro Pernety

2) Quartier de la Porte Vanves 1er juilletquartiers en culture rue Didot, square auguste Renoir 1er juillet 2017.jpg

L’association de Capoeira JAGOKI sera en tête de cortège d’une déambulation qui lancera le début du festival.

L’évènement se déroulera sous forme de 3 pôles : Activités artistiques sur scènes : danse, chant, slam/poésie, musique, capoeira…..Expositions : peintures, photos, sculptures….Stands ateliers : culinaire, jardinage, poterie, peinture, cerf-volant ….

L’après-midi sera donc articulée entre animations musicales, expositions et ateliers. Tout cela réalisé par les habitants ! MPPA 100 rue Didot puis Square Auguste Renoir 11bis rue Auguste Renoir

Lire la suite

17 juin 2017

Trentième Salon des Peintres et Sculpteurs Témoins du 14ème

La Galerie du Montparnasse présentera du 17 au 29 juin, le trentième salon des Peintres et Sculpteurs du 14ème, dont le thème cette année est :" Les ateliers d'artistes".

association des peintres et sculpteurs témoins du 14ème,galerie du montparnasse,marie-lize gall,anne lambertVingt et un peintres et sculpteurs présenteront 58 œuvres, dont 33 représentations de leurs prédécesseurs connus ou moins connus. On y verra l'ambiance des ateliers ainsi que la notoriété ou le mystère des rues, cités et impasses. Quelques sculpteurs sur pierre de l'Atelier Culture dans la Ville- Robert Juvin- 36 avenue Jean Moulin, ont été conviés à participer au salon. Celui-ci s'ouvre sur l'air de la Bohème de Charles Aznavour, chanté par l'artiste peintre Mouky.

55 rue du Montparnasse 75014 Métro Vavin ou Edgar Quinet( tous les jours de 12 heures à 20 heures, et nocturnes les 23 et 24 juin jusqu'à 23 heures,)vernissage le mercredi 21 juin à 18h 30

30e Salon des Peintres et Sculpteurs Témoins du 14è arrondissement.

"Les ateliers d’artistes dans le 14e" 

Ce thème est une belle reconnaissance rendue au fondateur - président de l’APST-14, le Père Maurice association des peintres et sculpteurs témoins du 14ème,galerie du montparnasse,marie-lize gall,anne lambertGourdon de la paroisse St Pierre de Montrouge et ses amis artistes, dont la spécificité depuis 1987, est le témoignage du passé-présent des différents quartiers de l’arrondissement. Autour de son portrait réalisé au fusain par la secrétaire de l’association, Jacqueline Lescurier, on peut découvrir une présentation de photos, affiches, couvertures de catalogues, cartons d’invitation du Salon inauguré chaque année depuis 30 ans par la Mairie du 14e dans la salle Jean XIII de la paroisse, puis à la Galerie Montparnasse 55. Un travail de mémoire prolongé par les successeurs du premier président, d’abord André Brageu, puis Marie-Lize Gall. Celle-ci a souhaité laisser une trace historique, en composant quelques uns de ces anciens documents en réduction autour d’un collage-gouaché, en proposant un thème de Salon par an, un Annuaire illustré conjugué dès 2007 au Site Internet. 

Lire la suite

15 juin 2017

L'Espace Norbert Mattera annonce

Exposition Jean Pierre Ravel & Yuta Strega : Photos & Sculptures

VERNISSAGE JEUDI 15 JUIN à partir de 18h

Exposition visible jusqu'au dimanche 25 juin de 15h à 19h sauf le lundi
Espace Norbert Mattera 48 rue Didot 75014 Paris
Métro Plaisance ou Pernety ligne 13 / Alésia ligne 4
Bus 62 ou 58 arrêt "Alésia-Didot"
Tram T3a : Arrêt "Didot"

Jean-Pierre RAVEL se consacre à la photographie pour exprimer et partager des choses qu’il ne pouvait pas faire passer par les mots. Faire passer, partager, peut-être même être en communion.exposition Jean-Pierre Ravel.jpg
Une recherche sur la photo cueillie en pleine nature, l'eau la végétation ou simplement des portraits de gens qu’il croise.
Les photos sont travaillées en noir et blanc et en couleurs souvent dans des très grands formats.
La métamorphose des clichés est obtenue en les saturant, dans les couleurs, les contrastes ou dans les gammes de gris pour le noir et blanc mais toujours sans montage. Et il a la chance d'avoir un très bon imprimeur qui "termine" le travail … 
"Que mes photos aient à faire avec l’indicible et touchent au mystère, à l'interrogation, c'est ma démarche. Mais quand le visiteur confond ma photo avec une peinture, j’ai atteint mon but".
mail:ravelphoto@sfr.fr
site:ravel.photography

"Le chant", sculptures de Yuta Strega
Les expositions de Yuta Strega qui se succèdent au fil des ans délivrent toujours des messages forts, en prise directe avec la violence du monde qui nous entoure. Fruits de sa méditation, ses œuvres sont le reflet de son ressenti face aux événements tragiques, "les artistes ont le devoir de transmettre avec leur art" insiste-t-elle. 
Les dix sculptures "Le Chant", en référence à La Marseillaise que la France entière a entonné à l’unisson après les attentats terroristes de 2015.

Lire la suite

12 juin 2017

Edouard Couche - un grand ingénieur du 19ème siècle

edouardcouche.jpgLa rue Couche en notre 14ème arrondissement est modeste par sa longueur (75 mètres), mais évoque le souvenir d’un ingénieur prénommé Edouard Couche, qui œuvra pendant 22 ans dans l’arrondissement et qui est à l’origine de travaux plus qu’importants concernant l’adduction et la distribution de l’eau dans la ville de Paris.              

Edouard Couche est né le 20 mai 1832. Il était le fils d’un colonel de génie qui a commandé l’Ecole Militaire de Saint Cyr. Né dans cette localité près de Versailles, il fit de brillantes études au collège de cette ville, puis entra à l’Ecole Polytechnique en 1849 à l’âge de 17 ans. Il en sortit en 1851 puis entra à l’Ecole des Ponts et Chaussées.              

Résidant à Bayonne, il eut à reconstruire le pont de la Nive sur la route nationale n° 10 allant de Paris vers l’Espagne. Il faut remarquer ici que l’ouvrage présenta de grandes difficultés de fondations, car il comportait trois arches en maçonnerie, chacune d’elles ayant une ouverture d’environ 18 mètres.  Ensuite, il fut attaché au port du Havre où il resta six ans. De nombreux travaux portent sa signature : reconstruction des portes d’écluse de Vauban et de la Barre, un pont-levis de 16 mètres de portée pour l’écluse de l’Eure, approfondissement du chenal d’entrée, construction d’un grand brise-lames de l’estacade du nord, et commencement de l’élargissement du chenal d’entrée. 

Documentation extraite du n° 30 de la SHA – (à suivre)-  

11 juin 2017

Conférence Art Culture et Foi sur Chagall lundi 12 juin 2017 à Saint-Pierre-de-Montrouge

Chagall,Madeleine ZellerUne conférence Art Culture et Foi aura lieu le lundi 12 juin à 20h30 . Elle portera sur Chagall. Elle sera assurée par Madeleine Zeller, conservatrice de bibliothèque à Strasbourg et passionnée par Chagall depuis de nombreuses années, en  particulier par ses vitraux  (elle a pu rencontrer Charles Marq, le maître verrier de Chagall).

Le sujet est le suivant : La paix selon Marc Chagall, du vitrail de l'ONU à celui de Sarrebourg
La vision d'Isaïe sur la paix messianique (Isaïe 11) inspira Marc Chagall (1887-1985) durant plusieurs décennies. Cette conférence présentera la filiation entre trois œuvres majeures : l'eau-forte "La Réconciliation universelle", le vitrail de l'ONU "La Paix" et celui de Sarrebourg "La Paix ou l'Arbre de vie". Nous découvrirons une œuvre libre et inventive où l'inspiration biblique est exaltée par une maîtrise admirable de la lumière et de la couleur.

Au Centre paroissial de Saint Pierre de Montrouge, 9 passage Rimbaut, 75014

10 juin 2017

Le boulevard Raspail et ses écrivains (IV)

Le boulevard Raspail et ses écrivains (IV)

Nous poursuivons notre promenade afin d’évoquer les domiciles de personnalités littéraires qui ont fréquenté ce boulevard. Ainsi :Eugene Ionesco.jpg

Eugène Ionesco (1909-1994) – Plusieurs de ses pièces sont créées à l’Alliance Française au n° 101, dont »Le Roi se meurt » en 1962.Sartre,1967.jpg

Jean-Paul Sartre (1905-1980)- Au 222 et au 10ème étage, il y achève « Les Mots ». Dans les années 1937, il loge à l’hôtel Mistral, 24 rue Cels, avec Simone de Beauvoir, d’où l’évocation du carrefour Raspail-Edgar Quinet et des rues Emile Richard et Froidevaux.

Françoise Sagan.jpgFrançoise Sagan (1935-2004)-  Elle écrira en 1989 son roman « La Laisse » qui se situe en haut de l’avenue Denfert-Rochereau et du quartier avoisinant.

Philippe Sollers ( 1936)- Deux de ses livres parus en 2009 et 2012 Philippe Sollers 15juin2011_paris.jpg« Les Voyageurs du Temps » et » l’Eclaircie » évoquent la partie nord du boulevard Raspail. Dans sa jeunesse, il habita successivement au 90 où il rencontra Francis Ponge, puis au n° 13 du côté de la librairie Gallimard.

patrick Modiano.jpgPatrick Modiano (1945)- Au 243, l’ex-café de la Marine devenu le restaurant «  le Duc » est évoqué dans « Fleurs de ruines » (1991). Le haut du quartier Denfert-Rochereau et du boulevard sont évoqués dans  « Chiens de printemps » (1993). Le boulevard et le carrefour Edgar Quinet/rue Emile Richard  sont évoqués dans « le Café de la jeunesse perdue » publié en 2007.

Dan Franck et Jean Vautrin – Le héros de la saga « les aventures de Boro » loge au passageDan Franck.jpg d’Enfer où Dan Franck précise : c’est un lieu excentré, bizarre, vous pouvez vous imaginer être à l’autre bout du monde à Saint Pétersbourg ou ailleurs.

- Documentation extraite des numéros 54:55 de la S.H.A du 14e

28 mai 2017

-Le boulevard Raspail et ses écrivains (III)

Nous poursuivons notre promenade afin d’évoquer les domiciles de personnalités littéraires qui ont fréquenté ce boulevard. Ainsi :

Simone de Beauvoir.pngSimone de Beauvoir (1908-1986)- Elle naît au 136 de ce boulevard, juste au futur carrefour avec le boulevard Montparnasse, le le plus célèbre de ce quartier. Ce boulevard est le lieu de vie de sa petite enfance. A ce propos elle dit : « l’après-midi, je restais assise longtemps sur le balcon de la salle à manger à la hauteur des feuillages qui ombrageaient le boulevard Raspail et je suivais des yeux les passants, leurs visages, leurs silhouettes, le bruit de leurs voix me captivait ». Mais en 1913, ses parents s’installent rue de Rennes. Elle regretta en disant : « on me coupait du monde, on me condamnait à l’exil ». Dès 1911, la Rotonde (au dessous de l’appartement de Simone) recueillait la présence d’Apollinaire, Picasso, Derain, Vlaminck, Modigliani et beaucoup d’autres. Précisons qu’elle eut au début de la seconde guerre mondiale, un pied-à-terre dans le petit hôtel du Danemark, aujourd’hui hôtel Danemark, trois étoiles. Elle évoque dans la  «  Force de l’âge » : la rue Vavin et la patronne dudit hôtel ». Enfin, son dernier domicile fut le 11 rue Schoelcher, qu’elle habita de 1955 jusqu’à son décès en 1986. pierre seghers.jpg

Pierre Seghers (1906-1987)- Loge au n° 228. Il fut le célèbre éditeur des poètes contemporains, poète lui-même et fut à l’origine de la fameuse collection : « Poètes d’aujourd’hui » Il logea dans cet immeuble de 1947 jusqu’à sa mort. 

Samuel Beckett,.jpgSamuel Beckett (1906-1989)-  Au 38 boulevard Raspail,  Beckett créa dans l’ex théâtre de Babylone, le 3 janvier 1953 sa pièce En attendant Godot. Le succès fut immédiat et devint bientôt mondial. Il faut préciser que Jean-Marie Serreau, le propriétaire de cette salle qui était en faillite, avait dit à Roger Blin qui allait mettre en scène Beckett : « je vais fermer boutique, autant finir en beauté ».

- Documentation extraite du numéro 54 / 55 de la S.H.A  du 14e

18 mai 2017

Sous les pavés... une carrière

carrière des capucins.jpgSamedi 20 mai, à 14h 30, 15,30, et 16h 30 aura lieu devant la cafeteria Relais H de l'Hôpital Cochin,27, rue du Faubourg Saint Jacques,   XIVe  le départ de la visite de la carrière des Capucins.

Il s'agit d'une carrière située à plus de 20 mètres sous terre et dans laquelle on peut cheminer sur 1,2 Km. Le site a été classé en 1990 et transformé en musée souterrain. Une équipe de bénévoles s'attache à conserver les lieux, sachant que cette carrière a été exploitée dès le Moyen Age.  Son nom provient du fait que les moines Capucins se sont installés au faubourg Saint Jacques en 1653, consolidant les vides successifs laissés par  la longue  exploitation de la carrière.

Inscriptions : sur Hopitaux-paris-centre.aphp.fr/journee-porte-ouverte-le-20-mai-2017

17 mai 2017

Représentation de la Crucifixion, conférence à Saint-Pierre de Montrouge lundi 22 mai 20h30

Art Culture et Foi Conférence Art Culture et Foi avec projections par Alain Lockart,sur la représentation de la Crucifixion, lundi 22 mai 2017 à 20h30 .

Avant le cinquième siècle, il n’y a pas de représentation de la crucifixion. Dans l’art roman, le Crucifié est le Christ triomphant yeux ouverts et tête droite. En revanche, dans l’art gothique, il est dans la majorité des cas le Christ mort, tête tombante sur l’épaule droite. Cette prépondérance du Crucifié mort risque d’occulter l’action salvifique du Crucifié qui est le sommet de la miséricorde divine : « Si le Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est vide, et vide aussi notre foi. » (1 Co 15, 14). Dans l’art contemporain, la crucifixion tend à perdre son caractère religieux pour signifier la peine des hommes confrontés à un environnement menaçant.

Au centre paroissial de Saint-Pierre-de-Montrouge, 9 passage Rimbaut, Paris 14e. M° Alésia. Entrée libre, libre participation aux frais. 

14 mai 2017

L'association Parole et Poésie propose une promenade dans les pas de Georges Brassens

En partenariat avec les Editions Flammes Vives‌
l'association Parole & poésie propose 
une promenade dans les pas de Georges Brassens
 
En plus de rendre hommage au célébrissime poète-chansonnier, ami de la poésie et des poètes, un des buts essentiels de cette promenade poétique parisienne sera d'explorer une bonne partie du territoire de ce "croque-notes" d'exception, de part et d'autre des voies ferrées de Paris-Montparnasse - quartiers particulièrement défavorisés et populaires durant une grande partie du XXe siècle, entre XIVe et XVe arrondissements. De la rue d'Alésia jusqu'à la rue Brancion, nous nous rendrons sur les seuils des différents domiciles du poète, jusqu'à ces bistrots gardant présente sa légende.
Grâce aux soins de Michèle Fageot et du poète Oliver Swan, une pause-café gratuite sera prévue rue Santos-Dumont, à deux pas de la dernière demeure de Brassens, avant d'achever notre promenade devant son buste dans les allées du Parc Georges-Brassens.

LE DIMANCHE 21 MAI 2017. RENDEZ-VOUS à 10 h.30 précises, devant le n°173 de la rue d'Alésia, 75014 Paris - Bus 62 - M° Alésia (ligne 4) ou Plaisance (ligne 13). Participation aux frais : 15 € pour les couples ; 10 € en individuel. Un cahier de la Collection de la Barque au Soleil, reprenant les éléments de la promenade et reproduisant les poèmes interprétés sera mis à votre disposition (prix de vente : 5 euros).
 
avec Patrick PICORNOT, conteur et Aumane PLACIDE, interprète (de Parole & Poésie)
 
Attention, le nombre des inscriptions étant limité à 15 personnes, nous vous conseillons vivement de vous inscrire rapidement au 06 09 09 28 82. Si cela s'avérait nécessaire, nous ouvririons une liste d'attente pour organiser une seconde promenade dans le courant du mois de juin 2017. 
 

04 mai 2017

Montrouge, ville de l'art contemporain

Salon de Montrouge 20017.jpgLe soixante deuxième Salon de Montrouge de l'Art Contemporain aura lieu jusqu'au 24 mai 2017 et est ouvert tous les jours de 12 heures à 19 heures ; nocturne le 19 mai jusqu'à 22 heures. Ce salon se tient au Beffroi, 2 place Emile Cresp.

Depuis 1955, la ville de Montrouge organise et finance le Salon de Montrouge. Véritable tremplin pour la jeune création française, le Salon a su s'affirmer comme LA manifestation emblématique pour la découverte des artistes dans toutes les disciplines.

Plus qu'une exposition annuelle, la ville de Montrouge s'engage auprès des jeunes artistes en leur donnant les moyens de rencontrer le public et d'établir des ponts avec les professionnels, galeristes, critiques d'art, collectionneurs, pour un accompagnement critique, des aides à la production et des ventes aux enchères.

Les lauréats participent également à la biennale itinérante Jeunes Créations Européennes, créée par la ville de Montrouge en 2000. Ainsi, des opportunités d'échange, de rencontres, s'établissent par des contacts avec une dizaine de pays européens partenaires.

salondemontrouge@ville-montrouge.fr   - http://www.salondemontrouge.com/

03 mai 2017

Georges Desvallières (1861-1950) Peintre des combats et du renouveau de l'Art sacré conférence jeudi 4 mai à 21h

Conférence Art Culture et Foi  Saint pierre de Montrouge 4 mai 2017 desvallières  jpg.jpgLes conférences Art Culture et Foi prévues en mai et juin 2017 à Saint Pierre de Montrouge sont les suivantes

- Jeudi 4 mai à 21 heuresGeorges Desvallières (1861-1950) Peintre des combats et du renouveau de l'Art sacré, par le frère Jean-Jacques Danel

  L'œuvre de Desvallières est encore trop méconnue, il occupe pourtant une place singulière dans l'histoire de l'art en France. Profondément marqué par son expérience de combattant durant la première guerre mondiale il fera le vœu ensuite  de ne peindre que des sujets religieux. Avec Maurice Denis il est à l'origine d'un mouvement de renouveau de l'Art sacré. Son œuvre peut paraître sombre et torturée mais on peut y voir le chemin d'un homme, d'un père, d'un combattant, d'un croyant qui a cherché la lumière à travers les épreuves de la vie.

- Lundi 22 mai à 20 heures 30 : Représentation de la Crucifixion, par Alain Lockart 

  Avant le cinquième siècle, il n’y a pas de représentation de la crucifixion. Dans l’art roman, le Crucifié est le Christ triomphant yeux ouverts et tête droite. En revanche, dans l’art gothique, il est dans la majorité des cas le Christ mort, tête tombante sur l’épaule droite. Cette prépondérance du Crucifié mort risque d’occulter l’action salvifique du Crucifié qui est le sommet de la miséricorde divine : «Si le Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est vide, et vide aussi notre foi.» (1 Co 15, 14). Dans l’art contemporain, la crucifixion tend à perdre son caractère religieux pour signifier la peine des hommes confrontés à un environnement menaçant. 

- Lundi 12 juin à 20 heures 30 : Conférence sur Chagall par Madeleine Zeller

Au Centre paroissial de Saint Pierre-de- Montrouge 9 passage Rimbaut 75014

04 avril 2017

Les Catacombes : nouvelle donne

Catacombes-630x405-C-Thinkstock.jpg

On connaît le succès rencontré par la visite des Catacombes de Paris qui reçoivent annuellement la visite de 500000 visiteurs. Récemment, huit mois de travaux ont permis de faciliter la visite de ces lieux qui permettront de raccourcir le parcours d'une heure à 45 minutes.

La directrice générale de Paris Musées gérant les Catacombes met en avant la volonté de protéger ce site historique exceptionnel et d'en faciliter la visite en réduisant les files d'attente, et de créer de meilleures conditions de travail pour les agents (nouvelles salles, douches, WC). D'autre part, une nouvelle sortie plus fonctionnelle a été établie pour les visiteurs. Elle se place au 21 bis avenue René Coty et elle remplace l'ancienne située rue Rémy Dumoncel.

Une nouvelle librairie boutique dont la gestion est confiée à Arteum sera à la disposition des visiteurs qui pourront y acheter un gadget ou un livre se rapportant à ces lieux.

Le Parisien du 31 mars -

30 mars 2017

Exposition « Giotto, François, L'humilité radieuse » du 24 mars au 6 avril 2017 à Notre-Dame de Bon Secours

L’ Exposition «Giotto, François, L'humilité radieuse» est présentée du 24 mars au 6 avril 2017 dans l’Etablissement Saint Augustin à Notre-Dame de Bon Secours, 68 rue des Plantes 75014.

notre- dame de bon secours 68 rue des plantes 75014,giottoReproduction photographique des 28 fresques de la basilique supérieure d’Assise

Alba Cultura, en collaboration avec la Fondation Notre-Dame propose à des établissements scolaires et  à des structures d’accueil (maisons de retraite, hôpitaux, paroisses) la reconstitution du célèbre ensemble de fresques de Giotto. 28 photographies de grand format de 1,50 de hauteur permet de faire découvrir  ce cycle franciscain de Giotto,  chef-d’oeuvre  de la peinture murale italienne.

 Giotto (1266-1337) est le premier peintre de son temps à s’être affranchi des codes de la peinture byzantine pour renouer avec l’imitation directe de la nature. Il est reconnu comme le grand précurseur de la Renaissance italienne. Il s’est vu confier l’exécution des fresques sur la vie de François d’Assise (1181-1226) le plus grand saint de son temps dans la basilique construite à Assise autour de son tombeau. (Récit de sa vocation jusqu'au renoncement à la vie mondaine, ses miracles, ses compagnons, la réception des stigmates, puis sa mort).

Exposition commentée par les bénévoles d’Alba Cultura:

Mercredi 29 mars de 15h à 16h.

Jeudis 30 mars et 6 avril de 16h30 à 17h30

Mardi 4 avril de 15h à 16h.

22 mars 2017

Le Moulin à Café : du 22 au 25 mars

22 mars à 20h : 5ème petite leçon d’art de Pierre Baqué, professeur à la Sorbonne, sur le thème des « Femmes fatales » (cycle 2016-2017), un thème qui traverse l’histoire de l’Humanité.

La « Femme fatale » est réputée belle, intelligente, sensuelle et perverse. Elle attire les hommes, les séduit et finit par atteindre son but : les détruire. Par plaisir, par haine du masculin, pour se venger ou pour toute autre raison (il faut avouer que beaucoup de ces victimes l’ont bien cherché !).

Ainsi, qu’en est-il de l’histoire (ou du mythe) d’Ève et Adam, Dalila et Samson, Circé et Ulysse, Cléopâtre et César…? En Occident, ce duel à mort a stimulé la créativité des artistes, surtout celle des peintres.

moulin à café café associatif 8 rue sainte léonie 75014Concert « Duo la voix des cordes » 24 mars  21h

La voix des cordes est un duo de comédien, Jacques Faule et violoncelliste, Jacques Perrin. Ils allient ensemble poésie et musique.

« Mêle en une rare alchimie, poèmes récités par Jacques Faule et musique interprétée au violoncelle par Jacques K.Perrin. Le spectacle composé de chefs-d’oeuvre en vers ou en prose, de mélodies classiques, de compositions improvisées, de ballades populaires, de récits cocasses ou tragiques transfigure les spectateurs », Christiane Abbadie-Clerc (conservateur en chef honoraire des bibliothèques).

Le Moulin à café 8 rue Sainte Léonie Paris, Métro Pernety Téléphone : 01 40 44 87 55 http://www.moulin-cafe.org/ - Facebook  -Twitter

Programme complet du 22 au 25 mars 2017 : exposition Henri Lohou,  atelier poétique, ateliers de couture et tricot, show d’improvisation théâtrale, cliquez sur lire la suite…

Lire la suite