Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 février 2018

Chez le fleuriste du coin, en cette fête de la Saint Valentin

- Bonjour, je voudrais un bouquet de roses, mais sans les épines, sans la couleur et sans l’odeur. 

La fleuriste, embarrassée, répondit à l’étrange client :

- Je regrette Monsieur, mais nous vendons le bouquet entier.

- C’est que… ça me ferait moins cher… Et puis, c’est trop d’un coup. La surabondance vous comprenez… Je crains que ça étouffe ma fiancée.  N’est-ce pas, je préfère procéder par étapes.

- Nous ne décomposons pas… Vous devriez peut-être offrir des play-mobile. Une année un personnage, l’autre les murs de la maison, puis le toit, les meubles, le jardin, l’arrosoir, le vase…

- Oui, bonne idée… Mais j’avais l’intention d’offrir des fleurs… cependant pas tout d’un coup.

- L’intention, vous dites ? Ah… mais j’ai ce qu’il vous faut, s’exclama la fleuriste. Nous avons justement cette année, puisque les gens sont fauchés …  nous proposons pour un euro une petite carte avec en photo le bouquet de votre choix.

-Parfait ! Voyons…. Laquelle choisir ? Oh, celle-ci me convient. Il n’y pas même pas d’image de fleurs. C’est encore plus sobre. Juste le descriptif bien détaillé. Bien expliqué. Au pays de Descartes, vous comprenez, une carte à la fois… Je plaisante ! Ma femme sera à la fois touchée et épargnée de cette… profusion.

Ce fut mon tour.

- Et pour vous, Monsieur ?

- Je voudrais tout le magasin… Enfin, ce que vous êtes : sourires, parfums, couleurs, tiges, épines, intention,  terre et  ciel, compris : votre création  dans son unité !

- D’accord, Monsieur. Oui, je vois que vous aimez votre femme. Je livre à quelle adresse ?

- Eglise Saint Pierre de Montrouge, juste en face.

Michel Cauchard

06:20 Publié dans 1- Edito | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.