Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 août 2017

Giacometti et le 14ème

 Giacometti la rue d'unsel livre de Tahar Ben Jalloun.jpg      Le 14ème a toujours été un des lieux parisiens  recherchés par de nombreux artistes qui y ont élu domicile dans le passé. Ainsi, du célèbre sculpteur d’origine suisse : Giacometti, qui  vécut au 46bis rue Hippolyte Maindron de 1927 jusqu’à la fin de sa vie.              

Tahar Ben Jelloun, écrivain d’origine marocaine, il est né à Fès, a écrit un ouvrage riche de par son analyse  très documentée sur l’enquête minutieuse qu’il fit à propos de l’atelier du sculpteur. Il parle de la solitude de l’artiste, de son dénuement présent dans l’atelier poussiéreux, « tout juste plus grand qu’une tombe ».   Il poursuit : « Giacometti s’était installé dans l’ombre de la nuit, cette nuit qui le menait vers l’essentiel, son œuvre est de cette nuit, de ces ombres, de cet hiver de l’humanité ». L’atelier de Giacometti était un « habitat réduit à une manière de minimum vital ».              

On pourrait multiplier à loisir les citations proposées par ce livre. Elles dépeignent avec une grande finesse d’intuition, l’univers secret et passionné d’Alberto. A ce titre, Tahar Ben Jelloun réussit la résurrection d’un sculpteur qui aura marqué son époque avec la fulgurance de la passion, nourrie par le feu de la solitude, la recherche d’une vérité cachée, mais exigeante, toujours éclairée par le mystère de l’invisible. 

-Giacometti, la rue d’un seul, visite fantôme de l’atelier – Ed. Folio.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.