Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 décembre 2016

Une histoire du 14ème (V)

Nous continuons notre découverte à travers l’histoire du territoire du Petit Montrouge et de Montparnasse. De nombreux ateliers d’artistes s’établiront dans l’arrondissement.

Depuis son ouverture en 1824, le cimetière du Sud dit du Montparnasse avait attiré un genre d’artistes spécialisés dans les monuments funéraires. Vinrent également des sculpteurs,  des bâtisseurs de chapelles mortuaires, ainsi que des tailleurs de pierres. 

Dans le quartier de la Santé dont le nom rappelle celui de l’hôpital du même nom, on était sur un territoire hybride, partagé entre petites exploitations maraîchères, terrains incultes, petits champs producteurs de céréales, attestés par des voies comme celles de «  la Longue Avoine », des fermes agonisantes datant de Louis XIII et que Victor Hugo a évoqué dans Les Misérables sous le nom de  « Champ de l’Alouette ».On doit signaler une  ancienne exploitation d’extraction de matériaux intitulée depuis le XVIIIème siècle : « la Fosse aux Lions », car des montreurs d’animaux venus d’Italie et d’Espagne y campaient, tout en donnant des spectacles de combats sanglants entre leurs bêtes. On s’évertua à remblayer cette cuvette mais elle fut remplacée peu à peu par des chiffonniers qui en firent leur quartier général, s’y maintenant jusque vers 1870.

Un autre espace existait au sud, là où se trouve le Parc Montsouris, où fut progressivement aménagé ce dernier. Il s’agissait d’un ancien gisement épuisé de matériaux de construction. Alentour, quelques hôtels particuliers apparaîtront. (à suivre).  - 

Documentation extraite du N. 29 de la S.H.A du 14e

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.