Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 septembre 2018

L'horticulture au 18ème et 19ème siècle dans le 14ème arrondissement (II) la famille Cels

Notre second volet concernant l'horticulture dans le 14ème arrondissement parlera de la famille Cels, famille célèbre qui au cours du 19ème siècle s'attachera à développer la culture des plantes rares et parfois tropicales.

14ruecels01-JacquesCels.jpgLe premier représentant de cette famille est Jacques Cels, né à Versailles en 1743. Son père est employé au château et le fait entrer en 1759 dans les bureaux de la Ferme générale à Paris. Au bout de deux ans, il prend la recette du port Saint Bernard et celle de la barrière Saint Jacques. Enfant, il aime cultiver les plantes et étend ses connaissances par des visites au jardin du roi proche du port Saint Bernard. Il fait la connaissance de Bernard de Jussieu qui lui fera faire de rapides progrès dans la botanique.(cliquer sur la photo pour agrandir)

A la barrière Saint Jacques, il s'occupe d'un jardin, y construit une petite serre  qui lui permet de démarrer les premières collections de plantes étrangères, rares à cette époque.

La barrière Saint Jacques étant absorbée par la barrière d'Enfer, il loue alors un terrain de trois arpents à l'emplacement de l'actuelle rue Cels, au sud-ouest du cimetière Montparnasse. Il y transporte ses collections. 

A la Révolution, Cels perd sa charge du fait de la suppression des impôts indirects. IL se reconvertit alors dans la culture et le commerce des plantes. La clientèle de Cels est principalement faite de personnes aisées, obligées de se retirer à la campagne par suite des événements de la Révolution. En dépit de l'accusation d'un vol subi dans sa caisse (les barrières d'octroi avaient été pillées en 1789), Cels, avec ténacité et force morale, sauvegarde son jardin. pour en faire un important établissement horticole. (Photo: Impasse Cels dans le 14e)

P1260655_Paris_XIV_impasse_Cels_rwk.jpg

Cels désirant quitter les terrains qu'il loue se propose de s'installer sur les jardins du Val de Grâce et de ses dépendances, mais aucun accord n'étant en vue, il se voit obligé de transporter son établissement dans la plaine de Montrouge en un point situé chemin de Vanves (rue Raymond Losserand) et avenue du Maine. Une riche pépinière d'arbres et d'arbrisseaux d'ornements et fruitiers y prospère, ainsi qu'un jardin garni de serres, de couches et de plates-bandes. (A suivre).

- Documentation extraite du n°44 de la revue de la SHA du 14ème.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.