Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 octobre 2019

Un peu d'humour

 -  Si l'homme descend du singe, il peut aussi y remonter.

-   Même dans son silence, il y avait des fautes d'orthographe.

-  La mort est un état de non-existence. Ce qui n'est pas n'existe pas; Donc la mort n'existe pas.

-  Passer pour un idiot, aux yeux d'un imbécile est une volonté de fin gourmet.

-  La contribution des Anglais à la gastronomie : la chips.

-  Mon meilleur ami est mort d'avoir bu de l'eau. C'est un cas patent de noyade interne.

 

06 octobre 2019

Un peu d'humour

 -Le peu que je sais, c'est à mon ignorance que je le dois.

- Mon chien est insupportable, mais je le garde pour les raisons sentimentales : mon mari le déteste.

- Le seul moment où une femmes réussit à changer un homme, c'est quand il est bébé.

-  Une femmes peut tout faire, elle peut penser, parler, chanter, se taire quelquefois.

- Le comble pour un journaliste . Etre à l'article de la mort.

- Il est si doux de vivre ! On ne meurt qu'une fois et c'est pour si longtemps...

29 septembre 2019

Un peu d'humour ( Oscar Wilde)

-  Rien n'a l'air aussi innocent qu'une indiscrétion.

-  Il n'existe qu'une certitude définitive sur la nature humaine, elle est changeante.

- Les questions ne sont jamais indiscrètes ; les réponses le sont parfois.

-  Un homme qui ne pense pas par lui-même ne pense pas du tout.

-  Le monde est une scène de théâtre, mais les rôles ont été mal distribués.

-  La pire besogne a toujours été accomplie avec les meilleures intentions.

-  Notre passé, voilà ce que nous sommes. Il n'y a pas d'autre façon de juger les gens.

09 juin 2019

Le non sens a toujours du sens ( I )

-  Un redressement fiscal nous plonge toujours dans l'abattement.

-  Trouver de l'eau, après tout ce n'est pas sourcier.

-  Un aviateur doit savoir s'écraser pour laisser planer le doute.

-  Endolori est l'anagramme d'indolore.

-  Le cabinet du dentiste est le seul endroit d'où l'on peut repartir avec une couronne sans avoir eu la fève.

 - La canicule, c'est le moment idéal  pour apprécier des gens qui te font de l'ombre.

-  J'aimerais bien être cartomancienne, comme ça, juste pour voir.

29 mai 2019

Un peu d'humour

- Dans le doute, soyons généreux.

- Je n'ai pas mon pareil pour faire semblant de ne pas dormir.

- Le dernier d'une course arrive quand même  avant le premier de la course suivante.

- Quand la vertu s'empare du pouvoir, le bourreau se frotte les mains.

- Le pire des crimes, c'est de tuer le temps.

- Les gens plus âgés que moi m'ennuient, heureusement, il y en a de moins en moins.

- Beaucoup ignorent que leur arbre généalogique n'est qu'un bonsaï.

16 mai 2019

Un peu d'humour

- Je suis à cheval sur les principes, mais très mauvais cavalier.

- Il y a des gens modestes et qui tiennent absolument à ce que cela se sache.

- C'est toujours les meilleurs qui s'en vont ; alors qu'est-ce qu'on fout ici ?

-  Certains souhaitent qu'il pleuve, sous prétexte qu'ils se sont embarrassés d'un parapluie.

-  Une panne d'électricité laisse l'aveugle indifférent.

-  Je veux bien mourir pour de grandes causes mais pas pour de petites conséquences.

- Je déteste les gens qui ont un point de vue différent du mien, surtout s'ils ont assez d'arguments pour me convaincre.

- La stratégie est à la tactique ce que le haut-de-forme est à la casquette.

05:05 Publié dans Humeur, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour |  Facebook | |  Imprimer |

25 avril 2019

Un peu d'humour

-  De ma première voiture je n'ai conservé que le rétro, en souvenir du passé.

-  Il a pris la fuite après avoir déposé une main courante.

-  Parfois je me dis que savoir manier la plume suppose un talent volatil.

-  j'ai voulu lui dire que le vouvoiement n'était plus de mise, mais n'ai pas osé et me suis tu...

-  Si tu ne sais pas distinguer un chameau d'un dromadaire, demande à ton  boss...

-  C'est dans un tunnel qu'il peut être judicieux de donner un avis éclairé.

-  Concernant la nomination d'un nouveau prof de maths, la classe reste divisée.

-  Récemment, j'ai acheté un livre de psychiatrie : même le prix était dément.

15:05 Publié dans Humeur, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour |  Facebook | |  Imprimer |

15 avril 2019

Un peu d'humour

- Il s'est rendu à la bibliothèque de la prison, histoire de trouver un peu d'évasion...

- Elle s'est jetée dans le lac Léman : quelle suisse idée ! Heureusement le lac, l'aimant, l'a rejetée. Genevois rien    d'autre à ajouter à cette histoire.

- Il est apparu si nerveux à l'audience que le juge a préféré le relaxer.

- La flatterie, c'est quand un moment d'égards ment.

- Ce matin, je me suis levé du bon pied, la mine des fêtes.

- J'ai parlé à mon ami italien des sept péchés, il m'a répondu : "Capito".

-  Temps pourri. je suis arrivé trempé jusqu'au zoo.

07 avril 2019

Un peu d'humour

-  Vous pouvez me serrer la main sans crainte : le talent ce n'est pas contagieux.   Sarah Bernhardt

Il est des gens qui ont une bibliothèque comme les eunuques ont un harem.   Victor Hugo

- Les chanceux sont ceux qui arrivent à tout, les malchanceux, ceux à qui tout arrive.  Eugène Labiche

Le monde est un théâtre, mais la pièce est mal distribuée.  Oscar Wilde

- On reconnaît le rouquin aux cheveux du père et le requin aux dents de la mère.  Pierre Desproges

- J'évite toujours de faire des prédictions à l'avance : il vaut beaucoup mieux prédire un événement une fois qu'il s'est produit.   Winston Churchill

- Si les Anglais peuvent survivre à leur cuisine, ils peuvent survivre à tout.  G.B. Schaw

01 avril 2019

Un peu d'humour

 -  Le carré ment , alors que le rond point.       Raymond Devos

-  A vingt ans , la femme n'a pas les yeux dans sa poche. A  quarante ans, elle a les yeux dans vos poches. A soixante, elle a des poches sous les yeux.       Eugène Beaumont

-   Il a l'esprit de famille. Le drame, c'est que sa famille n'a pas d'esprit  Raymond Devos

- Surmenage : dangereuse maladie affectant les hauts fonctionnaires désireux d'aller à la pêche.   Ambrose Bierce

-  Je n'aime pas trop les entretiens. Cela dit, quand on ne m'interrogera plus, peut-être que je m'interrogerai... Raymond Devos

-  Rien de plus sale que l'amour -propre.   Marguerite Yourcenar

24 mars 2019

Un peu d'humour noir

- L'homme commence par boire du lait et finit par la bière.   Jean Commerson

-  Le cyclope aveugle à qui on a crevé un œil dit : je suis borgne.    Guillaume Apollinaire 

-  Ce qu'il y  a de réconfortant dans le cancer, c'est qu'un imbécile peut attraper une tumeur maligne. Pierre Desproges

-  Il n'y a qu'une chose certaine dans la vie : c'est qu'on la perd.   Marcel Achard.  

 -  Je sais que je mourrai de suites d'une longue convalescence   Pierre Dard

-  Le maréchal est mort il y a deux mois. Il n'en sait rien et personne n'ose lui apprendre.  Jacques Prévert

06:00 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour |  Facebook | |  Imprimer |

17 mars 2019

Encore un peu d'humour

 - Je fais des pièces et ma femme des scènes.   Eugène Labiche

- De tous les hommes que je n'aime pas, c'est certainement mon mari que je préfère.   Madame de Staël

- Le problème de notre temps, c'est que le futur n'est plus ce qu'il a été.   Paul Valéry

Je lâcherais  tout, même la proie pour Londres.    Alphonse Allais

- Si haut qu'on monte, on finit toujours par  des cendres.  Pierre de Rochefort

-  J'ai connu le bonheur, mais ce n'est pas ce qui m'a rendu le plus heureux.  Jules Renard

 

06:03 Publié dans Humeur, poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour |  Facebook | |  Imprimer |

09 mars 2019

C'est le comble...

 - Quel est le comble pour un nain ? C'est d'être mal élevé.

-  Quel le comble pour le président de la Syrie; C'est de finir entre quatre planches.

-  Quel est le comble pour un jockey ? C'est  de faire un régime sans sel.

-   Quel est le comble pour un amputé des jambes. C'est de faire un délit de fuite-

-   Quel est le comble pour des élus écologistes. C'est de recycler leurs idées.

-  Quel est le comble pour un footballeur , C'est de ne pas avoir de but dans sa vie.

-  Quel est le comble pour un insulaire. C'est d'être incontinent.

 

02 mars 2019

Un peu d'humour

- L'affaire a fait grand bruit : l'arme qui a servi à éliminer le mime était équipée d'un silencieux

- L'experte en disparition a été retrouvée.

- Il s'en était mis plein les pioches, mais malgré les fouilles, l'archéologue a réussi à s'enfouir.

-  Un dentiste pris en otage : le forcené serait armé jusqu'aux dents.

-  Le soldat inconnu a été l'homme d'une seule flamme.

- C'est parce que  son épouse lui avait dit : " Sois Bell et tais-toi", que par défi, Graham Bell inventa le téléphone.

- Quand Beethoven souhaitait faire un bon repas en sa compagnie, il allait le rejoindre à la gare Goethe.

18 novembre 2018

De l'humour, rien que de l'humour

-  L'alpiniste Maurice Herzog avait appris l'art d' accommoder l'Everest.

-  Madame de Staël, écrivain du XVIIIe siècle, que ses admirateurs avaient mis sur un piédestal.

-  En 1989 à Berlin, Rostropovitch fut mis au pied du mur : il dut jouer du violon seul.

-  C'est en 1887 que fut posée la première pierre de la Tour Eiffel.

-  A cause de sa collusion avec le régime nazi, Herbert Von Karajan connut une carrière en Dantzig, avec des hauts et des Bach .

-  Slogan d'un institut de Beauté : " Ici on épile à l'heure".

- Les bienfaits de la réglisse ? Parlons Zan quand vous voudrez.

05:00 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour |  Facebook | |  Imprimer |

10 novembre 2018

De l'humour, rien que de l'humour...

- Pour confier leur détresse, les alcooliques bénéficient-ils d'un numéro verre ?

- Les personnes qui ont des poux sont-elles déclarées  non grata ?

- Pourquoi Saint François d'Assise n'est- il pas enterré au Père-Lachaise ? Voilà bien une question à dormir debout.

-  Est-ce que les employés de chez Lipton ont droit à une pause café ?

-  Un combat perdu d'avance peut-il encore être gagné ?

-  Comment reconnaît-on un mystique ?  A ses pupilles, dit l'athée.

-  Madame Durand a été retrouvée brûlée vive : en attendant son mari, elle se consumait d'impatience...

14:46 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour |  Facebook | |  Imprimer |

26 septembre 2018

Premier bilan de la suppression des feux tricolores dans six carrefours du quartier Plaisance/Pernety/Château

Il va falloir réviser nos idées, c'est la mairie qui nous le dit !

« Les feux tricolores de signalisation constituent un facteur d’insécurité : les usagers perçoivent les feux comme des équipements de sécurité, mais il s’agit d’une idée reçue : ils sont la cause 10 000 accidents par an, 1*500 blessés hospitalisés et environ 150 décès. Plus de la moitié des accidents faisant intervenir au moins un piéton ont eu lieu au cours de la traversée sur passage piétons équipé en feux. En fin de vert, les carrefours à feux induisent en effet des prises de vitesses excessives des automobilistes. En outre, les piétons, notamment enfants ou âgés, peuvent avoir une trop grande confiance dans la couleur du feu. »

On ne lui fait pas dire ! En l’absence de feux, la règle de la priorité à droite s’applique. Cette expérimentation vient d’un vote du Conseil de Paris de janvier 2017, dans le cadre de la Stratégie « Paris Piéton ». Menée en partenariat avec le CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement), cette expérimentation fera l’objet d’une évaluation, à l’aide de capteurs, qui sera rendue publique. Prévue à l’été 2018, la décision sera prise en concertation avec l’ensemble des usagers (habitants du quartier, écoles, associations).

Et les piétons, dans tout çà? Et ces feux, par quoi les remplacera-t-on , si on les remplace?
A.C.

N'hésitez pas à laisser vos commentaires sur ces décisions. Ils sont toujours les bienvenus. 

23 juin 2018

Pour commencer, il nous faut de l'humour ( noir )

- L'agonie, c'est  l'art de rester sur sa fin.

- Déluge : Premier essai remarqué de baptême collectif, qui lessiva tous les péchés ( et les pécheurs) de la création.

-  Quoi qu'on dise, un mariage raté est quand même plus joyeux qu'un enterrement réussi.

- La France va mieux, oui, non pas mieux que l'année dernière, mais mieux que l'année prochaine.

- La mortalité a beaucoup baissé dans nos sociétés, mais l'immortalité n'a fait aucun progrès.

22 juin 2017

Rien ne va plus avenue Paul Appell

desordre,jet d'eau,avenue paul Appel

Les riverains sont exaspérés. Depuis plusieurs mois, une bande de jeunes a choisi les abords du stade Élisabeth et l'angle de l'avenue Paul Appell et de la rue Henri Barboux pour se retrouver, chaque soir de beau temps. Ils s'assoient sur les motos en stationnement sur les emplacements réservés, sur les capots de voiture. Une jeune femme travaillant dans le quartier a retrouvé son pare-brise brisé. Deux scooters ont été incendiés. Des trafics de drogue se mettent en place.

Le jeunes s'assoient sur les rebords de fenêtre du rez-de-chaussée, au point que les locataires concernés doivent vivre volets fermés. Ils jouent au football entre les voitures, se hèlent et crient jusqu'à des heures avancées de la nuit. Par deux fois, les jours de canicule, ils ont ouvert la bouche d'incendie située à l'angle Henri Barboux-Paul Appell, pour se rafraîchir. Le 20 juin, vers 19h, le jet d'eau montait jusqu'au second étage des immeubles, soit plus de quatre mètres (photo). Un habitant qui appelé les pompiers a mis plus de 20 minutes à les obtenir par le 18. Au total, l'eau a jailli pendant plus de 45 minutes avant que le service des Eaux ferme la vanne.

La mairie et la police, nous le pensons, ont été alertés. Mais rien ne semble engagé pour mettre fin à une situation qui pourrit la vie des habitants et qui risque d'empirer si on laisse libre court à des jeunes qui considèrent la rue comme leur territoire.

Jean-Michel Deschamps

02 juin 2017

Fin de chantier ?

Le passant attentif à l'environnement peut s'étonner de voir à l'angle de la rue des Plantes et de la rue Giordano Bruno, un ensemble de barrières disloquées formant une enceinte dans laquelle sont abandonnés quelques dalles de granit et surtout des sacs de gravats et divers détritus, cela dans le plus grand désordre et abandon apparents.

Que font les services techniques de la Ville de Paris ? Abandon ? Négligence ? Oubli ?

On voudrait être rassurés afin que cette "fin de chantier" ne prenne trop longtemps l'aspect de ruines malodorantes et peu harmonieuses. Il s'agit donc d'en effacer l'aspect esthétique négatif et d'accorder à la salubrité publique toute l'attention et les soins élémentaires désirés et appréciés par le citoyen !

Qu'en pensent les responsables ?

19 mars 2017

Il y a de quoi rire...

Voici quelques "perles rares" que nos grands ados ont l'habitude de soumettre à leurs professeurs. Ainsi :

A propos de la chimie : Pour rendre l'eau potable, il faut y ajouter de l'alcool à 90° ;

A propos des mathématiques : un triangle est un carré qui n'a que trois bordures ;

Pour trouver la surface, il faut multiplier le milieu par son centre ;

Cette figure s'appelle un trapèze car on pourrait y suspendre quelqu'un ;

A propos des sciences de la nature : pour faire des œufs, la poule doit être fermentée par un coq ;

A propos du Moyen Age : la famine était un grave problème pour ceux qui n'avaient rien à manger.

05 mars 2017

Voyage en Absurdie

Tout ce qui n'a pas de sens a du sens...

Le printemps tout proche nous invite à prendre le large au pays de la fantaisie mentale, dont les rivages déjantés par le vent de l'absurde, accueilleront notre esprit attentif à la pensée pure  et qui porte le nom d'Absurdie. Ainsi :

Il est préférable d'être ailleurs lorsqu'autre part n'est plus ici. (Pierre Dac).

L'air de Paris est si mauvais que je le fais toujours bouillir avant de respirer (Eric Satie)

Savez-vous pourquoi l'air est si pur à la campagne ? C'est parce que les paysans dorment la fenêtre fermée.(Ionesco).

Il y a deux sortes d'arbres : les hêtres et les non-hêtres. (Raymond Queneau)

L'argent, tout compte fait, aide à supporter la pauvreté (Alphonse Allais)

Le café est un breuvage qui fait dormir quand on n'en prend pas (Alphonse Allais)

 

15 octobre 2016

Quel visage pour la place Victor Basch ?

La place Victor Basch a perdu ses palmiers !

        Adieu rivages de la Méditerranée.

         A la place, des cordages tendus

         Attendent les serviettes et leur venue.

place Victor et Hélène Basch.JPGSoyons sérieux. Le trafic de ce carrefour a toujours été anarchique, polluant et asphyxiant. Il serait urgent de réfléchir à ce problème redondant. Ainsi, la solution serait de cadencer les entrées et les sorties de véhicules traversant cette place, en fonction de la surface occupée par ces dits véhicules et ceci, à partir d'un comptage élaboré en amont et en aval de l'avenue du Général Leclerc. Celle-ci bien entendu,  étant considérée comme  prioritaire.

A quand des feux tricolores intelligents ?  

R.Rillot

Où sont passés les palmiers de la place d'Alésia ?

Depuis une quinzaine de jours, les petits palmiers installés installés au centre de la place Victor et Hélène Basch onplace d'alésia sculpture  de fils plasique oct 2016. 4.jpgt disparu. Il semblait pourtant que le bel été leur avait réussi et qu'ils étaient plus florissants...

 Une "sculpture" ?, réalisée  en fils plastique de différentes couleurs tendus en étoile  entre le lampadaire et les poteaux supportant les flèches du sens giratoire, décore le terre-plein central. Malheureusement, outre son intérêt esthétique contestable , cette oeuvre révèle la laideur du lampadaire et le délabrement du revêtement du sol tout cloqué...

Madame Carine Petit, Maire du 14ème, à laquelle j'ai fait part des questions des passants m'a répondu que cette installation n'était que provisoire ... et que les palmiers étaient en lieu sûr !

M. Garrigue-Viney

PS   Vous pourrez constater que les embouteillages ne laissent guère d'espace  à l'art...

06 octobre 2016

Les embarras de Paris

 A quoi peut servir une automobile ? Etre mobile sans doute. Et si elle est immobile ? A rien, ou presque en dépit de l’ouverture du Salon qui les met à l’honneur. Tous les jours, nous sommes témoins des nombreuses thromboses survenues sur nos artères, avenues et diverses rues de nos quartiers . Par exemple, la place d’Alésia, l’avenue du Général Leclerc ou Jean Moulin en sont les exemples parfaits.              

La congestion est partout, surtout chez les conducteurs qui se font un plaisir à vouloir à tout prix emboutir les véhicules qui les précèdent ou le piéton attendant le feu vert qui lui est réservé. Alors, que faire ? La solution ne serait-elle pas dans la réhabilitation de techniques ancestrales, parfois les plus fiables… Et si on revenait à la chaise à porteurs ? Oui, la fameuse chaise que les bourgeois utilisaient du temps de Molière. Elle est silencieuse ou presque, si on prend la précaution de déclouter les brodequins des porteurs. Elle a une suspension souple et les excès de vitesse ne peuvent dépasser la sage allure d’un honnête homme. Elle ne pollue pas, à moins que les porteurs ne soient imbibés de plusieurs bières ou pastis… Enfin elle donnerait du travail à ceux qui n’en ont pas ou si peu. On pourrait fermer Pôle Emploi et réduire ainsi maints déficits publics.              

Oui, la chaise à porteurs, c’est l’avenir assuré pour désembouteiller nos mégapoles. Chaque candidat à la « Présidentielle » devrait y réfléchir sereinement, avant de se présenter aux « Primaires »…               

Mais cette idée en définitive, n’est-elle pas secondaire pour les voitures prioritaires des « Officiels », quand le piéton naufragé risque tous les jours sa vie sur les passages qui lui sont concédés, mais qu’ignorent orgueilleusement les  autres automobilistes  inconscients ?

 R. Rillot

16 août 2016

Le 15 août, Paris fait silence

Etrange impression que celle qui vous envahit, lorsque ce matin là, soudain sur le trottoir, vous êtes pris par le flot d'un silence opaque, minéral, si lourd à porter, qu'instinctivement vous tendez l'oreille pour recueillir le moindre indice de vie, le moindre soupir, le moindre cri d'oiseau.

Oui, vous êtes bien à Paris, dans votre quartier. Les immeubles sont là, les trottoirs n'ont pas changé, le soleil et le ciel sont toujours à leur place, mais il manque quelque chose : le bruit. Ce bruit de fond dont l'identité n'est pas traduisible, un bruit à comparer au brouillard que l'automne distribue souvent avec largesse.

Vous ne reconnaissez plus votre quartier, celui d'Alésia ou d'ailleurs. Le silence a pétrifié les façades, les arbres sont muets. Portes et fenêtres sont devenues aveugles. Paris est un désert de pierres. Un désert de la ville abandonnée. C'est un peu comme un cœur qui ne bat plus, une vie envolée, effacée, engloutie dans l'océan du silence.

A Paris le 15 août, c'est un peu la musique douce qui accompagnerait le rêve lointain d'un automne qui s'annonce, préfaçant l'hiver, saison toujours muette.

R. Rillot

18 juillet 2015

Un jardin, mais quel jardin ?

Qui n’a jamais rêvé d’une résidence pour l’éternité située dans un jardin qui serait à la fois le nid douillet où les rêves se posent, la résidence bucolique où les fleurs et les arbustes s’emploient à composer une symphonie fantastique de couleurs et de parfums, la demeure historique aux vastes perspectives, que rythment fontaines et parterres en une parfaite harmonie, et dont l’ordonnance de beauté accompagnerait votre désir secret d’être «  non égal à tous » ? 

D’autres penseraient à un jardin imaginaire où l’imprévu rejoindrait les fantasmes d’un esthète prolixe et décadent, mégalomane à ses heures, et sans doute dément, cultivant sa folie comme d’autres protègent leurs allées de roses… On y verrait alors des arbres aux feuilles d’or et d’argent, des plantes carnivores dont les mâchoires seraient celles de loups, des insectes violoncellistes dont les airs captureraient les échos lointains des lamentations d’une princesse d’Orient, perdue dans un palais des Mille et une nuits !

Il y aurait des oiseaux amateurs de « Bel Canto », des papillons joueurs de harpe, des vers luisants titubant parmi les touches d’un  piano à queue et à plumes ! Que sais-je encore ? Mais qui n’a jamais souhaité être surpris par l’apparition sous sa fenêtre, un matin,  d’une modeste bande de gazon, posée simplement là,  humectée de la douceur d’une rosée nocturne  que l’aube bienveillante aurait parsemée sur un lit modeste d’herbes folles ?

Je dois avouer que mon jardin est modeste, et même minuscule. Il passe inaperçu et n’est pas inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO ! Il est urbain, parisien pour être précis. Sous mes fenêtres, il donne sur le boulevard,  un certain boulevard Brune. Il s’agit d’une bande de gazon étroite, longue de plusieurs kilomètres. Clairsemé il est , et le trèfle se mêle au gazon. Quelques boutons d’or bavardent entre eux.  Leur seule richesse est cette couleur, volée au soleil qui lui,  fut très distrait pour laisser échapper un peu de son or , et le confier à des inconnus !

trampetit.jpg

Mais où suis-je ? Tiens ! j’entends le tramway qui passe, c’est le T3a, celui qui vient du Garigliano et s’en va du côté de Vincennes ! C’est cela mon jardin. Chaque matin, j’y vois des étourneaux qui cherchent pitance. Ils font les fous entre deux rames de tram. C’est un peu leur jardin d’Eden ! Un jardin vivant sous leurs pattes. Sur mon balcon, je contemple mes parterres, j’ai un jardin à mes pieds. Raison de plus pour rester chez moi, et si je veux, j’ai le tram pour voyager !!

En attendant, bonnes vacances à tous ! !    R. Rillot

10 mars 2015

La Petite Ceinture, un dépotoir

PetiteCeinture-P1070869.jpg

C'est une voie ferrée, abandonnée depuis des lustres ! Le long des rues Auguste Caïn et Giordano Bruno, les grillages malmenés et défoncés laissent apparaître en contrebas de la tranchée du chemin de fer des ordures diverses : cageots, plastiques, résidus ménagers, cadres de vélos et autres détritus sans identité. (Cliquer sur les images pour les agrandir).

PetiteCeinture-talus-P1070867.jpgDepuis des années, on nous promet une transformation de ces lieux en une "promenade verte". Qu'en est-il aujourd'hui ? Rien ne bouge, si ce n'est l'accumulation continue et régulière des ordures en ces lieux, qui sont devenus depuis des années la "zone".

La municipalité du 14ème a-t-elle prévu une solution en collaboration avec le RFF, gestionnaire des lieux ? Les habitants de ce quartier périphérique sont impatients de connaître une réponse à la mesure du problème. R.R. 

Photos Alain Constans

Cliquez sur les photos pour les  voir en plus grand.

12 novembre 2014

Hamburger contre l'entrecôte

Que vois-je, où suis-je ? Avenue du Général Leclerc, ex avenue d’Orléans pour les plus anciens dont je fais partie, de nouvelles enseignes commerciales aux sonorités anglo-saxonnes, arborent leur nouvelle présence, au détriment de commerces parisiens de tradition française.
Ainsi : KFC, Mac Donald’s, Burger King (the home of the whopper), Starbucks Coffee, et pour couronner le tout : Marks and Spencer Food…

Où suis-je ? J’en perds mon latin, ou plutôt mon français. Jadis – c’était après la guerre – il y avait : « Le planteur de Caïffa », « Noblet » et son fameux cochon, le pâtissier « Vivier », le « Café Biard », l’épicerie « La Havane », tandis-que le « Soldat Laboureur » faisait les cent pas sur l’avenue. Heureux temps où les choses paraissaient éternelles, où un marché restait un « marché » et n’aspirait pas à devenir un « Carrefour » où l’on fait son « market ».

Oui, l’anglomanie, tapie dans l’ombre, réussit à faire introduire moult dissonances dans la douce mélodie de la langue de Molière. Les derniers Gaulois seront-ils les derniers Iroquois, victimes de la conquête de l’Ouest par le sabir des forces yankees ?

Il faut réagir. Je propose d’ouvrir de nouveaux commerces francophiles : « le Bougnat républicain », « la Belle Meunière », « Dédé la boulange », « la Frite parisienne », le « Jambon beurre »… Une souscription publique pourra être mise à l’étude, mais les carottes ne sont-elles pas déjà cuites ?

Je rêve… oui je rêve ! Pouvons-nous nous attendre à la réouverture des guinguettes à Robinson ? Non, mais alors, que faire ?

Au fait : Do you speak English ? Ké-Ca-Ko ? (cela veut dire au moins quelque chose, à ceux qui savent poser une question : qu’est-ce que c’est ?).   

Obélix et Astérix sauront-ils défendre le vrai casse-croute français ? Rendez-vous dans dix ans.

R.Rillot

07 février 2014

Adieu à nos cabines téléphoniques !

C’en est fini des cabines où le téléphone public était à la disposition du public. On les retire une à une. La déesse Rentabilité est passée par là. Elle n’a pas laissé le moindre sursis à ces nobles édicules. Jadis, on demandait le 22 à Asnières et une demoiselle (des PTT) vous branchait après une certaine attente…

Aujourd’hui, on va débrancher les fils de la téléphonie immobile pour se brancher sur la téléphonie mobile ! Autre époque, autres us et coutumes. La communication a remplacé la conversation. Tout devient transparent, aléatoire, éphémère. Le smartphone, le Net, les e-mails, facebook, tweeter et autres bébés enfantés par les nouvelles technologies, ont réduit en cendres le bon vieux téléphone des PTT et ses cabines de rue qui étaient autant de phares, de balises sur l’océan agité des paroles humaines, parfois inutiles, mais toujours précieuses pour celui qui sait recueillir les gazouillis ou les larmes de la tristesse.

Oui, c’en est fini de ces armoires de verre qui garderont encore longtemps la mémoire d’innocentes suppliques amoureuses ou les cris de colère de quelque femme trahie…

Adieu chères cabines . Vous étiez nos amies. Votre image accompagnera pour toujours notre éternel veuvage.

R.Rillot