Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 novembre 2019

La grande histoire de Montrouge et du Petit Montrouge (chapitre 2)

Nous poursuivons l'histoire de Montrouge en évoquant la création par les moines de Saint Guillaume d'un bâtiment ouvert en 1258 à l'endroit où s'élevait l'église paroissiale. Ces moines avaient sollicité cette faveur auprès de Boniface VIII afin de permettre à leurs jeunes théologiens de fréquenter les cours de la célèbre université de Paris. Ainsi la rue des Guillemites a perpétué leur souvenir à Paris. 

La chapelle des moines de Saint Guillaume fut consacrée aux sept Machabées, martyrs par leur refus d'apostasier la loi de Moïse, en l'an 68 avant notre ère et dont les Guillemites possédaient quelques reliques. Cette chapelle, restaurée en 1685 subsista jusqu'à la Révolution, puis vendue comme Bien National. Sous la Restauration, elle fit retour à ses possesseurs légitimes. L'entrée principale était sur la route d'Orléans au numéro 16. Un magnifique parc pouvait être encore admiré au début du 19ème siècle. 

La Compagnie de Jésus eut à Montrouge, dès 1668, une résidence pourvue d'une chapelle et put en jouir jusqu'à la tourmente révolutionnaire. Puis, sous la Restauration, la Compagnie  rentra dans ses biens. L'entrée de la résidence était au 50 de la route d'Orléans. 

Enfin, les Religieuses Cordelières de la paroisse saint Marcel possédaient un fief à l'angle de l'avenue actuelle de Châtillon (aujourd'hui Jean Moulin). Ce fief s'étendait jusqu'à la rue des Bœufs (actuelle rue du Moulin Vert) avant que ne fut tracée la rue d'Alésia, qui sépara leur propriété en deux parties.  (à suivre).

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.