Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 avril 2012

Sainte Anne, dernier chef d'oeuvre de Leonard de Vinci

sainte anne,leomard de vinci,louvre,vierge marie,marie,jesusC'est le titre de l'exposition consacrée par le Louvre à cette dernière oeuvre du gran peintre. Pendant près de 20 ans, de 1500 à 1519, date de la mort de Leonard de Vinci en france, celui-ci va travailler à la conception de ce chef d'oeuvre, qu'il laissera inchevé.

Le tableau a fait l'objet d'une importante et très soigneuse restauration, illustrée dans l'exposstion. On y comprend l'enjeu d'un tel travail, dans lequel l'erreur est interdite. Celle-ci a mis en oeuvre les techniques les plus raffinées, faisant réapparaître les couleurs vives qui s’étaient assombries avec le temps et certains détails devenus invisibles. Pour ne pas aller trop loin, on a disposé des couches intermédiaires destinées à permettre un possible retour en arrière.

L'exposition montre tout le travail préparatoire. Elle rassemble tous les documents permettant de comprendre la genèse et l’influence extraordinaire de ce chef-d’oeuvre : archives, études de composition, dessins préparatoires et copies d’époque reproduisant des versions transitoires de ce même tableau.

On y voit comment une oeuvre majeure inspire avant même sa réalisation, et est ensuite, imitée, copiée, vulgarisée.

A voir absolument. Voir la video sur cette expo par le musée du Louvre

A.C.

Jusqu'au 25 juin. Tous les jours, sauf mardi, de 9 heures à 17 h 45, mercredi et vendredi jusqu'à 21 h 45, samedi et dimanche jusqu'à 19 h 45. Entrée 11 €. Gratuit pour les moins de 18 ans.

15 janvier 2012

Entre Bièvre et Montsouris : les Franciscaines Missionnaires de Marie ( IV )

Les murs étroits de la Salle d’œuvre recevaient des centaines d’adolescentes venues chercher principes d’épanouissement et de vie laborieuse. Chaque jour, des sœurs partaient vers les rives de la Bièvre pour y rencontrer familles démunies, vieillards, handicapés, malades, mourants. L’humble salle a vu de nombreuses dames bénévoles partager avec un grand dévouement et générosité, le travail socio-éducatif des religieuses.

Mais dans le grenier-dortoir, on vit aussi fonctionner une vieille machine typographique à bras, ancêtre d’une imprimerie qui se développera dans une nouvelle maison de l’Institut à Vanves. Des ébauches de divers artisanats eurent lieu : lithographie, photographie, maroquinerie, broderie, peinture, toutes branches qui devaient pendre leur essor à l’impasse Reille, beaucoup plus tard.

Construction 7, impasse Reille (1894 – 1896)   

Les pourparlers pour un changement de local marchaient bon train. Le 29 juin 1894, l’achat d’un terrain clos de murs eut lieu au 7 de l’impasse Reille. Le 1er novembre 1895, l’agrandissement du côté du «  petit bois » et de l’avenue Reille fut confirmé. Le 23 du même mois, l’autorisation de construire sur le terrain en culture maraîchère prit acte, terrain où l’existence d’anciennes carrières souterraines était connue. L’aménagement des lieux se fit peu à peu. La construction de la grande chapelle dura de 1910 à 1914. En 1896, le transfert des œuvres de la rue de l’Ebre s’effectua dans les nouveaux locaux de l’impasse Reille. En 1898, diverses œuvres fonctionnaient et peuvent se résumer comme suit

- Une Ecole Primaire comprenant deux classes : une pour le C.E.P, une autre regroupant 65 élèves de 7 à 13 ans.
- Une école enfantine de 100 à 150 élèves avec une manécanterie.
- Une Maternelle – plutôt garderie - , pour 40 enfants de 2 à 4 ans.
- L’Ecole professionnelle où étaient enseignées la coupe et la couture.
-Le Patronage florissant, rendait à la population du quartier des services très appréciés.
- Une colonie de vacances en Seine-et-Marne accueillait par roulement, une quarantaine d’enfants pour une période de trois semaines à un mois.

Dans ce quartier pauvre de la Glacière, deux sœurs faisaient le travail d’Assistantes Sociales. Il faut noter que les Sœurs de Paris, loin de se replier sur elles-mêmes, préparaient les départs pour l’Inde, la Birmanie, le Japon, les léproseries de Madagascar, attendant des nouvelles du Chensi, ravagé par la famine et la peste… L’adoration du Saint Sacrement était un point essentiel de leur Règle de vie.

N.D.L.R   Documentation extraite du N° 21 de la S.H.A du 14e

18 mai 2011

Journées d’amitié et d’entraide à la Maison Marie-Thérèse, 21-22 mai

Ces journées de partage, de jeux, à vivre en famille et entre amis dans un parc historique, sont l’occasion de témoigner notre reconnaissance à ceux dont la vie est donnée au Christ et à son Église.. Comptoirs, jeux pour les enfants, brocante, salon de thé... les samedi 21 et dimanche 22 mai 2011 de 11h à 18h.

MaisonMT2.jpgAnimation par les résidents :spectacle autour des fables de la Fontaine ; les plus jeunes pourront se distraire au chamboule-tout, guignol, magie, pêche à la ligne …

Comptoirs : brocante, chapeaux, bijoux, farfouille, livres, épicerie fine et vins, linge ancien, compositions florales et plantes, salon de thé...

Visite guidées et expositions, Tombola

Dimanche 22 mai :
 Messe animée par la Schola Saint-Martin
Déjeuner (sur réservation) en deux services : 12h ou 13h. Au choix: paëlla ou plateau froid.

En 1816, Mme de Chateaubriand fonde, rue d'Enfer, actuelle avenue Denfert-Rochereau, sous le patronage de Marie-Thérèse, duchesse d'Angoulême, fille de Louis XVI, une maison de retraite à usage des dames nécessiteuses de la bonne société et des vieux prêtres malades. Chateaubriand vivra là de 1826 à 1838.
Aujourd'hui, les bâtiments anciens subsistent, au milieu des jardins, tels qu'ils étaient à l'origine.

MaisonMTherese.jpgLe bénéfice de ces journées est destiné au financement du service d’entraide des prêtres et des religieux des quatre diocèses, à l’aménagement du cadre de vie des prêtres âgés en résidence à la maison Marie-Thérèse, à l’amélioration de l’accueil des prêtres étudiants étrangers.

Dons à l’ordre de : Les Amis de Marie-Thérèse,  277 bd Raspail , 75014 Paris

Maison Marie-Thérèse. Entrée par 92 av. Denfert-Rochereau  75014 Paris