Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 mars 2017

Université populaire du 14e : L’Union européenne construction et incertitudes (suite) 25 mars et 1er avril

Le  nouveau cycle de l' Université Populaire du 14ème a pour thème :"L'Union européenne, construction et incertitudes" . Il a commencé le samedi 4 mars et se terminera le 1er avril.

université populaire du 14ème,gérard bossuat,fabienne péraldi-leneuf,jérôme creel,maxime lefebvre,philippe herzog,sandrine kott
université populaire du 14ème,gérard bossuat,fabienne péraldi-leneuf,jérôme creel,maxime lefebvre,philippe herzog,sandrine kott

 

 

 

 

  Prochaine réunion : 

A la suite de la défection de notre conférencier pour la séance de samedi prochain 25 mars, à 10h30, la conférence sera remplacée par la projection du film : "Les secrets de la forteresse Europe" (52'), 2013, de Michaël Richter. 

La projection sera suivie d'un débat .

Au centre socioculturel Maurice Noguès, 5 avenue de la porte de Vanves  Métro ligne 13- Tramway T3 porte de Vanves. Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles.( Vous trouverez le programme complet en cliquant sur lire la suite ou sur le site www.up14.fr)

université populaire du 14ème,gérard bossuat,fabienne péraldi-leneuf,jérôme creel,maxime lefebvre,philippe herzog,sandrine kott"Les secrets de la forteresse Europe", un film de Michael Richter

Une enquête dans les coulisses de Frontex, l'agence européenne en charge de la lutte contre l'immigration clandestine, que certains défenseurs des droits de l'homme accusent de traitements dégradants et d'entorses à la loi.

 La zone d’intervention de l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures, appelée Frontex, s’étend des eaux internationales au large de l’Afrique de l’Ouest jusqu’en Ukraine.

Cette agence envoie des policiers et du matériel des plus sophistiqués pour renfort aux autorités nationales dans leur lutte contre l’immigration clandestine. Actuellement, la frontière entre la Grèce et la Turquie est l’une des plus surveillées : dans la vallée de l’Évros, des agents Frontex venus de toute l’Europe patrouillent aux côtés de policiers grecs.

Lire la suite

14 mars 2017

Moulin à Café : Projection du documentaire «9.70» jeudi 16 mars , 20 h 30

Moulin à Café jeudi 16 mars projection du documentaire 9.70.png« 9.70» est un documentaire de Victoria Solano, 2015.

Synopsis : La résolution 9.70 interdit aux agriculteurs colombiens de conserver une partie de leur récolte pour l’utiliser comme semence. Son application est une condition du traité de libre-échange entre la Colombie et les États-Unis. En août 2011, dans le sud du pays, des forces de l’ordre confisquent et détruisent les sacs de riz produits par une vingtaine de paysans, en application de cette résolution et aux dépens de la sécurité alimentaire de la région.

Jeudi 16 mars 20h30 au Moulin à café  8 rue Sainte Léonie 75014 (Métro Pernety)

01 40 44 87 55 http://www.moulin-cafe.org

13 mars 2017

"Quai des Brumes" au Ciné-Quartier Mouton-Duvernet mardi 14 mars à partir de 20h30

Quai des Brumes, Marcel Carné, Michèle Morgan, Jean GabinLe conseil de quartier Mouton-Duvernet a le plaisir  de vous convier à la prochaine séance du Ciné-Quartier mardi 14 mars à partir de 20h30 au cinéma Chaplin Denfert (24, Place Denfert Rochereau 75014). Au programme, un grand classique « Quai des brumes » de Marcel Carné choisi en hommage à Michèle Morgan.

Ouvert à tous - Prix d’entrée : 5 €  pour le film et le débat.

«Le Quai des brumes» réalisé par  Marcel Carné en 1938

Par une nuit ténébreuse, un déserteur du nom de Jean arrive au Havre dans l’espoir de quitter la France. En attendant un bateau, il trouve refuge au bout des quais, dans une baraque autour de laquelle gravitent plusieurs marginaux. Il y fait la rencontre de Nelly, une belle et mystérieuse jeune femme dont le regard le bouleverse. Cette dernière vit dans la terreur de son tuteur, le misérable Zabel, lui-même racketté par une bande de voyous. Par amour, Jean se mêle aux affaires de Nelly et met les pieds dans un engrenage périlleux…

Ce film a été tourné en 1938 : le jeu des acteurs et le style « expressionniste »  du réalisateur peuvent sembler vieillis, voire « kitsch »

Malgré tout,  on se laisse prendre par les dialogues de Jacques Prévert et  saisir par l’atmosphère Quai des Brumes, Marcel Carné, Michèle Morgan, Jean Gabinmélancolique et étouffante créée par Marcel Carné grâce à la superbe photographie nocturne de Schüfftan avec  des ciels nuageux, le brouillard, des fumées, des quais détrempés, les intérieurs sordides  ; l’utilisation de clairs-obscurs,  les décors expressionnistes d’Alexandre Trauner, et la musique aux accents tragiques de Maurice Jaubert donnent une ambiance angoissante  où évoluent une faune de marginaux, de déclassés . Et enfin, une distribution prestigieuse : Michel Simon, Pierre Brasseur, Robert le Vigan  incarnent les personnages inquiétants, parfois ignobles  qui menacent le couple des jeunes amoureux (Michèle Morgan et Jean Gabin).   

Venez avec vos amis et voisins cinéphiles voir ou revoir sur grand écran cette magnifique copie fidèle à la version souhaitée par les auteurs et donnant une nouvelle jeunesse à l’image et au son. Vous pourrez débattre de ce film qui a aussi une dimension sociale en décrivant les milieux ouvriers et les déclassés qui vivent dans le port du Havre, en évoquant  aussi la difficile condition des femmes dans les quartiers mal famés. Le prix d'entrée (5€) permet l'entrée  à tous.

Au cinéma Le Chaplin- Denfert  24 place Denfert-Rocherau 75014

Métro-RER Denfert- Rochereau, Bus 38-68-88

M.G.V.

Lire la suite

07 mars 2017

Projection-débat « Les figures de l’ombre » aux 7 Parnassiens : mercredi 8 mars à 18h

les figures de l'ombre  film affiche.jpgMercredi 8 mars à 18 h : Projection du film « Les figures de l’ombre » de Théodore Melfi, suivie d’un débat sur la place des femmes dans la science.

Le film relate la véritable histoire de trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn.
Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran.
Un événement exceptionnel à ne pas manquer : une projection gratuite de « Les figures de l’ombre », le jour de sa sortie nationale.
LIEU : Cinéma Les 7 Parnassiens, 98 boulevard du Montparnasse
IMPORTANT : Gratuit dans la limite des places disponibles

24 février 2017

Ciné-club Pernety mercredi 1er mars « Capitaines d'avril » à l’ Entrepôt

Cinéclub Pernety 1er mars 2017 Capitanes  de abril.jpgLe conseil de quartier Pernety vous convie le mercredi 1er mars 20h à la séance de Ciné-club qui se déroulera à l’ Entrepôt pour voir « Capitaines d'avril » Film hispano-italo-franco-portugais de M. de Medeiros 2001 Avec S. Accorsi, J. de Almeida, F. Pierrot (2h04)

Au Portugal, dans la nuit du 24 au 25 avril 1974. Le capitaine Maia fait partie du Mouvement des forces armées, dirigé par de jeunes officiers, qui s'est juré de mettre fin à la dictature militaire en évitant autant que possible de faire parler les armes. Tandis qu'il marche sur Lisbonne avec ses hommes, Manuel, un vétéran d'Afrique, et ses amis s'emparent de la radio d'Etat pour diffuser «Grandola», une chanson interdite du grand poète José Afonso. Ainsi commence la Révolution des oeillets. Les troupes insurgées s'emparent des casernes. De son côté, Antonia, l'épouse de Manuel, enseignante, s'inquiète pour l'un des étudiants, arrêté et incarcéré...

La projection sera suivie d’un débat animé par Hermano Sanches Ruivo et Yves Léonard (écrivain et enseignant à Science Po)

Présenté dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes 2000, au Festival d’Arcachon où il a reçu le Prix du Public et à la Mostra Internationale de Sao Paulo 2000 où il a obtenu le Prix du meilleur film, Capitaines d’avril est le premier long métrage de Maria De Medeiros en tant que réalisatrice. Elle rend ainsi hommage à ces jeunes soldats qui ont arraché son pays à ce long sommeil obscurantiste.

Entrée  4.5 €

l'Entrepôt, 7 rue Francis de Pressensé, 75014 Paris 

15 février 2017

Ciné-quartier Mouton-Duvernet «Au nom du Pape Roi» mardi 21 février 20h30 au Chaplin-Denfert

ciné-quartier mouton-duvernet 75014,cinéma chaplin- denfert,luigi magni,nino manfrediLe conseil de quartier Mouton-Duvernet a le plaisir de vous convier à la prochaine séance du Ciné-Quartier mardi 21 février à partir de 20h30 au cinéma Chaplin Denfert (24, Place Denfert Rochereau) pour voir « Au nom du Pape Roi » réalisé par Luigi Magni en 1977.
Ce film est une fresque historique italienne relativement méconnue, nouvelle découverte dans la lignée de celles que le Ciné-Quartier Mouton Duvernet  vous propose régulièrement.

« Au nom du Pape Roi »

Film réalisé en 1977 par Luigi Magni avec Nino Manfredi, Danilo Mattei, Carmen Scarpitta...

Rome, 1867. La ville est en effervescence : le mouvement libéral conteste le pouvoir temporel du Pape. Le gouvernement civil de l’Église est aux abois depuis que Garibaldi et ses troupes font route vers la cité. En octobre, Rome est bouleversée par un attentat contre la caserne Serristori : 23 zouaves pontificaux français perdent la vie dans l’explosion. Trois jeunes révolutionnaires sont arrêtés et accusés du massacre. La comtesse Flaminia, mère de l’un d’entre eux, s’adresse à un juge du Tribunal du Sacré Collège, Don Colombo, pour lui demander de l’aide. Pour convaincre le prélat d’intervenir, elle lui révèle qu’il est le père de l’accusé à la suite d’un bref moment d’égarement dix-neuf ans plus tôt ...

"Au nom du Pape Roi" est le deuxième volet d'une trilogie amorcée avec "Les Conspirateurs" (1969) et conclue par "Au nom du peuple souverain" (1990). Ces trois épisodes explorent les relations tumultueuses entre le clergé et l’aristocratie italienne, et ont pour cadre historique les événements qui ont secoué Rome durant le Risorgimento.

"Au nom du Pape Roi" s’inspire librement d’un ouvrage de Gaetano Sanvittore qui a pour titre "Les secrets du procès Monti et Tognetti", lui-même basé sur les mots du pape Pie IX. Le livre relate les derniers jours de Joseph Monti et Gaetano Tognetti, deux patriotes italiens exécutés à Rome.

 Venez voir ce film historique qui évoque l'unification italienne et la situation révolutionnaire dans laquelle elle s'est déroulée. Luigi Magni met en scène les derniers soubresauts de l'État pontifical en 1867,(tout en faisant aussi écho à la situation italienne des années 70 avec les Brigades rouges ) Il traite de ce sujet tragique en mêlant humour et drame. Vous passerez une soirée très intéressante avec vos voisins et amis cinéphiles !

 Cette séance est ouverte à tous, elle est suivie d’un débat. Prix d’entrée : 5 €

Au cinéma Chaplin Denfert 24, Place Denfert Rochereau 75014

Lire la suite

25 janvier 2017

Un roman, un film

Un sac de billes film.jpgPublié en 1973, le récit autobiographique écrit par Joseph Joffo : "Un sac de billes", eut immédiatement un vif succès, tant en France qu'à l'étranger (traduction en 18 langues et vendu à plus de 20 millions d'exemplaires dans 23 pays).

Ce roman vient d'être traduit au cinéma par Christian Duguay. L'action se situe dans la France de 1941. La famille Joffo est composée de sept enfants dont Joseph et Maurice. Ils sont de religion juive et les occupants allemands imposent le port de l'étoile jaune. Pressentant le pire, les parents de Joseph vont organiser la fuite en zone dite "libre". Ainsi, Maurice et Joseph partiront seuls sur une route semée de dangers. Ils retrouveront leur grand frère à Menton.

De multiples péripéties surviennent jusqu'en juillet 1944 où la famille se retrouvera de nouveau dans la capitale, excepté le père qui ne reviendra pas de déportation.

C'est un film poignant car il nous rappelle un épisode noir de l'Occupation allemande en France, à savoir la chasse, l'arrestation et la déportation dans les camps de la mort de tous les juifs d'Europe. L'atmosphère de l'époque est bien rendue, tant sur le plan historique que celui de l'atmosphère concernant la vie de tous les jours. C'est un film sensible où la lutte pour la vie devient le leitmotiv de la survie d'une famille confrontée à la barbarie nazie.

R.R.

05:00 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer

17 janvier 2017

Chrétiens Ensemble - Œcuménisme dans le 14ème

18 au 25 janvier : Semaine de prière pour l’unité des chrétiens dans le 14ème

Les textes de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens ont été élaborés par le Conseil des Églises en Allemagne (ACK), à l’invitation du Conseil œcuménique des Églises dans la perspective de l’anniversaire de la Réforme sur le thème:

"Nous réconcilier. L'amour du Christ nous y presse" (cf. 2 Co 5, 14-20)

-Mercredi 18 janvier 2017 à 15h,68 rue des Plantes :  Prière et partage sur le thème de la semaine de l'unité animés par le groupe œcuménique du 14ème

Changement de dernière minute: notre célébration se fera chez les Sœurs Augustines  à la même adresse mais dans leur couvent: bâtiment à gauche toute suite en entrant 68 rue des Plantes,75014 (1ère porte avec un e à rampe) et non à la résidence. Même heure à 15 h.

-Célébration  pour tout Paris: jeudi 19 janvier à la Cathédrale Notre Dame de Paris à 20h.30

-Vendredi 20 janvier à 20h30 à l'Eglise Notre Dame du Travail,34-36 rue Guilleminot  ou 59 rue Vercingétorix 75014 Célébration œcuménique dans le 14ème

-Dimanche 22 janvier : Une prière universelle commune est proposée à toutes les Eglises

-Dimanche 29 janvier l'Eglise protestante unie de la rue de l'Ouest 95 rue de l’Ouest 75014 Paris nous invite au culte dominical de 10h30 dans un esprit d'accueil œcuménique.

Lire la suite

15 janvier 2017

L’Ami : un film de Renaud Fely et d’Armand Louvé avec Jérémie Renier et Elio Germano

Le film retrace la vie itinérante de St François et des Frères qui l’ont suivi, à travers les champs et les villages, au service des pauvres et des exclus. Avec une grande intensité la joie de cette petite communauté libérée de tout attachement matériel, unie par sa foi fervente et l’amour des pauvres dont ils partagent la vie. De très belles images de champs, de forêts, de cours d’eau rendent sensible aussi cet amour de la nature sans vouloir l’asservir, qui est l’un des aspects de la spiritualité franciscaine.

485683.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg


Mais le film se focalise sur un aspect moins connu de la vie du Saint : le conflit entre sa volonté de suivre l’Évangile dans toute sa radicalité, traduite dans la première règle qu’il a rédigée et celle de l’Église de l’infléchir en en supprimant les dispositions les plus exigeantes. Le film ne respecte pas la vérité historique en attribuant à Frère Elie, l’un des premiers compagnons du saint et figure centrale du film, la responsabilité de cet adoucissement de la règle. Néanmoins le conflit qui l’opposa à François fut réel avec pour Frère Elie, le réalisme, lé désir de pérenniser l’ordre qui, dés les premiers temps, attira tant de vocations, et, de l’autre , pour François, la fidélité absolue à l’intuition reçue d’une vie fraternelle calquée sur l'Evangile.saint françois d' assise
Il est très difficile de savoir si les réalisateurs ont vraiment rendu justice à St François, qui a inspiré tant d’écrits et de films et dont chacun se fait une idée personnelle. Je trouve, pour ma part, que le personnage semble trop fragile, trop enfermé en lui-même pour restituer vraiment le charisme et aussi l’autorité de St François sur ses frères. En contre-partie le personnage de Frère Elie est d’une grande force avec ses rébellions, ses trahisons même qui s’effondrent dans sa douleur d’avoir fait du mal à celui qui est son maître spirituel. Leurs retrouvailles à la veille de la mort du saint, sont un des moments les plus émouvants du film.
Ce film, résolument personnel et moderne, peut être contesté ; néanmoins il rend un hommage vibrant et sincère à la figure de St François. (voir les salles)

Isabelle Constans

08 janvier 2017

Ciné-Quartier Mouton- Duvenet : "Bonjour" de Yasujirô Ozu mardi 10 janvier à 20h30

Bonjour de Ozu affiche.jpgLe  conseil de quartier Mouton-Duvernet  a le plaisir de vous convier à la première séance de l’année 2017 du Ciné-Quartier le mardi 10 janvier à partir de 20h30 au cinéma Chaplin Denfert (24, Place Denfert Rochereau) pour découvrir le cinéma japonais de Yasujirô Ozu avec le film  « Bonjour » .

C’est ouvert à tous  et le  prix d’entrée est de  4€ ! La séance sera suivie d’un débat

"Bonjour"

Comédie réalisée en 1959 par Yasujirô Ozu avec Koji Shidara, Yoshiko Kuga, Keiji Sada

Minoru et Isamu vivent avec leurs parents dans la banlieue de Tokyo.  En rentrant de l'école, ils aiment à s'arrêter chez un voisin qui a la télévision pour regarder des matches de sumo.  Leurs parents, mécontents, leur interdisent d'y retourner. Pour protester, Minoru et Isamu entament une grève de la parole, qui va provoquer par ricochet de nombreuses incompréhensions parmi les voisins

Une comédie atypique de la fin de la carrière d’Ozu, qui met en scène deux garnements rebelles et pétomanes.
Bonjour est un remake de son Gosses de Tokyo (1932), où Ozu renoue, une fois n’est pas coutume, avec ses premières amours, la comédie ­ délaissée à la fin de sa carrière, axée sur le drame. Satire implicite du petit écran, vecteur de communication et d’incommunicabilité à la fois, facteur de dépendance et de discorde dans la cellule familiale, Bonjour est l’histoire de deux enfants qui, s’insurgeant contre le refus de leurs parents d’acheter un téléviseur, décident de ne plus parler. Ce film sur la rétention de la parole, où le cinéaste fait un clin d’œil à un cinéma muet qu’il n’a quitté qu’à regret, a pour fonction de pointer du doigt les contraintes imposées aux individus par la société japonaise : la bienséance, les bonnes manières, l’hypocrisie et le non-dit. D’où la provocation suprême des deux petits héros, et leitmotiv burlesque du film : poser un doigt sur le front de l’autre et émettre simultanément un pet. Grève, rébellion et provocation que les enfants utilisent pour remettre la société des adultes à sa place, face à ses faux-semblants et à son besoin de parler pour ne rien dire. Il est clair que l’histoire du téléviseur est un simple prétexte. Quant au style visuel du film, il emprunte une apparence farcesque et acidulée, des couleurs criardes et une musique festive. De quoi donner une bonne petite claque aux clichés habituels attachés à un cinéaste qui n’était pas l’ascète transcendantal qu’on croit.

Les Inrocks

http://www.lesinrocks.com/cinema/films-a-l-affiche/bonjour/

Venez avec vos amis et vos voisins voir ce film japonaise tout à fait distrayante, vous passerez une excellente  soirée !

Prochaines séances du Ciné Quartier : les mardis 21 février, 14 mars, 18 avril, 9 mai, 13 juin à 20h30 

Lire la suite

11 décembre 2016

« The Party » au Ciné-quartier Mouton-Duvernet mardi 13 décembre 20h30

Ciné-quartier déc 2016 the party 2.jpgLe conseil de quartier Mouton-Duvernet a le plaisir de vous convier à la prochaine séance du Ciné-Quartier le mardi 13 décembre à partir de 20h30 au cinéma Chaplin Denfert (24, Place Denfert Rochereau). Dernière séance de l'année 2016 autour d'un film joyeux, burlesque et délirant du fameux duo Blake Edwards/Peter Sellers.

 C’est ouvert à tous, le prix d’entrée : 4€  La séance sera suivie d’un débat

The Party :

Film réalisé en 1969 par Blake Edwards avec Peter Sellers, Claudine Longet, J. Edward McKinley Un acteur indien, Hrundi V. Bakshi, est recruté par un studio hollywoodien pour jouer un soldat indigène. Lors du tournage, cet homme très maladroit détruit un des décors très coûteux du film. Le producteur très fâché contre le comédien de second ordre demande qu'on l’inscrive sur une liste noire. À la suite d'une erreur-quiproquo du studio, Hrundi se retrouve invité à la fête annuelle du studio, à Hollywood. Pendant la fête, le comédien accumule les gaffes mais n'est pas le seul.

Mardi 13 Décembre 2016 à 20h30 - Cinéma Chaplin- Denfert, 24 place Denfert- Rochereau 75014 Métro-RER Denfert- Rochereau. Bus 38-68- 88

Lire la suite

12 novembre 2016

Festival Enfances dans le monde du 16 au 19 novembre

festival enfances dans le monde nov 2016.jpgLa 6e édition du Festival Enfances dans le monde approche à grands pas ! il se déroulera au Cinema Les 7 Parnassiens  98 boulevard du Montparnasse, 75014 Paris, M° Vavin

C’est le seul festival de films documentaires consacré à l’enfance.

Le festival de films documentaires Enfances dans le monde a été organisé pour la première fois le 20 novembre 2010 au cinéma les 7 Parnassiens, à l’occasion de la Journée mondiale des droits de l’enfant. Il est désormais reconduit chaque année, toujours autour de la Journée mondiale des droits de l’enfant.

Cette année, 12 documentaires sont à découvrir du mercredi 16 au samedi 19 novembre, dont une avant-première et 6 inédits en France. 5 films sont par ailleurs en compétition pour l’attribution du Prix des jeunes, décerné par un jury composé d’adolescents et d’étudiants.

Du Paraguay à la Corée du Nord, en passant par Israël et l’Ouganda, les spectateurs pourront découvrir d’extraordinaires histoires d’enfants qui disent, chacune à leur manière, les beautés et les blessures de leurs vies.

En ouverture mercredi 16 novembre à 20h30 «Swagger» d’Olivier Babinet – France festival  enfances dans le monde nov  2016.jpg

Olivier Babinet est allé filmer la réalité d'un collège d'une des banlieues les plus défavorisées de Paris : Aulnay-sous-Bois. Laissant les commandes aux jeunes eux-mêmes, il réussit un documentaire atypique, alternant rêveries, chorégraphies et témoignages poignants de la vision des jeunes sur leur monde.

Lire la suite

18:22 Publié dans Enfants, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer

03 novembre 2016

« La fleur de mon secret » au Ciné- Quartier Mouton- Duvernet le 8 novembre 20h30

Ciné- quartier Mouton  Duvernet, conseil de quartier mouton duvernet,Cinéma Chaplin- Denfert, Pedro Almodovar,Le Conseil de quartier Mouton- Duvernet a le plaisir de vous convier à la prochaine séance du Ciné-Quartier mardi 8 novembre à partir de 20h30  pour voir « La fleur de mon secret » de Pedro Almodovar au cinéma Chaplin Denfert (24, Place Denfert Rochereau).

La séance est ouverte à tous et  sera suivie d’un débat. Le prix d’entrée est de 4€ ! Venez voir avec vos voisins et vos amis cinéphiles  voir un des  grands films de Pedro Almodovar. 

Film réalisé en 1995 de Pedro Almodovar avec Marisa Paredes, Juan Echanove, Came Elias Leo Macías est une femme auteure de romans à l’eau de rose qui écrit sous le nom d'Amanda Gris. Mais Leo n'arrive plus à décrire les bons sentiments et ses ouvrages sont de plus en plus noirs. Pourquoi ? Parce que Paco, son mari, est parti en mission militaire en Bosnie et qu'elle voit son couple peu à peu se désagréger. Sa vie va alors prendre un nouveau tournant.

Au cinéma Chaplin Denfert 24, Place Denfert Rochereau

Almodóvar signe des films hantés par la ­solitude. Ici, il en livre un florilège, sous forme de mélo somptueux, jamais à l'eau de rose. Magnifiquement inspiré par son sujet, le réalisateur multiplie les trouvailles visuelles pour traduire les sentiments, la douleur d'aimer. Une collection de miroirs renvoie de Leo, écrivaine et femme délaissée, et de son mari, Ángel, l'image d'un couple désuni. Un rideau de douche devient le mur de Berlin de leur séparation. Le monde est en guerre, mais Leo se fout de savoir que d'autres ont besoin d'aide. C'est sa survie à elle qui est en jeu.

Le film affronte cet égocentrisme de l'amour malheureux, mais descend aussi jusqu'à l'enfer de la négation de soi, quand tout abandonne Leo. C'est l'amour maternel qui lui réapprendra à marcher sur le chemin de la vie. D'un chagrin d'amour, ­Almodóvar fait un retour sur toute l'existence, passion, mort et renaissance. Dans l'intimité du coeur, il allume le feu du lyrisme.  (Frédéric Strauss dans Télérama)

Lire la suite

30 octobre 2016

Cycle Jardins et Spiritualités organisé par l' Eglise Protestante Unie de Montparnasse- Plaisance

Eglise réformée paris plaisance  nouvelles octobre novembre 2016.PNGCycle Jardins et spiritualités

Conférences, cinéma, visites de jardins

eglise protestante temple de plaisance  cycle  Jardins & spiritualites tract.png

Lire la suite

19 octobre 2016

« Les Pépites », documentaire français de Xavier de Lauzanne avec Christian et Marie-France des Pallières.

Christian des Pallières est mort le 24 septembre dernier, à l'âge de 82 ans. D’entrée, lui et son épouse Marie-France déclarent s’être retrouvés autour d’une commune vocation pour l’aventure : leurs quatre enfants étaient encore très jeunes quand ils les ont embarqué dans  un long road-trip en camping-car jusqu’à Katmandou dans les années 1970. Plus tard, au moment de leur retraite, leurs enfants ayant pris leur envol, ils sont partis en 1995 vivre au Cambodge.

les pépites enfants sur la décharge.jpgA Phnom Penh, mégapole en reconstruction rapide après les destructions des Khmers Rouges, le couple est saisi par le spectacle effroyable de centaines d’enfants qui pataugent pieds nus et en guenilles dans une vaste décharge pour y chercher de la nourriture ou des objets à revendre et rapporter un peu d’argent à la maison. Chez eux, bien souvent, ils ne trouvent aucun réconfort, tant la perte des repères sociaux et moraux a semé la violence jusqu’au plus profond des familles.

Résolus à agir, « Papy » Christian et « Mamy » Marie-France commencent par leur distribuer un repas par jour, puis les pépites enfants à l'école.jpgpar leur construire un abri, puis par édifier une école. De fil en aiguille, ils fondent l’association « PSE - Pour un sourire d’enfant », trouvent des parrainages dans le monde entier et parviennent à sortir des milliers de gosses de la misère, leur procurant gîte, couvert, éducation et formation professionnelle.

Xavier de Lauzanne a été le témoin privilégié de ce combat. Il raconte l'incroyable parcours du couple des Pallières dans un documentaire édifiant et bouleversant.

Dès 2000, il est séduit par leur projet et en tire un premier documentaire intitulé « Pour un sourire d’enfant »,  du nom de l’association encore à ses débuts et qui appuiera les tournées de recherche des parrainages.

Lire la suite

18 octobre 2016

« Ceuta, Douce Prison » 20 octobre 20h au Moulin à Café

Moulin à Café Ceuta douce prison luciole-du-doc.jpgL’association Les Lucioles du doc vous propose la projection du documentaire : «Ceuta, Douce Prison» qui suit les trajectoires de cinq migrants dans l’enclave espagnole de Ceuta, au nord du Maroc. Ils ont tout quitté pour tenter leur chance en Europe et se retrouvent enfermés dans une prison à ciel ouvert, aux portes du vieux continent. Ils vivent partagés entre l’espoir d’obtenir un « laissez-passer » et la crainte d’être expulsés vers leur pays. Le film est tourné en proximité totale avec les personnages, sans voix-off, sans adresse caméra, en immersion dans leur quotidien.

Un temps d’échange sera prévu après le film avec un intervenant surprise

Café associatif Pernety  8, rue Sainte Léonie 75014

Téléphone : 01 40 44 87 55  http:/:www.moulin-cafe.org

13 octobre 2016

"La Belle Equipe" au Ciné- Quartier Mouton Duvernet mardi 18 octobre 20h30

Ciné-Quartier Mouton- duvernet, cinéma chaplin- denfertLe conseil de quartier Mouton-Duvernet  vous convie à la prochaine séance du Ciné-Quartier le mardi 18 octobre à partir de 20h30 au cinéma Chaplin Denfert (24, Place Denfert Rochereau)  Un beau programme vous est proposé : « La Belle Equipe » de Julien Duvivier réalisé en 1936 dans le contexte du Front Populaire. Ce film a été récemment restauré et redistribué au terme d'une longue bataille juridique.

Cette séance est ouverte à tous, sera suivie d’un débat. Le prix d’entrée est de 4€ !

« La Belle Equipe » une oeuvre qui a tout juste 80 ans !Ciné-Quartier Mouton- duvernet, cinéma chaplin- denfert

 Une belle histoire : Cinq ouvriers chômeurs parisiens, Jean, Charles, Raymond, Jacques et un étranger menacé d'expulsion, Mario, gagnent le gros lot de la loterie nationale. Jean a l'idée de placer cet argent en commun dans l'achat d'un vieux lavoir de banlieue en ruine qu'ils transformeront en riante guinguette dont ils seront les copropriétaires. Ils s'attellent à la besogne avec confiance. Mais la solidarité du groupe est fragile et le destin s'acharne sur eux …Jacques ne supporte plus d'aimer silencieusement Huguette, la fiancée de Mario, et préfère s'en aller. Mario, réfugié catalan, sous le coup d'une interdiction de séjour, est rattrapé par la police française. Gina, l'ancienne femme de Charles, réclame sa part et provoque une rivalité amoureuse entre Charles et Jean...

 Venez voir un des meilleurs films de Julien Duvivier  qui dispose d'une excellente distribution : Jean Gabin, Charles Vanel, Raymond Aimos ... qui incarnent avec un jeu naturel et sensible ces ouvriers  qui tentent de s'unir pour réaliser un projet commun.  Le spectateur est captivé par cette histoire d'amitié et ses protagonistes attachants. Venez apprécier sur grand écran  la photo  qui est d'une rare qualité. M.G.V.

Cinéma Chaplin Denfert (24, Place Denfert Rochereau) Métro lignes 4, 6 et RER B Denfert- Rocherau- Bus 68-38-88.

Lire la suite

09 octobre 2016

Conseil de quartier Mouton Duvernet

Le Conseil de quartier Mouton-Duvernet organise dans les prochains jours deux événements, auxquels vous êtes naturellement conviés :

  • Libérez les livres, samedi 15 octobre de 11h à 13h, place Michel Audiard
  • Ciné-quartier, mardi 18 octobre à 20h30 : La Belle Equipe de Julien Duvivier avec Jean Gabin, cinéma Chaplin, place Denfert-Rochereau 

Gilles BELOTTEAU (Coordinateur des conseils de quartier du 14e)

01 53 90 66 25 gilles.belotteau@paris.fr

27 septembre 2016

Frantz, un film de François Ozon

Frantz film de françois Ozon.jpg1919. La Grande Guerre est terminée. Des centaines de milliers de soldats des deux camps ont disparu. Des milliers de familles françaises et allemandes sont déchirées par la perte d'un de leur fils. Leur douleur est indicible, leur chagrin éternel.

Un jeune soldat français, de retour chez lui, est tourmenté par la mort d'un soldat allemand, survenue dans un face à face au fond d'une tranchée. Il cherche à retrouver la famille de ce soldat, en allant tous les jours se recueillir sur sa tombe. Il y rencontrera l'ex fiancée de ce soldat. Une tendre amitié naîtra entre eux. 

A partir de là, le film s'oriente insensiblement vers une profonde méditation sur la mort, celle de l'autre, mais aussi la sienne propre, illustrée par la tentation réelle du suicide de la jeune fille. Le récit, baigné par une intense sensibilité nous dévoile ce qui peut rapprocher deux êtres à travers un amour partagé, mais aussi montrer la déception provoquée par une rupture subite.

Le jeu subtil des deux principaux interprètes, Pierre NINEY et Paula BEER est magnifique, subtil dans les nuances et l'éclat de leurs sentiments. La lumière qui jaillit de leur sincérité réciproque est d'une vérité bouleversante. Les âmes sensibles devront s'armer de courage pour écouter ce récit, inondé par un océan de douleur et de gravité. Un film remarquable, à voir absolument. 

R. Rillot 

15:03 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer

19 septembre 2016

Semaine de la Kabylie du 19 au 25 septembre 2016

Semaine de la Kabylie, Slimane AzemVenez participer à la première édition de la semaine de la Kabylie avec l’association Ameslay du 14e !

Au programme :

- Du lundi 19 sept au vendredi 23 sept : Exposition hommage sur le parcours de Slimane Azem
Hall de la Mairie du 14e. 2, place Ferdinand Brunot

Lundi 19 septembre à 19h : Projection/débat autour du film « Des apaches ».
Salle des fêtes de la Mairie annexe. 12, rue Pierre Castagnou

Du mardi 20 sept au samedi 24 sept Exposition de photos de la Kabylie et de peintures d’artistes kabyles et franco-kabyles.
MPAA Broussais. 100, rue Didot

Mercredi 21 septembre à 19h : Projection du documentaire « H’nifa, une vie brulée », suivie d’une conférence sur l’histoire des femmes kabyles.
Salle des mariages de la Mairie du 14e. 2, place Ferdinand Brunot

Vendredi 23 septembre à 19h : Débat pour clôturer l’exposition Slimane Azem.
Salle polyvalente de la Mairie du 14e. 2, place Ferdinand Brunot

Samedi 24 septembre : à 14h, dévoilement de l’œuvre street-art de C215
De 15h à 18h, concert kabyle
Centre sportif Jules-Noël. 3, avenue Maurice d'Ocagne

Dimanche 25 septembre De 13h30 à 15h, village kabyle, défilé de mode, fanfare et danse.  De 15h à 18hConcert kabyle 
Centre sportif Jules-Noël. 3, avenue Maurice d'Ocagne

Informations et programme détaillé sur www.semainedelakabylie.com

17 septembre 2016

Fête d'automne au jardin des Thermopyles 24 et 26 septembre 2016

fête d'automne 2016 au   jardin des thermopyles.jpg

10 septembre 2016

"El Dorado" au Ciné-Quartier Mouton-Duvernet mardi 13 septembre 20h30

El dorado affiche.jpgLe conseil de quartier Mouton- Duvernet a le plaisir de vous convier à la prochaine séance du Ciné-Quartier pour voir un grand western « El Dorado » le mardi 13 septembre à partir de 20h30 au cinéma Chaplin Denfert (24, Place Denfert Rochereau). Ouvert à tous - Prix d’entrée : 4€ La séance sera suivie d’un débat

El Dorado

Film réalisé en 1966 par Howard Hawks avec John Wayne, Robert Mitchum, James Caan.

 Cole Thornton (John Wayne) arrive à El Dorado, petite ville du Texas, où il a trouvé du travail dans le ranch de Bart Jason. Il rencontre son vieil ami, JP Harrah (Robert Mitchum), le shérif de la bourgade, et apprend de sa bouche que son nouvel employeur est un petit tyran, qui cherche à s'emparer des terres d'un brave fermier, Kevin McDonald. Thornton décide, alors, de vider les lieux …

Au cinéma Chaplin Denfert 24, Place Denfert Rochereau

Expert dans le maniement des armes, Cole Thorntorn (John Wayne) refuse le travail que lui propose le propriétaire Bart Jason à El Dorado car cela l’amènerait à se battre contre son vieil ami, le shérif Harrah (Robert Mitchum). Il reviendra toutefois quelques mois plus tard lorsqu’il apprendra qu’un autre expert de la gâchette a été engagé pour se débarrasser du shérif qui a entre-temps sombré dans l’alcool pour un chagrin d’amour… Huit ans après Rio Bravo, Howard Hawks donne une nouvelle variation du même thème. El Dorado est parfois mal considéré car jugé comme un remake et donc comparé à son prédécesseur. Si on retrouve effectivement des personnages similaires dans une situation proche, ils sont plus âgés et donc avec des motivations différentes. Hawks a intégré de nombreux éléments de comédie, assumant pleinement le statut de divertissement. Le résultat est très réussi. El Dorado reçut un bon accueil du public à une époque où le western avait déjà entamé une profonde mutation. C’est l’un des derniers grands westerns hollywoodiens classiques et l’avant-dernier film d’Howard Hawks.(L’œil sur l’écran)

 Venez avec vos voisins et amis cinéphiles  mardi 13 septembre au cinéma Chaplin – Denfert voir ce très bon western, avec d’excellents acteurs,  vous passerez une soirée divertissante, le prix d'entrée de 4€ permet à tous de venir ! M.G.V.

Lire la suite

19 juillet 2016

Le Gaumont Alésia, flambant neuf, va ouvrir le 20 juillet

Gaumont Alésia (1)façade.jpgLe Gaumont-Alésia, flambant neuf,  va ouvrir ses portes le 20 juillet. Comme toutes stars, il s’est fait désirer, espérons qu’il va répondre aux attentes des spectateurs… 

De longs travaux et un nouveau bâtiment conçu par l’architecte Manuelle Gautrand .

Depuis plus de 18 mois, le Gaumont Alésia  a été démoli et les habitants du quartier après avoir vu la carcasse de l’ancien bâtiment  qui ressemblait  au squelette d’une étrange cathédrale, ont assisté peu à peu à  l’édification du nouveau Gaumont. Ce  cinéma a été conçu par l’architecte Manuelle Gautrand qui  a créé le Show-Room Citroën sur les Champs –Elysées, et assuré la rénovation de la Gaîté Lyrique.  

L’heure de vérité est là 

Je dois dire que la façade est décevante et encore bien sombre : métal peint en noir et vitrages gris, disposés en biseaux qui ressortent, et des  auvents au-dessus des portes d’entrée. L’habillage va être fourni par une multitude de lampes LED. N’ayant vu que les maquettes en couleur, il faut attendre l’illumination finale le 20 juillet avec « la projection des plus images de l’histoire du cinéma »  pour se rendre compte de l’effet final !

Jean-  Baptiste Garnier, responsable marketing et événementiel, m’a assuré que l’ensemble serait très lumineux. Gaumont Alésia intérieur escaliers.jpgA l’intérieur un immense hall d’entrée de plus de 300 m² et une autre salle de 80 m² qui pourra accueillir des événements du quartier. Le tout sera très spacieux et agréable, les halls du premier et 2ème étage seront clairs et accueillants avec des gradins où les spectateurs pourront patienter en regardant des bandes-annonces.

Ne boudons pas notre plaisir !

Nous sommes très contents de retrouver notre Gaumont-Alésia avec 8 salles accessibles à tous de 445 à 100 fauteuils, des sièges club très confortables avec beaucoup de place pour les jambes. Une excellente acoustique et de très grands écrans. Une salle de 445 places sera dotée « du son Dolby Athmos pour une expérience en immersion totale ». Un ascenseur et des escaliers roulants permettront d’accéder aux salles. Il y aura 4 salles au sous-sol, une salle au RC, deux au premier, et une grande salle au 2ème étage. N’oublions des toilettes confortables à tous les étages…

Mes regrets

-Le prix des places a beaucoup augmenté  (voir les tarifs en cliquant sur lire la suite)

-On nous dit qu’il sera préférable réserver sur internet ses places numérotées… c’est un peu regrettable pour les allergiques à Internet ou ceux qui préfèrent l’improvisation de dernière minute qui était l’avantage du cinéma sur le théâtre. Retrouver sa place dans le noir en dérangeant tout le monde ne sera pas très commode même si au début, des personnes de l’accueil seront là pour vous guider. Le temps des ouvreuses est révolu…. Mais je pense que l’on pourra aussi acheter ses places à la caisse  ou à des bornes situées dans le hall d’entrée ?

-Troisième regret : la fermeture du Mistral, ancien théâtre transformé en cinéma (l'un des plus anciens du 14ème arrondissement !) , qui comportait au moins 5 salles aménagées par le groupe Rythmann. (Le Mistral avait été cédé à Gaumont, il y a quelques années.)  Les habitants du quartier Alésia auront donc un choix de films  moins varié qu’avant les travaux … 

Merci à monsieur Jean-Baptiste Garnier qui a eu la gentillesse d’accueillir un représentant de La Voix du 14ème et d’écouter ses questions. Il nous a assuré que le Gaumont-Alésia serait ouvert à des événements du quartier et proposerait aussi d’ouvrir des séances, gratuites ou à tarif réduit,  à un public plus défavorisé ou à des associations caritatives. Il espère que ce cinéma qui accueillera des séances Connaissance du Monde et des diffusions d’opéra sera un pôle culturel pour le sud de Paris et les communes de Montrouge, Vanves, Malakoff, Bagneux...

Monique Garrigue-Viney

Lire la suite

11 juillet 2016

L'aigle et l'enfant

L'Aigle et l'Enfant.jpgUn film de Gérardo Olivares              

En haute montagne, deux aiglons viennent de naître. L’un d’eux devra abandonner le nid au profit de son frère. Le fugitif sera recueilli par Lukas, un enfant qui le soignera au cœur d’une cabane délabrée située au sein de la montagne. Il faut préciser que Lukas est lui-même en conflit larvé avec son père et que celui-ci, d’une certaine manière, l’ignore et le rejette.             

Lukas appellera son protégé Abel, par opposition à son frère surnommé Caïn, celui-ci resté au nid. Une amitié profonde et réciproque naîtra peu à peu de cette relation si particulière. L’enfant devra nourrir, éduquer son protégé, lui apprendre à voler, à chasser, puis progressivement, à devenir libre et adulte afin d’affronter une nouvelle vie, sa vie d’aigle, une vie axée sur la persévérance, la volonté et le désir profond d’être soi-même.              

C’est Jean Reno, le garde-forestier, qui nous conte cette histoire. Il la commente de remarques dignes de celles d’un fabuliste connu, tout en la complétant avec l’éclairage discret d’une forme de bon sens prenant parfois une intention philosophique. Ici, l’amour des êtres vivants prend toute sa véritable place.              

Nous sommes conquis par cette relation exceptionnelle où un enfant et un oiseau apprennent à vivre ensemble dans un amour partagé et réciproque. La leçon se veut par ceci exemplaire pour nous autres humains.    Ce film est une réussite parfaite où les splendides paysages alpins forcent l’admiration par le grandiose décor qu’offre une nature où la beauté a le dernier mot. L’histoire n’en est que plus sensible à notre cœur. 

R Rillot 

15:40 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer

08 juillet 2016

La tortue rouge de Michaël de Wit

  la tortue rouge.jpg          Voici un film d’animation qui ne manquera pas d’étonner celles et ceux qui, amateurs de dessins animés, y verront là les ultimes techniques apportées à un film muet, où seules les images sont « parlantes ».              

La magie du rêve en liberté agit sans doute à son niveau le plus absolu, car le scénario offre au spectateur un chapelet d’interrogations multiples quant au sens à donner à l’histoire.              

Un naufragé aborde une île inconnue où il tente de survivre. Puis, après diverses tentatives de départ, survient l’échouage sur une plage, d’une tortue qui par une étrange mutation, deviendra une jeune femme bien vivante. Serait-elle la nouvelle Eve ? Revivons-nous là à notre insu, les premières heures de l’humanité et pour autant, sommes-nous dans le jardin d’Eden ressuscité ? A partir de là, le monde marin environnant nous suggère que l’origine de la vie sur terre est sans doute issue de la mer.  la tortue rouge 2.jpg            

Nous pouvons alors continuer de rêver car l’enfant issu de ce couple étrange et mythique s’embarquera lui aussi pour retrouver ses vraies origines : l’océan infini de la vie.              

En conclusion, la mort du naufragé offrira à la femme, la possibilité à travers une longue caresse portée sur le corps de l’époux, de reprendre à nouveau son ancienne nature de tortue qu’elle était, avant de venir s’échouer sur terre.              

Le voyage de l’éternel retour aux origines peut alors recommencer… C’est un film où la poésie et le rêve se confondent pour éclairer les mythes se rapportant au fondement même de la naissance de la vie. 

R. Rillot

16:26 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer

L'Entrepôt : festival Jeune Public du 11 au 17 juillet

festival cinéma jeune public 11 au 17 juillet 2016 à l' entrepôt.jpgLe Cinéma l'Entrepôt propose du 11 au 17 juillet 2016 la 6ème édition de son festival Jeune Public!
Une programmation pour découvrir et explorer le cinéma d'animation et des ateliers pour mieux comprendre comment ça marche !
En effet, cette année, une nouvelle formule est présentée! Deux séances, tous les matins et des ateliers tous les mercredis (ateliers sur inscription, sur place ou à cinejeune@lentrepot.fr)
Pour connaître la programmation du festival:
http://www.lentrepot.fr/Festival-Jeune-Public-de-l-Entrep...

L'entrepôt 7/9 rue  Francis de Pressensé Métro Pernety

03 juillet 2016

Elena au Ciné-club Pernety mercredi 6 juillet 20h

cinéclub pernety 6 juillet Elena.jpgLe conseil de quartier Pernety  vous convie le mercredi 6 juillet à la séance mensuelle de son Ciné- club à l’Entrepôt pour voir : « Elena » film russe  de A. Zvyagintsev de  2012  avec Nadezhda Markina, Andrei Smirnov, Elena Lyadova (1h49)

« Dans un luxueux appartement, Elena se prépare. Avant de partir, elle réveille Vladimir, son mari depuis deux ans. La femme va rendre visite en bus à son fils Sergey et sa femme, à l'autre bout de la ville, dans les quartiers populaires, pour s'occuper de leur bébé. Le couple demande de l'argent à Elena. Mais celle-ci n'a pas les moyens et son riche époux refuse de céder à ses suppliques. Vladimir aide seulement sa propre fille, une jeune femme hautaine. Un jour qu'Elena est fâchée contre lui, Vladimir fait un infarctus. A l'hôpital, le vieil homme décide de nommer sa fille comme unique héritière. Elena est blessée et prépare un plan pour donner de l'argent à son fils… »

Le cinéclub du Conseil de Quartier Pernety se tient à 20h tous les 1ers mercredis du mois, 

à l'Entrepôt, 7 rue Francis de Pressensé, 75014 Paris 

La projection du film est suivie d'un débat.

Prix d'entrée : 4,50 €

20 juin 2016

Fête des Thermopyles 24 et 25 juin

Rendez-vous au “jardin des fêtes” (4, rue des Thermopyles 75014) dès 19h30 le vendredi 24 et à partir de 15h, le samedi 25. http://u.d.free.fr/

Voici revenu le temps de la fête des Thermopyles. L’année 2016 marque les 20 ans de sa renaissance, en 1996, pour célébrer une importante victoire dans la mobilisation des habitants autour de l’association Urbanisme & démocratie contre les projets municipaux de destruction du quartier Bauer-Thermopyles. Voici donc le programme (indicatif) et, comme toujours, vous noterez que la fête est “participative”...

Cliquez sur les images pour les voir en plus grandfête des thermopyles 25 juin 2016 -2.jpg

fête des thermopyles 24 juin 2016.jpg

02:42 Publié dans Fête, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer

10 juin 2016

Projection-débat "Les Lip, l'imagination au pouvoir"! lundi 13 juin à 20h

ciné attac 13 juin 2013 les lip l'imagination au pouvoir.jpgCiné-Attac vous propose   lundi 13 juin à 20h au cinéma les 7 Parnassiens  : une projection-débat autour « Les Lip, l'imagination au pouvoir »  (Film de Christian Rouaud - 2007) avec Attac 14e et l'Assemblée citoyenne.

Synopsis :

Le film donne à voir et à entendre les hommes et les femmes qui ont mené la grève ouvrière la plus emblématique de l'après 68, celle des usines LIP à Besançon. Un mouvement de lutte incroyable, qui a duré plusieurs années, mobilisé des foules entières en France et en Europe, multiplié les actions illégales sans céder à la tentation de la violence, porté la démocratie directe et l'imagination à incandescence. Des récits entrecroisés, des portraits, une histoire collective, pour essayer de comprendre pourquoi cette grève porta l'espoir et les rêves de toute une génération. C'est possible, les Lip l'ont fait.

La projection sera suivie d'une discussion avec le public, en présence de Bernard Ravenel, historien du PSU (Parti Socialiste Unifié) et de Benoît Borrits, animateur de l'Association Autogestion.

Pour se rencontrer et échanger avant ou après la projection : table de presse avec les livres « Quand la gauche se réinventait » (Editions La Découverte) de Bernard Ravenel et « Coopératives contre Capitalisme » (Editions Syllepse) de Benoît Borrits

Prix de la séance : 9€ (5 € pour les moins de 25 ans et 7,20€ pour les plus de 25 ans, sur présentation du tract flyer_les_lips.pdf )

Cinéma les 7 Parnassiens, 98 bd Montparnasse 75014 Paris (métro Vavin).

« A Hard Day's Night » au Ciné-Quartier Mouton-Duvernet mardi 14 juin 20h

cine-quartier mouton- duvernet,conseil de quartier mouton-duvernet,beatlesLe Conseil de quartier Mouton-Duvernet  a le plaisir de vous convier à la prochaine séance de Ciné-Quartier mardi 14 juin à partir de 20h30 au cinéma Chaplin-Denfert (24, Place Denfert Rochereau).

Comme chaque année, en juin, le programme est consacré à la musique. Cette fois-ci, ce sera le rock ! Le film à l’affiche est « A Hard Day's Night » : une folle journée des Beatles.

Le Ciné-Quartier est ouvert à tous.  Prix d’entrée : 4€ pour le film et le  débat qui suivra.

« A Hard Day's Night » (Quatre Garçons dans le vent titre français à la sortie du film) comédie réalisée en 1964 par Richard Lester

John, Paul, George et Ringo, qui forment les Beatles, sont poursuivis par des centaines de fans, filles et garçons, et donnent des concerts de ville en ville. Dans le train, Paul est accompagné de son grand-père surnommé «Mêle-tout John McCartney» à cause de ses habitudes et de son principe : «diviser pour régner». Norm, le manager, toujours en dispute avec John, l'anarchiste du groupe, présente le grand-père à Shake, le bagagiste, et tous trois vont au wagon-restaurant, tandis que les jeunes gens répètent le spectacle qu'ils doivent donner à la télévision, à Londres. Mais les réclamations d'un voyageur de première classe les obligent à quitter leur compartiment...

Film de Richard Lester (A hard day's night, Grande-Bretagne, 1964). Scénario : Alun Owen. Image : Gilbert Taylor. Montage : John Jympson. Musique : Lennon et McCartney. 90 mn. NB. VM. Avec John Lennon, Paul McCartney, George Harrison, Ringo Starr.

Venez, mardi 14 juin  à 20h30, avec vos amis et voisins cinéphiles voir cette comédie qui raconte la genèse du groupe mythique des Beatles qui incarnent leur propre rôle et vous entendrez les principaux "tubes" de ces musiciens hors normes ! Le tarif de 4€ permet  à tous de profiter de cette belle soirée ! (M.G.V.) 

Au cinéma Chaplin Denfert 24, Place Denfert Rochereau 75014 (Métro Denfert- Rochereau, bus 38-68-88)

Lire la suite