Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 septembre 2014

Plan Local d'Urbanisme : 1er octobre, 19 h, réunion publique à la mairie du 14ème

PLU invitation mairie 14 le 1er oct 2014-3.jpgCliquez sur l'image pour la voir en grand

Le Plan Local d'Urbanisme va subir des modifications, informez-vous et venez à la réunion publique le 1er octobre

 Le Plan local d’urbanisme (PLU) comporte un Projet d’aménagement et de développement durable qui plan local d'urbanisme.jpgexprime les grandes orientations de la Ville à l’horizon de 10 ou 15 ans et un ensemble de dispositions d’urbanisme applicables à chaque terrain public ou privé. Approuvé en 2006, le PLU parisien va bénéficier d’une nouvelle modification pour participer avec plus d’efficacité aux grands objectifs que la ville de Paris s’est fixés : construire des logements, protéger l’environnement, accompagner la vie des quartiers... La Ville se transforme, son PLU doit donc s’adapter dans un contexte en évolution permanente. Ainsi, il doit aussi être mis en cohérence avec un nouveau cadre législatif national et les documents de planification régionaux.

Informez-vous, contribuez !

1 - La concertation

La concertation se déroule entre les mois de septembre et décembre 2014. Cette phase de dialogue est étroitement articulée avec le travail de la direction de l’Urbanisme, en charge de la modification. Différents moyens sont mis à disposition des Parisiens pour qu’ils puissent émettre des avis et propositions sur la modification :

- Une plateforme interactive sur internet pour proposer des idées et échanger tout au long de la démarche, consultable à partir du 22 septembre 2014 : www.imaginons.paris et le compte Twitter @parisUrba

- Des réunions publiques dans les arrondissements pour que chacun puisse s’informer et poser ses questions. Pour connaître les dates des réunions publiques, informez-vous sur la plateforme collaborative, les journaux lumineux et en mairie d’arrondissement. Celle du 14e se déroulera le mercredi 1er octobre à 19h en salle des mariages.

Lire la suite

23 septembre 2014

Le chantier de l'ancien dépôt de Bus de la porte d'Orléans

Projet porte d'orléans.jpgLes terrains situés entre les rues de la Tombe Issoire et du Père Corentin font l'objet d'une vaste restructuration qui amènera à terme, à l'horizon 2017, la construction de 191 logements sociaux, 365 dédiés aux étudiants, de 96 logements en accès à la propriété, une crèche, une halte-garderie, un club sénior, et quelques commerces.

On peut consulter en détail le projet sur : projetporteorleans.fr

Lire la suite

17 juillet 2014

Restauration de la chapelle du Groupe hospitalier Paris-Saint Joseph

 chapelle de l'hôpital Saint Joseph.jpgUn constat alarmant. La fondation hôpital Saint Joseph est contrainte d’engager de lourds travaux de restauration de la chapelle. Les pierres utilisées pour la construction de cette chapelle possèdent une forte porosité. Elles ont perdu leur protection naturelle : le calcin. Certaines sont intactes et d’autres fortement endommagées.

Le rapport d’études techniques réalisé en février 2013 a permis d’identifier les détériorations des pierres de la chapelle : exfoliation de la surface -  ruptures dues au gel – chute des angles des pierres due à une différence dans la dilatation de l’épiderme – dissolution de la pierre et de son calcin et encroûtement noirâtre au dessus du porche.

Un chantier ambitieux et en conséquence, un coût important.

 Les façades doivent être gommées, les pierres abîmées changées, les joints purgés, les murs seront protégés par l’application de consolidants et par endroits, de couvertines métalliques.

Les coûts estimés par ces travaux sont considérables. Au total, la fondation doit trouver 2 401 700 €. Ce besoin de financement est urgent, compte tenu de l’état des pierres extérieures, qui peut engendrer des risques pour la sécurité. Au cours des dix huit prochains mois, une première tranche de travaux est prévue pour un montant d’environ 600 000 €.

La fondation Saint Joseph fait un appel aux donateurs pour effectuer ces travaux importants.

Les déductions fiscales sont prévues. Ainsi, 66 % de votre don est déductible de votre impôt dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. Ce montant est porté à 75 % si vous êtes assujetti à l’ISF, dans la limité de 50 000 €.

A votre écoute : Caroline Leportois est à votre disposition pour répondre à toutes vos questions sur ce projet. Téléphone : 01 44 12 81 88. email : cleportois@hpsj.fr

Standard de l’hôpital : 01 44 12 33 33

01 juillet 2014

Aménagement de l’avant-gare Paris-Montparnasse : enquête publique

gare montparnasseDu lundi 16 juin au mardi 15 juillet 2014 est ouverte l'enquête publique sur l'aménagement de l'avant-gare de Paris Montparnasse.

La présente enquête publique a pour objet l’aménagement du plan de voies en avant-gare de Paris Montparnasse compte tenu de la mise en service proche des lignes Sud Europe Atlantique (SEA) et Bretagne Pays de la Loire (BPL) sur le réseau Atlantique.

Le but de l’enquête publique est de présenter au public le projet avec les conditions de son intégration dans le milieu d’accueil et de permettre au plus grand nombre possible de personnes de faire connaître leurs remarques et d’apporter ainsi des éléments d’information utiles à l’appréciation exacte de l’intérêt général de l’opération.

Le dossier d’enquête publique sera consultable durant toute la durée de l’enquête, aux jours et heures habituels d’ouverture au public à la mairie du 14e, ainsi que sur le site internet de Réseau Ferré de France (www.rff.fr/ile-de-france).

La commission d’enquête assurera des permanences pour la réception du public à la mairie du 14e:

  • Le lundi 16 juin de 8h30 à 11h30

  • Le mercredi 2 juillet de 14h à 17h

  • Le vendredi 11 juillet de 14h à 17h

Mairie du 14e. 2 place Ferdinand Brunot 75014 Métro Denfert-Rochereau ou Mouton- Duvernet- Bus 28-38- 68

24 mars 2014

Chauvelot, un promoteur averti

chauvelot.jpgLorsqu’on évoque le quartier de Plaisance, il faut parler de celui qui en a été le lotisseur et le promoteur : Alexandre Chauvelot. Il naît à Paris le 12 décembre 1797 et y meurt le 16 janvier 1861. Après avoir exercé divers métiers dans le commerce et l’industrie, il sera aussi chansonnier, rôtisseur rue Dauphine, ce qui lui permettra par ce dernier métier d’acquérir une jolie fortune.

En 1835 il achète ses premiers terrains le long de la chaussée du Maine. Au début de 1840, le village de Plaisance s’étend de la barrière du Maine au Chemin aux Bœufs (actuelle rue d’Alésia). Ce secteur est alors administré par la commune de Vaugirard ; le quartier se prolongeant sur Montrouge en limite de la commune de Vanves.

Hors de l’enceinte de Thiers, construite durant les années 1840-1843, certains territoires de la commune de Vanves sont rapidement lotis. Il s’agit de terrains abandonnés par les anciennes carrières et qui sont proposés à la vente sous forme de petites parcelles dont les acquéreurs auront à construire eux-mêmes leurs maisons précédées d’un petit jardin.

Aujourd’hui, subsistent sur Malakoff quelques îlots de ces maisons qui marqueront cette époque de leur originalité vieillotte.

C’est vers 1860 que se situe l’édification d’un nouveau lotissement appelé : « Nouvelle Californie et de la tour Malakoff », près d’un parc d’attractions dédié à la gloire de l’armée de Crimée… Nous sommes sous Napoléon III !

Ainsi, le Plaisance et le Malakoff actuels gardent le souvenir de ce personnage, qui en dépit de ses outrances et de son avidité, ne peut être oublié. Il a œuvré pour l’urbanisation de ces quartiers populaires, aujourd’hui toujours actifs et animés, en dépit de la restructuration profonde survenue lors de la démolition et reconstruction de la gare Montparnasse et de ses environs, dans les années 1970-1975.

15 mars 2014

Dépôt RATP : les bulldozers ont fait place nette

BdJourdan14mars14.JPG

Les bulldozers et les béliers ont bien travaillé. Depuis un mois, l'espace qui abritait le gigantesque hangar de la RATP servant au garage et à l'entretien des bus, entre la rue du Père Corentin et la rue de la Tombe-Issoire, est vide. Les pelleteuses commencent à creuser les fondations des futurs immeubles.

Cette opération immobilière, l'une des plus importantes de Paris - elle couvre 1,7 ha - que « La Voix » vous a déjà présentée, sera terminée mi-2017. Elle offrira alors 635 logements. Dans l'immeuble sur le boulevard Jourdan : 191 logements sociaux, 12 logements en accession à la propriété, une crèche de 66 berceaux, une halte-garderie de 30 places, un club senior, un espace vert.

Dans l'immeuble sur la rue de la Tombe-Issoire seront construits 350 logements individuels pour étudiants (côté Tombe-Issoire), 2000 m2 de locaux administratifs et syndicaux pour la RATP, des ateliers pour l'entretien et la remise des autobus.

L'immeuble sur la rue du Père Corentin offrira 81 logements en accession à la propriété.

Si vous voulez suivre l'évolution des travaux, une entreprise de télésurveillance a pris l'initiative de placer deux caméras qui plongent sur le chantier. Vous verrez ainsi les images... heure par heure !

Pour accéder à ce site, cliquer ici.

Gérard Desmedt

09 décembre 2013

Desclozeaux au livre Ecarlate - 11 décembre 19h

invit-desclozeaux.jpg

07 décembre 2013

Veau, vache , cochon, couvée...

ferme de montsouris,carrière de port mahon"La ferme de Montsouris" est une vieille grange, vestige d'une  ancienne laiterie.  La parcelle où elle est située est accessible par le 26 rue de la Tombe-Issoire. La superficie de ce terrain fait environ 1700 m² et se trouve au-dessus de la carrière de Port Mahon qui a été classée. Des projets immobiliers successifs ont échoué depuis 30 ans.  Le temps s'écoulant, cet espace inoccupé à Paris a laissé naître des espoirs chimériques. Le dernier en date est celui des Verts du 14ème  qui ont proposé  de créer une ferme urbaine. (Ce point de vue a été évoqué dans un article paru le  24 novembre dans La Voix du 14ème)

Il est surprenant que les Verts (spécialistes d' écologie) ne se rendent pas compte de l'étroitesse de la superficie du terrain qui entoure "la ferme de Montsouris"(environ 1700 m²!) Comment parler de développement d’un projet "d’agriculture urbaine qui mêlerait espaces bâtis et espaces cultivés" ??? Pense-t-on réellement faire face "aux besoins de sécurité alimentaire et aux défis de l’urbanisation" avec ce jardin qui peut tout juste proposer quelques plate-bandes ? Je pense qu'il n'y aura ni champ ni prairie à "la ferme Montsouris", peut-être une pelouse, quelques légumes, une chèvre, des poules et des lapins???

Quant aux autres propositions, elles semblent encore totalement nébuleuses: activitferme de montsouris,carrière de port mahonés culturelles, CAT, crèche... avec ou sans constructions de logements? Que devient le bâtiment existant du 26 rue de Tombe-issoire ? Pour l'instant, nous attendons d'entendre parler d' un projet cohérent à la hauteur des 6 millions d'euros proposés par la Ville de Paris pour l'achat d'une partie du terrain.

M. Garrigue- Viney

Et, pendant ce temps, la mobilisation des défenseurs de la préservation de la carrière et de la « ferme de Montsouris » continue  : ils donnent rendez-vous samedi 7 décembre à 11h devant le 15, villa Saint-Jacques, pour fêter et rappeler les engagements de l'Hôtel de Ville du 13 novembre dernier.

Pour en savoir plus: - le site du collectif Port Mahon: http://collectifportmahon.blogspirit.com/ -
Voir les articles parus dans la Voix du 14ème des 22, 23 et 24 novembre 2013.

22 novembre 2013

Ferme de Montsouris : les politiques entrent en scène (I)

ferme  de montsouris,port-mahon,75014,mairie 14e,paris 14e,daniele pourtaudMi chèvre, mi chou... A moins que cela ne ressemble à un jugement de Salomon. La Mairie de Paris vient de décider d'acheter la ferme de Monsouris... mais une partie seulement. Un permis de construire a été délivré à un promoteur. Le collectif de défense du site proteste de nouveau.

La ferme de Montsouris est l'objet d'un conflit depuis plus de trente ans. Dernière ferme de Paris intra muros, elle est délaissée – et délabrée – depuis les années 1980. Les bâtiments, notamment la grange-étable, seul vrai vestige de l'activité agricole, ainsi que le « pavillon Troubadour», un bâtiment néo-Renaissance du XIXe siècle menacent ruine. Un promoteur, la Soferim, avait racheté racheté le tout, il veut y bâtir un immeuble, avec 25 % de logement sociaux, et des commerces.

Mais le terrain renferme, dans son sous-sol, des carrières du Moyen-Age, dîtes de Port-Mahon, classées par le service des Monuments historiques suite aux interventions du « Collectif de Port-Mahon et de la ferme de Montsouris » . Un terrain devenu ainsi inconstructible ! Jusqu'à présent, le collectif a gagné ses procès en se référant à cette interdiction. Les associations veulent réhabiliter les bâtiments retrouver leur vocation première, en recréant une ferme urbaine et pédagogique. Elles souhaitent aussi ouvrir les carrières à la visite, et les relier au circuit de visite des catacombes. Si vous souhaitez vous faire une idée de la carrière, de l'état actuel des batiments, de la position de divers intervenants cliquez ici pour voir une video de Soferim -qui, bien entendu défend son point de vue!- De même, la video de la séance du Conseil d'arrondissement relative à ce sujet est en ligne. Vous pouvez la voir en cliquant ici.

Fin octobre 2013, on apprend que Mairie du 14e a décidé d'acheter au promoteur, pour 6 millions d’euros, une partie du terrain, 710 m2 sur 2730. Le terrain revenant à la ville comprend la grange et le bâtiment Troubadour, mais pas le secteur dont le sous-sol renferme les carrières classées. Objectif de la mairie du 14e : construire une crèche. Début novembre, le ministère de la Culture accorde à la Soferim un permis de construire pour un immeuble, qui évite les secteurs protégés. Les associations de défense semblent avoir perdu la partie. Le ministère prévoit cependant des travaux de consolidation des carrières, et l’adjointe au patrimoine de la Mairie de Paris, Danièle Pourtaud, a promis des fouilles archéologiques préventives.

Gérard Desmedt

Ckiquez ici pour lire la suite

11 novembre 2013

Projets de construction à La Cité Internationale Universitaire

Cite-internationale-universitaire developpement-4.jpgLa Cité Internationale participe au 13ème Forum des projets urbains Le 12 novembre 2013 au Palais des Congrès de Paris

Le 12 novembre 2013 se tient au Palais des Congrès de Paris le "13e Forum des Projets Urbains."
Cette plate-forme d’informations indépendante est une véritable plongée dans les grands projets urbains français et européens. Une occasion exceptionnelle d’échange et de débat avec près d’un millier d’élus et techniciens, de collectivités, partenaires, investisseurs, promoteurs, commercialisateurs et prestataires...

Quarante ans après sa dernière construction, la Cité internationale universitaire de Paris entre désormais dans une nouvelle phase de développement.

Après la validation en avril 2013 du Plan guide de la Cité par la Ville de Paris, la Chancellerie et la Cité internationale lance la troisième et ultime phase de développement de ce parc habité de 34 ha. Financée au titre des projets prioritaires du MESR par des fonds "plan-campus", l'opération d'aménagement qui démarrera en 2015 permettra la construction, à terme, de près de 1800 nouveaux logements destinés à l'accueil d'étudiants et chercheurs internationaux.
Il était alors tout naturel que la Cité internationale participe à ce Forum des Projets Urbains tant son rôle dans l'accueil d'étudiants et chercheurs internationaux en Ile-de-France sera plus important au cours des années à venir.

Un projet ambitieux et fidèle aux origines de la Cité

Fidèle aux origines de la Cité internationale le projet de développement de ce site unique au monde respectera les valeurs, le modèle urbain et partenarial existant. Il sera question également d’un repositionnement parisien, métropolitain et international du modèle d’origine avec trois objectifs principaux : augmenter la capacité d’accueil des étudiants français et internationaux, faire de la Cité un campus urbain, et maintenir le modèle de parc habité

Le projet de développement de la Cité internationale en détail

 Le dossier de presse du projet de développement de la Cité internationale

03 novembre 2013

Ferme de Montsouris / carrière de Port Mahon : nouveau rebondissement

carrière de Port Mahon.jpgDans ce feuilleton commencé il y a environ 30 ans, voici un nouvel épisode!

"Emoi dans le quartier Montsouris, autour de la solution avancée par la Ville de Paris dans le dossier du 26/28 rue de la Tombe Issoire, autrement dit de la ferme Montsouris et de la carrière de Port Mahon, actuellement propriété d’un promoteur immobilier.

La Ville de Paris a en effet décidé d’acheter la grange et le pavillon troubadour, sur ce terrain qui accueille encore aujourd’hui la plus ancienne ferme de Paris. Le projet d’achat doit être voté en conseil d’arrondissement ce lundi 4 novembre 2013.

Le Collectif de Port Mahon, association de défense du patrimoine local, déplore pour sa part, notamment, que la Ville laisse le promoteur faire toutes les confortations du sous-sol (y compris sous la partie que la Ville achète), ce qui aura pour effet de détruire en sous-sol la carrière classée monument historique." Article extrait du site de Frédéric Vuillod 14ème citoyen   http://14ecitoyen.free.fr/spip.php?article525

Nous nous permettrons de revenir sur ce sujet pour apporter des nuances aux arguments avancés par les amoureux si passionnés de la carrière en sous-sol qu'ils en oublient le quartier en surface. Les retards accumulés risquent d'entraîner un effondrement complet de la grange dernier vestige de l'ancienne ferme, et l'impossibilité de restaurer ou de construire des bâtiments pouvant servir de logements au 26 rue de la Tombe-Issoire et Villa Saint Jacques. Cela fait des décennies que le spectacle désolant de fenêtres et portes murées et de bâtiments vides de plus en plus dégradés assombrit ce quartier !  M.Garrigue-Viney.

19 octobre 2013

Cie Bouche à Bouche : spectacles déambulatoires 19 Octobre, 17h et 26 octobre, 17h30

maison des associations 22 rue deparcieux,compagnie bouche à bouche

( cliquez sur l'image pour la voir en entier)

1) Spectacle déambulatoire le 19 octobre à 17h : Rendez-vous à la Maison des Associations du 14e, 22 Rue Deparcieux – 75014 Paris

-Dans le cadre des Journées Portes Ouvertes de l’Habitat Participatif en France avec l’association HESPère 21
-À l’issue de l’exposition consacrée à la coopérative d’habitants de l’écoquartier Saint Vincent de Paul qui se tiendra à la Maison des Associations du 14e, nous vous embarquerons à la découverte des lieux pour une déambulation artistique entre la Maison des Associations et l’Hôpital désaffecté de Saint Vincent de Paul, site du futur écoquartier

La Cie Bouche à Bouche proposera un questionnement clownesque sur la vie, sur la vie du bâti : Faut-il mourir pour mieux renaître ?

2) Une semaine de résidence et d’actions artistiques entre Porte Brancion et Porte de Vanves du 21 au 26 octobre
 
Spectacle Déambulatoire le 26 octobre à 17h30
 Départ Jardin des Périchaux (Paris 15e) Accès par le 112 rue Brancion
 Arrivée Jardin Anna-Marly (Paris 14e)
Accès par le Square de la Porte de Vanves
 
Une vieille dame se promène dans la ville, paradant comme une déesse. Elle perd un peu la mémoire, vivant comme dans un rêve, elle chante. Elle est sortie en cachette et va à la rencontre des passants. Une promenade urbaine qui sera l’occasion de réunir jeunes et vieux pour s’interroger sur la mémoire et la transmission.
 
Avec Marie-Do Fréval, Léandre Simioni, Germaine Prunier et Amanda Rubinstein En partenariat avec Mix’age, le jardin de la douve et la RIVP

03 octobre 2013

« De Plaisance à Malakoff », promenade samedi 5 octobre dès 12h30

malakoff-ancien-tramway.JPG"De Plaisance à Malakoff, le destin urbain de banlieues jumelles". Promenade pilotée par Denis Moreau, auteur de banlieuedeparis. Une coproduction avec le journal La Page du 14ème et de l'association A Travers

Du côté parisien des fortifications, Plaisance, au début, n'est pas un village, ni même un faubourg mais plutôt une banlieue à l'écart. Née sans planification (au grand désespoir des urbanistes !?) soit l'inverse de Vaugirard ou Montparnasse, l'inverse du dogme de "la ville continue" ? Il y fait pourtant bon vivre aujourd'hui. 

A Malakoff, s'est développé un "hyper centre" entre la place du marché et les environs de la fameuse route départementale 50. Cette petite commune atypique n'a vu le jour que très récemment grâce à l'action par exemple d'un chansonnier rôtisseur sans fortune, Alexandre Chauvelot. On le trouve actif comme promoteur immobilier tout d'abord à Plaisance, puis sur des terrains de la commune de Vanves, en lotissant des jardins ouvriers (plus ou moins constructibles). Sur ces derniers, il créé un parc d'attraction dominé par la célèbre Tour Malakoff sur le site dit de la Nouvelle-Californie. D'où le dicton très samsuffi, "J'y suis, j'y reste", d'abord attribué à tort ou à raison au général Mac-Mahon "vainqueur" en Crimée.malakoff-plan.JPG

La Page du 14ème et l'association A Travers proposent une balade d'observation pour découvrir ou redécouvrir le charme de ces endroits et ce qui fait leur qualité de vie. On s'interrogera sur ce que les habitants de ces différents quartiers peuvent ou non partager au sein du Grand Paris et sur la nature de ce qui les relie. La consultation de cartes anciennes alimentera notre compréhension. 

Cette promenade s'inscrit dans la suite du dossier "Escapade à Malakoff" réalisé par La Page du 14ème (n° 99) et de la promenade organisée en janvier dernier par les associations A Travers et Promenades urbaines à la demande du Pavillon de l'Arsenal, autour du réaménagement de la Porte de Vanves.

Pour qui le voudra, elle se prolongera le mercredi 16 octobre à 20h30 au Moulin à Café, lors d'une soirée débat et atelier de démonstration, intitulée "Quels sont les enjeux d'une appropriation citoyenne de la cartographie numérique et du web géolocalisé, également appelé web 3.0 ?"

Cliquez sur les images pour les agrandir . Pour connaître le programme cliquez sur lire la suite,

Lire la suite

22 septembre 2013

Départ du groupe Aéroports de Paris (ADP)

paris,aréoport,augustin de romanetLe siège historique du Groupe Aéroports de Paris, situé au 291 boulevard Raspail (14ème) (cliquer sur la photo pour l'agrandir) quittera son emplacement d'ici deux ans. Cette décision a été justifiée par le PDG Augustin de Romanet par "l'intérêt du service". Le fait de ne pas avoir de siège sur une plate-forme aéroportuaire est très handicapant. Le choix de la nouvelle destination du siège Aéroports de Paris est prévu à Roissy. Le nouveau bâtiment sera construit sur un terrain jouxtant l'endroit où est exposé le Concorde. Le PDG a indiqué qu'il s'agissait d'un immeuble de trois à cinq étages qui pourra être disponible à la fin de 2015.

6850 personnes sont employées par ADP dont 340 au siège. L'actuel site possédant 10 étages de bureaux pourrait être vendu. Un certain nombre de mètres carrés seront sans doute conservés pour accueillir les Conseils d'administration ou recevoir certains clients.

La Parisien, 17 septembre 2013.

14 septembre 2013

Aménagement de la Coulée Verte Vercingétorix réunion le 17 septembre 19h30

Coulee  Verte aménagement réunion le 17 sepembre 2013.jpgLes conseils de quartier Pernety et Didot Porte de Vanves s'associent pour organiser une nouvelle réunion de la Commission en charge de formuler des propositions pour le réaménagement de la Coulée Verte Vercingétorix.

Rendez-vous le mardi 17 septembre à 19h30 au centre d'animation Vercingétorix, 181-183 rue Vercingétorix

19 août 2013

il y a 40 ans, la Tour Montparnasse

Tour_montparnasse_view_arc.jpgDans un article paru dans le Parisien du 14 juin 2013, la journaliste Elodie Soulié rappelle l’histoire de la conception et de l’inauguration de « la Tour » en 1973.

A l’époque, les avis et commentaires de spécialistes étaient fort discordants quant au choix du site retenu, à la conception, l’utilisation et l’intégration de la dite Tour, qui dans le quartier Montparnasse faisait figure alors d’un ovni non désiré. Rappelons qu’à l’époque, la Gare Montparnasse avait fait sa mue, l’ancienne ayant disparue, et que le terrain ainsi laissé libre ne pouvait que s’adapter à la venue d’un « signal » fort et ambitieux. Ce qui fut fait.

Aujourd’hui, « elle » est là, et si on n’est pas un admirateur inconditionnel vue de la Tour Montparnasse.jpgde sa silhouette, il faut reconnaître que du haut de ses 210 mètres (70 mètres de fondations), une vue à 360 degrés nous offre un panorama de 40 kilomètres, par temps clair s’entend… Un ouvrage récent : « La Tour Montparnasse 1973 – 2013, je t’aime… moi non plus », de Sylvie Andreu et Michèle Leloup, aux Editions de la Martinière, raconte l’épopée de la construction de la Tour.

Gageons que la patine du temps offrira à nos petits-enfants un autre visage de la Tour, celui que nous prête de nos jours, séparée de quelques siècles : la Tour Saint Jacques ou la Tour Jean-Sans-Peur ! Affaire à suivre…

24 juin 2013

Conseil de quartier Jean Moulin -Porte d'Orléans réunion plénière 26 juin,19h

Conseil de quartier Jean Moulin porte d' Orléans réunion plénière 26 juin.jpg

12 juin 2013

Les 400 ans de l'aqueduc Médicis : exposition, visites...

Le 17 juillet400 de l'aqueduc Médicis en grand.jpg 1613, le roi Louis XIII en compagnie de sa mère, la régente Marie de Médicis, et de la cour pose la première pierre du regard de Rungis où convergeaient de nombreuses sources présentes dans les environs. L’aqueduc qui sera construit entre ce regard n° I et la maison du Fontainier, regard n° XXVII, conduira les eaux de Rungis à Paris. En 2013, cet ouvrage fête ses 400 ans.
Des visites extérieures et intérieures de l’ouvrage, une exposition itinérante...permettront à tous d’apprécier ce long monument historique dans toutes ses dimensions.

En ce moment dans le 14ème arrondissement
Du 10 au 15 juin : Expo
sition : sous nos pieds le « Médicis », un monument pour l’eau Exposition permettant à tous de découvrir ou de mieux connaître ce patrimoine essentiellement souterrain qui participe fortement à l'identité du territoire. Cette exposition illustre avec des panneaux et maquettes l'ensemble de l'ouvrage de Rungis à différents quartiers de Paris. Hall de la mairie. 2, place Ferdinand Brunot.

Les 15 et 16 juin : visite de la maison du Fontainier
Visites du Grand Regard de l’Observatoire, débouché de l’aqueduc à Paris, avec un bénévole de l’association.
Le samedi à 14h-17h30 et le dimanche à 10h30 -12h30 et 14h-17h30. 42, avenue de l’Observatoire. Contact:
medi8@paris-historique.org Tel : 01-48-87-74-71. Gratuit.

02 juin 2013

Boulevard Jourdan : réunion publique sur les opérations d'urbanisme 5 juin,19h, 5 rue Prisse d'Avennes

réunion publique Jourdan 5 juin.jpg

Ne manquez pas de venir vous renseigner sur ces grands projets de construction qui vont être entrepris non loin de la porte d'Orléans...

Cliquez sur l'image pour la voir en grand

24 mai 2013

Association pour le Quartier Saint Vincent de Paul

Hôpital_Saint-Vincent-de-Paul_.JPGDepuis 2010 au moins, l’aménagement du site de l’Hôpital Saint Vincent de Paul est un sujet d’actualité pour la Mairie du 14ème arrondissement. Ce quartier de 3,4 hectares comprendrait de 4 à 500 logements dont une part « réservés » à des habitations à loyer maîtrisé, pour partie en accession à la propriété et d’autres en «habitat collectif », à des foyers pour migrants, etc.

Ces transformations pourraient nécessiter une modification du PLU. Dès mai 2010 un compte rendu de réunion du Conseil de quartier Montparnasse-Raspail faisait état de la présentation d’un élu et en particulier:
- d’une libération du site par l’AP-HP en 2011 et d’un nouveau quartier vert,
- d’au moins 50% de logements sociaux,
- de la présence de structures d’accueil (école, crèche, service de proximité &
d’accueil pour personnes handicapées), d’un gymnase et d’un jardin,
- de commerces et d’une pépinière d’entreprises, avec ouverture d’une nouvelle voie sur la rue Boissonade, de la conservation de quelques bâtiments et faisait état de concertation avec les habitants àtravers le Conseil de quartier, les enquêtes publiques, les associations, etc.
Depuis lors, rien ne semble, hélas, s’être passé !
Pourtant, lors des réunions de Conseil de quartier, des appels à ouverture des débats et de concertation ont été lancés.

D’autre part, un ou des projets associatifs ont vu le jour ces dernier mois et chacun recèle certainement des idées à examiner et mettre en valeur. Mais le Maire déclarait encore lors de ses voeux 2013 à la population, que la Ville de Paris et l’Etat arrêteront leur choix sur la construction de logement sociaux … préalable indispensable au démarrage de la concertation …
Cela n’est pas sérieux ! En effet, comment peut-on prétendre engager une véritable concertation
après que le vendeur (l’AP-HP) et l’acheteur (la Ville de Paris) se seront mis d’accord sur un prix … puisque celui-ci dépend en particulier de la nature et du nombre de logements, des aménagements, etc.

Sur bien des points, les habitants du quartier et riverains de l’hôpital seront mis devant le fait accompli, l’essentiel des décisions ayant déjà été arrêtées. De plus le gouvernement est en train d’établir un « plan d’urgence pour le logement » dont l’objet est d’accélérer les procédures et les mises en chantier.

Il est donc indispensable que la concertation s’ouvre dès à présent avec les habitants du quartier, sans attendre l’accord entre l’AP-HP et la Ville de Paris.

Cette concertation doit s’établir sur des bases sincères, transparentes et loyales pour que le projet puisse efficacement avancer.
Or, il n’est ni transparent ni consensuel, avant toute concertation :
- De décréter que (cf. compte rendu du Conseil de quartier du 26/06/12) « 50% de logements sociaux sont prévus ainsi que des logements à loyer modéré … ».
Pourquoi cet excès alors que la norme est de 25%, que le 14ème est déjà à 26% et que d’autres projets voisins ne dépassent pas le taux de 25% !
- D’annoncer que les bâtiments feront « jusqu’à 31 mètres de hauteur »…c’est-à-dire au moins 2 ou 3 étages de plus que les immeubles environnants !
Il est urgent d’entamer le dialogue pour évoquer ces points et, examiner :
- Quels seront les immeubles existants qui seront conservés et réhabilités ?
- Quelle sera la nature des logements aidés ?
- Quelle sera l’architecture d’ensemble de cet «éco»-quartier ?
Ce projet extra-ordinaire nous concerne tous !

REJOIGNEZ l’association (en création) des riverains qui est et restera apolitique.

ASSOCIATION POUR LE QUARTIER SAINT VINCENT DE PAUL
1°/ En adressant un mail à assoqsvp@gmail.com  pour que nous puissions vous informer de l’avancée de nos travaux et démarches.
2°/ En nous retrouvant le 25 mai à 11h00, devant la statue Zadkine, allée Georges Besse, à l'angle des bd Edgar Quinet et Raspail.
3°/ En participant nombreux le 4 juin à 19 h 30 à la réunion du Conseil de quartier Montparnasse - Raspail (Ecole élémentaire, 24 rue Delambre).

23 mai 2013

Une deuxième vie pour l'hôpital N.D. de-Bon-Secours

La première pierre du nouveau site de l’hôpital N.D.- de - Bon-Secours a été posée le 21 mai. Une seconde vie attend cet ancien hôpital : celle d’un  « village médico-social ». Ainsi, une future maison de retraite de près de 100 places sera érigée pour les  personnes âgées dépendantes, ainsi qu’une crèche de 64 berceaux adossée à un centre médico-psycho-pédagogique. On notera que 13 places seront réservées à des enfants handicapés.  A la maison de retraite doivent s’ajouter 9000 m2 de structures  auprès des services seniors existants sur le site, gérées par l’association religieuse Notre-Dame-de-Bon-Secours. Notons que les anciennes activités hospitalières du lieu, ont été transférées vers les hôpitaux privés voisins , Saint-Joseph et Saint-Michel.

Ce projet  a été subventionné par les pouvoirs publics, pour 40M€ et a été confié pour la gestion à : Résidence Sociale de France ( RSF), une filiale du bailleur 3F. Le bâtiment qui hébergera la maison de retraite et la crèche devrait accueillir ses premiers résidents en septembre 2014. Le second immeuble, où s’installera le foyer médicalisé pour 66 personnes handicapées, ouvrira ses portes en 2016.

nos-projets-village-medico-social-abs.jpgUn village médico-social

Le Parisien du 21-5-13

Pour plus de renseignements consulter : http://www.ndbs.org/

http://www.ndbs.org/etablissements-projets.php

 

17 mai 2013

Conseil de quartier Jean Moulin -Porte d'Orléans réunion plénière 21 mai, 19h30, 34 rue Sarette

Conseil de quartier Jean Moulin Porte d'Orléans Pleniere  21 mai corrigée 2.jpgCliquez sur l'image pour la voir en grand

25 avril 2013

Le dépôt de la RATP de la porte d'Orléans déménage

Un important programme immobilier étant prévu sur le site actuel du dépôt RATP dont l’entrée est située rue du Père Corentin, nécessite le déplacement temporaire de celui-ci. Pendant le chantier, les agents et leurs 130 bus viendront élire domicile à Bagneux, sur un terrain proche du cimetière et des voies SNCF.

Les conducteurs et les techniciens ont demandé à la direction de mettre en place un service de navettes pour les conduire sur le terrain de ce nouveau dépôt. Celui-ci étant distant de la porte d’Orléans d’environ 3 kilomètres. Des négociations ont été ouvertes avec la direction. Un accord n’ayant pu intervenir, les syndicats CGT, CFDT et SUD ont protesté à compter du 23 avril en demandant à leurs adhérents de faire grève. Ainsi, sept lignes de bus voient leur trafic perturbé. Il s’agit des lignes 21, 28, 38, 67, 88, 188 et 216.

Dès 2010 La Voix du 14eme vous avait informé de ce vaste projet immobilier. Cliquez ici pour lire la note sur cete affaire.

Le Parisien du 23 et 24 avril

06 avril 2013

Une nouvelle placette place Moro-Giafferi

Place  Moro Giafferi.JPGCe n'était qu'un petit terre-plein central encerclé par trois rues. La place Moro-Giafferi vient d'être totalement réaménagée. Après plus de six mois de travaux, le nouveau site a été inauguré par le maire du XIVe Pascal Cherki, et par les membres du Conseil de quartier Pernety qui a participé à la conception du nouvel espace public. Une moitié du dernier tronçon de la rue Didot ( en sens unique) a été fermée aux voitures et transformé en une promenade piétonne pavée, plantée de dix arbres. L'esplanade rendue aux promeneurs ( environ 300 m2) devrait maintenant devenir un lieu d'animation pour le quartier. Les commerçants y organiseront une opération spéciale lors de la prochaine fête de la musique et des manifestations ponctuelles telles que des vide-greniers sont déjà programmées. Cependant , on peut signaler qu'une demi-douzaine de places de stationnement ont été supprimées, dans un secteur où elles étaient déjà rares.

Le Parisien

01 mars 2013

Feuilleton de la ferme de Montsouris : à quand l'épilogue ?

La bataille de la ferme de Montsouris et de la carrière de Port-Mahon dure depuis plus de vingt ans. Un promoteur veut construire sur le site. Des associations de défense s'y opposent et veulent préserver la dernière ferme de Paris intra muros. Or le blocage est total. Dernier rebondissement, il y a quelques jours : la ministre du la Culture valide une autorisation de travaux dans la carrière, déposée par le promoteur.

C'est une histoire au long cours, un feuilleton à rallonge, qui commence à lasser. L'affaire de la ferme de Montsouris et de la carrière dite de Port-Mahon dure depuis plus de vingt-cinq ans. La ferme, située au 26 rue de la Tombe-Issoire, est la dernière à avoir fonctionné à Paris intra muros, jusqu'au début du XXe siècle. Les bâtiments et le terrain sont achetés en 1925 par l'abbé Keller, un prêtre très dynamique de l'arrondissement, qui y installe un patronage, des logements sociaux, des activités caritatives.

ferme,montsouris,75014,parisA la mort de l'abbé, en 1986, la propriété revient à l'archevêché de Paris qui décide de vendre à un promoteur, ce qui déclenche des polémiques. L'abbé Keller avait demandé, dans son testament, que les bâtiments restent au service de la paroisse du lieu, Saint-Dominique. C'est alors que des associations entrent en scène. Elles se réunissent en « Collectif de Port-Mahon et de la ferme de Montsouris », souhaitent conserver la ferme, et préserver la carrière qui se trouve à 17 mètres sous le sol.

En 1994, le collectif remporte une première victoire : la carrière de calcaire du 14e siècle, restée  intacte depuis le Moyen Age, est classée monument historique. Cette décision a une conséquence très concrète. Désormais, il est strictement interdit de bâtir de nouvelles constructions sur le terrain, car les fondations nécessaires risqueraient d'altérer l'état de la carrière.

Le promoteur qui avait acheté le terrain, estimant qu'il a payé trop cher un espace désormais non constructible, jette l'éponge. La propriété est alors reprise en 2003 par la Soferim, une autre société de promotion. La Soferim détruit des bâtisses qualifiées de « ruines ». Puis elle qui présente un projet ambitieux, fort bien décrit sur son site internet « les jardins de Montsouris ». Au programme, la construction de 80 logements dont 25 % de logements sociaux, la préservation de l'ancienne grange, de la grande porte charretière donnant sur la rue de la Tombe Issoire, la plantation d'un espace vert et la préservation de la carrière...

Mais tous les permis de construire, attaqués en justice par les associations, sont refusés, les uns après les autres. Thomas Dufresne, le président du collectif de Port Mahon depuis vingt ans, justifie cet activisme. Cet artiste peintre, amoureux du vieux Paris, et ses amis ne veut pas qu'un des derniers pans de l'activité rurale de la capitale disparaisse, que la carrière subisse les effets de gros travaux, pour cause d'appétit d'un promoteur. « Si nous gagnons tous nos procès, c'est bien qu'il existe un problème de fond, explique-t-il. Nous avons du mal à comprendre pourquoi les protagonistes du dossier, ministère de la Culture compris, s'entêtent à déposer ou à cautionner des autorisations illégales. »

Le collectif affirme qu'il existe des solutions alternatives. Un projet présenté par l'association Emmaüs, de réhabilitation de l'immeuble existant, sur la rue, pour en faire des logements sociaux, a été écartée. L'ancien maire du 14e, Pierre Castagnou (aujourd'hui décédé) souhaitait que la ville achète le terrain. Mais sa demande de préemption, attaquée par le promoteur, a été refusée. La mairie du 14e semble maintenant s'être retirée du jeu. Laurànt Deutsch, amoureux du vieux Paris et auteur du best-seller « Métronome », a déclaré, en 2011, qu'il aimerait racheter la ferme avec Yannick Alleno, l'ancien chef cuisinier de l'hôtel Meurice, à Paris, pour en faire une ferme-restaurant. Le collectif d'associations de défense milite pour la création d'une ferme pédagogique. Avec, à terme, la possibilité de visiter la carrière.

A la mi-février, dernier rebondissement. La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a validé une autorisation de travaux dans la carrière déposée par le promoteur. Une première étape pour construire ensuite. Les associations hurlent au scandale, suivies par les élus écologistes de l'arrondissement, dénoncent un non-respect d'une décision de justice. Elles annoncent qu'elles vont déposer un nouveau recours.

En attendant, les immeubles encore debout menacent ruine. Il faudra un jour sortir de ce guêpier. Soit demander de déclasser la carrière et construire. Soit renoncer un fois pour toute à toute nouvelle construction, rénover la ferme et la mettre en valeur. Dans les deux cas, il faut un courage politique, qui fait défaut.

Contactés par La Voix du 14e, la mairie de Paris et la Soferim n'ont pas donné suite à nos demandes d'interview.

Gérard Desmedt

21 février 2013

La Petite Ceinture et son avenir dans le 14ème (suite)

Pourquoi la question de la Petite Ceinture se pose-t-elle à nouveau ?

Un protocole avait été signé en 2006 entre la Ville de Paris et RFF pour permettre l’ouverture au public de certains tronçons, proposer des usages diversifiés et développer une mise en valeur concertée des emprises, propriété de RFF, respectant le principe de réversibilité dans la perspective d’une reprise éventuelle du trafic ferroviaire. Dans ce cadre, des promenades ont été ouvertes (16e arrondissement en 2007, 12e en 2008, 15e en cours de réalisation), des aménagements urbains mixtes ont été facilités autour du linéaire (13e, 19e), et la valorisation de certaines gares a été engagée dans le respect de leur valeur patrimoniale et culturelle. Par ailleurs, RFF et la SNCF ont mis en place un programme socialement et écologiquement responsable, d’entretien des emprises de la Petite Ceinture par des chantiers d’insertion.Petite Ceinture Jardins partagés rue de Coulmiers.jpg

Dans le 14ème, mis à part quelques chantiers d'insertion pour évacuer les ordures et nettoyer les tags, il n'y a eu que la création des jardins partagés rue de Coulmiers et deux fêtes : la Nuit Blanche, et une fête des voisins. (voir article précédent sur la Petite Ceinture). La "Gare expérimentale" avec installation d'artistes dans la Petite Gare Ouest Ceinture (Vanves) a été abandonné. ( Il serait repris à Cité Universitaire). Un projet de rénovation de la gare Montrouge-Ceinture est  décidé dans le cadre de la construction d'immeubles rue de Coulmiers, rue Friant et Avenue du Général Leclerc côtés pair et impair près de la villa Virginie.

Ce protocole expire en juin 2013 et des négociations sont engagées entre la Ville de Paris et R.F.F. en vue de son renouvellement. Celui-ci s’inscrit dans un contexte nouveau, dans la mesure où RFF envisage de retirer du réseau ferré national les sections sur lesquelles il ne voit plus de perspectives pour un trafic ferroviaire lourd, à l’Est et au Sud principalement.

Dès lors, le devenir de la Petite Ceinture est posé. Afin de fonder la nouvelle convention cadre qui sera signée d’ici l’été 2013, la Ville de Paris et Réseau Ferré de France souhaitent avancer dans la mise en valeur au bénéfice de tous de cet espace structurant du paysage, aux qualités écologiques nombreuses et aux potentiels multiples. Avant l’élaboration de tout projet précis, RFF et la Ville de Paris sollicitent l’avis des habitants de Paris et de la métropole mais aussi de tous les acteurs concernés ou intéressés pour imaginer quels pourraient être les usages futurs de la Petite Ceinture et de ses emprises : maintenir la possibilité de circulation de trains au sein du réseau dont RFF est responsable, ou la faire évoluer vers des modes de déplacements plus légers comme un tram, vers des espaces verts, voire des aménagements urbains.

Il semblerait que dans la partie qui se trouve située dans le 14ème arrondissement on s'orienterait vers une coulée verte, un lieu de promenade ou encore des aménagements urbains..La Petite Ceinture dans le parc Montsouris.jpg

Mais le site très encaissé et la présence de ponts et surtout de tunnels assez longs nécessite une vraie réflexion sur les problèmes d'accès, de sécurité et d'entretien des murs et engendre de réelles difficultés pour aménager un circuit continu de la porte de Vanves au parc Montsouris.

Des visites de la Petite Ceinture dans le 14ème doivent se dérouler le vendredi 22 février : Dans le cadre de la concertation lancée par le Ville de Paris et RFF sur le devenir de la petite ceinture ferroviaire, le Maire du 14ème a souhaité qu’une visite de la Petite Ceinture soit organisée dans le 14ème arrondissement. Ainsi, en accord avec RFF qui aménage ces visites, plusieurs créneaux ont été proposés sur la journée du vendredi 22 février . Chaque visite devrait durer environ 1h. Elles ont malheureusement été complètes très vite et beaucoup de candidats n'ont pu avoir satisfaction... Espérons  que ces visites permettent d'éclairer la réflexion de ceux qui désirent participer à la réflexion sur l'aménagement de ce site.

M.G.V.

Photo 1 La Petite Ceinture avec les jardins partagés rue de Coulmiers

Photo 2 La Petite Ceinture dans le parc Montsouris

http://lapetiteceinture.jenparle.net,

A suivre

13 février 2013

Une coulée verte sur la petite ceinture ?

petite ceinture ferroviaireLe Conseil d’arrondissement du 14e avait adopté le 8 décembre 2008 un vœu sur l’aménagement en coulée verte de la petite ceinture, une voie de chemin de fer désaffectée qui traverse le sud de l’arrondissement. Où en est-on maintenant en 2013 ? (photo Blandine Barthelemy, cliquez pour agrandir)

Mais où en est-on  en 2013 ?

Les jardins partagés de la rue de Coulmiers ont été créés et sont gérés par l'association Vert- tige. Des projets d'aménagement de la gare Petite Ceinture Montrouge verront le jour quand le projet immobilier des la rue Friant et Coulmiers sera mis en oeuvre. Pour l'instant les recours excercés par les riverains bloquent complètement les travaux. Mais l'aménagement de la coulée verte sur le site de la Petite Ceinture semblait "coulé" ou vraiment peu réalisable ????  Y aurait-il une évolution ? Quelles sont les les possibilités pour un parcours très encaissé qui pose des problèmes difficiles d'aménagement et de sécurité ? Monique Garrigue-Viney

La question est actuellement discutée , un site participatif  "lapetiteceinture.jenparle.net/ ", permet de contribuer aux débats en ligne.

Réunion publique de synthèse : 14 février 2013 Mairie du 4ème arrondissement à partir de 16h30

(Enfin, un séminaire d’échanges et de concertation sur l’avenir de la Petite Ceinture est organisé le 14 février 2013. Ce séminaire doit réunir des partenaires institutionnels, professionnels et associatifs.)

Pour consulter le site de la mairie de Paris sur ce sujet :http://www.paris.fr/loisirs/paris-au-vert/nature-et-biodi...  Pour voir une video sur le sujet,


- Pour lire l' ancien voeu du Conseil du 14e arrondissement en 2008 cliquez sur Lire la suite

Lire la suite

16 novembre 2012

Le jardin partagé des trois communes ( Porte de Vanves), réunion 21 novembre 18h30

Un jardin partagé, situé dans le futur jardin des trois communes (Paris, Malakoff et Vanves), avenue de Porte de Vanves dans le 14e est en cours de réalisation. Les travaux ayant bien avancé, le jardin ouvrira enfin ses portes au printemps prochain.

Au cours des deux dernières années, différentes réunions ont eu lieu pour aborder le projet de jardin partagé. Cet espace de 400 m² sera jardiné et géré par une association d'habitants des 3 communes. C'est cette association qui gèrera la vie quotidienne du jardin (organisation des parcelles, des animations, etc...)

Aujourd'hui, plusieurs personnes se sont déjà rassemblées au sein de l'association du jardin partagé de la Douve.

Pour évoquer avec eux l'ouverture prochaine du jardin partagé, pour adhérer à l'association et devenir un futur jardinier,

une réunion est prévue mercredi 21 novembre à 18h30

au Centre socioculturel Maurice Noguès ( 5, place de la Porte de Vanves )

A l'ordre du jour:

- Présentation de l'association du jardin de la Douve
- Présentation du plan du jardin
- Discussion autour du fonctionnement du jardin
- Adhésion
 
Dès à présent, si vous souhaitez adhérer au jardin partagé et obtenir une parcelle, il faut adresser un mail à jardinsdeladouve@gmail.com. 

10 novembre 2012

Broussais : réunion publique 13 novembre à 18h30 sur l'aménagement des espaces publics

Pascal CHERKI, Maire du 14ème arrondissement et député de Paris, organise une réunion publique sur l’aménagesite broussais aérienne.jpgment des espaces publics de l’ancien hôpital Broussais le :

Mardi 13 novembre 2012, 18H30

A l’école élémentaire Pierre Larousse

( 28 rue Pierre Larousse)

Pour consulter les projets d'aménagment: http://www.broussais.paris.fr/  

site de Broussais bon-plan.jpgCliquez sur les documents pour les voir en grand