Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 novembre 2012

En passant par l'impasse Florimont

Florimont_impasse_9_Georges_Brassens_chez_Jeanne_02_max.jpg Il s’agit-là d’un bien modeste lieu que l’urbanisme moderne a oublié. Les promoteurs immobiliers ont sans doute abandonné l’idée de construire sur cette parcelle. La mémoire et le souvenir veilleront sans doute encore longtemps au sursis accordé.

 Une visite rapide du lieu s’impose. L’impasse a 47 mètres de long et 2 mètres de large. Au numéro quatorze, ce « couloir » s’arrête en cul-de-sac formé par une maison d’un étage, accolée à un jardinet précédé par une courette. Voilà pour le décor. Précisons que l’impasse est parallèle à l’avenue Villemain qui débouche sur la rue d’Alésia et la rue Raymond Losserand. Ainsi cette modeste ruelle abrita plus d’un siècle des citoyens sans histoire.

 Cette minuscule voie vit sa naissance à la charnière des règnes de Charles X et de Louis-Philippe. Le premier propriétaire fut un certain Florimont Leovis, avocat de son état, qui fit construire une maisonnette d’un étage sur un des terrains vagues qui, à cette époque se trouvaient hors les « barrières » de Paris.

 Le temps passant, d’autres demeures virent le jour de chaque côté de la ruelle. Notons au passage qu’au 18ème siècle, les habitations urbaines étaient taxées par rapport au nombre de « pièces à feu », pièces logeables possédant un chauffage indépendant, ce qui explique en partie les surfaces restreintes des habitations.

 Signalons que cette voie a été amputée de ses maisons jusqu’à la moitié de sa longueur et ce, sur le côté gauche de la ruelle. L’explication est simple. En mai 1959 s’installe au n° 154 de la rue d’Alésia une station-service au profit de laquelle on rasa un petit estaminet qui formait le coin gauche de l’impasse. Ce café, typique « boui-boui » de la Belle Epoque était tenu par Monsieur Berthier. Chez lui venaient se retrouver les ouvriers maghrébins de l’usine des Asphaltes située en face rue d’Alésia.

 Mais passons au n° 9 qui nous intéresse plus particulièrement, puisqu’il abrita pendant de brassens,florimont,75014,paris 14,paris 14e,georges brassensnombreuses années notre poète-chanteur et compositeur Georges Brassens. A ses débuts, celui-ci fut recueilli par une concierge de la rue d’Alésia. Le patron du café situé à l’angle des rues Bardinet et Alésia, Monsieur Malet, auvergnat bon teint, eut pitié de son infortune et lui offrit l’assiette de soupe du soir. Devenu célèbre et reconnaissant, Georges Brassens l’honora d’une chanson. Après guerre, notre chanteur s’installa au n° 9 de l’impasse, chez la famille Planche. Georges Brassens fit ravaler cette maison et l’offrit à cette brave dame qui de locataire devint propriétaire. Il acheta aussi le n° 7 et l’offrit jusqu’à sa mort à la veuve Lescat.

 Ainsi le passage Florimont reste et restera, il faut le souhaiter, un exemple d’urbanisation de la capitale et de ses faubourgs durant le 19ème siècle. Modeste, presque invisible, il est pour les flâneurs, un sujet d’attention et un rêve pour tous ceux qui ne désespèrent pas de voir ce lieu toujours empreint de poésie, de nostalgie, qualités toujours aimables à leurs yeux. 

Allez aussi voir le site de Christian Vancau, vous y trouverez des photos de Brassens et le l'impasse Florimont.

Documentation : extraite du bulletin n° 37 de la SHA du 14ème.

12 novembre 2011

La Voix-ci ...La-Voix -là.... samedi 12 et dimanche 13 novembre

Voici quelques spectacles et fêtes qui ont lieu dans le 14ème arrondissement au cours de ce week-end :   samedi 12 novembre deux spectacles à 15h "Camarade Georges, en Chantée" et à 20h "Slam et autres inventions de mots autour de Brassens", à la mairie du 14ème. Dimanche 13 novembre : Fête de Sao Martinho ou Fête des Châtaignes à Notre- Dame du Travail et à la mairie du 14ème. Dimanche 13 novembre, à 18h : « L' Alouette » de Jean Anouilh à l' Atelier du Verbe.

Pour plus de précisions cliquer sur la suite

Lire la suite

02 novembre 2011

Brassens 30 ans après, du 4 au 19 novembre dans le 14ème : concerts, lectures, expositions...

Brassens et nous.jpg

Trente ans après sa mort, Brassens inspire de plus en plus d'artistes. Du 4 au 19 novembre 2011, le 14e commémore la mémoire de celui qui fût pendant de très nombreuses années un de ses plus célèbres résidents. Concerts, spectacles, expositions, lectures et ateliers rythmeront la vie de l'arrondissement.

40 animations 100% Brassens. Spectacles, concerts, expositions, lectures, conférences, animations jeunes publics.

Dévoilement d'une Photographie géante de Georges Brassens
Samedi 5 novembre, 11h. 6 impasse Florimont

De Brassens à Violeta Parra : Concert d'Angel Parra
Le guitariste et chanteur chilien reprendra les chansons de Georges Brassens avec qui il partage non seulement l'amour de la musique, mais aussi l'engagement politique.
Samedi 5 novembre, 20h. Salle des fêtes de la mairie. 12 rue Durouchoux. M° Mouton Duvernet

Expositions
- Les Copains d'abord, 30 ans déjà :
Exposition retraçant le destin de Georges Brassens présentée par Philippe Fagot. Vernissage vendredi 4 novembre à 19h en présence de Jean-Claude Blahat, ancien accompagnateur de Bobby La Pointe, qui interprétera des chansons inédites et posthumes de Georges Brassens et fera redécouvrir quelques chansons incontournables.
Du 3 au 12 novembre. Hall de la mairie du 14e. 2 place Ferdinand Brunot

- Brassens ou la liberté :
Redécouvrez l'exposition de la Cité de la musique réalisée par le dessinateur Joann Sfar et la journaliste Clémentine Deroudille. L'exposition invite à reconsidérer la puissance libertaire de Brassens dans la France des années 50 à 80. Exposition conçue par Cité de la musique, Paris et organisée par Paris Bibliothèques.
Du 5 au 26 novembre. Bibliothèque Brassens. 38 rue Gassendi. M° Mouton-Duvernet.

Pour la fin du programme cliquez sur lire la suite

Lire la suite

27 octobre 2011

La Bouquinerie Alésia annonce ...une soirée Brassens, samedi 5 novembre

brassens,georges brassens,alba,paris 14eSamedi 5 novembre, à 20h15, Alba ( Association des Lecteurs de la Bouquinerie d'Alésia) s'associe à la Fureur des Mots, organisée par la mairie du 14ème. A cette occasion, la Bouquinerie Alésia recevra des comédiens et des musiciens pour une évocation en textes et en chansons - à reprendre en choeur - de la vie et l'oeuvre de Brassens.
Pour connaître le programme détaillé et les modalités d'inscription, rendez-vous sur : http://www.albabouq.com/prog.html Nous vous conseillons de réserver le plus vite possible votre place car il n'y en aura pas pour tout le monde ! ALBA (Association des Lecteurs de la Bouquinerie Alésia) http://www.albabouq.com/

29 juin 2011

Angel Parra en concert le vendredi 1er juillet, 21h, à la mairie du 14ème

Angel Parra en concert le 1er juillet 2011.jpgAngel Parra en concert « Hommage à Georges Brassens et Violeta Parra ». Invité spécial Michel Bühler

Avec Matias Pizarro, Piano - Alain Delpy, contrebasse -Mario Hurtado, guitare.

Vendredi 1er Juillet 2011 à 21h à la salle des fêtes de la mairie du 14e  2 rue Durouchoux, Métro Mouton Duvernet

Une participation aux frais de 10 euros vous sera demandée.

16 juin 2011

24e Salon des Peintres et Sculpteurs Témoins du 14e qui rend hommage à Georges Brassens et Louis-Jacques Daguerre

Capturer.JPGCe salon est organisé par l'association des peintres et sculpteurs témoins du 14e arrondissement de Paris (APST-14) bien connue dans le quartier depuis sa création en 1990 par le Père Gourdon. Les artistes qui font partie de cette association nous évoquent le passé de notre arrondissement et nous font découvrir les transformations  grâce à leurs oeuvres.  Cette fois-ci ils rendent hommage à deux grands artistes Georges Brassens et Daguerre, peintre, décorateur de théâtre, inventeur du diorama, puis de procédés photographiques (daguerréotype en particulier)

Le vernissage  de l'exposition a  lieu le vendredi 17 juin à 19h.

Du 17 au 29 juin, tous les jours de 11h30 à 20h, jusqu'à 22h les 18, 24 et 25 juin Entrée libre. Galerie du Montparnasse, 55 rue du Montparnasse. M° Montparnasse.

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir).

Contact : "Marie-Lize Gall" <apst-14@live.fr>  ou <contact@apst14-asso.fr>

Pour plus de renseignements sur l 'association et sur les artistes qui en en sont membres http://apst14-asso.fr/

16 août 2010

Un parc près de chez nous

Au-delà de la Porte de Vanves, certes nous ne sommes plus dans le 14e, nous avons traversé la " frontière", et avons mis le pied sur le plus grand arrondissement de Paris : le 15e.

Et là, près de la porte Brancion, le parc Georges Brassens nous offre l'hospitalité. Une hospitalité chargée du passé de ces lieux où le territoire était couvert au 17ème siècle, de vignes.  A la fin du 19e, les lieux étaient occupés par un abattoir  qui recevaient vaches, et autres bétails par la voie du chemin de fer de ceinture tout proche. Jusque dans les années soixante, cet abattoir fonctionna, puis les terrains libérés par sa disparition furent transformés pour le plus grand bien habitants de la périphérie en un jardin de 4,8 hectares qui maintenant offre au promeneur de multiples horizons pour la promenade et la flânerie.

Toutes les allées du parc portent des noms de chansons de "Georges", le poète immortel. Ici, pas de "grand-mare des canards", mais un bassin où rêvent quelques colverts. Il y a aussi à quelques pas, un jardin des senteurs, une vigne de pinot noir qui aurait sans doute attirer notre artiste. Sur une butte, un rûcher a été installé pour faire découvrir aux enfants le travail discret mais efficace des abeilles. A ce propos, tous les ans, une vente de miel est organisée les 3 et 4 octobre . Et pour donner à ce lieu ses lettres de noblesse, ont lieu les 10 et 11 octobre, les "Journées Brassens" qui rendent ainsi à l'artiste un hommage fervent, à travers de nombreuses animations dans tout le parc.

Alors, si vous pouvez consacrer à cet écrin de verdure, quelques instants de visite, n'hésitez pas. Vous rencontrerez peut-être à l'ombre  d'un grand arbre, l'ombre même du "poète", qui vous remerciera en égrénant quelques notes de guitare à votre intention !  Ainsi...

R.R

Le testament

Je serai triste comme un saule

Quand le Dieu qui partout me suit

Me dira, la main sur l’épaule :

« Va-t-en voir là-haut si j’y suis ».

Alors, du ciel et de la terre

Il me faudra faire mon deuil…

Est-il encor debout le chêne

Ou le sapin de mon cercueil ?

Georges Brassens

01 octobre 2009

PASSEZ UNE NUIT BLANCHE DANS LE 14E, samedi 3 octobre !

Samedi 3 octobre, le 14e appartiendra à ceux qui se couchent tard. Dans le cadre de la programmation « off » de la Nuit Blanche, plusieurs rendez-vous attendent les noctambules :

A partir de 19h, un collectif d'artistes transforme le quartier Plaisance - Porte de Vanves en dédale artistique avec :
- de la danse itinérante sur la petite ceinture (rendez-vous sur les ponts enjambant la voie rues Friant, des Plantes, Didot et avenue Jean Moulin.
- Un voyage lunaire audio et vidéo sur le site de Broussais.
- Des jeux de lumières dans le jardin Auguste Renoir (square Auguste Renoir, rue des Mariniers).
- De théâtre et de la vidéo place Maurice Noguès. (Une initiative portée par les conseils de quartier Jean Moulin - Porte d'Orléans et Didot - Porte de Vanves et les collectifs Redessinons Broussais et Malakoff-Paris-Vanves).

De 23h30 à 2h du matin, le Théâtre 14, avenue Marc Sangnier à la Porte de Vanves, accueille Eric Boucher, Gilles Baissette, Emmanuel Depoix et Yves Pignot, pour un tour de chant consacré à la chanson française : Brel, Ferrat, Ferré Brassens, Barbara, Mouloudji....

A partir de 20h. Le conseil de quartier Pernety organise une « Nuit blanche chez Georges », impasse Florimont, une soirée dédiée à Georges Brassens avec projection de photos et musique.

Nuit Blanche 2009

22 juin 2009

Au moulin à Café fin juin 2009

Le Moulin à café : 8, rue Sainte-Léonie - 75014 Paris - Métro Pernety (face au 22, rue Pernety) ou 9 place de la Garenne - Tel. 01.40.44.87.55 - http://moulin.cafe.free.fr/

Débats et projections

Mardi 23 juin : 20h30 : Projection et débat sur la situation du mal-logement en France

Avec, notamment, la participation du Collectif Logement du 14e.

Jeudi 25 juin : « La peau dans tous ses états » à 20h30

Conférence de Elizabeth Vaillant, Naturopathe et sophrologue

La peau dans tous ses états : La peau n'est pas qu'un emballage. Parmi les multiples fonctions qu'elle assure, l'une des moins connues est sa capacité à éliminer les toxines. De ce point de vue, acnés, eczémas, furoncles, psoriasis, urticaires ... deviennent les révélateurs visibles de nos désordres intérieurs.
Comment prévenir les problèmes de peau par les moyens naturels ?

Mardi 30 juin : Projection par l'association Florimont du film « l'engagement des jeunes ».

Difficultés et réussites au cours de leurs parcours à la Mission Locale (portail de ressources pour l'emploi et l'insertion des jeunes).

Les concerts et soirées thématiques du week-end

Mercredi 24 juin : Carte blanche à la chanteuse Deborah Tanguy, ses élèves, ses amis et la nouvelle Chorale Jazz de Kalédoïk qu'elle dirige. Au répertoire de cette dernière : Tokyo Blues, The Preacher, A felicidade, Samba em Preludio, Centerpiece, seasons of love...  Pour mieux connaître Déborah Tanguy : http://www.myspace.com/dtanguy

Vendredi 26 juin : Chantal Grimm et son groupe présente les « Contes du Château Ouvrier » écrits et racontés par les élèves de son atelier d'écriture

Samedi 27 juin : Corinne au chant et Pauline au piano revisitent les chansons de Brassens où « l'amour et la mort » sont présents. Vous pourrez aussi chanter !

Les artistes prennent place et le concert commence vers 20h30 après le repas servi à 19h30. A la fin de la soirée, à 22h, nous faisons tourner un chapeau pour les remercier.

07 avril 2009

Concert, promenade au Jardin atlantique, exposition sur le système solaire, exposition de peintures…

Mardi 7 avril, 20h, Concert « Ravel et les Sortilèges »
Concert des professeurs du conservatoire du 14e : « Ravel et les Sortilèges », musique de chambre, musique vocale, musique pour piano. Entrée libre. Auditorium du conservatoire Darius Milhaud, 26 rue Mouton Duvernet. M° Mouton Duvernet. Bus 38, 28, 58, 68.

Promenade au Jardin Atlantique : Vendredi 10 avril,14h30.
Ce jardin sur dalle, qui couvre la gare Montparnasse, offre un plan original et des plantations variées. Une prouesse. Rendez-vous au terminus du bus 91, Place des Cinqs-Martyrs-du-Lycée-Buffon, entre le boulevard Pasteur et la place de Catalogne. Tarifs : gratuit / 3 € / 6 €.

logo handicap.jpgExposition « Du Soleil à Neptune et au-delà » à la bibliothèque Georges Brassens du 8 au 27 avril.
Mardi et mercredi de 10h à 19h, jeudi et vendredi de 13h à 19h, samedi de 10h à 18h
Dans le cadre de l’année mondiale de l’astronomie, la bibliothèque G. Brassens accueille l’exposition sur le système solaire "Du soleil à Neptune et au-delà" organisée par l’Observatoire de Paris. Entrée libre. Bibliothèque Georges Brassens, 38 rue Gassendi. M° Mouton Duvernet. Tél. : 01 53 90 30 30.

Exposition des peintures de Dominique Rembauville et de Pascale Rivault à la galerie Expression Libre du 15 au 26 avril.
Du mercredi au dimanche de 12h à 19h30, Exposition des peintures de Dominique Rembauville et de Pascale Rivault à la Galerie Expression Libre, 41 rue Hippolyte Maindron. M° Alésia ou Pernety. Entrée libre. Tél. : 01 45 42 36 99. http://artexpressionlibre.free.fr

23 mars 2009

La rue Paul Fort

rue Paul Fort-3670.jpg

Elle n’a rien d’original, cette rue. Deux cent mètres bordés d’immeubles sans caractère. Une impression de solitude, d’abandon presque. Tout en haut, elle fait un coude qui débouche sur une ligne de crête formée par la rue de la Tombe Issoire et la pente versante de la vallée de la Bièvre, qu’empreinte l’avenue Reille. Et pourtant , le fait de porter un nom reconnu de la poésie, lui donne presque le sourire, un côté aimable, une juvénile gaîté que n’aurait pas refusé notre poète.

Paul Fort avec Brassens.jpg

Paul Fort avec Georges Brassens

Paul Fort ? Qui connaît ou se rappelle de ce poète ? Il fut pourtant très prolifique en son temps, fin 19e, début 20e siècle. Qui parle encore de ces « Ballades françaises » parus en 1897 ? L’aisance de son écriture, la prolixité de ses écrits, l’expression quotidienne de l’existence, les sujets éternels que sont l’amour, la mort, la fraternité, le bonheur simple, le rattachent spirituellement à François Villon, Verlaine, Apollinaire. Il fut le compagnon de Jarry, de L.P. Fargue et Francis Jammes.

Sa poétique se résume en une phrase : « il faut être de toutes les écoles avec conviction. Autrement dit, il ne faut être d’aucune ». Bel éloge à la liberté , à la rupture avec les formes académiques de la prosodie classique. Dès 1894, il inaugure le « vers libre », et en 1896/97, une forme nouvelle appelée prose poétique… « Un style pouvant passer au gré de son émotion, de la prose au vers, et du vers à la prose ; la prose rythmée formant la transition. Ainsi la prose rythmée et le vers libre ne deviennent qu’un instrument gradué… » C’est ce que Charles Morice appela : « le langage total ».

Au soir de sa vie, Paul Fort écrivait :

« L’amour aura le dernier mot
Quant à la mort, qu’importe :
Je suis au tombeau. Le rossignol chante »…

Un testament universel dont chacun est un peu le destinataire !

R.Rillot

13 mars 2009

14 et 15 mars : Conférences, lectures, rencontres avec des écrivains, exposition de dessins…

«Les débarquements en France» au musée Jean Moulin
Lecture de contes scientifiques à la bibliothèque Georges Brassens
Rencontre avec l’écrivain mexicain Mario Gonzalez Suarez à la bibliothèque Plaisance
Exposition de dessins sur l’observation du ciel et de l’espace de Donald Grant
« Le livre écarlate » vous invite à rencontrer Pieter Aspe, pour « les Masques de la nuit »
Bal du CASA

Samedi 14 mars, 10h : « Les débarquements en France » au musée Jean Moulin
Conférence de Christine Levisse-Touzé, directrice du Mémorial-Musée et historienne sur « Les débarquements en France ». Entrée libre. Musée Jean Moulin, 23 Allée de la 2e DB, Jardin Atlantique. M° Montparnasse ou Gaîté. Tél. : 01 40 64 39 44.

logo handicap.jpgSamedi 14 mars, 14h30 : lecture de contes scientifiques à la bibliothèque Georges Brassens
Dans le cadre de l’année mondiale de l’astronomie, la bibliothèque G. Brassens organise des lectures de contes scientifiques par Les Atomes Crochus pour les enfants à partir de 7 ans. Bibliothèque Georges Brassens, 38 rue Gassendi. M° Mouton Duvernet. Inscription : 01 53 90 30 30.

logo handicap.jpgSamedi 14 mars, 15 h 30, rencontre avec l’écrivain mexicain Mario Gonzalez Suarez à la bibliothèque Plaisance
La bibliothèque Plaisance à l’heure du Mexique : rencontrez Mario Gonzalez Suarez, auteur Mexicain dont le roman « Les Chiens de l’obscurité » a été traduit en français. Entrée libre. Bibliothèque Plaisance, 5 rue de Ridder. M° Plaisance. Tél. 01 45 41 24 74 - bibliotheque.plaisance@paris.fr

Exposition de dessins sur l’observation du ciel et de l’espace de Donald Grant, jusqu’au 28 mars, à la bibliothèque Georges Brassens
mardi et mercredi de 10h à 19h, jeudi et vendredi de 13h à 19h, samedi de 10h à 18h
Dans le cadre de l’année mondiale de l’astronomie, la bibliothèque G. Brassens présente l’exposition de dessins originaux tirés du livre « J’observe le ciel et l’espace » de Donald Grant. Bibliothèque Georges Brassens, 38 rue Gassendi. M° Mouton Duvernet. Tél. : 01 53 90 30 30.

Dimanche 15 mars, à partir de 11 h, la librairie « Le livre écarlate » vous invite à rencontrer Pieter Aspe, pour « les Masques de la nuit », son 3ème opus des enquêtes du commissaire Van In aux éditions Albin Michel. Librairie « Le livre écarlate », 31 rue du Moulin Vert .Tel-Fax 01 45 42 75 30

logo handicap.jpgBal du CASA : Dimanche 15 mars, 14h30
Tarif : 4 €. Salle des fêtes de la mairie, 26 rue Mouton Duvernet. M° Mouton Duvernet.

 

 

22 janvier 2007

Georges Brassens est bien vivant

Qu'il a-t-il de commun entre un salon de coiffure et le poète George Brassens? Sans doute aucun, et pourtant...

medium_coiffeur-RLosserand409.jpg

Philippe Fagot, coiffeur de son état, au 201 rue Raymond Losserand est le modèle de l'amateur passionné qui a fait déjà revivre à plusieurs reprises le passé du quartier Plaisance, toujours aussi populaire et aussi vivant. Il se passe toujours quelque chose au 201.

Ainsi, la vitrine du salon de coiffure accueille aujourd'hui une exposition de photos relatant les relations privilégiées de Georges Brassens avec son agent artistique, son "homme d'affaires" en quelque sorte : Pierre Onteniente que Georges avait connu en Allemagne durant la guerre, lors d'un séjour "obligatoire" au STO.

La vitrine de Philippe Fagot est à voir, car elle exprime avec force la relation posthume mais vivante entre un habitant amoureux de son quartier et le poète des "bancs publics" qui, ne l'oublions pas, a été l'hôte fidèle du quartier Plaisance, impasse Florimont, et cela pendant de longues années.

L'exposition est visible également sur le site Internet : www.coiffureaumasculin.com

Alors, bonne promenade rue Raymond Losserand, afin que la nostalgie ne soit pas reléguée au rang des musées poussiéreux.

R. Rillot