Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 juillet 2019

Le P. Cyril Gordien arrive à St Dominique

Gordien.jpgChargé d'âmes

Après avoir été vicaire six ans durant à N.-D.-de-l’Assomption de Passy (16e), le P. Cyril Gordien a été nommé curé de St-Dominique.

Une première mission de pasteur pour celui qui souhaite : "faire de sa paroisse un lieu où tous peuvent venir s'abreuver."

Article Paris Notre Dame


Le P. Cyril Gordien fait partie de ces jeunes prêtres bien dans leur  époque et bien dans leurs baskets (qu'il ne porte pas) dont le diocèse de Paris est riche. Présent sur les réseaux sociaux et dans les médias, il maîtrise parfaitement les codes de sa génération. De prime abord, les cheveux courts, les petites lunettes fines et une allure réservée lui donnent un petit air austère, bien vite balayé par un sourire et un rire chaleureux. Vicaire à N.-D.-de-l'Assomption de Passy (16e) depuis 2013, après avoir été chapelain adjoint à la chapelle N.-D. du Saint-Sacrement (16e), et vicaire à Ste-Jeanne-de-Chantal (16e), il quitte aujourd'hui ce 16e arrondissement pour devenir curé de St-Dominique. Né à Tours (Indre-et-Loire) le 30 avril 1974, ville où son père, chirurgien, terminait son internat, issu d'une fratrie de cinq frères, puis élevé à Mont-de-Marsan, il grandit dans les Landes « au milieu des forêts » et garde, de cette enfance, un souvenir heureux. Après une "prépa" à Bordeaux (Gironde), il intègre une école d'ingénieurs à Paris. Logé chez son grand-père, Porte d'Orléans, le voilà désormais parisien. « À cette époque, je ne pensais pas particulièrement à devenir prêtre, le mariage était une option que j'avais aussi en tête. » C'est lors d'une retraite qu'il ressent pour la première fois un appel pressant à s'engager dans le sacerdoce. « En regardant ma vie passée, en y voyant les signes que la Providence avait laissés, j'ai compris que Dieu avait un dessein pour moi.» Il achève ses études d'ingénieur avant d'intégrer l'année de propédeutique de la Maison Saint-Augustin. Nous sommes en 1998. S'ensuivent trois ans d'études au Séminaire de Paris, puis quatre années à Bruxelles (Belgique), à Notre-Dame de la Strada, dont il garde des liens d'amitié qui perdurent aujourd'hui. Après avoir été ordonné en 2005, il effectue sa première mission loin de la France, au Liban. Logé chez des frères carmes à Beyrouth, il mène plusieurs apostolats, s'occupant de jeunes handicapés, accompagnant des jeunes au sein d'un Point cœur, enseignant le catéchisme dans des écoles publiques et privées. Aujourd'hui, il se prépare donc à devenir curé de St-Dominique. Une mission qu'il accueille avec gravité et beaucoup de joie. « La première chose que j'ai faite après avoir appris ma nomination a été de me mettre à genoux pour prier pour mes futurs paroissiens et pour moi ! À ce moment-là, j'ai vraiment ressenti le poids de la charge de ces âmes qui m'étaient confiées. Une charge impossible à porter sans la grâce de Dieu. » Ce qui lui tient à cœur dans sa nouvelle mission ? « Que mes paroissiens soient heureux de venir à la messe. Qu'ils en repartent nourris, fortifiés pour la semaine qui vient. J'aime l'image de la paroisse qu'en donnait Paul VI, celle d'une fontaine au milieu du village. Tout le monde doit pouvoir venir y boire et en repartir désaltéré. »

Extrait de Paris-Notre Dame

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.