Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 juin 2022

Jean-Paul Vauquelin, une voix en Or à l’Opéra de Paris

Jean-Paul VAUQUELIN, une voix en Or à l’Opéra de Paris.

Une famille de mélomanes dans le 14e.

Une passion devenue profession.

Le baryton de l’Opéra de Paris, Jean-Paul Vauquelin est une figure marquante et fort respectée du 14e arrondissement, où ses cours et représentations musicales attirent amateurs et professionnels. Depuis plus de dix ans, comme cette année encore le 25 juin, il offre le « concert de fin de saison » de ses disciples » à la Maison du Cambodge de la Cite Universitaire. Les élèves se succèdent, certains peuvent rayonner à leur tour en quelques villes de France.

Leur maître chanta à Lyon, Nice, Rouen, Mulhouse, Dijon, Reims, et hors de France, souvent en premier rôleJ.P Vauquelin(huile sur toile) Portrait dans le rôle Mercutio corrigée.jpg aux côtés des célébrités d’opéras et opérettes, ou à l’improviste en doublure, sous la direction de grands chefs d’orchestre, tel Georges Prêtre. C’est dire la reconnaissance du talent de Jean-Paul Vauquelin, tout d’abord par Aimée Mortimer dans son émission TV. L’Ecole des Vedettes, puis par ses pairs qui lui ont confié tant de rôles. Outre ses tournées professionnelles, ouvert aux autres et animé par l’esprit de partage, il met son impressionnant répertoire à la disposition de sa petite ville solognote  d’adoption, Ouzouer, dont le bulletin municipal s’en fait l’écho, et à celle du 14e arrondissement.

Il y habite avec sa famille depuis 1959.  Chacun connaît son association lyrique du 14e, généreuse initiative qu’il dirige bénévolement, permettant à une soixantaine de chanteurs amateurs de s’exprimer en soliste lors d’un concert, ou d’un Opéra comique complet. Il les offre en divers lieux et en présence des élus, pour les Anciens à la mairie, à la Salle Magnin du HLM social rue Raymond Losserand, Chapelle de la Gare Montparnasse, hall de l’Opéra Garnier lors du 11 novembre en tant que président National des Anciens Combattants lyriques, trois fois par an à la Cité Universitaire, pavillon du Cambodge.

Il organise des stages de chant et de mise en scène à Aix en Provence, également mise en scène de La Belle Hélène et de Fidelio à Vaison- la- Romaine.

Récipiendaire des Prix de pédagogie du chant, et d’escrime, Jean-Paul confie être « passionné de pédagogie, celle du chant lyrique exercé au Conservatoire privé Candéla durant 30 ans dans le 14e, également  professeur de chant au Conservatoire Municipal durant 25 ans, j’exerce toujours en individuel et en privé à l’âge de 90 ans ».


Famille Vauquelin, « tout pour la musique ».

Quel magnifique parcours pour ce jeune homme 1er Prix de chant et 1ère Médaille de solfège, né en 1931, admis à l’âge de 23 ans au très sérieux Conservatoire National Supérieur de Paris, alors que ses brillantes études littéraires en philologie et grammaire l’auraient destiné à une carrière universitaire.

Honoré de La Croix de la Valeur militaire, Chevalier de l’Ordre national du Mérite, Médaille d’Or de la Ville de Paris, Médaille du Souvenir Français, nanti de multiples 1er Prix et reconnaissances officielles, le Maître avoue que sa plus belle récompense est celle de sa famille créée avec sa jeune épouse de 17 ans et demi, dès 1957. Leurs passions respectives se complétant en permanence, Jean-Paul Vauquelin n’avait-il pas reçu le Prix de l’Amour du Chant ?

Artiste-peintre travaillant particulièrement sur les vues du 14e, ses bâtiments, théâtres, animation des quartiers, adhérente de l’APST-14, pour laquelle le baryton offrait son instant musical lors des vernissages, Claire l’a suivi durant chacun de ses déplacements. Elle y a confectionné ses premiers costumes de scène,  réalisé son portrait et divers croquis.

Elle s’adresse à Jean- Paul en 2006 dans son discours Salle Magnin, « […] merci également de m’avoir fait vivre 18 jours avec Maria Callas pour les enregistrements de « Carmen » et de » La Belle Hélène » avec Jane Rhodes et Roberto Benzi. » ( Firme EMI et disque Philips ). Elle a pu le suivre régulièrement lors des  retransmissions hebdomadaires de la troupe lyrique de la RTF (puis ORTF) où il était J.p Vauquelin(rôle de Suif(HopSignor ) Manuel Rosenthal.jpginvité.J.P Vauquelin rôle de Valentin (Faust)1961.jpg 

Dans leurs voyages, ils furent parfois accompagnés de leurs trois filles, Isabelle violoniste dans l’orchestre Ile-de-France, Sandrine la ballerine, Mariella la chanteuse notamment au concert de Luciano Pavarotti.

Elles étaient fières de découvrir le nom de leur père associé à une centaine de rôles, en un vaste répertoire, Tosca, Roméo et Juliette, Faust, Rigoletto, les Noces de Jeannette etc… incarnant les jeunes séducteurs, « les premiers comiques », un marquis, un abbé, l’oncle Tchang du Pays du Sourire ».

Gardons ce sourire pour la prochaine écoute musicale offerte par le Maître Jean-Paul Vauquelin.

 

 

Concert des disciples de Jean-Paul VAUQUELIN

« De Lopez à Verdi »

Samedi 25 juin 2022 - 17h30

( Entrée gratuite )

Cité Universitaire - Pavillon du Cambodge

 

Marie-Lize Gall

 Présidente de l’Association

Peintres et Sculpteurs Témoins du 14e arrondissement

Photos

1) Portrait de J.P Vauquelin (huile sur toile) Rôle de Mercutio (Roméo et Juliette)

2) J.P Vauquelin rôle de Valentin (Faust) 1961

3) J.P.Vauquelin (rôle de Suif (HopSignor ) Manuel Rosenthal

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.