Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 juillet 2019

Le P. Thierry de Lesquen arrive à St Albert le Grand

Thierry de Lesquen.png« Viens, suis-moi »

Organisé et actif, l'aumônier général de Saint-Jean de Passy (l6e) s'apprête à devenir curé de St-Albert-le-Grand

Paris Notre Dame 


En ce milieu d'après-midi de juillet, alors que le soleil brûlant blanchit les façades, une fine brise agite le bureau de l'aumônier de Saint-Jean de Passy. À un angle de la cour intérieure, derrière une porte vitrée ancienne bordée de roses écarlates, le P. Thierry de Lesquen prépare son départ. Quelques cartons emplissent déjà l'espace. « Je suis en train de travailler au futur site internet de la paroisse », annonce l'aumônier général qui n'a pas attendu septembre pour prendre les devants. Avec une poignée d'anciens élèves du lycée, ils ont prévu de repeindre des salles de St-Albert afin d'y aménager un bureau pour le vicaire et pour le curé. À 46 ans, leste, vif et plein d'espérance, il souhaite mettre cet esprit d'initiative au service de sa première paroisse et de ses habitants. « J'ai toujours essayé, là où je me suis engagé, d'être fidèle à ma vocation de prophète », assure-t-il, l'œil ardent. Autour d'une table basse entourée de sièges profonds et disparates, qui invitent à la discussion, le P. de Lesquen a commencé à retirer les photos de groupes imprimées qui recouvrent les murs : rassemblements divers à la campagne, retraites, voyages au ski, pèlerinages à Rome, Lourdes ou Jérusalem... En trois ans, le P. de Lesquen n'a pas chômé. L'esprit agile, il a beaucoup appris auprès des plus jeunes : « Si l'on n'arrive pas à rejoindre la personne dans ce qu'elle vit, on est inaudible. » Et de poursuivre, en jouant avec une petite boule de gomme adhésive qui a servi à accrocher les photos : « Aujourd'hui, la liberté est tellement exaltée. Il faut toujours entendre que ce que l'on propose n'est pas imposé mais proposé. » Un état d'esprit général avec lequel l'ancien vicaire de St-Jean-Baptiste de Belleville (19ème), rompu aux missions de rue, entre autres, a appris à composer pendant cinq ans. « Quand on est vicaire, on n'est pas en première ligne, c'est assez confortable. Un curé est fait pour conduire, être pasteur. On est nommé pour cela », témoigne-t-il. Conduire tout en suivant soi-même. À 28 ans, alors jeune ingénieur en électricité, il entend l'appel de Jésus au cours d'une adoration à la Communauté Saint-Jean à Rimont (Saône-et-Loire) : « J'ai entendu le Seigneur s'adresser à moi et me dire : "Viens, suis-moi." Je ne pouvais pas envisager de ne pas dire "oui". » Doué d'une grande liberté, ce proche de l'Arche entend bien vivre sa première charge de curé en ayant le souci de tous, à savoir, comme il le dit lui- même : « Ceux qui sont là et ceux qui ne le sont pas encore. »

 Extrait de Paris- Notre Dame

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.