Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 octobre 2013

Cie Bouche à Bouche : spectacles déambulatoires 19 Octobre, 17h et 26 octobre, 17h30

maison des associations 22 rue deparcieux,compagnie bouche à bouche

( cliquez sur l'image pour la voir en entier)

1) Spectacle déambulatoire le 19 octobre à 17h : Rendez-vous à la Maison des Associations du 14e, 22 Rue Deparcieux – 75014 Paris

-Dans le cadre des Journées Portes Ouvertes de l’Habitat Participatif en France avec l’association HESPère 21
-À l’issue de l’exposition consacrée à la coopérative d’habitants de l’écoquartier Saint Vincent de Paul qui se tiendra à la Maison des Associations du 14e, nous vous embarquerons à la découverte des lieux pour une déambulation artistique entre la Maison des Associations et l’Hôpital désaffecté de Saint Vincent de Paul, site du futur écoquartier

La Cie Bouche à Bouche proposera un questionnement clownesque sur la vie, sur la vie du bâti : Faut-il mourir pour mieux renaître ?

2) Une semaine de résidence et d’actions artistiques entre Porte Brancion et Porte de Vanves du 21 au 26 octobre
 
Spectacle Déambulatoire le 26 octobre à 17h30
 Départ Jardin des Périchaux (Paris 15e) Accès par le 112 rue Brancion
 Arrivée Jardin Anna-Marly (Paris 14e)
Accès par le Square de la Porte de Vanves
 
Une vieille dame se promène dans la ville, paradant comme une déesse. Elle perd un peu la mémoire, vivant comme dans un rêve, elle chante. Elle est sortie en cachette et va à la rencontre des passants. Une promenade urbaine qui sera l’occasion de réunir jeunes et vieux pour s’interroger sur la mémoire et la transmission.
 
Avec Marie-Do Fréval, Léandre Simioni, Germaine Prunier et Amanda Rubinstein En partenariat avec Mix’age, le jardin de la douve et la RIVP

16 juin 2011

Gouter vernissage des oeuvres de l'atelier d'enfants Porte d'Orléans (RIVP)

Et à l'inauguration des "bâches" qu'ils ont créées.

Vendredi 17 juin à 17h 30, en présence de Pascal Cherki, 106, boulevard Jourdan, 75014

rivp,paris 14e,75014,lavoixdu14e,pascal cherki

22 septembre 2006

Une privatisation peut en cacher une autre

RIVP et SAGI 

On parle beaucoup de la privatisation de G.D.F.

Mais à Paris,  les deux principales sociétés d'économie mixte en charge de la gestion et de la construction de logements, sont la SAGI et la RIVP. Ces deux sociétés gèrent des patrimoines sous convention de gestion appartenant à la Ville de Paris, ainsi que des patrimoines qui leur appartiennent en propre. Paradoxalement, la ville est minoritaire dans le capital de ces deux sociétés, dont les actionnaires majoritaires sont BNP Parisbas et le Groupe Caisse d'Epargne, au travers de ses filiales CGE Immobilier et Crédit Foncier de France.

SAGI privée, RIVP publique?

Au cours de discussions entre la ville et ces actionnaire privés, il s'est dessiné une solution pour remédier à cette situation. La RIVP deviendrait la plus importante société d¹économie mixte locale de France, détenue majoritairement par la Ville de Paris, et gèrerait, en plus de son patrimoine actuel, les logements appartenant à la Ville qui étaient gérés jusqu¹ici par la SAGI, soit au total 50 000 logements. Les actionnaires privés, conformément à la réglementation, détiendraient ensemble une participation minoritaire au moins égale à 15 % du capital de la RIVP.

En même temps, la Ville se désengagerait du capital de la SAGI, qui deviendrait ainsi une société foncière privée détenue par le Groupe Caisse d¹Epargne. Elle conserverait divers partenariats avec la collectivité parisienne et aurait vocation à demeurer un acteur dynamique du logement. Elle conserverait notamment la propriété et la gestion de plus de 5 000 logements de son domaine propre qui garderaient leur statut locatif actuel.


Calendrier accéléré (avant les élections?)

Ce projet de réorganisation, qui comprend un volet social avec le maintien de la totalité des emplois, devait être présenté au Conseil de Paris lors de sa séance des 16 et 17 octobre 2006 et aux instances décisionnaires des sociétés concernées par ces opérations et après consultation des instances représentatives du personnel. Si ce projet est approuvé, les opérations juridiques de la restructuration envisagée pourraient alors commencer pour s¹achever vers la mi-novembre.

Ces décisions ont peut-être le mérite de la clarification. Dans les deux S.E.M., la ville était minoritaire, mais avec des parts presque  égales à celles du privé. Maintenant, il y aurait la RIVP publique et la SAGI  privée.

Manifestement, la ville ne communique pas excessivement sur le sujet! 

A.Constans