Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 janvier 2008

Solidarité franciscaine : journées d'amitié, Samedi 2 février:de 10h à 21h30 et dimanche 3 février de 10h30 à 19h

L'Association Solidarité franciscaine (Missions franciscaines) et les Franciscains de Paris vous invitent à leurs Journées d'Amitié 2008 au Couvent Saint François, 7 rue Marie-Rose. 75014

Cliquez en dessous pour le programme complet

Lire la suite

Votre voisin n’a pas de papiers

Spectacle gratuit suivi d’un débat avec la Cimade et des associations oeuvrant auprès des migrants  qui se déroulera le vendredi 1er février de 20h à 22h30 à Alésia Jeunes, 16 rue du Moulin Vert. Places limitées, réservation conseillée au centre paroissial de Saint Pierre de Montrouge, tél. : 01 43 95 41 00 (lundi- au vendredi 9h-12h/14h-18h ; samedi 10hà 12h.

6e524cc393f9c7d6aa2bc79479ae4eff.jpgSpectacle adapté pour la scène par la compagnie OPSIS à partir du livre édité par la Cimade* aux éditions La Fabrique « Votre voisin n’a pas de papiers, paroles d’étrangers ». Ce livre est un recueil de témoignages d’immigrés sans papiers qui sont venus en France car ils sont en danger dans le pays qu’ils ont quitté. Ils tentent désespérément de régulariser leur situation, d’obtenir l’asile politique et de faire venir leur famille. Ils se heurtent à une législation de plus en plus compliquée et contraignante, à des administrations qui n’écoutent pas ou qui ont reçu des consignes très restrictives.

Ils vivent dans la peur, la clandestinité, avec la menace d’une expulsion, parfois pendant des années. Sans papiers, ils n’ont pas la possibilité d’avoir un travail déclaré et ne peuvent ni se loger, ni se nourrir ni se soigner correctement.

Le spectacle présente 7 témoignages qui sont expliqués par un conteur donnant le contexte politique, législatif, familial de chacun des parcours de ces migrants.

C’est poignant, car les situations évoquées sont tragiques : aucun pathos rajouté, l’exposé des faits suffit à nous faire comprendre les souffrances endurées par ces hommes, ces femmes et ces enfants et l’absurdité des conditions souvent dégradantes qui leur sont imposées.

 La compagnie OPSIS est elle-même composée de membres issus de France, Géorgie, Grèce, Chine, Brésil, Algérie. Cette diversité culturelle enrichit l’enseignement dispensé à l’école de théâtre qu’elle a créée, EVA.

Monique Garrigue-Viney

 

*La Cimade

La Cimade, service œcuménique d’entraide, est une association nationale d'origine protestante. Créée en 1939 pour venir en aide aux populations déplacées en raison de la guerre, elle continue aujourd'hui encore à assurer l'accueil et le soutien d'étrangers présents en France : permanences juridiques pour les migrants et demandeurs d’asile, pour les femmes étrangères victimes de violence, pour les étrangers malades, auprès des étrangers en prison. Elle est la seule association agréée par le gouvernement pour assurer une présence associative dans les centres de rétention administrative.

Forte de sa présence aux côtés des migrants et face à des législations de plus en plus restrictives qui multiplient les situations d'exclusion où les droits et la dignité des personnes sont gravement menacés, la Cimade témoigne des injustices qu'elle constate et propose des alternatives pour une politique plus respectueuse des droits humains.

 

Contacts: Cimade - Ile de France - Tel. : 01 40 08 05 34  -Internet: poste-idf@cimade.org

30 janvier 2008

P. Luc Dubrulle : la théologie… et ses applications

d640eff7b098b18e41a057e00d9bb99f.gifL’action sociale, la charité. Le P. Luc Dubrulle y a réfléchi, longtemps : sa thèse de doctorat, soutenue en mai dernier pour le doctorat en histoire des religions et en anthropologie religieuse (à la Sorbonne) et en théologie (à la Catho de Paris) porte sur Mgr Jean Rodhain, le créateur du Secours catholique. L’idée du P. Rodhain ? Multiplier les acteurs pour aider les hommes, les femmes, les familles en détresse, en réveillant ce qu’il appelait les « chômeurs de la charité » et qui pouvait se mettre très vite au travail. Vous, moi, des groupes de paroissiens capable de donner et d’agir…

La théologie, c’est le point fort du Luc Dubrulle. Né en 1959  à Avion dans le Pas-de-Calais, il l’a étudié à Paris et à Lille. Ordonné prêtre en 1987 pour le diocèse d’Arras, il a poursuivi ses études à Rome, en théologie morale . Il a été aumônier JEC, chargé d’enseignement auprès des laïcs, dans une école d’infirmières, délégué régional du Mouvement des Cadres chrétiens (MCC), curé de paroisse, délégué diocésain pour la radio… Depuis le 1er septembre 2007, son doctorat le désignait pour prendre la direction  de l’Institut d’études religieuses de Paris (IER), et il revient donc plus directement à l’enseignement. « J'aime la théologie, tant dans son aspect de formation humaine intégrale que dans sa recherche de propositions pastorales pour les sociétés d'aujourd'hui. » explique-t-il. L’IER reçoit actuellement 160 laïcs et 30 religieuses, venus de 17 pays différents, qui s’y forment à un haut niveau.

Gérard Desmedt

Jeudi 31 janvier à 20h 30, au Centre Paroissial, 9 passage Rimbaut, le P. Luc Dubrulle interviendra dans le cadre des Jeudis de Saint Pierre, sur le thème:

"Une paroisse peut-elle être le lieu de la charité, un lieu d'amour, comme dans une famille? 

28 janvier 2008

Stéphane Hessel : un optimiste pacifique et combatif

Dans le cadre du festival de la charité, conférence-débat de Stéphane HESSEL , mardi 29 janvierà 20h 30, au Centre Paroissial, 9, passage Rimbaut

« Il faut combattre le fantasme d’une immigration qui serait dangereuse pour notre pays, parce qu’elle augmenterait le chômage – ce qui est faux – ou qu’elle diminuerait l’identité française – ce qui est absurde. Car ce qui fait sa caractéristique, c’est précisément sa diversité culturelle. »

Lorsqu’il parle d’immigration, Stéphane Hessel sait de quoi il parle. Il est lui-même né allemand, à Berlin en 1917, avant de venir en France avec ses parents dans les années 1920.

Mais il choisit la nationalité française et, en 1941, le jeune normalien rejoint de Gaulle à Londres, avant de repasser en France comme résistant. Arrêté, déporté, Stéphane Hessel sort de la guerre avec une conviction : il veut travailler pour la compréhension entre les hommes et pour la paix. Un engagement le conduit, comme diplomate, à corédiger la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948.

Il travaille ensuite notamment avec  Pierre Mendès-France, Michel Rocard. Homme de terrain et de médiation, il est de multiples combats, défendant les paysans sans terre du Sahel,  les Palestiniens, les sans-papiers (il a fait partie du collège des médiateurs suite à l’affaire de l’occupation de l’église Saint Bernard), n’hésitant jamais à interpeller tous les gouvernements chaque fois qu’il estime que des droits sont bafoués.

Et il continue, à 90 ans, à écrire, à parler, avec un optimisme incorrigible. Pour lui, la France a besoin de l’immigration. Le pays en profite, car elle apporte une richesse économique et culturelle. Des idées qui, en 2008, ont encore du mal à passer dans l’opinion.

Gérard Desmedt

27 janvier 2008

Festival de la Charité, Forum de Solidarité, de Fraternité… dans le 14ème

Pendant la période du 27 janvier au 5 février : problèmes de précarité, de solitude, d’exclusion, de santé, logement, éducation…. vont être les thèmes de réflexion d’échanges, conférences, tables rondes et expositions. En effet, les paroisses de Paris vont accueillir les associations et les mouvements de leur quartier qui agissent dans les domaines de la solidarité.  A cette occasion, on pourra  rencontrer les personnes qui ont déjà pris des initiatives pour tenter de résoudre ces problèmes. On peut espérer que cela permettra de développer une synergie encore plus importante entre les actions déjà lancées. Des liens pourront  se nouer entre tous les bénévoles, salariés et personnes accompagnées car c’est dans un cadre festif que ces échanges se dérouleront.

Nous avons réalisé le programme de toutes (nous l’espérons) les manifestations qui vont se dérouler dans le 14ème  arrondissement. Vous pouvez  le consulter en cliquant sur le logo « festival de la Charité » qui se trouve dans la colonne de droite  de notre « Blog ».

M.G.V.

22 janvier 2008

Emmaüs, 80, bd. Jourdan - 75 014 - suite

Jean Gaucher est le responsable de cet "entrepôt/magasin", où  on engage toute personne désireuse de travailler, des hommes pour l'instant car la manutention est difficile. Ceux-ci ne sont pas forcément engagés à plein temps, et n'ont pas besoin d'être intégrés dans la communauté Emmaus et d'y vivre (sauf s'ils le souhaitent).

Les conditions de travail sont, entre autres, pas de consommation d'alcool pendant le temps de travail et bien sûr ne pas arriver en état d'ébriété. Aucune qualification n'est requise mais il vaut mieux préparer un petit CV.

Si on souhaite déposer des dons, ils acceptent tout (déposer du mardi  au vendredi : seulement l'après midi), les ventes sont le samedi toute la journée.

Mardi 22 janvier, journée anniversaire de la disparition de l’abbé Pierre.

6169e8430fb310eb2f678ccc11b4d0eb.jpg

Emmaüs Défi propose de fêter et poursuivre l’élan de solidarité qu’avait fait naître l’Abbé Pierre à Paris et dans toute la France.

1 - Des ballons Emmaüs seront distribués pour être accrochés partout: aux fenêtres, aux voitures…

 2- Un grand pot de l’amitié est organisé par l’association Emmaüs Défi, entre 17h et 20h au Bric à Brac, 80 bd Jourdan 75014.

 3- Les visiteurs sont invités à faire le don d’un objet : bibelot, meuble, vêtement, jouet,  livre,… et à le déposer au Bric à Brac Emmaüs, 80 Bd Jourdan (toute la journée du 22 janvier) ou à la Mairie du 14° (dépôt de 12h à 20H) 2 place Ferdinand Brunot 75014.

4-Un écran géant devant le Bric de Jourdan diffusera des images de l'Abbé Pierre.

 Venez nombreux avec votre don!

20 janvier 2008

Changements climatiques : Les chrétiens doivent prendre leurs responsabilités

Les évêques européens invitent les chrétiens à « prendre leurs responsabilités » en matière de changements climatiques et style de vie chrétien.

0b70adc23e5b651347a72d4bafcb0541.jpg

Le groupe de travail « Politiques de l'Union Européenne en matière de changements climatiques et style de vie chrétien » mis en place par la Commission des Episcopats de l'UE (COMECE) s'est réuni pour la première fois le 11 janvier dernier à Bruxelles, sous la présidence de Franz Fischler, ancien Commissaire européen à l'agriculture, indique un communiqué de cet organisme.

En mars 2007, l'Union européenne s'est engagée à réduire de 20% ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020. L'accord récemment trouvé lors de la Conférence de Bali a ouvert la voie à la mise en œuvre de nouveaux objectifs mondiaux pour l'après Kyoto.

Les évêques de la COMECE souhaitent que les chrétiens prennent leurs responsabilités face à cet enjeu fondamental pour l'humanité. Afin d'apporter une contribution à la réflexion, ils ont officiellement décidé le 23 novembre 2007 de la mise en place d'un groupe de travail sur « les politiques de l'UE en matière de changements climatiques et le style de vie chrétien».

19 janvier 2008

27 janvier au 5 février, Festival de la Charité : Un temps d’information, de rencontres, et de fêtes sur le thème de la solidarité.

Rencontre avec Marie-Céline Audic, coordinatrice pour Saint Pierre de Montrouge.

4803adc14487cde3da80c5c05a674320.gif

Le Festival de la Charité, qu’est-ce que c’est ?

C’est un ensemble de rencontres, d’échanges, de débats et de fêtes …qui se dérouleront pendant une dizaine de jours du 27 janvier au 5 février 2008 à Paris sur un thème essentiel pour les Chrétiens : la Charité, c’est-à-dire l’amour des autres, indissociable de leur foi. C’est donc une occasion pour le diocèse de Paris de faire découvrir et de partager toutes les initiatives prises dans le domaine de la solidarité.

 
b4ee9d2de2e679a32d15ba58fd8abf0f.jpgPourquoi cet événement a-t- il suscité une grande mobilisation à Saint Pierre  de Montrouge ? Parce que cela s’inscrit à la suite de 2 moments importants vécus dans notre paroisse : « Paris Toussaint 2004 » au cours duquel il y avait eu des « Portes Ouvertes » pour les associations caritatives. Il fut alors décidé d’organiser « une Journée de la Solidarité » qui s’est déroulée  en janvier 2006: chaque mouvement a pu y présenter son action. La découverte de ce qui était vécu par les uns et les autres a été tellement fructueuse qu’il a semblé nécessaire de renouveler l’expérience. Des projets ont été lancés et, au printemps 2007, élargis et enrichis pour créer ce festival : en effet, au lieu d’une journée, nous avions la chance de disposer d’une période de 10 jours!

 
Quels sont les objectifs de ce festival ?

Outre la découverte de la diversité des initiatives grâce aux témoignages qui seront donnés, ces journées seront l’occasion d’une réflexion au travers des rencontres entre les acteurs des différentes associations et mouvements de notre quartier.

L’ambition est d’associer à cette démarche d’entre aide le plus grand nombre car la solidarité est l’affaire de tous.

Ce festival peut être aussi un moyen de changer de regard sur ce qu’est la charité.

Ces moments passés ensemble devraient permettre de créer des liens entre les personnes qui y participent.

 
Quelles sont les propositions ?

-Des échanges sur un thème qui s’est imposé lors de la préparation : l’immigration avec une conférence-débat de Stéphane Hessel, et un spectacle théâtral de la Cimade.

-Des informations : grâce à des expositions photographiques sur le logement et sur le thème de la charité, la visite d’un lieu d’accueil pour les sans-abri. Des journées « Portes ouvertes » permettront de présenter des mouvements et associations qui oeuvrent dans le domaine de la solidarité.

- Une réflexion plus spirituelle : guidée par la conférence du théologien Luc Dubrulle

« La paroisse peut-elle être un lieu de charité, un lieu d’amour comme dans une famille ? »

-Des  moments festifs : des repas, un après-midi dansant et la « crêpe-party » du Mardi Gras, en effet, quoi de mieux pour se découvrir que des moments de convivialité où accueillis et accueillants peuvent participer et échanger librement ?

-Les enfants sont invités à des activités ludiques, la fabrication de décorations et de petits cadeaux et à un spectacle sur l’eau et la solidarité.

Monique Garrigue-Viney

18 janvier 2008

Du 18 au 25 janvier : Semaine de prière pour l'unité des Chrétiens

Sur le thème : "Priez sans cesse" (1Th 5,17)

- Samedi 19 janvier – 20h30, Veillée œcuménique de prières et de chants à l'église St Pierre de Montrouge.
- Mercredi 23 janvier à 20h30, Rassemblement œcuménique pour Paris à l'église St Gervais et Protais (derrière l'Hôtel de Ville) avec la fraternité monastique de Jérusalem.
- Dimanche 3 février, à 10h30, Culte de l'Amitié au Temple de l'Eglise réformée de Plaisance-Montparnasse, 95 rue de l'Ouest, 75014 Paris
- Mardi 12 février, à 18h45 au Centre paroissial, 9 passage Rimbaut : Rencontre avec Odile Leleu, organisatrice de la journée mondiale de la prière

17 janvier 2008

Le logement social à Paris : une urgence - exposition à Saint Pierre de Montrouge

Alors que 12 % des ménages parisiens vivent en dessous du seuil régio-nal de pauvreté et que plus de 130 000 Parisiens dépendent de minima sociaux, le diocèse de Paris a souhaité organiser un événement d’une semaine où on puisse découvrir la générosité des Parisiens impliqués dans l’aide aux personnes isolées, en difficulté ou mal-logées : un « Festival de la Charité » dont l’organisation est confiée localement aux paroisses et mouvements. C’est dans ce cadre que s’inscrit la semaine organisée au niveau de la paroisse Saint-Pierre de Montrouge, du 27 janvier au 5 février 2008-01-17.

Tout au long de ce « Festival », une exposition consacrée à la question du logement se tiendra dans l’église Saint Pierre de Montrouge. La Voix du XIVème a interrogé Juliette Ferreyrolles, animatrice à l’antenne des personnes sans domicile pour le diocèse de Paris, qui a la responsabilité de cette exposition :

« 100.000 demandes de logements sociaux insatisfaites à Paris, le recours à des solutions toujours précaires, parfois très onéreuses pour les familles nombreuses de travailleurs pauvres, c’est ce constat alarmant qui est à l’origine de l’exposition sur le logement qui sera présentée à notre paroisse pendant le Festival de la Charité.

Quel est le but de cette exposition ? »

« Cette exposition créée par le diocèse de Paris est proposée aux paroisses. Elle se compose de 6 affiches, auxquelles les paroisses peuvent ajouter une septième. Elle a pour but de provoquer une prise de conscience à la problématique du mal logement à Paris et d’inciter des chrétiens à agir, chacun à son niveau.

Plus particulièrement, son but est d’inciter les propriétaires de logements vacants à les proposer à des locataires à bas revenu, tout en recevant le soutien d’associations spécialisées »

« Quelles sont les associations qui oeuvrent dans ce domaine ? »

« Trois associations oeuvrant pour l’amélioration du logement des plus pauvres, chacune suivant sa mission propre, sont présentes pendant toute la durée de l’exposition pour témoigner de leur expérience et informer les personnes intéressées. Ce sont le Secours Catholique, la Conférence St Vincent de PauL et Solidarités Nouvelles pour le Logement. Par exemple, des propriétaires de logements anciens nécessitant une réhabilitation, peuvent recevoir une aide. »

Isabelle Constans

08 janvier 2008

Evénement ! Concert des Petits Chanteurs à la Croix de Bois

b8774b5d090dcde97c9ff12eab45ecd5.jpg

Vendredi 11 janvier à l’église Saint Pierre de Montrouge à 20h 30.

Les billets sont vendus à l'accueil paroissial, 9 passage Rimbaut 75014 (01.43.95.41.00) Entrée : 20 euros pour les adultes, gratuit pour les moins de 15 ans. Sinon, vous pourrez les acheter à l’église, le jour du concert dans la mesure des places restées disponibles.

Métro Alésia, bus 28, 38, 62, 68

26 décembre 2007

Voeux de la communauté des Fioretti

6de24ae576faec8ae9b110d5c0b66299.jpg

Cette fresque magistrale de Giotto di Bondone, dit aussi "le Giotto", a été peinte entre 1303 et 1306 à Padoue et est un des éléments de la "Chapelle Scrovegni", dans l'Eglise de l'Arena à Padoue.

Un très joyeux Noël et nos meilleurs voeux pour l'année qui vient. Que la communauté des Fioretti rayonne de la lumière de Noël!

24 décembre 2007

Joyeuses fêtes de Noël

204192e225de5b81e85d79955b48f76f.jpg

La crèche de Saint Pierre de Montrouge a été réalisée par le groupe Art, Culture et Foi, autour d'un tableau de Christine CHELINI.

Comme l'année dernière, La Voix tient à marquer la fête de Noël en rappelant l'origine de la tradition de la représentation de la crèche dans nos églises et chez nous. L'idée en revient à St François qui a voulu célébrer le mystère de l'Incarnation très humble du Seigneur par une crèche vivante.

Et que cette évocation du « tout puissant et bon Seigneur », comme aimait à le nommer St François, en un enfant couché dans une mangeoire vous accompagne pour Noël et vous soit une source de profonde joie.

Qu'elle vous aide tout particulièrement si vous êtes dans la souffrance, la maladie, ou encore la solitude.

A tous la Voix souhaite un joyeux Noël.

 

23 décembre 2007

Toutes les Célébrations de Noël dans le 14ème

A  Saint Dominique, 20 rue de la Tombe Issoire - Lundi 24 décembre : Nuit de Noël, solennité de la Nativité du Seigneur

-18 h 00 : Conte de Noël 18 h 30 : Messe des Familles

-22 h 00 : Concert d’orgue par Mr Christian Lavenu

-22 h 30 : Messe de la nuit

 

 A la chapelle Saint Yves (11 rue Saint Yves) La Paroisse St Dominique et la Communauté Malgache fêtent ensemble la naissance du Christ -18 h 30 (en français)

- 22 h 00 (Communauté Polonaise)

Mardi 25 décembre : jour de Noël, solennité de la Nativité du Seigneur

-Messes à Saint Dominique 9 h 00 – 10 h 30 – 18 h 30

18 h 00 : Concert d’orgue par Mr Christian Lavenu

-Messe à la chapelle Saint Yves 11 h 00 (Communauté Polonaise)

 

A Notre-Dame-du-Rosaire, 194 rue Raymond Losserand
Lundi 24 décembre :
- 18h30 : messe de Noël pour les enfants et les familles
- 21h30 : messe de la Nuit
Mardi 25 décembre : - 10h30 : messe du jour (pas de messe à 9h)

Lundi 24 décembre. 19 h messe de Noël des Familles. 22 h Messe de la nuit de Noël.
Mardi 25 décembre. 11 h et 17 h 30 Messe du jour de Noël.

 

A Notre-Dame-du-Travail  de Plaisance 36, rue Guilleminot  ou 59, rue Vercingétorix 

24 décembre :

- 19h  Célébration de la nativité du seigneur pour les familles

- 22h30 : Veillée, 23h30 Messe  de la Nativité

25 décembre : Messe de la Nativité à 9 h et 11h (célébration solennelle)

 
A St Pierre de Montrouge : place Victor et  Hélène Basch
Lundi 24  décembre

-18h : Veillée. Messe de Noël (des familles) à 18h30

-23h : veillée. A minuit : messe solennelle de la Nativité

Mardi 25 décembre   

-Messe du jour de Noël à 9h30, 11h (messe solennelle) et 18h30

 

Chapelle St Paul 171 boulevard Brune

-Lundi 24 décembre à 18h : Messe de la Nativité

-Mardi 25 décembre à 10h : Messe du jour de Noël

 

A la chapelle N-D de Bon-Secours, 68 rue des Plantes

-Lundi 24 décembre à 20h : Répétition de chants, à 20h15 : Audition d'orgue, à 20h30 : Messe de la Nativité
-Mardi 25 décembre à 10h30 : Messe du jour de Noël

 
Couvent Saint François, 7 rue Marie Rose

-24 Décembre à 22 h 30 : Veillée de Noël suivie, vers 23 h, de la Messe de la Nativité.

A l'issue de la messe, partage autour d'un chocolat chaud.

-25 Décembre à 10 h 30  messe solennelle de la Nativité du Seigneur


Paroisses voisines

 
Notre-Dame des Champs, 91 boulevard du Montparnasse 75006

Lundi 24 décembre :- 19 h messe de Noël des Familles.

- 22 h Messe de la nuit de Noël.
Mardi 25 décembre.

11 h et 17 h 30 Messe du jour de Noël.

 
Chapelle Saint Bernard de Montparnasse.34, place Raoul Dautry - 75015 Paris (Entrée sous la pendule de gauche de la gare)

-Lundi 24 décembre  à 20h30 : Veillée et messe de Noël
-Mardi 25 décembre : Messe à 11h00

 

 Saint Albert le Grand, 122 rue de la Glacière ou 123 rue de la Santé 75013

-24 décembre à 18h.50 : courte veillée de Noël : Chants de Noëls . A 19h. : Messe de la nuit de Noël suivie d’un repas fraternel pour ceux qui le désirent.
-25 décembre

11h et 19h. : Messe du Jour de Noël

 

3ef4bf9674a268e5456bc94f81207bd1.jpg

22 décembre 2007

Conte de Noël

6979941de244fc80feb572d33b6c38d1.jpg

Hellébore noire (1)…. Ce n’est pas un joli nom pour une fleur comme moi !

Comment voulez-vous que je me trouve belle, que je sois belle, que je sente bon, que j’ai beaucoup de pétales avec un nom pareil !

Alors, un soir d’automne, soir de grand vent… il m’est arrivé une idée ; J’ai lâché une de mes graines dans la nuit…

Aussitôt, ma graine a voyagé, voyagé vers un lointain pays dans la nuit,

Et puis encore le jour, la nui, et encore le jour et le soir…

Alors, la neige s’est mise à tomber, tomber… et lui a fait peur.

Ma graine s’est posée bien à l’abri dans une grotte.

Il y faisait si bon que cette petite graine s’est installée là, contente, ravie, vraiment rassurée, et si heureuse qu’elle s’est mise à germer… à germer le jour et la nuit…

A sortir de terre, et puis à grandir, grandir et fleurir !!

Et cette nuit là sont arrivés des visiteurs, ou plutôt des voyageurs fatigués qui cherchaient un abri, et comme il n’y avait plus de place dans l’auberge pour eux,

Ils se sont arrêtes dans ma grotte, tout contents de trouver un abri, car la dame attendait un bébé !

Et ce bébé allait venir, il allait naître, il allait naître,

Et moi, j’allais voir cela !

J’étais tellement contente de voir naître ce petit homme que cela m’a fait grandir,grandir, grandir encore.

Le papa, la maman qui étaient bien fatigués, ont construit une petite nacelle pour ce bébé qui allait arriver. Et ils l’ont posée tout près de moi, peut-être parce qu’ils m’ont trouvée belle ? J’étais heureuse, heureuse comme une belle fleur !

Alors, je continuais à grandir, à fleurir… et je crois, j’espère que je commençaisà sentir bon aussi, et quelques nouveaux  pétales me poussent peut-être,

Je ne sais pas…

Eux, ils étaient contents qu’une fleur pousse à coté du bébé qui allait naître.

Et à minuit, le bébé est né… beau, beau, BEAU ! car c’était l’enfant Jésus !

Et moi ce grand jour là, je suis devenue la « rose de Noël. »

Ne l’oubliez pas : l’ « hellébore noire » n’existe plus !

Je m’appelle la « rose de Noël »

Je suis blanche comme neige !

 

Marie Jacqueline d’Estais

(1) Le nom botanique de la rose de Noël, fleur d'hiver, est bien hellébore noire. Pourquoi noire malgré sa couleur?

Parce c'était la fleur des empoisonneurs, dont les décoctions à base d'hellébore envoyaient leurs victimes ad patres! 


21 décembre 2007

Emmaüs ouvre un « bric à brac »

Vente exceptionnelle samedi 22 décembre de 11h à 18h.
80 boulevard Jourdan
Emmaüs ouvrira le 12 janvier un « bric à brac », 80 boulevard Jourdan, à proximité de la Porte-d’Orléans. Les particuliers y trouveront meubles, vêtements, livres, objets de décoration et bibelots d’occasion. L’ouverture au public se fera tous les samedis.

 Le magasin emploiera une trentaine de personnes vivant dans la précarité.

L’initiative est soutenue par la Mairie de Paris et  la Mairie du 14e arrondissement qui ont temporairement mis à la disposition de l’association les locaux d’un ancien garage automobile acquis en vue d’une opération de logement social mais dont le chantier ne doit démarrer que fin 2008.
http://www.emmaus-france.org/

16 décembre 2007

Un festival de la Charité, pourquoi faire ?

La Voix vous a annoncé cette manifestation -voir la note- proposée par le diocèse de Paris et organisée par les paroisses, du 28 janvier au 5 février. Voici quelques infos sur ces objectifs.

Vivre la charité comme une fête
Festival et charité, les deux mots peuvent sembler contradictoires. En réalité, il n’en est rien. Car la charité n’est ni ennuyeuse, ni contraignante. Au contraire, elle peut se vivre comme une fête. C’est peut-être le premier objectif du Festival de la Charité que le démontrer, en manifestant l’espérance qui habite la communauté chrétienne.

Un festival d’initiatives
Il s’agit aussi d’offrir un temps privilégié pour témoigner de la profusion et de la richesse des initiatives qui visent, autour de nous, à aider les sans domiciles, les familles en difficulté ou encore les gens âgés ou isolés.

La charité est l’affaire de chacun
L’ambition est ainsi d’associer à cette démarche d’entre aide le plus grand nombre. Car la charité ne relève pas seulement de la responsabilité de « spécialistes », associations, paroisses ou aumôneries, sur lesquels on compterait pour agir. Elle est aussi l’affaire de tous les baptisés. A chacun de s’engager avec d’autres, ici et maintenant, mais aussi dans le temps, pour évangéliser par l’amour.

Changer de regard
Dernier objectif du Festival, aider les gens à changer la façon dont ils regardent ceux qui sont aidés. Loin d’être des marginaux, ils ont en effet toute leur place dans notre communauté. Repas festifs, danses, jeux ou expo-photos seront autant d’occasions, de témoignages en rencontres fortuites, de leur permettre de s’exprimer. De nouer des liens durables, aussi.

14 décembre 2007

Clocher de Saint Pierre : ça (re)démarre

Début janvier le chantier de réfection du clocher doit réellement démarrer, avec, en premier lieu, l’installation de l’immense échafaudage (près de 60 mètres de haut), qui va entourer le clocher et déborder sur le trottoir de l’avenue du général Leclerc. L’emprise du chantier sur le trottoir de l’avenue du Maine sera importante également, avec les baraques de chantier et la desserte par les camions.

bcffe7e9c13bcd7be8aaeeb974a95d07.jpg

Il était initialement prévu un début des travaux en fin juillet, mais des difficultés administratives ont entraîné  ce retard de près de six mois.

Rappelons que cette rénovation est importante : réparation de la croix qui avait reçu le foudre, changement des (nombreuses) pierres en mauvais état, changement des cloches et mise en place d’éclairages et d’illuminations. Elle doit durer au moins dix-huit mois.

Rappelons aussi que le maître d’ouvrage est la Mairie de Paris.

A.C.

13 décembre 2007

Demain soir: Concert de Noël « Holy night ! » par le Groupe Gospel Pic’Pulse

La Voix vous l'a déjà annoncé. Le groupe vous présente le concert.

ce3c83b96134c3382df4ceaa66dec160.jpg

Se préparer à Noël dans la joie et les chants : voici une invitation de notre chorale à l’occasion de notre premier concert de l’année à Paris. Sous la direction du P. Serge Gougbèmon, nous revisiterons, vendredi 14 décembre prochain, à St Pierre de Montrouge (Paris 14ème), un certain nombre de classiques de Noël, des airs connus revus et arrangés pour la circonstance ; bref, une bonne préparation à la joie de Noël.

Dans nos concerts souvent il est difficile de rester spectateur passif ! De cet échange entre public et chorale naît une joie qui n’a rien d’artificiel ; n’est-ce pas cela la joie de Noël ?

Vous l’avez compris, ce concert prendra tout son sens avec votre participation. Rendez-vous donc à 20h30, le vendredi 14 décembre ! (billet 10€)

 Enthousiasme, joie, esprit de communion et de partage

Sous la direction du P. Serge Gougbèmon, chef de choeur, notre chorale réunit aujourd’hui une soixantaine d’étudiants et jeunes actifs de Paris et sa région.

Notre projet : Vivre l’expérience du chant chorale comme occasion de rencontre et d’ouverture à l’autre.

12 décembre 2007

Création de l'Institut Jean-Marie Lustiger

La création de l'Institut Jean-Marie Lustiger a été annoncée par le diocèse de Paris, le 8 décembre, date anniversaire de l'ordination épiscopale du P. Jean-Marie Lustiger, en 1979.

Le 8 décembre 1979 en effet, en la solennité de l'Immaculée Conception, Jean-Marie Lustiger était ordonné évêque.

Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, a donc annoncé pour le 8 décembre 2007, la création de l'« Institut Jean-Marie Lustiger » pour promouvoir l'approfondissement par le plus grand nombre de « ce que Jean-Marie Lustiger a apporté à l'Église catholique comme à la société ».

En sont co-fondateurs ceux que le cardinal Lustiger avait désignés pour veiller à son œuvre et à ses écrits. Au Comité d'honneur et au Conseil scientifique s'ajouteront comme « Amis de l'Institut Jean-Marie Lustiger » les personnes qui désireront soutenir plus étroitement les activités de l'Institut.

L'Institut aura pour première tâche « la sauvegarde de tous les documents possibles concernant Jean-Marie Lustiger ». Il s'appliquera à recueillir les témoignages, organisera des colloques ou journées d'études et encouragera des recherches et des thèses de doctorat.

L'Institut sera abrité par le Collège des Bernardins, dernier projet lancé par le cardinal Lustiger, qui sera ouvert au public en mai 2008.

A.C. 

09 décembre 2007

28 janvier-5 février: Festival de la Charité

fcdd1af8629632a37b205a97da524625.jpgIl est proposé par le diocèse, et organisé par les paroisses. Le diocèse organise de son coté un certain nombre d'évènements et les met à la disposition des paroisses.

Saint-Pierre de Montrouge participe au Festival de la Charité

"Lorsque l’amour de Dieu est source d’amour au cœur de chacun, les épreuves et les difficultés laissent naître l’espérance.
Cette semaine nous invite à nous arrêter pour être attentifs et nous émerveiller pour toutes les joies données et reçues, pour toutes les mains tendues, pour toutes les mains saisies, pour la générosité et l’attention portée aux autres dans un cadre organisé (associatif, caritatif) ou non. Elle nous invite à être plus attentif à chacun, à réfléchir ensemble pour avancer, nous ouvrir, grandir dans la fraternité."

Il est ainsi proposé des moments de réflexion et de rencontre, en journée et en soirée, pour tous les âges et toutes les conditions de vie.
"Cette semaine permettra de connaître les associations du quartier qui œuvrent pour la solidarité. Nous prendrons le temps de célébrer, le dimanche 3 février, et de fêter tous ensemble le mardi gras. Puisse-t-elle permettre de dévoiler à notre regard la richesse de l’autre qui nous était restée cachée, et allumer dans notre cœur une flamme, un feu brûlant."

De très nombreuses actions caritatives existent dans chaque quartier

- au niveau des paroisses, des aumôneries, des associations …
- dans de nombreux domaines : personnes sans domicile, personnes âgées isolées, familles en difficulté…ou écoute, vestiaire, aide alimentaire, alphabétisation, aide au logement, orientation…
- menées par des personnes ou des groupes considérés parfois comme des « spécialistes du caritatif »,
- souvent méconnues dans leur existence, leur contenu réel et le nombre de personnes impliquées.

Le Festival à pour but de:

- permettre des échanges entre les acteurs de la charité dans les paroisses, en particulier aider les générations à travailler ensemble dans la diversité de leur approche de la solidarité ;
- partager expériences, difficultés et espérance dans une démarche œcuménique, interreligieuse ou dans les échanges avec d’autres partenaires non croyants
- susciter l’engagement d’autres paroissiens ;
- communiquer avec les habitants du quartier ;
- grâce à ces échanges, découvrir d’autres formes de pauvretés présentes sur le quartier.
Chaque paroisse reste maître d’œuvre de ce festival sur son territoire et sera mieux à même de discerner ses propres objectifs en adéquation avec ses acteurs et son terrain.

Régulièrement et jusqu’au Festival lui-même, La Voix va vous tenir informé pluys précisemment des nombreux projets, qui composent cette grande manifestation.

Pour plus d'info, vous pouvez consulter le site diocésain www.festivaldelacharite.org

08 décembre 2007

« Se rapprocher des sans abri. Quoi faire, comment faire ? ».

L’association Pension de famille à Bauer-Thermopyles-Plaisance organise une soirée au Moulin à café le mardi 11 décembre à partir de 20h30 au Moulin à café, 8, rue Sainte Léonie, Métro Pernety. La soirée sera dédiée au thème des sans abri parisiens : « Se rapprocher des sans abri. Quoi faire, comment faire ? ».

L’association invite des représentants des « Enfants de Don Quichotte » pour échanger avec eux. Augustin Legrand viendra nous parler des actions et campements prévus cet hiver. Marco Russo, ancien de la rue et aujourd’hui travailleur social, témoignera de son engagement auprès des sans abri, d’un projet de « maraudes citoyennes », de sa façon d’aborder les sans abri…

 Cette soirée s’adresse aux habitant-e-s qui se posent des questions au sujet de leurs voisins SDF, qui voudraient les aider mais ont besoin de conseils concrets n’osant pas toujours approcher la personne ne sachant pas quoi proposer. C’est l’occasion de partager nos expériences, nos questionnements, nos idées aussi.

Tout cela dans l’objectif éventuel de soutenir les campements qui vont se mettre en place cet hiver, au-delà du 14e et/ou de proposer quelque chose dans notre quartier.

Pour en savoir plus sur le projet « pension de famille », cliquez sur ce lien : http://www.14evillage.info/spip.php?article14

 

07 décembre 2007

La mort de Vincent Humbert n'était pas une "fatalité"

La diffusion par TF1 du téléfilm sur la mort de Vincent Humbert a provoqué la réaction du Kiné qui l'a suivi pendant deux ans, sous la forme d'une vidéo mise en ligne par SOS-fin de vie.

L'agence de presse du Vatican publie à ce propos un texte de Tugdual Derville, ainsi que le témoignage du kiné Hervé Messager. La Voix vous propose les deux liens suivants, pour vous permettre de vous éclairer sur cette douloureuse affaire.

Témoignage de Hervé Messager

Texte de Tugdual Derville

 

 

28 novembre 2007

Journées d’amitié 2007 à la paroisse Saint Dominique :

 Samedi 1er décembre de 14h à 20h  et dimanche 2 décembre de 10h à 20h.

Ces Journées, ainsi que leur préparation, nous donnent l’occasion de faire connaissance, de nous retrouver en dehors de nos activités habituelles, qu’elles soient paroissiales ou autres, et de soutenir la vie paroissiale sous toutes ses formes, notamment économique. Ces 3 dernières années, le résultat net a couvert  4,9% des dépenses de la paroisse.
Le succès de ces Journées dépend de la participation des paroissiens qui peut revêtir des formes très diverses.

18-20 rue de la Tombe-Issoire, 75014 PARIS (Métro Saint-Jacques)
Secrétariat et Presbytère : 11, Villa St Jacques.  Tél : 01 45 65 20 25 ; Fax : 01 45 80 17 52

 Site Internet : http://saintdominique-paris.cef.fr

22 novembre 2007

A Notre Dame du Rosaire

Vendredi 23 novembre : Concert au bénéfice de l’Ecole des Sables

Le groupe vocal ‘Pro Homine’, 26 chanteurs amateurs et 7 instruments anciens, professionnels, proposent le Gloria de Vivaldi et la Messe de Minuit sur des Noëls populaires de Charpentier.
Prévente des places :17 € par téléphone 06 14 80 04 59 avant le 20 novembre.



24 et 25 novembre 2007 : Journées d’amitié de Notre Dame du Rosaire

Les Journées d'Amitié 2007 ont lieu comme chaque année à l'occasion du dernier week-end de novembre, en anticipation des fêtes de la Nativité:
Elles se tiendront le samedi 24 novembre de 10h à 20h et le dimanche 25 novembre de 11h30 (après la messe) à 18h.
Elles nous offrent une occasion de faire la fête, tous âges confondus, dans la joie, autour du buffet de la salle Sainte-Thérèse et des stands aménagés dans la crypte et les locaux paroissiaux.

Cité Blanche et 194 rue Raymond Losserand 75014 Métro Porte de Vanves.

16 novembre 2007

Les journées d’amitié de Saint Pierre de Montrouge,

Vendredi 16 novembre de 14 à 19h, samedi 17 de 14h à 18h30 et Dimanche 18 de 10h à 18h30 au centre paroissial 9 passage Rimbaut  75014
Une nouveauté dans ces journées : un stand des étudiants qui vont vendre des produits dérivés des JMJ pour financer leur pèlerinage de cet été à Sydney.
Ces journées d’amitié sont pour tous une occasion de convivialité autour du hasard des rencontres. Venez aussi préparer vos cadeaux de Noël. Bienvenue à vos familles et vos amis.

18 septembre 2007

Anniversaire du Protocole de Montreal: Benoit XVI a évoqué les questions de protection de l'environnement

Benoît XVI souhaite que « s’intensifie la collaboration générale en faveur du bien commun, le développement de la protection de l'environnement ».

Benoît XVI a évoqué, à Castel Gandolfo, « le vingtième anniversaire de l'adoption du Protocole de Montréal sur les substances qui détériorent la couche d'ozone en provoquant des dommages à l'homme et à l'écosystème ».

« Grâce à une coopération exemplaire entre politique, science et économie, la communauté internationale a obtenu, ces dernières décennies, d'importants résultats, avec des répercussions positives sur la population et les générations à venir », a rappelé Benoît XVI.

Mais surtout le pape a souhaité que « s’intensifie la collaboration générale en faveur du bien commun, le développement de la protection de l'environnement » et que se fortifie « l'alliance entre l'humanité et la nature, qui doit être le miroir de l'amour créateur de Dieu, d'où nous venons et vers qui nous allons ».

06 août 2007

L'assassinat du Père Corentin

Depuis quelques jours, la page d'accueil de lavoixdu14e.info a été modifiée pour la rendre plus attractive et pour rappeller le logo de l'ancienne Voix papier. Celle-ci, il y a très exactement 20 ans, rendait hommage au Père Corentin, assassiné dans le couvent même à la Libération, et qui a donné son nom à la rue qui longe le couvent des Franciscains. C'est cet article qui est reproduit ci-dessous.

medium_PereCorentin.jpgLes années d'occupation.

La communauté franciscaine ne participe que discrètement à la résistance. L'un des Pères, Corentin Cloarec, est l'aumônier des "Résistants de la Place Denfert-Rochereau". Nous sommes fin juin 1944. La Gestapo a connaissance des noms du groupe par la dénonciation d'un de ses membres, torturé. Le 28 juin matin, deux jeunes Français de l'Abwehr se présentent au couvent mais le Père est absent ; ils reviennent et le portier, sans méfiance, appelle le Père et l'introduit avec les visiteurs dans un parloir. Immédiatement, ils déchargent leurs armes, blessent très grièvement au ventre le Père : il a la force de se traîner au dehors du parloir et de rentrer dans le couvent.
La police, alertée, arrive vite, mais des membres de l'Abwehr, devant l'entrée du couvent, leur font comprendre qu'ils n'ont rien à faire ici.
Il est 12 h 15, deux Pères arrivent... ils découvrent le Père Corentin : un Allemand et un Français, l'arme au poing, leur donnent l'ordre de ne pas bouger mais, avec autorité, ils transportent le Père rue Sarrette, chez un médecin qui va pouvoir le soigner ; il peut encore parler : "Je leur pardonne et je meurs pour la France" ; ce sont ses dernières paroles.
Jusqu'au lundi, le corps du Père est exposé dans l'entrée et c'est une visite ininterrompue de tout le voisinage. Pour les funérailles, le lundi 3 juillet, les Allemands ne se montrent pas et c'est quelque six mille personnes qui y assistent.
Plus tard, la rue de la Voie-Verte deviendra la rue du Père Corentin."

30 juillet 2007

« De la rue à l’engagement solidaire» - Entretien avec Joseph Lebèze

C’est après avoir entendu le témoignage de Joseph Lebèze à une table ronde sur l’exclusion, organisée par la Mairie du 14ème, que j’ai lu son récit autobiographique : « C’est si beau d’être aimé ».(voir la note) Ayant appris qu’il habitait le 14ème, j’ai eu envie de le rencontrer.

Joseph Lebèze m’a très gentiment accueilli dans son studio : lumineux et d’un ordre méticuleux.

medium_R002-005-Lebez.2.jpg

 

-L.V : Qui vous a conseillé d’écrire ce livre?

-J.L : C’est Tim Guénard que j’avais rencontré à l’école d’évangélisation des communautés de l’Emmanuel. Il était l’auteur de « Plus fort que la haine » et d’autres ouvrages édités aux Presses de La Renaissance. J’avais déjà témoigné plusieurs fois, cela m’a paru intéressant.

-L.V : Quel est votre métier actuel ?

-J.L : Après avoir travaillé aux pompes funèbres, je suis actuellement chauffeur pour des personnes handicapées ou des touristes et cela me plait.

-L.V : Comment s’est fait votre « reconstruction »?

-J.L : La première étape c’est la rencontre avec le curé de l’église voisine du banc où je m’étais installé depuis des mois. Grâce à l’amitié de ce prêtre et des personnes qu’il m’a fait rencontrer, j’ai découvert l’espoir de pouvoir me sortir de la boisson et de la rue. La 2ème étape, c’est ma retraite à Châteauneuf de Galaure où j’ai trouvé la foi et donc, une espérance. J’ai pu alors pardonner à mon père. Pour moi, la foi et la vie sont devenues indissociables.

-L.V : Il me semble que vous êtes aussi très engagé dans des activités associatives ?

-J.L : En effet, j’ai participé à une association LAC (lien d’animation culturelle qui était dans l’ancien centre social situé rue Maurice Bouchor). Maintenant, j’essaye de résoudre des conflits de voisinage ou d’éviter des expulsions grâce à une amicale de locataires. J’ai rencontré à plusieurs reprises monsieur Castagnou au sujet du quartier Porte de Vanves et du Centre social qui est en construction.

On me demande aussi de témoigner dans des établissements scolaires, des conseils de quartier…

Mais mon principal engagement est d’être parrain à la Fondation des Orphelins Apprentis d’Auteuil : je me rends dans des foyers. J’y demeure parfois plusieurs jours afin de donner des conseils à des jeunes.

-L.V : Vous qui avez été S.D.F., pouvez-vous dire comment aider ceux qui vivent cette épreuve ?

-J.L. : C’est un sujet pour lequel j’ai rencontré beaucoup d’hommes politiques et de responsables d’associations humanitaires.

Le SDF a tout perdu, même l’amour de soi. Ce n’est pas seulement un hébergement qu’il faut proposer. C’est d’abord le soutien d’accompagnateurs attentifs et respectueux qui est indispensable. On ne peut pas bousculer la réinsertion, le temps consacré à établir un dialogue et une relation de confiance c’est du temps gagné pour répondre aux problèmes qui ont entraîné cette détresse...

Un des moyens très efficace, c’est la création de pensions de famille : là, on trouve l’appui d’une assistante sociale, une adresse, une boîte à lettres, c’est le début de l’autonomie, on peut, alors, trouver un travail et se réinsérer.

L.V. Il faut un courage immense pour parvenir à sortir de la rue !

J.L. : Il faut, en effet, une grande persévérance et des amis solides. C’est très lourd aussi pour l’accompagnateur qui doit avoir de l’humilité et de la patience. Pour moi, c’est la Foi qui me donne la force de tenir.

Monique Garrigue