Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 novembre 2010

Journées d’amitié de Saint Pierre, collecte nationale du Secours Catholique, Portes ouvertes de l’atelier patchwork

 Venez à ces journées avec vos amis, vos enfants  vous pourrez  faire des achats, prendre un repas ou vous installer pour bavarder devant une pâtisserie, les enfants trouveront des espaces de jeux...

- Des stands classiques pour faire des achats ou des affaires : livres, bijoux, maroquinerie, fleurs, layette-cadeaux de naissance, vêtements enfants et adultes...

- Des cadeaux et des lots à gagner, offerts par des commerçants de notre quartier

- Les boutiques de Noël

- Le bistro du curé pour prendre un verre avec des amis ou la famille, de la pâtisserie, des produits du terroir.

- Des espaces jeux pour les enfants.

- Déjeuner ensemble : repas d’huîtres samedi et assiettes froides dimanche

- Et surtout un lieu de rencontres et d’amitié.

 Centre paroissial de Saint Pierre de Montrouge, 9 passage Rimbaut 75014 Paris

Le Secours Catholique organise sa collecte nationale. Lors de cette journée, chrétiens et hommes de bonne volonté sont interpellés en ces termes : "Croyez-vous en nous ?", "Croyez-vous en moi ?", "Tu crois en moi ?". Puissions-nous mettre nos pas dans ceux de Jésus, faire confiance et ainsi témoigner de son amour. Merci de répondre à cet appel. Des enveloppes T destinées à recevoir vos dons seront distribuées à cet effet à l’entrée de l’église. On peut aussi laisser un don à la sortie de la messe, messes  animées par l’équipe locale du Secours Catholique. Cette collecte a lieu dans les paroisses du 14ème, aux différentes messes du WE.

Patchwork SecoursCatholique.jpg

 

Portes ouvertes de l’atelier patchwork du Secours Catholique les 2 et 3 décembre 2010. A cette occasion seront proposés les travaux de l’atelier patchwork : coussins, nappes, cartes de vœux, petits objets pour les fêtes, décorations de Noël, linge ancien. Le produit de la vente ira au Secours Catholique.

Jeudi 2 décembre de 12h à 17h, vendredi 3 décembre de 10h à 16h, 25 rue Sarrette, 75014 Paris

24 octobre 2010

A propos du catéchisme

Après cette période de rentrée scolaire, La Voix a demandé au Père Luc Reydel, accompagnateur de la première année de catéchisme (CE2 ) sur St Pierre, de nous donner ses impressions et ses espoirs  quant au déroulement de l'année.

La Voix : Alors cette rentrée ?

Père Luc : Au centre paroissial, nous avons accueilli 45 enfants, mais au total, plus d'une centaine d'enfants de CE2 suivent le catéchisme sur le territoire de la paroisse puisqu'il faut tenir compte des enfants de l'Ecole du Sacré Cœur et de ceux de l'Ecole La Bruyère Sainte Isabelle. Il y a encore de la marge.... Si d'autres viennent s'inscrire, nous les accueillerons volontiers car le nombre d'enfants par groupe est assez modeste, 7 ou 8. Les parents aussi sont venus assez nombreux à la réunion d'information que l'équipe de catéchistes avait préparée pour eux. C'est bien le signe de leur engagement auprès des enfants, qui est absolument essentiel.

La Voix : Etes-vous particulièrement attaché à une méthode d'enseignement ?

Père Luc : Non, pas précisément, mais je pense qu'il faut encourager les enfants à s'exprimer car ils s'aident mutuellement de façon quelquefois très efficace. Ils peuvent aussi s'aider à prier ensemble.

La Voix : Avez-vous envie de dire quelque chose de plus à nos lecteurs ?

Père Luc : Oui, bien sûr ! Participer à la transmission d'un trésor reçu : se savoir aimé de Dieu et apprendre à aimer comme Lui est la plus belle mission qui se puisse imaginer. Cette mission est celle des parents autant que celle des catéchistes ou du prêtre. Et ce trésor est une personne : Jésus, qui nous propose son amitié et nous conduit sur le chemin du bonheur. Le bonheur n'est pas au bout des produits de consommation. Il est dans le don de soi aux autres, de la même manière que Dieu se donne à nous.

Et puis je voudrais dire aux parents qui hésiteraient à envoyer leur enfant au catéchisme : « donnez à votre enfant les moyens de connaître Jésus, source du bonheur, car on ne peut faire de vrai choix que si l'on a un minimum de connaissance. »

10 octobre 2010

Des planches à l'autel : P. Luc Reydel

Il a rejoint, depuis la rentrée, la paroisse de Saint Pierre de Montrouge. Le P. Luc Reydel, 44 ans, est un jeune prêtre ! Il a été ordonné le 26 juin dernier, à Notre-Dame de Paris. Son parcours est représentatif de beaucoup de nouveaux prêtres, qui ont décidé sur le tard, après une vie professionnelle, de se mettre au service de l'Eglise.

Luc Reydel est le nouveau vicaire de Saint-Pierre de Montrouge.

2010 Luc Reydel à Saint Denys juillet 013.jpgLuc Reydel a grandi près du Havre, dans une famille croyante et pratiquante. Père libraire, mère au foyer, ses parents sont très impliqués dans leur paroisse. Le jeune Luc est scout de France. L'été, toute la famille (trois garçons) part camper à Paray-le-Monial. Tandis que les parents participent à des sessions de prière, Luc participe aux activités pour les jeunes et retrouve les copains ! Les études ? Bac, Fac AES, Deug. A dire vrai, sans but précis. Car le jeune homme a découvert une passion : le théâtre, dans une troupe amateur. Il participe au montage de L'annonce faite à Marie, de Claudel, puis du Mystère de Pierre, une pièce dans le style des mystères joués au Moyen Age. Il veut vivre du théâtre. Ses parents ne sont pas contre... mais ils lui demandent de posséder un vrai diplôme ! Ce sera celui de l'Institut des transports internationaux et des Ports, du CNAM... suivi d'une pause à l'Ecole Jeunesse-Lumière de Daniel Ange, dans le Tarn. Une année de formation, de prière, de service et de mission auprès des jeunes.

lucReydel.jpgPuis c'est la montée à Paris en 1992, et le théâtre, enfin. Cinq ans de planches, pendant lesquelles Luc rencontre le comédien Michaël Lonsdale. Il est assistant metteur en scène pour Récit d'un pèlerin russe puis joue dans les Fioretti de Saint François d'Assise. Vient ensuite la vie difficile des intermittents du spectacle : il est acteur, éclairagiste, assistant, régisseur... En 1997 survient un événement douloureux, le décès de son père, malade depuis longtemps d'une sclérose en plaques. « Une épreuve, un deuil, qui lui fait dire : Je ne me voyais plus monter sur scène. J'ai choisi de changer d'orientation. »

Il trouve du travail au service client de SFR, puis dans une petite société spécialisée dans les télécommunications. Ces emplois lui laissent plus de temps pour s'investir dans sa paroisse, Notre-Dame des Victoires. Il accompagne des catéchumènes, s'occupe de l'accueil. Jusqu'à un jour de juillet 2003. « J'avais trouvé un petit livret rédigé par le cardinal Martini, intitulé « La onzième heure, ou comment se décider pour le Christ ». Je l'ai lu d'une traite. J'avais l'impression qu'il avait été rédigé pour moi. J'ai entendu un appel personnel du Christ. Je suis allé voir mon curé et je lui ai dit : je veux rentrer au séminaire. »

Lire la suite