Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 novembre 2019

Annonces diocésaines

paroisse saint albert-le- grand

UNE ÉCOLE D’ORAISON EN DOYENNÉ ALÉSIA-PLAISANCE
« Je ne sais pas prier ».
Qui parmi nous ne s’est-il -elle- jamais fait cette réflexion ? Se laisser enseigner sur la prière d’oraison, ce cœur à cœur avec Dieu, en écoutant des enseignements, en recevant des témoignages, et aussi en priant ensemble, c’est ce que propose l’Ecole d’oraison. Conçue sous la forme de six soirées, nous la vivrons sur le chemin qui nous mènera à Noël, en commençant un peu avant le temps de l’Avent. Le principe de ce parcours suppose de participer à l’ensemble des six soirées. Une belle occasion, en allant prier les uns chez les autres dans le Doyenné, de prier aussi les uns, de tel quartier, avec les autres, de tel autre quartier.

Réservez donc dès maintenant les soirées concernées, qui commenceront à 19h30 :
- jeudi 14 novembre à Notre-Dame du Rosaire
- jeudi 21 novembre à Notre-Dame du Travail
- jeudi 28 novembre à Saint-Dominique
- jeudi 5 décembre au Sacré-Cœur de Gentilly (Cité universitaire)
- jeudi 12 décembre à Saint-Pierre de Montrouge
- jeudi 19 décembre à Notre-Dame du Rosaire.

Diacres - Nomination

M. Patrick-Charles FRANQUEVILLE, diacre permanent du diocèse de Paris à la paroisse St Pierre de Montrouge (14è) dans le doyenné Alésia-Plaisance, est nommé de nouveau diacre permanent à la paroisse St Pierre de Montrouge, et est nommé délégué aux maisons de retraite et EHPAD catholiques

Opération “Dessine-moi Notre-Dame”

Le 15 octobre 2019, Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, a lancé un appel à tous les enfants en France et partout dans le monde

 « Notre réflexion aujourd’hui vous concerne car vous serez, demain, les jeunes et les adultes qui viendrez à Notre-Dame de Paris restaurée, et dont les portes vous seront grandes ouvertes. »

 Il propose aux enfants de faire un dessin sur le thème : “Dessinez Notre-Dame : l’église que vous connaissez ou l’église que vous imaginez”Ces dessins seront sélectionnés et imprimés sur les bâches du chantier au moment du premier anniversaire de l’incendie le 15 avril 2020. Certains pourraient aussi faire l’objet d’un ouvrage publié à cette occasion.

Les dessins sont à envoyer avant le 1er mars 2020 à l’adresse :

Opération “Dessine-moi Notre-Dame”
10 rue du Cloître Notre-Dame
75004 Paris 

Mgr Aupetit secoue les parlementaires dans une homélie choc 

Alors que la loi de bioéthique venait d’être votée à l’Assemblée nationale, Mgr Michel Aupetit a célébré la messe annuelle des parlementaires à la basilique Sainte-Clotilde, à deux pas de l’Assemblée, mardi 15 octobre. Devant plusieurs élus de la République, l’archevêque de Paris a exprimé un souhait : « Nous avons la science puissions-nous avoir la sagesse »

Lire la suite

La grande histoire de Montrouge et du Petit Montrouge (chapitre 3)

La plaine de Montrouge présentait de nombreux moulins à vent. On peut citer du côté de Vaugirard le moulin de Beurre, le moulin de la Vierge, le moulin des Trois Cornets, de la Tour de Vanves et des Frères de la Charité, dont subsiste la tour au cimetière Montparnasse. Aux abords de l'Observatoire, on note le moulin Sans - Soucy et à l'entrée de la nouvelle route d'Orléans (Général Leclerc aujourd'hui), le moulin des Charbonniers. A l'angle de la rue Ducouédic, on trouvait le moulin du Fort-Vestu, le moulin de la Citadelle rue Sophie Germain ; le moulin Neuf au fond de l'impassa Cœur de Vey ; le moulin des Bondons (entre la rue Thibaud et l'église actuelle), le moulin de Ficherolles sur le fief de la Tombe Issoire ; le moulin de Montsouris situé à l'angle de la rue de la Tombe Issoire et de la Voie Verte (rue du Père Corentin) ; le moulin Noir à la hauteur de la rue Saint Yves.

En résumé, plus de quarante moulins fonctionnaient sur le territoire du Petit Montrouge.

On comptait aussi à Montrouge quelques propriétaires domaniaux outre les seigneurs du lieu qui y avaient un château. Ainsi : Robert de Montrouge, feudataire de Philippe Auguste ; Charles de l'Aubépine, sire de Châteauneuf, garde des Sceaux de France de 1643 à 1663 ; Nicolas-François Fillion de Villlemur, garde du Trésor Royal en 1749 et enfin la comtesse de Guerchy, veuve de Louis-François de Régnier, marquis de Nangis. On l'appelait la Dame de Montrouge. Chez elle, s'est réunit la première Assemblée municipale le 4 mars 1788.

L'entrée du château seigneurial était située sur l'emplacement de l'église actuelle, elle-même construite en 1938 sur l'ancien site de la précédente église. Signalons que sur l'emplacement actuel de la mairie, le duc de la Vallière s'était fait construire une résidence princière. (à suivre)