Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 juillet 2021

Vincent Thiallier, nouveau curé de Notre-Dame du Rosaire

Vincent Tiallier.jpgVincent Thiallier, nouveau curé, dans la confiance 

Nouveau curé de N.-D.-du-Rosaire, le P. Vincent Thiallier remet les deux pieds dans la vie paroissiale, après avoir été missionné, tout en étant vicaire à la paroisse St-Séverin, à la pastorale diocésaine des vocations et dans l'accompagnement des séminaristes. 

"Content de retrouver le terrain paroissial ! " C'est la réaction du P. Vincent Thiallier, en prenant bientôt la charge de N.-D.-du-Rosaire (14ème)


Par Laurence Faure

"Depuis 2016, vicaire à St-Séverin (5ème), il a été délégué au Service des vocations du diocèse jusqu'en 2019, puis membre de ce même service, mais aussi adjoint à la Maison Saint-Bernard du Séminaire de Paris. S'il fut auparavant envoyé deux années en mission à Bruxelles (Belgique) comme adjoint à l'ancienne maison du Séminaire de Paris implantée là-bas, le sympathique prêtre de 47 ans explique avoir toujours « envisagé la question du sacerdoce à partir de la vie paroissiale ». Après avoir grandi en Auvergne, « c'est le ministère du prêtre au cœur d'une paroisse » qui l'interpella comme étudiant à Paris. D'où sa joie d'effectuer un premier ministère de huit ans, après son ordination en 2006, comme vicaire à l’Immaculée-Conception (12ème). Son « fil rouge » ? « Le catéchisme, répond le P. Thiallier sans hésiter. J'ai toujours trouvé stimulant d'adapter le mystère de notre foi au langage des enfants, public exigeant par ailleurs ! Cela a été un lieu de croissance personnelle et dans mon ministère, qui m'a aidé par exemple, dans la prédication, pour mes homélies. » Désormais, il aborde sa prochaine charge de curé avec « une reconnaissance pour la confiance qui lui est faite » ; avec une forme « d'impatience », aussi, « curieux de rencontrer et de connaître les paroissiens ». « Un nouveau métier à apprendre », en somme, « avec les fidèles », tant concernant « la responsabilité administrative de la paroisse que la responsabilité pastorale ». Dès le Séminaire, celui qui a appris à aimer Paris à travers ses églises et ses chapelles cachées, aimait parcourir la capitale à la recherche de ses clochers. « En bon étudiant d'histoire de l'art... », précise l'ancien élève de l'École du Louvre, qui, entre 2014 et 2016, a aussi rédigé un mémoire sur l'architecture des églises post-Vatican II, dans le cadre d'une licence canonique. 
Une chapelle insolite à conseiller ? « La chapelle St-Yves de la Cité du souvenir (14ème), peinte de fresques de Georges Desvallières. Un lieu très touchant. » 
À côté de sa charge de curé, le P. Thiallier gardera un pied au sein du Service des vocations, pour accueillir des candidats à la prêtrise, issus de tous horizons. Une mission « décisive et délicate », un peu comme du travail de « haute-couture » sur de la « dentelle », comme il aime décrire le travail de discernement effectué avec ces candidats, à partir de leurs parcours respectifs, faits de richesses, de souffrances et de fragilités. « On voit la manière dont Dieu appelle, constate le P. Thiallier, dans le secret d'un chemin très personnel. » Comme accompagnateur spirituel, il en est témoin, c'est « la grâce de Dieu qui nous fait avancer ». Et de conclure : « Je suis édifié par les candidats ou les futurs prêtres que je peux accompagner. Dans la manière dont ils sont disponibles à ce que le Seigneur peut vouloir pour eux... dans leur façon de prier, d'aimer le Bon Dieu et l'Église ! »

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.