Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 mai 2008

La petite reine

Les reines ne courent pas les rues, ou plutôt si !

Me voici rue du Père Corentin, à la hauteur de la rue Paul Fort, lorsque, légère, insolite en ce lieu, une libellule montée sur une bicyclette, s’arrêta à ma hauteur et m’interpella :

- Excusez-moi, monsieur, la porte d’Orléans, s’il vous plaît ?

Surpris pas cette inimaginable apparition en ce lieu, je bafouillai :

- Vous y êtes presque. Ici, vous vous dirigez vers la rue de la Tombe Issoire. Pour la porte d’Orléans, changez de sens… Allez en face… suivez le bus en direction de la Porte…  Mais si vous continuez par la rue Lacaze, vous tournerez à droite, puis à partir de la rue de la Tombe Issoire, vous irez jusqu’au Bd. Jourdan. Là, au feu rouge, descendez sur votre droite jusqu’à la Porte. Cela fait au moins 800 mètres à partir d’ici . Le plus simple serait d’y aller à pied, ajoutai-je. D’ici à la Porte d’Orléans, cela fait 80 mètres environ.

Dans son regard, je crus déceler une petite déception. Puis elle déclara :

 - Je préfère laisser tomber, tout est si compliqué ici-bas, sur cette terre !

Et joignant le geste à la parole, elle laissa choir sa petite bicyclette. Puis, légère, aérienne, elle prit son envol vers la porte d’Orléans ! Sauvée. Elle était sauvée. 80 mètres à vol d’oiseau, ce n’est rien pour une petite libellule.

Longtemps je laissai mon regard glisser vers les rives agitées de la Porte d’Orléans où elle avait disparu. J’en concluai que les pistes cyclables de ce quartier n’étaient pas faites pour les petites reines…

R.Rillot

03 janvier 2008

Pistes cyclables, on n’y comprend rien !

Encore des pistes cyclables à contresens dans des rues de très peu de circulation. Dernières en date la rue de l’Aude et la rue des Artistes.

En revanche, la rue d’Alésia ou la rue Didot en manquent cruellement. On n’en met pas là où c’est difficile. Mais on en met là où c’est peu utile. Pour faire du chiffre, c'est-à-dire publier à sons de trompe, X kilomètres de pistes? Ou rendre encore plus difficile la vie des habitants en supprimant encore quelques places de parking ? Les deux, mon Général.

Je ne suis pas contre les pistes cyclables, je roule à vélo et en voiture. Mais je ne les trouve pas là où j’en ai besoin. Dans le quartier Alésia Didot, il y en a très peu, par exemple.

Posons la question clairement :

Ce que nous voulons c’est d’aller d’un point à un autre avec une continuité d’espaces protégés là où c’est nécessaire. Autrement dit un plan de circulation réaliste.

Ce que nous ne voulons pas, c'est des pistes là où ça n'est pas indispensable et des points noirs et autres avenues du Général Leclerc. 

A.C.