Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 janvier 2007

Immobilier dans le 14è arrondissement: L'esprit village gagne du terrain

Sous ce titre, le Figaro du 20 décembre 2006 rapporte les conclusions d'un petit comité d'agents immobiliers travaillant sur le 14è réuni pour l'occasion. La Voix rend compte de ces conclusions très intéressantes dont les auteurs sont: Pascal Cordier du Groupe Brefico, Lilian Bourquin de Connexion, Patrick Hanser de Hanser Immobilier, Christine Fumagalli de Alésia-Didot Immobilier, Yann Besnard de Cric-Balzano.

medium_immob-397.jpg

Le quartier n'est pas homogène.

Entre des quartiers comme Denfert et ses beaux immeubles pierre de taille et les boulevards des Maréchaux, moins attrayants, les écarts sont encore importants et les disparités encore fortes. Jusqu'ici, l'incidence de la venue du tram est nulle, malgré l'apport esthétique. Côté Denfert-Rochereau, la moyenne des prix avoisine les 7500-8000 € du m² alors qu'elle tourne autour des 5000-5200 € du côté de la porte de Vanves. Le niveau remonte autour de la porte de Gentilly pour approcher les 6000 € tandis que les vues sur le parc Montsouris se payent aussi cher que Denfert.

medium_immob-404.jpg

Certains micro-quartiers sont très recherchés comme Daguerre et la rue d'Alésia pour leurs commerces et leur convivialité ou les environs de Montparnasse, bien desservis, aérés, et proches du 6è. Le triangle Alésia-Maine-Losserand s'est métamorphosé et attire aujourd'hui des catégories dites « bobo »avec un esprit village prononcé. Certaines familles cherchent à se rapprocher des écoles très cotées comme l'école alsacienne ou Stanislas.

L’incidence de la venue du tramway sur les prix est discutée.

D’après les agents immobiliers cités plus haut, l’incidence sur les prix serait nulle jusqu’ici, malgré l’apport esthétique. Le Figaro du 8 janvier, dans un article intitulé « le tramway fait monter les prix dans le sud de Paris » corrige l’affirmation précédente en rapportant le propos de Gilbert Chouchana, de Laforêt Immobilier, indiquant qu’on commençait à ressentir l’effet tramway sur les prix de vente et fixant la progression induite à 5 à10%. Mme Hellena Sellam de Connection Immobilier pense que cela n’autorise pas les vendeurs à fantasmer sur les prix  sous peine de bloquer les ventes

La demande s'affaiblit et se fait plus exigeante.

On constate cet affaiblissement quasi général, mais plus particulièrement sur les 2-3 pièces avec une seule chambre, ce qui conduit à un tassement des prix sur cette catégorie de biens. Certains clients disent attendre une baisse des prix. Ils sont plus circonspects,  notamment sur les travaux, et se renseignent davantage sur l'historique des immeubles. Ils ont besoin d'être rassurés.

medium_immob-400.jpg

L'offre augmente légèrement.

On constate encore une légère augmentation de l'offre, ce qui fait qu'il est très rare maintenant que les produits soient surpayés.

La hausse des prix ralentit et les délais de transaction s'allongent.

Il résulte naturellement de ce qui vient d'être dit que la hausse des prix tend à marquer une pause et que les délais de transaction s'allongent notablement. Devant la sélectivité des acquéreurs, notamment lorsque les biens nécessitent d'importants travaux, on a pu même, à l'occasion, constater un tassement des prix.

C'est toujours la pénurie pour les appartements familiaux.

La rareté de l'offre est de mise dès qu'on dépasse 80m² car ces appartements dits familiaux ne changent pas facilement de main. Ils trouvent donc acquéreur sans problème à leur juste prix. Personne n'a cependant noté que le prix du m² de ceux-ci avait tendance à perdre son avance sur celui des appartements plus petits, et cela depuis déjà  longtemps.

La population est très diversifiée.

Le 14è a ses inconditionnels qui, même lorsqu'ils ont dû le quitter, s'empressent d'y revenir dès que possible pour y retrouver les commerces de proximité, la diversité et la convivialité qu'ils avaient connus. Mais ceux-ci sont souvent attachés à un quartier et, pour eux, il est très difficile de franchir certaines frontières, sauf prix très attractifs. Cela a tendance à émietter le marché. L'arrondissement  bénéficie du repli des habitants du 6è qui ne peuvent suivre la hausse des prix du centre de Paris. Il est un bon compromis pour les étrangers, particulièrement les anglo-saxons, qui y trouvent une situation centrale sans payer le prix du cœur de Paris. Aéré, vert, bien desservi de larges avenues plantées d'arbres, de commerces et de transports en commun, il accueille des familles, des fonctionnaires, des professions libérales, des cadres, des employés,des artistes...dans une grande diversité, mais avec cependant des secteurs bien différents et une tendance à un certain embourgeoisement.

La location se fait bien.

Les petits appartements se louent bien. De plus en plus d'étudiants et de jeunes actifs se tournent vers la colocation, source d'économies, et qui est aujourd'hui mieux acceptée par les propriétaires. Compter 500 à 600 € pour un studio alors qu'il faut 800 à 900€ pour un 2 pièces. Là encore, l'exigence s'est renforcée en matière de qualité, et les preneurs sont rebutés par les travaux. Le coût extrêmement élevé des loyers (de 20 à 25€, voire plus), ne semble pas un obstacle pour trouver preneur.

                   Jean-Michel Viney

10 janvier 2007

Garage et maintenance des tramways

Pour assurer un tramway toutes les 4 minutes sur le tronçon actuel de 7,9 km, il faut 21 tramways tous garés à la porte de Sèvres, le long du périphérique. Dans ce complexe, il y a le centre d’exploitation qui a déjà fait l’objet d’un récent article, le garage le long de voies découvertes et un ensemble de maintenance pouvant traiter jusqu’à quatre tramways en même temps, L’emploi de techniques très élaborées permet de traiter ces 21 trams ALSTOM avec une équipe « réduite » de quatorze ingénieurs et techniciens. D’une largeur de 2,65m et d’une longueur de 43,70m, chaque tram contient 300 voyageurs, dont 78 assis.

medium_DSCF0106.2.JPG

Le garage nécessite plus d’un kilomètre de voies, en fait sous la forme de voies parallèles avec deux sorties, l’une vers la Porte de Sèvres pour prendre le service et les autres vers le hangar de maintenance. Il y a aussi un dispositif de lavage à rouleaux comme pour les voitures. 600 litres sont nécessaires.

Pour la maintenance, il faut accéder dessous, à l’intérieur du tramway et en toiture où sont concentrées beaucoup d’éléments, ventilation, climatisation, caténaires, éclairages,;;;etc. Pour accéder dessous, deux possibilités en fosse, dans trois des cas ou

medium_DSCF0098.2.JPG

en élevant le tramway au moyen d’un pont élévateur de 45 m de long. Cette dernière technique est indispensable pour démonter les bogies (au nombre de quatre, une demi journée suffit pour les démonter tous.) ou accéder aux freins (de camion à tambour).

A.C.

03 janvier 2007

L’exploitation du tramway: difficile à mettre en place

L’ « exploitation » d’un tramway dans une grande ville et plus encore à Paris, est un travail complexe, faisant intervenir des techniques sophistiquées. A Paris, le PC de cette gestion, où arrivent en permanence et en temps réel toutes les informations nécessaires est situé à la Porte de Sèvres, le long du périphérique, juste à coté des services de garage et d’entretien, dont vous parlerons prochainement.

medium_DSCF0108.JPG

Chaque tramway est repéré tout au long der son parcours de manière très précise au moyen d’une balise GPS. C’est grâce à ce système que sont calculées la fréquence et les heures de passage. L’intervalle prévu entre deux tramways est de quatre minutes, fréquence qui n’est pas encore atteinte puisque les délais affichés en ce moment sont de 8 minutes au moins, ou plus souvent « écran indisponible »! Les raisons en sont diverses,  fort trafic en fin d’année, les piétons et les automobilistes ne se sont pas encore adaptés, le système est en cours de réglages. Le tramway n’est pas encore arrivé à sa vitesse d’exploitation prévue de 20 km/h, et c’est ce qui conduit à des délais d’attente plus longs.

medium_DSCF0112.JPGLe tramway est prioritaire par rapport à la circulation automobile. Pour cela il est repéré par des boucles enterrées sous la voie, qui permettent de lui donner cette priorité dès son arrivée à un carrefour. Mais synchroniser les feux pour faire passer un tramway peut en arrêter un autre dans l’autre sens. Les réglages sont en cours.

medium_DSCF0111.JPGLes agents en service au PC disposent de l’ensemble des informations sous la forme d’écrans d’ordinateurs, de 6 écrans vidéo montrant les points stratégiques, d’une liaison par téléphone avec les conducteurs et de la possibilité de couper le courant à tout moment sur un tronçon donné.

Le période d’adaptation au tramway va durer un certain temps. Les piétons doivent rester très prudents, particulièrement en traversant : il y a peu d’espace entre les automobiles et le tramway.

A.C.

22 décembre 2006

Réveillon le 31 décembre 2006, place Jacques Demy

(place du marché Mouton-Duvernet)

Pour la deuxième année consécutive, le Conseil de Quartier Mouton-Duvernet organise un réveillon de la Saint Sylvestre place Jacques Demy, sous tente chauffée. Ouverture vers 20 h. Une animation musicale sera assurée.

 Un repas (simple) est organisé pour permettre aux participants de se rencontrer : paëlla, pâtisserie, fruits et vin compris. (Prix : 25€ par personne, 10€ pour les enfants.  2 repas payants permettront d'offrir un repas à une personne qui n'en a pas les moyens.) D'autre part, un vin chaud et une soupe sont préparés par des habitants du quartier. Chacun peut apporter autre chose s’il le souhaite. (Seront fournis tables chaises couverts verres serviettes.)

Réponse impérative pour ceux qui veulent participer à ce repas pour le mercredi 27 décembre 2006, dernier délai, soit par téléphone au bureau des conseils de quartier : Ozgur Bilal 01 53 90 66 10 ou Stéphanie Badiez 01 53 90 66 25. Ou par mail à Pascal Lasconateguy (lasconateguy.pascal@wanadoo.fr) ou à Stéphanie Badiez (Stephanie.Badiez@paris.fr), Ozgur Bilal (Ozgur.Bilal@paris.fr)

Pour ceux qui n’ont pas les moyens de participer financièrement : l’entrée est libre. On peut apporter une participation en nature (pâtisserie, plat salé, boisson…)

13 décembre 2006

Le Café-Signes, lieu d’expositions

medium_cafe_des_signes.jpg

Nous avions présenté en octobre le Café Signes, ce lieu très chaleureux du 14ème arrondissement. Situé au 33 avenue Jean Moulin,  ouvert de 8 à 19h, du lundi au vendredi, on peut y prendre une consommation, ou déjeuner. On peut aussi y consulter Internet. L’accueil et la cuisine sont assurés pour moitié par des personnes sourdes du CATC Jean Moulin (installé en face au 40 avenue Jean Moulin).

Un lieu d'expositions 

Aujourd’hui je veux vous parler d’une autre facette du Café Signes: les expositions.

En septembre et octobre 2006, nous avions pu admirer les très belles compositions végétales aux couleurs éclatantes de Jean-François Beauquin (www.jfb-gallery.com).

Jusqu’au 20 décembre 2006, André Heimler expose  de très intéressantes photos en noir et blanc sur le thème des mains, tout à fait en situation dans ce lieu où l’on s’exprime en langue des signes ! On peut admirer des gros plans sur les mains qui parlent, des mains créatrices (poterie, musique, écriture),  des mains qui expriment la tendresse…. « J’ai toujours été fasciné par les mains et le rôle considérable qu’elles ont eu …dans le développement de la civilisation. Elles sont à la fois les instruments, qui exécutent les commandes du cerveau et des « réalisatrices », créatrices (notamment dans le domaine de l’art et des métiers manuels)…  Les mains peuvent dire beaucoup de choses. Bien sûr pour les sourds et les muets ce sont des instruments de communication, mais pour les autres, les mains parlent aussi…. Elles peuvent exprimer… les sentiments,… souvent mieux, que les paroles, mais peuvent également torturer ou tuer. »

medium_photodemainde_musicienandreheimler.jpg

 André Heimler est bien connu dans le 14ème car il a enseigné au  photo-club Val de Bièvre, situé rue Gassendi. Ingénieur de formation, puis directeur d’une société d’engineering, il a décidé, il y a une vingtaine d’années, de se consacrer à la photo, sa passion. Il a une très grande variété de thèmes d’inspiration : les jeux d’eau, les différents quartiers de Paris, les portraits, les nus, ou plus abstraits comme la solitude, la tendresse…Il  réalise aussi des paysages,  et des reportages, (André Heimler utilise alors  la couleur): on peut citer le plus récent sur l’Inde qu’il a exposé l’été dernier à la galerie du Montparnasse.
(http://www.andre-heimler.com)

 Pour plus d’informations sur le Café Signes : http://www.cafesignes.com ou  http://www.catcjeanmoulin.org

L’ambiance y est très conviviale, il y a beaucoup d’habitués, si vous voulez y prendre un repas, il est prudent de réserver votre table. Tel. : 01 45 39 37 40.  Attention, le Café Signes est fermé du 21décembre 2006 au soir au 3 janvier 2007.

Monique Garrigue

12 décembre 2006

Bd Raspail: Le lycée hôtelier Guillaume Tirel

Guillaume TIREL, dit TAILLEVENT : cuisinier français né à Pont-Audemer vers 1310 (la date exacte est inconnue) et mort en 1395, auteur de l'un des plus anciens livres de cuisine rédigé en français, le Viandier. Successivement « premier queux » de Charles V puis de Charles VI, anobli par ce dernier.

C’est le nom que porte le nouveau lycée hôtelier, inauguré lundi 20 novembre à 14h30, et situé au 237, Bd Raspail en remplacement de l’ancien Lycée Raspail, parti lui rue Maurice d’Occagne dans le 14e. Il accueille 500 élèves depuis la rentrée 2006. Ces formations vont de la 3e, à un bac pro, un bac général ou techno ou vers deux filières de B.T.S., Mercatique et gestion hôtelière et Art de la table et du service.

 cliquez pour plus d'info sur les différentes formations

 Le bâtiment est dû aux crayons de 2 architectes, Olivier Brénac et Xavier Gonzales, habitués des concours publics, avec des réalisations souvent à larges surfaces vitrées. L’apparence extérieure est pour le moins déroutante, avec un système modulaire  répétitif, des « trames abstraites » destinées à estomper les différences entre les éléments du programme.

medium_gtirel-72d-140.jpg

Tous ces éléments, salles de cours, chambres, restaurants, sont en quelque sorte « unifiés » par ce système d’acier et de béton. L’intérieur est très technologique avec un plateau technique très moderne.

Un bon moyen de faire connaissance est d’aller y déjeuner ou y dîner. Le lycée a ouvert une brasserie et un  restaurant d’application, ouverts à midi et certains soirs. Ces restaurants n’ont pas les mêmes charges qu’un établissement commercial, leur but étant de préparer les élèves à un fonctionnement réel. Il faut réserver, et les menus sont consultables sur Internet.

plus d'info  sur les restaurants

A.C. 

06 décembre 2006

Tramway : La Voix l’a testé pour vous

Départ Pont du Garigliano. Le tramway est bas, l’accès est aisé, une marche de 25 cm.  Du pont du Garigliano jusqu’à la Porte d’Ivry, 17 stations pour 8 km, une station tous les 500 m; c’est un peu beaucoup et c’est plus que le PC (une tous les 350 m).

Le tramway T3 est vaste, 43,70 m de long pour 2,65 m de large. Avec une densité moyenne recommandée de 4 voyageurs au m2, c’est 78 places assises et  plus de 300 voyageurs Et plus encore en tassant bien….

medium_tramway122.2.jpg

L’intérieur est bien éclairé, ressemble à un métro moderne, sans aucun cloisonnement, climatisé. La grande différence, et le grand agrément, c’est d’être en pleine ville, dans un environnement de surface.

Il y aura un tramway toutes les 4 minutes, ce qui correspond à un débit légèrement plus faible que le périphérique en nombre de personnes transportées, insiste-t-on à la RATP.

Le tramway démarre vite, même un peu sec. Il est prioritaire sur les voitures et les feux  doivent passer au vert à son arrivée. En réalité, ce n’est pas si simple.

medium_tramway118.jpg

Il s’arrête en douceur, mais peut freiner énergiquement en cas d’urgence. Pour éviter qu’un piéton ne passe sous les roues, une barre « chasse corps » est déclenchée par un détecteur ou en cas de freinage d’urgence.

Les piétons doivent rester prudents vis à vis du tramway. Son système de priorité fait qu’il peut arriver vite sur un carrefour ou un passage piétons. Il est nettement plus large que ses rails, et on a donc tendance à sous estimer sa largeur. La RATP assure que la toute première des priorités est la sécurité.

Inauguration le samedi 16 décembre à 14h. Il sera gratuit jusqu’au dimanche soir.

A.C.

02 décembre 2006

Travaux en face de l'église St-Dominique

Ces travaux font partie du programme: "Piste Cyclable Seine - Cité Universitaire" par la rue du Fbg St-Jacques et la rue de la Tombe-Issoire. Celle-ci vient d'être mise en sens unique, entre le Bd St-Jacques et l'avenue René-Coty pendant les travaux. Est-ce définitif? Oui, sans doute, tout au moins entre la rue Emile-Dubois et l'avenue René-Coty.

En face de l'église Saint-Dominique, devant la Caisse d'Epargne, là où se garait auparavant beaucoup de voitures (en épi) on voit désormais un vaste espace libre, agrémenté par de jeunes arbres et de beaux lampadaires.

medium_Piste-cyclable.JPG

 

Les cyclistes pourront bientôt emprunter la rue de la Tombe-Issoire sur ce tronçon  dans un petit couloir protégé pour rejoindre l'avenue René-Coty. Les usagers de ce moyen de transport "peu polluant" et "peu bruyant" s'en réjouiront.

Evidemment tout cela ne va pas sans quelques "grincements de dents" de la part des automobilistes ! Faites un petit tour sur le site internet de la Mairie du 14ème vous comprendrez que ces désagréments pour automobilistes font partie d'un plan d'ensemble. Un bon résumé se lit sur certains panneaux: "Paris respire !"  "Respirer c'est capital !"

"Face aux enjeux environnementaux et à l'engorgement de la ville, il est nécessaire de repenser les modes de déplacements urbains. Ainsi promouvoir les circulations douces peu polluantes et peu bruyantes nécessite une adaption et un rééquilibrage de l'espace public entre les différents modes de transports. " 

fr Bernard M.  Pour en savoir plus:

 

27 novembre 2006

Prolongation de la ligne 4 (suite)

Il y a quelque temps, nous vous disions -Prolongation de la ligne 4: patience, patience- qu'une sage patience était nécessaire à ceux qui pensent que le prolongement de la ligne 4 de métro vers Montrouge et Bagneux changera leur vie. Il y a déjà un certain temps que ces habitants se sont résolus à la patience, puisque ce prolongement avait été annoncé, pour la première fois, en ...1929!
 
Plus récemment, ce projet a été mis de coté pour cause de tramway flamboyant. Maintenant, d'autant que les élections approchent, le projet réapparait, avec un sage lenteur toutefois, puisque la première nouvelle station, Mairie de Montrouge, est pour 2011. Des travaux préparatoires démarrent actuellement, Porte d'Orléans, avenue Paul Appel, dont les habitants croyaient être enfin débarassés des travaux avec tous les inconvénients qui les accompagnent.
 
une astuce diabolique! 
Et, c'est là qu'une astuce diabolique intervient: la Mairie, pour qui rien n'est impossible, pense à eux. Elle va faire effectuer ces travaux en remontant le temps, au cours de l'année 2006! Il fallait y penser!
medium_DSCF0092.JPG
A moins, tout bêtement, vu l'époque, que le rédacteur des affiches, ait abusé du Beaujolais nouveau... A.C.

18 novembre 2006

Charges immobilières: forte hausse!

Dans un récent article, nous évoquions l'alourdissement régulier des charges immobilières et leur conséquence sur le coût du logement.

La CNAB (Confédération Nationale des administrateurs de biens) en apporte une preuve de plus. Les charges immobilières viennent d'augmenter de 10% au cours des deux dernières années, atteignant une valeur moyenne sur l'ensemble de la France de 19,80€ par m2 et par an. Mais, c'est une valeur moyenne, des villes sont plus chères que d'autres: un studio à Paris dépasse souvent les 30€ par m2 et par an. Et ça ne comprend que l'entretien courant.

medium_falaise_maison_vign.jpg

Monet: maison sur la falaise ... rêvons un peu

Tous les postes sont en augmentation, mais quatre représentent à eux seuls 60% de l'augmentation: l'énergie (chauffage et électricité), l'eau toujours plus chère, les salaires des gardiens et du personnel d'entretien et les honoraires des syndic de copropriété.

Sur une année "glissante", l'indice de référence des loyers a varié de 2,78%. L'indice du coût de la construction flirte avec les 7% et la fiscalité locale est très souvent en forte augmentation. La part du logement dans les dépenses des Français augmente donc régulièrement. Or, contrairement à la Grande-Bretagne, le coût du logement n'est pas inclus à l'indice des prix de l'INSEE. C'est une des principales raisons de la contradiction entre l'impression de baisse du pouvoir d'achat, et l'indice de l'INSEE qui indique une modeste progression de 1% par an.

A.C.

15 novembre 2006

Loyers, et on charge encore la barque!

Le 1er juillet 2007, le "diagnostic performances énergétiques" sera obligatoire pour toutes les nouvelles locations. Il est déjà obligatoire depuis ce 1er novembre pour toutes les ventes immobilières. Il comprend deux volets, la consommation d'énergie du logement et, on ne rit pas, ....son impact sur l'effet de serre. Je ne conteste pas l'effet de serre, je m'interroge seulement, sur la possibilité, en visitant un appartement, de connaître son impact sur l'effet de serre. Le moins que l'on puisse dire est que le pifomètre ne sera pas le moindre  des instruments de mesure.

 
Chaque mois, en payant mon loyer, je me demande à qui ça va le plus rapporter, à l'Etat et aux collectivités ou à mon propriétaire? L'Etat, la région, le département et la ville  perçoivent la TVA sur les travaux et les services, la taxe foncière en constante augmentation, l’impôt sur les revenus, la C.S.G (plus de 10%), la taxe sur le bail (2,5%), éventuellement l’ ISF et j'en oublie sûrement. Le propriétaire paye aussi les charges de l'immeuble, le coût des travaux, les assurances,…etc, sans compter qu'il a payé un jour des frais de succession ou de mutation. Il n’est pas facile d’être un propriétaire raisonnable. Hélas, ils ne le sont pas tous.

Alors, est-il raisonnable de charger encore la barque, sous des prétextes écolos ou sous la pression de professionnels intéressés?  

A.C.

08 novembre 2006

Au secours, les grenouilles reviennent...

Au secours, les grenouilles reviennent !
 
C'est un scoop : la Mairie de Paris encourage le repeuplement des mares de la cité, en grenouilles… Oui, mais existe-t-il encore des mares où ces gentilles bestioles peuvent coasser tout à loisir et devenir peut-être des bœufs ?

Et bien, le XIV° vient d'inaugurer une oasis spécialement aménagée à cet effet, et cela se passe dans la Z.A.C. Montsouris. Une mare pédagogique inaugurée dans le cadre d'un jardin partagé (30m2 de parcelles entretenues par 40 familles…)

Que celles et ceux qui habitent la banlieue ou la campagne ne rient pas. La reconquête de Lutèce par Dame Nature est en marche, et si un jour, vous apercevez une grenouille attendre au carrefour Alésia-Basch que le feu rouge passe au vert, ne vous précipitez pas chez l'ophtalmologiste, vous n'êtes pas atteint de visions surnaturelles. Il s'agira sans doute d'une grenouille S.D.F qui attend  que la chaussée lui soit favorable pour traverser ! Alors, soyez bienveillant à son égard, ramenez-là à son berceau d'origine : le Jardin de l'Aqueduc, non loin du parc Montsouris. Cela ne "coassera"pas trois pattes à un canard et vous aurez fait un beau geste pour sauver la planète !                                                                                                                                                                                                                              R.R

19 octobre 2006

Un lieu chaleureux le « Café-Signes »

33 avenue Jean Moulin.
Du lundi au vendredi vers 8h, le flot des voitures partant vers la banlieue se calme et l’avenue Jean Moulin prend des airs de province. Une salle claire égayée par des tableaux, s’ouvre largement sur la rue, c’est le Café-Signes. Les employés du service de propreté de la Ville de Paris y prennent un café après leur service matinal. Les jeunes gens du CAT Jean-Moulin traversent la rue, les écoliers partent en rang vers le stade voisin…le teinturier et le retoucheur de vêtements sont au travail. Les habitants voisins savent qu’après la solitude du week-end, ils vont pouvoir retrouver les familiers de ce lieu. Vers midi, les convives s’attablent petit à petit. Ils sont accueillis par de jeunes serveurs souriants et très attentifs : 3 d’entre eux sont sourds et grâce aux signes, le service se fait vite (des petits dépliants sont à notre disposition). La cuisine est très soignée et variée, et l’on se sent bien dans ce lieu chaleureux qui accueille des habitués et des gens de passage attirés par la convivialité du Café-Signes. Dans l’après-midi, jusqu’à 19h, on peut consulter Internet sur deux ordinateurs installés dans une petite salle confortable et prendre des consommations.
Une initiative très originale
La création du Café-Signes en 2003 est l’aboutissement d’une réflexion menée par la directrice, Madame Lejeau-Perry, et l’équipe d’encadrement du centre d’aide par le travail et la communication (CATC) situé au 40 avenue Jean Moulin. Ce CATC, soutenu par l’Entraide Universitaire accueille 45 adultes sourds avec des troubles associés. Plusieurs ateliers de conditionnement, repassage, mailing et affranchissement de courrier permettent une insertion professionnelle. Avec le Café-Signes c’est une activité insérée dans la vie de la cité qui est proposée à 6 sourds : 3 travaillent en cuisine et 3 assurent le service. Le chef cuisinier et, pour la salle et le bar, deux encadrants entendants, s’exprimant en langue des signes et formés à l’accompagnement des personnes fragilisées, assurent la coordination de l’ensemble. Toutes ces personnes sourdes ou entendantes ont choisi de travailler ici.
Et on peut dire qu’il règne au Café-Signes une ambiance très agréable ! Ici on apprend à regarder ses interlocuteurs grâce à cette langue qui s’exprime en gestes très imagés. Ce lieu attire les artistes, jusqu’au 20 octobre, Jean-François Beauquin expose ses œuvres : compositions de feuilles séchées peintes en bleus ou de rouges vifs… Du 2 au 12 novembre, il y aura une exposition photographique.

Monique Garrigue

17 octobre 2006

Promenades Plaisantes à Plaisance.

Organisées par le quartier Pernety


Les promenades, accompagnées de lectures et de projections, visent à mieux connaître, de manière agréable, notre quartier, à retrouver des signes de son passé, à saisir par là son évolution, jusqu’à nos jours.


Les visites, trimestrielles, sont assurées par Jean-Louis Robert, historien.


Dimanche 22 octobre, 14 h.


Rendez-vous entrée Froidevaux – côté avenue du Maine – du cimetière Montparnasse.

medium_Moulin-Plaisance.2.JPG

 

Que sont nos moulins devenus ?


2 – Dimanche 11 février 2007, 14 h.
Sur les traces d’Aragon, de Sartre et de quelques autres…


3 – Dimanche 24 juin 2007, 14 h.
Quand Plaisance était boulangiste.  Ou, pourquoi un quartier populaire votait national – populiste en 1890.

Et l’année prochaine : promenade sur la zone / les jungles urbaines du douanier Rousseau / le suicide du Communard de la rue des Thermopyles.

Les visites ont lieu par tous les temps sauf très grande pluie !


12 octobre 2006

Lire en fête

 La nuit de l'écrit et des libraires aura lieu les 13 - 14 - et 15 octobre dans différents lieux du 14°. Ainsi :

- le 13 octobre : L"herbe rouge", 1 bis rue d'Alésia, à 17h fera connaître Claude Combet et Thierry Lefevre, auteurs de "Destinations Paris" ( Actes Sud Junior).

Librairie Odessa : 20, rue d'Odessa ,  à 18h. rencontrera Marie Billetdoux pour "Un peu de désir sinon je meurs", à 19h 30 Emmanuel Moses pour "Les Tabors", à 21h Laurent Quintreau pour "Marge brute", à 22h 30pour "La croisade s'amuse".medium_250px-Piero_di_Cosimo_026.jpg

La Bouquinerie Alésia, 17, rue Alphonse Daudet, à 20h 30 lecture des nouvelles primées par la Bouquinerie sur le thème du vice et de la vertu.

La librairie Tropiques, 63 rue Raymond Losserand de 19h à 20h , Mathieu Rosaz chante le "ville" sur des textes de Prévert , Barbara, Rosaz. A 20h - 21h rencontre avec Agnès Desarthe pour son dernier livre : "Mangez-moi" et pour ses livres pour la jeunesse.

Le Livre écarlate, 31, rue du Moulin Vert, de 19h à 21h José Manuel Fajardo signera " L'eau à la bouche", son dernier roman. La librairie sera ouverte jusqu'à minuit.

La bibliothèque Vandamme , 80, av. du Maine : ouverture exceptionnelle de 21 à 23h. Parie et le 14ème sous laplume des écrivains d'hier et d'aujourd'hui. Lectures avec Simone Hérault et Alexandre Lachaux de la Compagneie Lire Autrement et la participation du Choeur des mots, chorale littéraire du 14°.

medium_lecture-1.jpg

D'autres manifestations littéraires auront lieu les 14 et 15 octobre à la librairie Odessa - Graphomane 20 bis rue Hippolyte Maindron, au Livre écarlate, au FIAP Jean Monnet ,30 rue Cabanis ainsi qu'à l'Entrepôt : 5/7 rue Francis de Pressensé.

Mais que cette fête de la lecture ne nous fasse pas oublier ceux pour qui la lecture est difficile ou même impossible. Lire en fête y pense, les nonvoyants et les publications en Braille et ceux qui n'ont peu ou pas d'accès aux livres.Plus d'info 

11 octobre 2006

1000 faux permis dans le 14e?

On considère que 700.000 personnes en France roulent sans permis ou avec un faux permis. Le calcul vient du seul chiffre réel et connu: dans 2,2% des accidents, les conducteurs n'ont pas de vrai permis. Il y a en France 37 millions de permis, et 2,2% donnent les 700.000 permis absents ou faux.

Si on suppose que les faux permis sont répartis partout en France, on est amené à conclure que parmi les 100.000 habitants du 14e, environ 1000 rouleraient sans permis!

medium_permisx2.jpg

 Permis français et permis US

Les gens qui n'ont pas de permis ou un faux permis se répartissent en trois catégories, ceux qui ne l'ont jamais passé (permis trop cher et trop difficile), ceux qui l'ont perdu parcequ'ils n'ont plus de points et des ruraux qui ne font que des petits trajets. On propose d'aider financièrement les jeunes qui ont peu de moyens. C'est certainement insuffisant parceque le manque d'argent n'est pas la seule raison.

Christophe Naudin, chercheur en criminologie, considère qu'il existe en france 2,7 millions de faux permis, chiffre qui a fait beaucoup de bruit et chiffre impossible à vérifier. Le permis est une pièce d'identité facile à falsifier et pas très chère à acheter, y compris sur Internet. Il est le moyen le plus simple pour accéder, à une fausse identité et donc à toutes les escroqueries aux aides sociales.

Il est necessaire de rappeler que rouler sans permis veut dire rouler sans assurance, même si une assurance est contractée pour le véhicule. Les victimes ne sont pas indemnisées par les assureurs. Il existe heureusement, un fonds d'indemnisation de l'assurance, pour les victimes des conducteurs non assurés. La procédure est longue, difficile et les remboursements pas toujours satisfaisants.

Le Ministère de l'Intérieur  a annoncé un certain nombre de mesures et de pistes pour tenter d'enrayer cette grave dégradation de la situation, notamment des documents sous forme de carte plastique moins facile à falsifier ou à contrefaire et une durée limitée (10 ans) de validité du document, pas du permis lui même.

A.C. 

 

08 octobre 2006

vide grenier rue Monticelli

medium_DSCN1149.JPG

Sympathique vide grenier, sous un soleil d'automne, avenue Paul Appel, angle rue Monticelli, installé pour la première fois, à l'initiative d'une association de locataires.

Dans un esprit vide grenier, c'est à dire apparemment sans professionnels, où ce qui ne sert plus à certains, rend service à d'autres. 

La Voix-ci... La Voix-là

Mardi 10 et mercredi 11 octobre : Braderie organisée par Montparnsse-Rencontres, 92bis bd du Montparnasse : Une vente de vêtements et d’accessoires a lieu le mardi 11 de 14h30 à 19h30 et le mercredi 12 octobre de 12 h à 16h30. Les bénéfices serviront à compléter le financement des très importantes activités d’entraide de l’association (colis alimentaires pour 1300 familles, accompagnement scolaire, alphabétisation…)

Pour se renseigner : 01 43 22 75 89.

27 septembre 2006

La Voix-ci…La Voix-là…Urgent


« Le malaise ado »

Jeudi 28 septembre 12h30 Le pédopsychiatre Marcel Rufo présente la maison des adolescents implantée dans le 14ème, boulevard Port -Royal, à côté de Cochin et répond aux questions du public autour du thème : «  Le malaise adolescent, le déceler, le comprendre, quelle aide apporter. » Bibliothéque Vandamme, 80 avenue du MaineSamedi

 

Bienvenue aux nouveaux habitants

30 septembre 11h à 15h30 Vous venez d’arriver dans le 14ème, la mairie d’arrondissement organise une journée d’accueil pour vous faciliter votre installation. Pour y participer, adressez ou déposez un courrier en indiquant votre nom, prénom, adresse et mail à la Mairie du 14ème, accueil des nouveaux habitants bureau 122, place Ferdinand Brunot 75675 Paris.

Logement social
Pour faire votre demande, si vous résidez dans le 14ème, adressez-vous à

Antenne de la direction du logement et de l’habitat, Mairie du 14ème bureau 305, place Ferdinand Brunot, de 8h30à 17h et le jeudi jusqu’à 19h30. Tel. 01 53 90 66 92. Vous trouverez dans le hall de la mairie un tract indiquant les documents nécessaires à fournir et les conditions d’attribution. N’hésitez pas à vous y prendre d’avance, les délais d’attente sont de 5 ans en moyenne !

M.G. 

22 septembre 2006

Une privatisation peut en cacher une autre

RIVP et SAGI 

On parle beaucoup de la privatisation de G.D.F.

Mais à Paris,  les deux principales sociétés d'économie mixte en charge de la gestion et de la construction de logements, sont la SAGI et la RIVP. Ces deux sociétés gèrent des patrimoines sous convention de gestion appartenant à la Ville de Paris, ainsi que des patrimoines qui leur appartiennent en propre. Paradoxalement, la ville est minoritaire dans le capital de ces deux sociétés, dont les actionnaires majoritaires sont BNP Parisbas et le Groupe Caisse d'Epargne, au travers de ses filiales CGE Immobilier et Crédit Foncier de France.

SAGI privée, RIVP publique?

Au cours de discussions entre la ville et ces actionnaire privés, il s'est dessiné une solution pour remédier à cette situation. La RIVP deviendrait la plus importante société d¹économie mixte locale de France, détenue majoritairement par la Ville de Paris, et gèrerait, en plus de son patrimoine actuel, les logements appartenant à la Ville qui étaient gérés jusqu¹ici par la SAGI, soit au total 50 000 logements. Les actionnaires privés, conformément à la réglementation, détiendraient ensemble une participation minoritaire au moins égale à 15 % du capital de la RIVP.

En même temps, la Ville se désengagerait du capital de la SAGI, qui deviendrait ainsi une société foncière privée détenue par le Groupe Caisse d¹Epargne. Elle conserverait divers partenariats avec la collectivité parisienne et aurait vocation à demeurer un acteur dynamique du logement. Elle conserverait notamment la propriété et la gestion de plus de 5 000 logements de son domaine propre qui garderaient leur statut locatif actuel.


Calendrier accéléré (avant les élections?)

Ce projet de réorganisation, qui comprend un volet social avec le maintien de la totalité des emplois, devait être présenté au Conseil de Paris lors de sa séance des 16 et 17 octobre 2006 et aux instances décisionnaires des sociétés concernées par ces opérations et après consultation des instances représentatives du personnel. Si ce projet est approuvé, les opérations juridiques de la restructuration envisagée pourraient alors commencer pour s¹achever vers la mi-novembre.

Ces décisions ont peut-être le mérite de la clarification. Dans les deux S.E.M., la ville était minoritaire, mais avec des parts presque  égales à celles du privé. Maintenant, il y aurait la RIVP publique et la SAGI  privée.

Manifestement, la ville ne communique pas excessivement sur le sujet! 

A.Constans 

19 septembre 2006

14e: 6 journées consacrées au handicap

medium_handicap.jpg6 jours pendant lesquels l'art, le sport, les loisirs ... servent de langage privilégié pour une belle rencontre entre personnes handicapées et valides.

 mercredi 20: loisirs

10 à 12h, Natation: piscine Aspidant Dunand, 2 , rue Saillard 

14h30-17h30: rencontres sportives avec les clubs du 14e, Gymnase Alice Milliat, 11ter, rue Alésia

30ans de Personimages: cocktail en musique, à 18h30, Galerie du Montparnasse

20h: Courts metrages de fiction autour de personnages handicapés Cinéma l'Entrepôt, 7-9 rue francis de Pressencé - personnes en fauteuil 01 43 14 65 47

 

Le programme de jeudi 21, portes ouvertes, est interessante:

 Centre Auguste Grosselin, 5-15 rue Olivier Noyer, 9h30 à 16h30:

Education pour déficients auditifs, visite,concerts,percussions

CAT Plaisance, 20 rue de l'Eure

10h - 16h: visite, exposition

Notre Dame de Joye, Les Amis de Karen, 71-73, av denfert Rochereau:

10h30 - 17h Exposition, musique, danse africaine, poney-club, pique-nique (à apporter),c oncert de percussions

AFTC, Broussais, 96, rue Didot, 13h - 17h

Autour du livre "Vivre avec un trauùatisme cranien"

Film "Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre" 

CAT Les Colombages  Broussais, 96,bis rue Didot

 10h - 16h Visite,expositions, animations

14h: film sur la vie du centre. 

 

18 septembre 2006

500.000 franciliens en "zone noire" pour le bruit routier!

medium_bouchons.jpgUn demi million de personnes résideraient autour des points noirs du bruit de la route. A cela s'ajoutent les autres pollutions sonores, notamment ferroviaires, aeriennes, et industrielles. BruitParif, l'observatopire du bruit en Ile de France, qui n'est pas près de se trouver au chômage technique, démarre une enquête qui durera jusqu'en fin 2007 pour déterminer l'exposition des franciliens au bruit. Cette étude sera fondée sur une campagne de mesures de bruit en 250 points de la région Ile de France.

17 septembre 2006

Taxes locales: la Région cogne...

Avec l'automne qui approche, les premières feuilles qui tombent sont celles des taxes locales, et en premier lieu les taxes foncières.

En Ile de France, la part de la Région, présidée par le socialiste Jean-Paul Huchon, continue d'augmenter très fortement: 18% cette année, qui viennent après les 22% de l'année dernière.  44% de hausse cumulée sur deux ans (et pas 40). Je sais, on nous objectera que la part de la Région est faible. Mais depuis qu'on le répète, l'écart s'ammenuise.

D'augmentation en augmentation, les impôts locaux sont devenus une charge lourde pour beaucoup, et encore plus en banlieue qu'à Paris, relativement préservé jusqu'à maintenant. 

Et ça n'a pas l'air près de s'arrêter.

A.C. 

 

 

 

16 septembre 2006

Villes trop chères : où peut-on encore se loger ?

Jamais les prix de l'immobilier en ville n'ont été aussi élevés et Paris bat évidemment tous les records en France. Et pourtant les citadins et plus encore les Parisiens se battent nombreux pour la moindre offre de logement.

Aussi, de plus en plus d'entre eux cherchent à s'éloigner du centre ville et la Seine saint Denis est le département limitrophe le plus demandé.

C'est le thème de l'émission Capital sur M6 demain dimanche 17 septembre à 20h 50.

14 septembre 2006

hausse encore!

Enfin une bonne nouvelle, le nombre de milliardaires est en forte hausse.

En 20 ans il est passé de 140 à plus de 800. Ils sont 14 en France, et... 5 en Afrique. Près de la moitié sont aux Etats-Unis.

La cause? hausse des matières premières, de la bourse et de l'immobilier.

 

 

Paris: les loyers restent en forte hausse

En dehors de l'augmentation annuelle légale, les loyers, surtout ceux des appartements, continuent d'augmenter.

La FNAIM annonce qu'au premier semestre 2006, le niveau moyen des loyers est égal à 12,10€/m2, soit en moyenne 628€ par mois, pour un appartement et 8,30€/m2, soit 866€ par mois pour une maison individuelle. Cela représente 4,4% d'augmentation par an pour les appartements et 0,4% pour les maisons. En région parisienne, la hausse se stabilise (4,1% contre 4,4% précédemment pour un appartement).

Il existe des écarts importants en fonction de la surface, environ 15€/m2 pour un studio ou un deux pièces, et 10€/m2 pour 4, 5 pièces ou plus. 

A.C. 

13 septembre 2006

Hausse de l’indice des loyers

L’indice de référence INSEE des loyers, IRL, qui sert de base au calcul de l’augmentation légale des loyers, en remplacement de l’indice INSEE de la construction, est en hausse de 2,46% (calculé en valeur annuelle) au premier trimestre 2006, contre 2.30% aux deux trimestres précédents.

Il s’établit ainsi à 104,61, par rapport à une base 100 choisie au deuxième trimestre 2004, date de sa création.

Les loyers "loi de 1948" de catégorie I, II et III ne peuvent pas augmenter de plus de 6% en région parisienne et 4% en dehors; les loyers de catégorie IV restant inchangés. 

27 août 2006

Olé!

medium_cristobal_pardo.jpg

Grand amateur de Montparnasse, du Dôme et de la Closerie des Lilas et aussi de tauromachie, Hemingway ne se sentirait pas dépaysé devant le génial système de circulation installé boulevard de port Royal à Paris. En effet, vouloir traverser le dit boulevard demande d’indéniables qualités de torero : il va vous falloir éviter quatre files de véhicules de sens chaque fois différent. D’abord des bus déboulant sur votre gauche et immédiatement après ceux déboulant sur votre droite. Puis, la file des voitures venant de la gauche, et enfin celles fonçant sur votre droite. Se trouver entre deux files relève de la passe à deux toros, un devant, un derrière.

Et on vous parle pas des motos… !

Vérifiez votre assurance et bonne chance.

A.C.

06 août 2006

la ligne B du RER remise à neuf: mais pas partout!

Avant la mise en service de "Charles de Gaulle Express", la ligne B sera modernisée en 2011 dans la partie Nord-Est de Paris. Cette ligne, très fréquentée, connait des difficultés pour assurer à la fois la desserte de la banlieue et l'acheminement des passagers de Roissy I et II.

Avec un financement privé, une bretelle spéciale entre Mitry-Mory et Roissy sera créée, d'une mongueur de 6,5 km. Toutes les voies de ce secteur seront par ailleurs modernisées.

Quand au secteur sud, Paris et banlieue, qui nous touche plus directement et qui en a pourtant bien besoin, ce n'est pas au programme!

A.C.

La "Maison ouverte" à Broussais

                                    La "Maison ouverte" au cœur de Broussais

Inaugurée en juin 2003, la "Maison ouverte", installée dans les locaux de l'ex hôpital Broussais, aborde de façon dynamique le processus de vieillissement de la population, et permet à tout un chacun d'accepter, quelles que soient les handicaps de la vieillesse, la conscience de notre finitude, en donnant à l'expression esthétique au quotidien, tout son poids, toute sa force.

La capacité d'émerveillement à la vie est ainsi sollicitée. Divers espaces aménagés ( coin lecture, bar, journaux, piano…) permettent convivialité entre tous. Le public peut participer à des activités de danse, mouvement, chant, à des moments musicaux, visites d'expositions, débats axés sur des activités créatrices ( écritures) ou ludiques.

En septembre 2007, la Maison déménagera dans l'ancienne école d'infirmières de l'hôpital N/D/ de Bon Secours. En 2010, elle intègrera définitivement une aile des locaux de la congrégation des Augustines de N.D. de Paris? propriétaire des terrains de la rue Giordano Bruno. Le site de Broussais est un site pilote. Un autre suivra dans le 12°, bientôt.                                                                                                       R.R