Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 octobre 2019

Pour rêver un peu !

 Le " Haîiku "  est une forme de poésie très prisée  au Japon. En voici quelques exemples :

Vois chaque matin

Le vent déposer au jardin

L'humus d'une étoile.

 

Une goutte d'eau

Fleurit la rose trémière

Sourire du ciel.

 

L'âme d'un enfant

Sur le marbre d'un nuage

Mille éclats de rire.     

-  R.R  -

16 octobre 2019

L' Association Parole et Poésie annonce " Poètes et artistes du Bal Blomet durant l'entre-deux guerres" 19 octobre

le bal blomet durant l'entre-deux guerres.jpgSAMEDI 19 OCTOBRE 2019 à 15H 30, l'association Parole et Poésie, en partenariat avec les Editions Flammes Vives,  vous propose l'animation poétique et musicale  : "POETES ET ARTISTES DU BAL BLOMET DURANT L'ENTRE DEUX-GUERRES", avec parties contées, interprétation de poèmes, musique vivante et  enregistrée avec comme conteur : Aumane Placide ,   Patrick Picornot, interprète Victor Korsakov, accordéoniste, Jean-Luc Pasquier , technicien du son  au Café " François Coppée, 1,boulevard du Montparnasse 75006 au salon du 1er étage.

 Les poètes suivants seront interprétés: Robert Desnos, André Breton, Paul Eluard, Louis Aragon, Jean Cocteau, Jacques Prévert, Raymond Queneau, Boris Vian et Georges Limbour.

Métro Duroc. Lignes de bus 28 39  70 89 92.

Participation aux frais : 8e + consommation.

Réservation indispensable : 06 56 85 84 12. ATTENTION : Le nombre des places étant limité, nous vous conseillons vivement de réserver au 06 56 85 84 12. En laissant un message, donnez vos nom, prénom, n°de téléphone mobile. Votre réservation sera dès lors effective. Merci d'avance.

13 octobre 2019

Un peu d'humour

 -  Si l'homme descend du singe, il peut aussi y remonter.

-   Même dans son silence, il y avait des fautes d'orthographe.

-  La mort est un état de non-existence. Ce qui n'est pas n'existe pas; Donc la mort n'existe pas.

-  Passer pour un idiot, aux yeux d'un imbécile est une volonté de fin gourmet.

-  La contribution des Anglais à la gastronomie : la chips.

-  Mon meilleur ami est mort d'avoir bu de l'eau. C'est un cas patent de noyade interne.

 

06 octobre 2019

Un peu d'humour

 -Le peu que je sais, c'est à mon ignorance que je le dois.

- Mon chien est insupportable, mais je le garde pour les raisons sentimentales : mon mari le déteste.

- Le seul moment où une femmes réussit à changer un homme, c'est quand il est bébé.

-  Une femmes peut tout faire, elle peut penser, parler, chanter, se taire quelquefois.

- Le comble pour un journaliste . Etre à l'article de la mort.

- Il est si doux de vivre ! On ne meurt qu'une fois et c'est pour si longtemps...

29 septembre 2019

Un peu d'humour ( Oscar Wilde)

-  Rien n'a l'air aussi innocent qu'une indiscrétion.

-  Il n'existe qu'une certitude définitive sur la nature humaine, elle est changeante.

- Les questions ne sont jamais indiscrètes ; les réponses le sont parfois.

-  Un homme qui ne pense pas par lui-même ne pense pas du tout.

-  Le monde est une scène de théâtre, mais les rôles ont été mal distribués.

-  La pire besogne a toujours été accomplie avec les meilleures intentions.

-  Notre passé, voilà ce que nous sommes. Il n'y a pas d'autre façon de juger les gens.

14 juillet 2019

Un peu de poésie (III)

- Dès l'aube en la ville apaisée

       Le soleil déplie le matin

             L'éventail brûlant d'un sourire.

 

- Sur cette trop longue branche assoupie

       Tu observes un papillon étourdi

             Il rêve à son prochain buisson ardent.

 

- Existerait-il dans le ciel

        Les forets vierges d'un bonheur caché ?

             Seul l'oiseau pourrait te répondre.

R.R.

 

04 juillet 2019

Un peu d'humour

- Entre un Genevois et un Ivoirien, il ne pourra jamais y avoir qu'une  fin de non re-se voir.

- Dans certaines classes, pour comprendre les messes basses, le prof doit apprendre à lire sur l'élève.

- Mon assureur vient de geler mon bonus en plein été.

- Mieux vaut être pris en filature à Roubaix qu'à  Marseille.

- Cette femme n'était pas trop mon type.

- Quelqu'un qui te passe la corde au cou est un bourreau des cœurs.

30 juin 2019

Un peu de poésie (II)

.

calendrier-pluies-etoiles-filantes-octobre-2017-1-e1507026481269.jpg

 - Sur la branche orpheline d'une étoile

       Tu t'es enveloppé du voile de la nuit

               Et tu rêves à des forêts de poèmes.

 

- Quand la lune est en tenue de nuit

         Sur les branches effeuillées du ciel

               Fleurit le rire d'une planète.

 

-  Sur l'arbre lourd du sommeil

         L'oiseau a refait son nid

               Couvant les œufs de ses rêves.

 

- Serais-tu platane    peuplier   vieux châtaignier

         Qu' importe ta fortune

               La vie a le goût d'une noisette esseulée.

 

-  Tu rêves d'une  lointaine étoile

         Où tu pourrais enfin greffer ton âme

               Apprivoiser l'oiseau d'éternité.

R.R.

21 juin 2019

Toi qui flirtes avec le ciel 

Toi qui flirtes avec le ciel 

Toi, cabossé, rouge ou gris,

plat, arrondi, mat ou vernis,

 de brique, bistre ou miel,

toi, qui flirtes avec le ciel,

et utilises au petit matin

les bâtons rosés ou carmin

de tes cheminées

pour maquiller la brise volage,

rougir les joues des nuages,

Lire la suite

18 juin 2019

Festival Philoscène jusqu'au au 22 juin 2019 (suite)

festival philoscène du 8 au 22 juin mois du handicap.pngDans le cadre du Mois Parisien du Handicap, le Festival Philoscène innove du 8 au 22  juin afin de déployer de nombreux événements dans la vie de son quartier, tels que les cafés-philo, cinés‑philo ou ateliers philo-théâtre gestuel. Tous les évènements seront accessibles aux publics valides et non‑valides, l’ambition étant d’insuffler le goût de la discussion et de la réflexion à visée philosophique entre citoyens de tous âges et de tous handicaps.

Plus d’une dizaine de lieux du quatorzième participent à la 1ère édition du Festival Philoscène. Il accueillera tous les publics et certaines actions seront accessibles en français et langue des signes. Toutes ces discussions prendront appui sur une œuvre (film, album jeunesse, arts plastiques) autour de la problématique "C’est qui le monstre ?", thème directeur de cette première édition du festival, qui permet de mettre en perspective les notions de différence, d’exclusion, de normalité… Le fruit de ces pensées individuelles et collectives donnera lieu à des créations, performances et restitutions artistiques.

Samedi 22 juin

-De 10h30 à 12h : Cris monstre de vie

Extrait de la création en chantier Parole entravée… le cris du corps par la Cie Les Toupies. La performance sera suivie d’une discussion à visée philosophique en présence d’un animateur du Festival Philoscène.

Bibliothèque Aimé Césaire, 5 rue de Ridder - Réservation sur : bibliotheque.aimecesaire@paris.fr  (conseillée)

-A partir de 14h : Les monstres dans la rue, clôture du festival

Rassemblement dans la petite rue piétonne Prévost-Paradol pour un Live Painting : Dessinez votre monstre, devant le Local 14, partenaire de cet événement, de multiples questions seront proposées sur le thème du monstre et selon vos inspirations à vos pinceaux pour dessiner vos pensées sur des draps étendus sur les pavés à la disposition du public de tous les âges et horizons, accompagné par des artistes, inspirés par le live musical "Les bruits du monstre" interprété au piano par Joël Ito, artiste musicien.

Les peintures achevées, une discussion à visée philosophique avec un animateur du Festival Philoscène sera proposée, inspirée par la création collective et les questions soumises. Le festival se clôturera par un buffet participatif.

Public : Accessible en langue des signes.

Local 14, rue Prévost-Paradol - Renseignements : contact@babdp.org

16 juin 2019

Le non sens a toujours du sens ( II)

 -Vouloir démontrer que l'on n'est pas égocentrique permet de parler de soi en toute impunité.

- L'oisiveté est mère de tous les vices, mais le travail n'en est pas pour autant père de toutes les vertus.

- On passe la première moitié de sa vie à se sous-estimer  et la deuxième à s'apercevoir qu'on a surtout surestimer les autres.

- Le stress n'est que la soumission avouée à des contraintes non choisies.

- Quand  on remet les choses à plus tard, ce plus tard vient toujours trop tôt.

- Les écrivains supportent mal qu'à leur besoin viscéral d'écrire ne réponde pas, de la part du public, un besoin viscéral de les lire.

13 juin 2019

Journée grecque à Montparnasse 16 juin 2019

semaine grecque 9 au 16 juin  2019.pngDimanche 16 juin à partir de 15h :

  • Exposition photographique de Fanny Lignon
  • Pastilles littéraires avec Dimitra Kontou et Laurence Campet
  • Concert de Cybèle Castoriadis et Orestis Kalampalikis
  • Concert de Nicolas Syros et ses musiciens

à la librairie Desmos et dans la rue Vandamme

Renseignements-réservations: 01 43 20 84 04 ou desmos.librairie@wanadoo.fr.

Programme de la Semaine grecque.pdfnouvelle fenêtrePDF606 Ko

09 juin 2019

Le non sens a toujours du sens ( I )

-  Un redressement fiscal nous plonge toujours dans l'abattement.

-  Trouver de l'eau, après tout ce n'est pas sourcier.

-  Un aviateur doit savoir s'écraser pour laisser planer le doute.

-  Endolori est l'anagramme d'indolore.

-  Le cabinet du dentiste est le seul endroit d'où l'on peut repartir avec une couronne sans avoir eu la fève.

 - La canicule, c'est le moment idéal  pour apprécier des gens qui te font de l'ombre.

-  J'aimerais bien être cartomancienne, comme ça, juste pour voir.

26 mai 2019

Un peu de poésie

 - Ne passe pas ton chemin et la vie entière

        Sans récolter les boutons d'or d'un noble amour

                  Tu les verras  fleurir en ton jardin  la nuit.

                                        +

   Sous la tonnelle fraîche d'un soupir

           Confie à la foule de tes amis

                     L'autre chanson de ta mélancolie.

                                         +

    Entend le silence lourd de la nuit

               Qui allumera sur tes yeux mi-clos

                     L'étrange étoile de l'éternité.

                                        +

     Si tu écoutes l'écho lointain de l'enfance

             Tes souvenirs ne sont que nuages fanés

                       Ils ont recueilli la moisson de tes regrets.

                                       +

     Tu ne règnes sur aucun empire

              Tu es le sage qui se contente

                       Des baisers du soleil sur la mer.

19 mai 2019

Un peu de poésie

- Si petit que soit ton jardin

     Laisse -y pousser l'herbe folle

          Les violettes de ton cœur.

                       +

- Ce matin   l'herbe de ton jardin

     Recueillera jusqu'au crépuscule

          Les sources chantantes du soleil.

                      +

-  L'innocente lumière d'une pâquerette

     Disperse quelques perles d'or de son collier

          Sur la peau dénudée d'une racine naine.

                     +

- Sous les voiles déployées de ton arbre

     Tu attends que la mélodie des heures

          Ouvre ses ailes aux fleuves gris du soir.

                     +

 - Les branches de ton arbre ont soif

         Soif de recueillir l'amitié

             A la fontaine d'un sourire.

16 mai 2019

Un peu d'humour

- Je suis à cheval sur les principes, mais très mauvais cavalier.

- Il y a des gens modestes et qui tiennent absolument à ce que cela se sache.

- C'est toujours les meilleurs qui s'en vont ; alors qu'est-ce qu'on fout ici ?

-  Certains souhaitent qu'il pleuve, sous prétexte qu'ils se sont embarrassés d'un parapluie.

-  Une panne d'électricité laisse l'aveugle indifférent.

-  Je veux bien mourir pour de grandes causes mais pas pour de petites conséquences.

- Je déteste les gens qui ont un point de vue différent du mien, surtout s'ils ont assez d'arguments pour me convaincre.

- La stratégie est à la tactique ce que le haut-de-forme est à la casquette.

05:05 Publié dans Humeur, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour |  Facebook | |  Imprimer |

25 avril 2019

Un peu d'humour

-  De ma première voiture je n'ai conservé que le rétro, en souvenir du passé.

-  Il a pris la fuite après avoir déposé une main courante.

-  Parfois je me dis que savoir manier la plume suppose un talent volatil.

-  j'ai voulu lui dire que le vouvoiement n'était plus de mise, mais n'ai pas osé et me suis tu...

-  Si tu ne sais pas distinguer un chameau d'un dromadaire, demande à ton  boss...

-  C'est dans un tunnel qu'il peut être judicieux de donner un avis éclairé.

-  Concernant la nomination d'un nouveau prof de maths, la classe reste divisée.

-  Récemment, j'ai acheté un livre de psychiatrie : même le prix était dément.

15:05 Publié dans Humeur, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour |  Facebook | |  Imprimer |

15 avril 2019

Un peu d'humour

- Il s'est rendu à la bibliothèque de la prison, histoire de trouver un peu d'évasion...

- Elle s'est jetée dans le lac Léman : quelle suisse idée ! Heureusement le lac, l'aimant, l'a rejetée. Genevois rien    d'autre à ajouter à cette histoire.

- Il est apparu si nerveux à l'audience que le juge a préféré le relaxer.

- La flatterie, c'est quand un moment d'égards ment.

- Ce matin, je me suis levé du bon pied, la mine des fêtes.

- J'ai parlé à mon ami italien des sept péchés, il m'a répondu : "Capito".

-  Temps pourri. je suis arrivé trempé jusqu'au zoo.

07 avril 2019

Un peu d'humour

-  Vous pouvez me serrer la main sans crainte : le talent ce n'est pas contagieux.   Sarah Bernhardt

Il est des gens qui ont une bibliothèque comme les eunuques ont un harem.   Victor Hugo

- Les chanceux sont ceux qui arrivent à tout, les malchanceux, ceux à qui tout arrive.  Eugène Labiche

Le monde est un théâtre, mais la pièce est mal distribuée.  Oscar Wilde

- On reconnaît le rouquin aux cheveux du père et le requin aux dents de la mère.  Pierre Desproges

- J'évite toujours de faire des prédictions à l'avance : il vaut beaucoup mieux prédire un événement une fois qu'il s'est produit.   Winston Churchill

- Si les Anglais peuvent survivre à leur cuisine, ils peuvent survivre à tout.  G.B. Schaw

01 avril 2019

Un peu d'humour

 -  Le carré ment , alors que le rond point.       Raymond Devos

-  A vingt ans , la femme n'a pas les yeux dans sa poche. A  quarante ans, elle a les yeux dans vos poches. A soixante, elle a des poches sous les yeux.       Eugène Beaumont

-   Il a l'esprit de famille. Le drame, c'est que sa famille n'a pas d'esprit  Raymond Devos

- Surmenage : dangereuse maladie affectant les hauts fonctionnaires désireux d'aller à la pêche.   Ambrose Bierce

-  Je n'aime pas trop les entretiens. Cela dit, quand on ne m'interrogera plus, peut-être que je m'interrogerai... Raymond Devos

-  Rien de plus sale que l'amour -propre.   Marguerite Yourcenar

17 mars 2019

Encore un peu d'humour

 - Je fais des pièces et ma femme des scènes.   Eugène Labiche

- De tous les hommes que je n'aime pas, c'est certainement mon mari que je préfère.   Madame de Staël

- Le problème de notre temps, c'est que le futur n'est plus ce qu'il a été.   Paul Valéry

Je lâcherais  tout, même la proie pour Londres.    Alphonse Allais

- Si haut qu'on monte, on finit toujours par  des cendres.  Pierre de Rochefort

-  J'ai connu le bonheur, mais ce n'est pas ce qui m'a rendu le plus heureux.  Jules Renard

 

06:03 Publié dans Humeur, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour |  Facebook | |  Imprimer |

15 mars 2019

Le printemps des poètes : moment de partage musical et poétique 19 mars à l' Agora

Le printemps des poètes 19 mars à l' agora compagnie lire autrement.jpgMardi 19 Mars 2019 à 19H15 : "LE PRINTEMPS DE TOUTES LES BEAUTES"

Moment de partage musical et poétique

Sous l’éclat des fascinantes et légendaires fleurs de Lotus, symboles de beauté et de longévité, Benjamin Pras au piano célèbre la beauté de la femme et de l’homme, de la poésie, de la musique, de la peinture, de la nature et des paysages.
Une beauté magnifiée par Albert Camus, Ovide, Charles Baudelaire, Marcel Proust, Alphonse Allais, Georges Clémenceau, Alfred de Musset, Victor Hugo, Molière, Louis Aragon, Jacques Prévert et sublimée par Simone Hérault & Alexandre Lachaux qui fêtent le 18ème Printemps des Poètes de la Compagnie LIRE AUTREMENT.

Libre participation

L’AGORA
64 rue du Père Corentin 75014 PARIS Métro Ligne 4 Porte d’Orléans - Bus 38 Mail

contact@agora.paris

http://www.lire-autrement.com/lecture/programme  

10 mars 2019

Le Printemps des poètes 12 mars à l' Agora

printemps des poètes 9 -25 mars 2019.jpgLa Poésie dans le monde... Le monde dans la poésie à l' Agora mardi 12 mars 19h15-20h15 

 L’Association de la Presse Étrangère au Printemps des Poètes vous propose une soirée poétique et musicale pour sa 17ème  participation au Printemps des Poètes

Dans le cadre du Printemps des Poètes

avec

Ira Feloukatzi : Ira - Argenta Feloukatzi est née sur l’ île de Samos en Grèce. Εlle a fait des études de journalisme en France. Depuis 1966 elle vit à Paris. Elle travaille comme journaliste , correspondante de Télévision et presse grecque. Elle a également collaboré (...) Lire la biographie complète

l'Agora 64 rue du Père Corentin
75014 Paris

Lire la suite

08 mars 2019

Le printemps des poètes

 Venez partager un moment poétique et musical avec  Benjamin PRAS au piano, dans le cadre du 18ème printemps des poètes de la Cie LIRE AUTREMENT le Mardi 19 mars à 18h. 15, à l'AGORA, 64, rue du Père Corentin - 75014.

La création d'un nouveau lieu de culture dans le 14me avec une programmation diversifiée, est toujours un évènement louable qu'il faut encourager.

L'AGORA à la Porte d'Orléans a ainsi remplacé l'ENTREPOT en offrant  une dynamique culturelle supplémentaire à ce quartier.

 Nous avons le plaisir de vous convier, vous et vos lecteurs à notre 18ème PRINTEMPS DES POETES.

 Merci de votre attention.

 Jacques Pagniez

06 85 20 75 71

www. lire-autrement.com 

02 mars 2019

Un peu d'humour

- L'affaire a fait grand bruit : l'arme qui a servi à éliminer le mime était équipée d'un silencieux

- L'experte en disparition a été retrouvée.

- Il s'en était mis plein les pioches, mais malgré les fouilles, l'archéologue a réussi à s'enfouir.

-  Un dentiste pris en otage : le forcené serait armé jusqu'aux dents.

-  Le soldat inconnu a été l'homme d'une seule flamme.

- C'est parce que  son épouse lui avait dit : " Sois Bell et tais-toi", que par défi, Graham Bell inventa le téléphone.

- Quand Beethoven souhaitait faire un bon repas en sa compagnie, il allait le rejoindre à la gare Goethe.

23 février 2019

Un peu d'humour

J'ai envoyé un don à une association qui milite pour la conservation des espèces, mais par inadvertance, j'ai payé par chèque.

Si tu roules à cette allure d'escargot, la promenades des Anglais, çà m'étonnerait qu'un Niçois avant ce soir.

Une riche héritière a perdu toute sa fortune à dix-sept ans : fauchée en pleine jeunesse.

Mieux vaut être le premier à avoir le dernier mot.

Etre pendu au téléphone avec un sans fil relève de l'exploit.

Hier soir, j'ai mis tellement de crème antivieillissement que ce matin, je me suis réveillée hier.

05:00 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour |  Facebook | |  Imprimer |

16 février 2019

Un peu d'humour

 La rue d'Enfer ne conduit pas aux Enfers.

 Seul le colonel Denfert-Rochereau a pu connaître l'enfer.

 Quant aux catacombes, elles ouvrent leurs portes en fer,

 Aux vivants, curieux de visiter du décor… l'envers !

                                                                      +++

On dit que les gens habitant rue Hallé, ont le teint moins clair

Que ceux résidant du côté de la Glacière.

C'est une opinion qui n'engage que celui qui ignore les brûlures de la glace

Ou les tourments sournois du désert.

                                                                      +++

10 février 2019

Parole et Poésie: Les poètes de la Butte Montmartre au début du 20ème siècle

montmartre tableau conférence sur les poètes de montmartre 16 février.jpgEn partenariat avec les Editions Flammes Vives, l'association "Parole et Poésie"  présentera le samedi 16 février à 15h au café FRANCOIS COPPEE- 1, boulevard du Montparnasse,  une conférence sur :" LES POETES DE LA BUTTE MONTMARTRE au début du XXème siècle" 

La conférence aura lieu au salon du 1er étage à partir de 15 heures très précises.

Nous vous invitons pour un périple imaginaire sur la Butte Montmartre, de la place des Abbesses jusqu'au Lapin Agile en passant par la rue Ravignan, le Bateau-Lavoir, la rue des Saules, la rue Cortot et le Musée de Montmartre... Seront salués en route de nombreux poètes, dont André Salmon, Guillaume Apollinaire, Max Jacob, Pierre Reverdy, Francis Carco, Jean Pellerin, Claudien, Pierre Mac Orlan, sans oublier de fameux chansonniers tels qu'Aristide Bruant ou Gaston Couté.

Avec Patrick PICORNOT, conteur ; Aumane PLACIDE, interprète ; Victor KORSAKOV, accordéoniste -

Participation aux frais : 7 € + consommation à tarif unique : 6,50 € ;

Métro : Duroc ( lignes 10 et 13; Bus 28).

Réservation vivement conseillée : 06 09 09 28 82.

En réservant, il vous suffira de laisser un message vocal indiquant vos nom, prénom et n°de téléphone mobile. Votre réservation sera dès lors effective. Merci d'avance.

05 février 2019

Un peu d'humour

 - Il est loin le temps où, avec l'avènement du parlant, le cinéma muait.

- Si tu dors dans l'antichambre, ne viens pas te plaindre de souffrir d'insomnie.

- Dans l'amphi. " Monsieur le professeur, je me sens mal, pouvez-vous m'indiquer la sortie de ce cours" ?

- Même de petite taille, mieux vaut être un nain capable qu'un incapable.

- D'entendre dire sans cesse que l'homme descend du singe, j'en ai un peu macaque.

- Pour arrêter une vente, mieux vaut payer un acompte dans les règles de l'arrhe ...

- Il prenait la vie du bon côté, mais hélas, la voiture est  arrivée en sens inverse.

24 décembre 2018

L'étoile et le mendiant

Sur le trottoir, il y a un homme estropié.

Oui, il ne parle pas, il ne peut pas parler.

Il va, il vient, tendant sa main pour une aumône.

Claudiquant, il attend dans la nuit, qu'on lui donne

Quelque chose à manger, à boire ou un denier.

 Mais les ombres le frôlent, le froid est son berger.

Et jusqu'à moi, Il va en tenant, pathétique,

Sa petite timbale, son coffre magique.

Je le regarde : ses yeux parlent de la douleur

D'un enfant, devant sa grand-mère qui se meure.

Non, ce n'est pas possible ; cette nuit de Noël

 Doit effacer ici, la tristesse rebelle,

Le cauchemar infâme d'un monde méprisant,

 L'abandon, la tristesse de tous ses enfants.

 

Homme perdu au milieu des foules repues,

 Homme vide d'espoir et de joie enfantine,

Regarde le ciel et l'étoile de Jésus.

 C'est Noël, et tu peux chanter cette comptine :

 

Il est né le divin enfant. Chantons tous son avènement ".

R.R