Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 février 2012

L'Entrepôt en février 2012 ( première quinzaine)

Le programme de l' Entrepôt durant cette première quinzaine de février est très riche et varié : les films d'art etn  d'essai, les ciné-philo, les rendez-vous littéraires avec des lectures spectacles, des rendez-vous d'humour, des conférences-débat, expositions, concerts ....

Lire la suite

23 janvier 2012

Le Havre, un film de Aki Kaurismaki

avec André Wilms, Kati Outinen, Jean-Pierre Darroussin

On peut se demander si le titre du film a un autre sens que celui du grand port normand qui lui donne son nom. En suivant le héros, Marcel Marx, qui pratique le petit métier de cireur de chaussures, on découvre dans des quartiers oubliés, à l’habitat dégradé et néanmoins coloré des havres de vie tranquille, à la lisière de la société actuelle, propres à donner asile.

Le Havre.jpg

En contraste, il ya des flashes d’une actualité brutale connue et pourtant à mille lieues de notre quotidien, celle des immigrants illégaux venus d’ailleurs, leur traque par la police, leur parcage dans les centres administratifs de rétention, leur immense espoir d’une vie meilleure sur notre vieux continent.

Le réalisateur ne prétend pas traiter du problème de l’immigration clandestine, encore moins le résoudre encore qu’on devine bien où vont ses sympathies. Il nous raconte une belle fable qui nous rappelle celle du Bon Samaritain de l’Evangile : la rencontre d’un homme déjà âgé, plutôt heureux de vivre malgré sa situation précaire et d’un jeune africain en cavale, activement recherché par la police, dont l’extraordinaire dignité l’émeut. Il va alors, dans un élan de générosité, déployer toute son imagination et son ingéniosité pour le sauver de la police, en s’appuyant sur son réseau restreint mais solide d’amis et de voisins. Et ce malgré l’inquiétude qu’il éprouve pour la santé de sa femme, gravement malade et hospitalisée.

Emotion et drôlerie se mêlent : l’énergie et la douceur d’Idrissa, le jeune africain, si soucieux de rendre service à son protecteur, la faconde de notre héros, qui ne se veut jamais pris au dépourvu, son amour pour sa femme malade, et aussi le personnage un peu trop caricatural du commissaire qui cache sous sa froideur une réelle humanité.

La poésie des images de Kaurismaki nous saisit aussi: celles du port du Hâvre immense et noyé de brume, de la mer battant les falaises de Calais à la fois espoir et obstacle pour les clandestins, d’un arbre en fleurs, symbole d’un bonheur retrouvé.

Un très beau film sur la solidarité à l’égard de l’étranger «mon semblable, mon frère» à ne pas manquer.

Isabelle Constans

22 janvier 2012

Ciné-ma différence propose...

Ciné-ma différence vous  propose dimanche 29 janvier 2012, à 14 h une séance exceptionnelle aux Rencontres Internationales du Cinéma à Vincennes

Au programme :  Fanfan la Tulipe, de Christian-Jaque, avec Gérard Philippe et Gina Lollobrigida
L’accueil du public sera assuré par des bénévoles de Ciné-ma différence de Paris et de Fontenay-sous-Bois.
Cette séance sera suivie d’un goûter.
Gratuit pour les moins de 12 ans / 3 € pour les moins de 25 ans, familles nombreuses, personnes handicapées et accompagnants, demandeurs d'emploi / 6 € plein tarif
Réservation : 01 43 98 65 94 (mardi de 10h à 13 h), ou : contact@cinemadifference.com
Lieu : Centre culturel Georges Pompidou, 142 rue de Fontenay - 94 Vincennes. La salle est accessible aux personnes en fauteuil.
Moyens d’accès : Métro Château de Vincennes / RER A Vincennes / parking souterrain accessible : "Cœur de Ville".

En 2010, 340 spectateurs assistaient avec joie à cette séance. Nous espérons être aussi nombreux et contents le 29 janvier prochain.

Lire la suite

15 janvier 2012

« Amadeus » de Milos Forman au Ciné-Quartier Mouton Duvernet le mardi 17 janvier 19h30 Cinéma Le Denfert

Amadeus Mozart à une représentation d'opéra.jpgPour sa séance de janvier, le ciné-quartier Mouton-Duvernet vous transporte à la cour de Vienne avec un film réalisé en 1984 par Milos Forman avec Tom Hulce, F. Murray Abraham.

En 1781, arrive à Vienne un jeune artiste prodige, précédé d'une enviable réputation : Wolfgang Amadeus Mozart. Il est accueilli avec scepticisme ou enthousiasme à la cour de l'Empereur Joseph. Antonio Salieri, musicien réputé et compositeur officiel de Sa Majesté discerne immédiatement en lui un génie et va concevoir une jalousie violente vis-à - vis de ce gamin insolent, arrogant et aux manières tout à fait inconvenantes.

Le scénario  très original de Peter Shaffer (qu'il a adapté de sa pièce de théâtre ) nciné-quartier,conseil de quartier mouton-duvernet,milos forman,amadeuse cherche pas une absolue vérité historique mais constitue plutôt une approche de la création artistique. Il est bâti comme un opéra : c'est une histoire de jalousie et de vengeance construite admirablement comme dans les oeuvres de Mozart où l'humour se mêle au drame. La beauté de ce film c'est d'entrer dans l'art de ce génial compositeur grâce à nombreux extraits d'opéras (« L' enlèvement au sérail », « Les Noces de Figaro » de « Don Giovanni », « La flûte enchantée »), de concertos, symphonie et évidemment du « Requiem » qui font partie intégrante du récit.

C'est un film flamboyant qui évoque les mystères de la création artistique. Le spectateur ressent de manière palpable l'amertume de Salieri (joué avec une grande force par F. Murray Abraham), artiste doué, amoureux fou de la musique. Lui, qui est prêtre, associe totalement sa passion pour la musique à sa foi religieuse et il s'exprime à Dieu par elle. C'est pour cette raison qu'il se sent trahi par Dieu qui a donné cette grâce à cet enfant gâté de Mozart. Il éprouve de la haine pour le rival qui détient le génie de la musique à laquelle il a consacré sa vie.

Lire la suite

07 janvier 2012

Cine-ma Différence présente

Une nouvelle salle dans le 14ème : le Chaplin Denfert*, place Denfert-Rochereau - Un nouvel horaire : le samedi à 15 heures

*Le Chaplin Denfert est une salle accueillante, au cœur des transports parisiens.
Peu accessible toutefois aux personnes avec de grandes difficultés motrices, nous invitons celles-ci à nous téléphoner au 01 71 20 22 64 pour voir ensemble les adaptations possibles .

Samedi 14 janvier, à 15 heures

au Cinéma Chaplin Denfert - 24 place Denfert-Rochereau- Paris 14ème (Métro et RER Denfert-Rochereau)

Un Monstre à Paris (durée 1 h 22)

un film d’Éric Bergeron,
Tarif unique 4 €

Lire la suite

15 décembre 2011

L'entrepôt en décembre (deuxième quinzaine)

Deuxième quinzaine. Vous avez également leur programmation en lien en haut de la colonne de droite.

Lire la suite

12 décembre 2011

"Eve"("All about Eve") Ciné-quartier Mouton-Duvernet mardi 13 décembre 19h30 au Denfert

Cinéma Le Denfert - Séance ouverte à tous , prix d'entrée : film et débat 4€

eve 3.jpg

Venez avec vos amis et voisins au  ciné-quartier du conseil de quartier Mouton-Duvernet ! A l'affiche  un grand classique multi-oscarisé sur le parcours d’une jeune et ambitieuse comédienne de théâtre avec un film réalisé en 1950 par Joseph L Mankiewicz : « Eve » ( All about Eve)

Eve Harrington, jeune actrice, reçoit la récompense suprême pour une comédienne, le Sarah Siddons Award, prix qui, chaque année, récompense la plus grande actrice de théâtre. Alors qu'on prononce l'éloge d'Eve devant  une foule de célébrités, trois de ses proches, Karen, l'épouse du dramaturge Lloyd Richards, Margo Channing (Bette Davis), actrice célèbre dont Eve Harrington fut la secrétaire (Anne Baxter) et Addison De Witt (George Sanders) , critique théâtral influent, évoquent leur relation avec la triomphatrice de la soirée, sa carrière et de ce qu'elle cache...

Le spectateur découvre peu à peu le personnage de Eve Harrington au travers des flashes-back qui sont autant de récits qui se complètent.  Le titre « All about Eve » est beaucoup plus évocateur de ce film car ces récits relatent la carrière de l'actrice et décrivent la personnalité d'Eve en évoquant les points de vue des différents protagonistes  et les relations parfois très cruelles qui existent entre eux. C'est passionnant  !

Lire la suite

07 décembre 2011

Ciné- quartier Pernety « Le Mépris » de Jean-Luc Godard  : mercredi 7 décembre 20h à l'Entrepôt

le-mepris 3.jpgAvec Le Mépris de Jean- Luc Godard, le Ciné-quartier Pernety continue son cycle sur l'amour, ici on pourrait parler de « désamour »
Paul Javal, scénariste, et sa jeune femme semblent former un couple uni. Un incident apparemment anodin avec un producteur va conduire la jeune femme à mépriser profondément son mari.

« Comment parler des choses les plus simples (l'émergence d'un sentiment, les différences de comportement) en les incarnant dans des images sublimes et définitives. Succession de plans magnifiques montés musicalement, les saccades désordonnées de Piccoli, les accélérations de Jack Palance et le rythme étale de Fritz Lang. D'une ligne à l'autre, il ne reste plus que l'intensité sans la substance, la vitesse sans la masse, l'émotion sans le pathos afin de saisir les différences de rythmes et de comportements (la sublime inertie de Bardot) »

Mercredi 7 décembre à 20h Tarif : 4€ pour le film et le débat- Au cinéma l' Entrepôt - 7 rue Francis de Pressensé - Paris 14- M° Pernety. Séance ouverte à tous.

01 décembre 2011

L'entrepôt en décembre (première quinzaine)

Le programme de décembre

Lire la suite

28 novembre 2011

Ciné-ma différence propose...

Ciné-ma Différence propose une projection  vraiment accessible à tous ! Une expérience de cinéma vivante et chaleureuse, où chacun est accueilli et respecté tel qu'il est. Présence de bénévoles / Son modéré / Lumière baissée progressivement.

Dimanche 4 décembre, à 11 heures «Intouchables»

 film d'Eric Tolédano et Olivier Nakache avec François Cluzet, Omar Sy, Anne Le Ny

au Cinéma Majestic Passy - 18 rue de Passy - Paris 16ème (Métro Passy)

Cette dernière séance 2011 sera suivie d'un pot, Tarif unique 4 €.

Réservation pour les personnes en fauteuil ne pouvant se transférer : 01 71 20 22 64-

Séances, infos et programmes : www.cinemadifference.com- Courriel : contact@cinemadifference.com Tél. : 01 71 20 22 64

24 novembre 2011

Le geste créatif de personnes handicapées : projection de courts- métrages vendredi 25 novembre, 20h , à l' Entrepôt

le geste céatif.jpgCes rencontres organisées par "Retour d'image" est le partage des perceptions et des sensibilités. La séance est accessible à tous et sera modérée par Nadia Meflah, programmatrice et critique de cinéma, en binôme avec Mathias-Henri Glenard, intervenant sourd de l'association Bête à Bon Dieu Production. L'échange qui suivra les courts-métrages, en présence des artistes et des réalisateurs, abordera la question du "geste créatif" des personnes en situation de handicap.

Films audiodécrits et sous-titrés. Echanges avec le public traduit en LSF (interprète) et menés en partenariat avec Bête à Bon Dieu Production.

Vendredi 25 novembre à 20h Cinéma L'Entrepôt (7-9 rue Francis de Pressensé 75014).
Entrée libre. Renseignements et réservations :
mail.retourdimage@gmail.com ou 01 43 14 65 47.

Renseignements sur le programme : cliquez sur lire la suite.

Lire la suite

16 novembre 2011

Intouchables

Un film de Eric Tolédano et  d’Olivier Nalcache

intouchables-.jpgOn ne peut être que conquis par cette comédie, qui en fait, cache un drame : celui que vit l’handicapé face à son insertion sociale, face au regard condescendant que l’autre c’est-à-dire nous-mêmes, doué de toutes ses facultés mentales et physiques, porte sur lui.

 Mais ici, il se trouve que les différences de milieu social sont un atout pour démontrer que l’impossible rencontre entre deux humains si opposés – l’un est noir, l’autre blanc, l’un est issu des banlieues, l’autre de la grande bourgeoisie – peut déboucher sur une réelle amitié, une fraternité « naturelle », en dehors des a priori et des tabous sociaux habituels.

 C’est une belle leçon d’humanité et d’amour que nous devrions méditer,  à seule fin de régénérer notre faculté de poser un regard bienveillant sur notre prochain, quel qu’il soit, et quels que soient ses fragilités, ses handicaps, la marginalité ou la détresse morale qu’il porte en lui.

 C’est un film drôle, mais où cependant apparaissent en demi teinte, les images cachées d’une pudique et profonde humanité. R.R.

14 novembre 2011

Nous nous sommes tant aimés ! Film de Ettore Scola à l'affiche du Ciné-quartier Mouton Duvernet, mardi 15 novembre 19h30 au cinéma Le Denfert

Trente ans après s'être perdus de vue, trois amis italiens, Antonio, Nicola et Gianni, se retrouvent. Tous trois font le point sur leur vie et les années qu'ils viennent de passer.

ciné-quartier,conseil de quartier mouton- duvernet« Italie 1944.Gianni, l’avocat lombard (Vittorio Gassman), Antonio, le militant de gauche romain, brancardier dans le civil (Nino Manfredi) et Nicola, l’enseignant napolitain passionné par le septième art (Satta Flores) deviennent amis au sein de la résistance italienne.Lorsque sonne l'heure de la libération, un monde nouveau s'offre à eux. Militants fervents, pleins de rêves et d'illusions, les voici prêts à faire la révolution. Le trio se retrouve à Rome, où il rencontre une jeune femme, Luciana (Stefania Sandrelli). ciné-quartier,conseil de quartier mouton- duvernetAlors que tous trois, à des périodes différentes, vont avoir une aventure avec Luciana, aspirante actrice, la vie les sépare après la chute du régime fasciste et l'avènement de la République...»

 « Chef-d'oeuvre d'Ettore Scola sorti en 1974, Nous nous sommes tant aimés est un chassé-croisé de l'histoire personnelle de trois hommes avec l'histoire de l'Italie, de 1944 à 1974, et celle du cinéma transalpin. L'auteur suit trente ans de rêves, d'espoirs et de déceptions d'un trio représentant les illusions perdues d'une génération sacrifiée au miracle économique italien.. »

Lire la suite

08 novembre 2011

Et maintenant, on va où ? Film de Nadine Labaki

Je veux présenter l'un de mes films préférés de la rentrée : il tout à la fois drôle, profond et tragique, sur un sujet d'une grande actualité, les conflits entre les différentes communautés religieuses.

et-maintenant-on-va-ou-de-nadine-labaki.jpg    Il débute par un prologue saisissant : Un cortège de femmes vêtues de noir, tête nue ou voilées, s'avance lentement dans un décor rocailleux . Chacune a le visage grave et serre dans sa main une photo. La brume de chaleur et la poussière troublent un peu la vue mais il semble que le pas devient dansant ...Ces femmes vont vers le cimetière où elles se séparent en 2 groupes l'un se dirigeant vers les tombes avec une croix et l'autre allant vers les croissants..

Et maintenant on va où bagarre.jpg

Les femmes lassées de pleurer les morts se liguent et imaginent des stratagèmes pour désamorcer les conflits. C'est avec une imagination débridée qu'elles inventent des diversions : disputes simulées entre elles, destruction des journaux, miracle... danseuses, fêtes.... elles sont aidées en cela par l'imam et le prêtre qui veulent apaiser les antagonismes religieux.

Lire la suite

Conseils de quartier du 14ème : agenda de novembre 2011

Voici l'agenda des conseils de quartier du 14ème arrondissement: Réunion plénière du conseil de quartier Mouton -Duvernet 9 novembre, ciné-quartiers 3 séances les 6 , 9 et 15 novembre, Circul'livres le 5 novembre, Passion -sciences le 19 novembre, le travail dans les différentes  commissions des conseils de quartier (3 novembre, 19h30, sur l'aménagement de  l'avenue du Général  Leclerc à la salle polyvalente de la Mairie du 14ème,  les commissions sur la communication, le lien social, le handicap et accessibilité....)

Pour voir les dates et les lieux de réunion , cliquez sur lire la suite

Lire la suite

06 novembre 2011

« Porte des Lilas » film de René Clair : dimanche 6 novembre à 14h à l' Entrepôt

C'est le seul film auquel Georges Brassens a participé. Film sorti en 1957 avec Pierre Brasseur, Dany Carrel, Henri Vidal
Pour échapper à la police, Barbier, un gangster, trouve refuge chez un chanteur anarchiste surnommé "L'Artiste". Cette arrivée va bouleverser l'existence de Juju, un copain de "L'Artiste". Pilier de bistrot, Juju veut à tout prix devenir le protecteur de Barbier, dont il admire l'audace et le succès auprès des femmes.

Dimanche 6 novembre 14h  Entrée gratuite au cinéma l' Entrepôt 7 rue Francis de Pressensé

29 octobre 2011

Cine-ma Différence présente

Dimanche 6 novembre, à 11 heures

  LES AVENTURES DE TINTIN
de Steven Spielberg,
 durée 1 h 45, en VF 2D

au Cinéma Majestic Passy - 18 rue de Passy - Paris 16ème (Métro Passy)
Attention : exceptionnellement, cette séance aura lieu en salle 3,  non accessible aux personnes ne pouvant monter des marches.

Tarif unique : 4 €

Résumé : Parce qu’il achète la maquette d’un bateau appelé la Licorne, Tintin, un jeune reporter, se retrouve entraîné dans une fantastique aventure à la recherche d’un fabuleux secret.../ Avec l’aide de Milou, son fidèle petit chien blanc, du capitaine Haddock, un vieux loup de mer au mauvais caractère, et de deux policiers maladroits, Dupond et Dupont, Tintin va parcourir la moitié de la planète, et essayer de se montrer plus malin et plus rapide que ses ennemis.../

Lire la suite

28 octobre 2011

L'Entrepôt en novembre

Programme de novembre

Lire la suite

20 octobre 2011

"The Artist"

Un film de Michel Hazanavicius

Les recettes qui ont fait leur preuve, sont éternelles et permettent à un « remake » de caracoler au sommet. Ainsi de « The Artist », où Jean Dujardin réussit à ressusciter Georges Valentin et le cinéma Hollywoodien des années vingt et trente.

the artist,dujardin,lavoixdu14e.info

 

Le scénario nous propose plus une parodie qu’un réel récit original. L’ombre de Stanley Donen et de « Chantons sous la pluie » n’en n’est pas éloignée. Le challenge consiste à nous montrer un film muet, en noir et blanc et ce, à notre époque en 2011, où les techniques font exploser notre relation au son et à l’image. De même 1930 voyait disparaître l’artiste du  « muet », face à la montée du cinéma parlant.

Le pari est réussi. Il était osé, puisque nous vivons de l’intérieur, le drame qui survient chez le dernier acteur du cinéma muet – Georges Valentin – à travers Jean Dujardin, en tout point excellent par la vérité  qu’il met à la résurrection du personnage, par les doutes qui l’habitent et finalement le désespoir qui le traverse.

Ne boudons pas notre plaisir. La musique,  par ailleurs, est excellente et descriptive à souhait ; elle est là  pour nous faire revivre une romance éternelle, propre à toute comédie musicale. Nous évoluons ici dans le cadre d’une époque très marquée par l’irruption de nouveaux moyens de communication, dont nous sommes aujourd’hui les héritiers et les bénéficiaires.

R.R  

17 octobre 2011

Le Ciné-quartier Mouton Duvernet présente : « Marie-Jo et ses deux amours », Mardi 18 Octobre, 19h30, au Cinéma Le Denfert

MarieJo-et ses deux amours affiche.jpgFilm réalisé en 2002 par Robert Guédiguian avec Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan, Julie-Marie Parmentier.

Marie-Jo ne parvient pas un faire un choix.Doit-elle tout quitter pour partir avec son amant Marco? Ou bien rester avec son mari Daniel qu'elle aime comme au premier jour ? L'idée d'en finir l'effleure. Mais à Marseille, dans ce cadre magnifique,  les saisons se succèdent et Marie-Jo a deux amours.

La séance est ouverte à tous et sera suivie d'un débat. Le prix d’entrée : 4€ vous permet donc de venir avec vos voisins et amis le mardi 18 octobre,19h30, au cinéma Le Denfert 24, Place Denfert- Rochereau.

Prochaine séance du Ciné Quartier : Mardi 15 Novembre. Pour plus d’informations ou être informé(e) régulièrement des séances, vous pouvez écrire à l’adresse : conseil_mouton.duvernet@yahoo.fr

13 octobre 2011

Cine-ma Différence présente

Samedi 15 octobre, à 14 heures, CASE DÉPART  

un film de Thomas Ngijol et Fabrice Eboué, durée 1 h 34

au Cinéma L'Entrepôt - 7 rue Francis de Pressensé - Paris 14ème (Métro Pernety), Tarif unique : 4 €

Case-Depart-affiche.jpgL'histoire : Demi-frères, Joël et Régis n’ont en commun que leur père qu’ils connaissent à peine./.../ Réclamés au chevet de leur père mourant aux Antilles, ils reçoivent pour tout héritage l’acte d’affranchissement qui a rendu la liberté à leurs ancêtres esclaves, document qui se transmet de génération en génération. Faisant peu de cas de la richesse symbolique de ce document, ils le déchirent. Décidée à les punir pour le geste qu’ils viennent de faire, une mystérieuse vieille tante qui les observait depuis leur arrivée aux Antilles décide de leur faire remonter le temps, en pleine période esclavagiste ! Parachutés en 1780, ils seront vendus au marché comme esclaves. Les deux frères vont alors devoir s’unir, non seulement pour s’évader de la plantation mais aussi pour trouver le moyen de rentrer chez eux, au XXIe siècle.

Nous contacter :
E-mail : contact@cinemadifference.com
Tél. : 01 71 20 22 64 / 06 24 78 57 25

Ciné-ma différence : des séances de cinéma OUVERTES A TOUS offrant un accueil privilégié pour des personnes en situation de handicap, souvent exclues des loisirs culturels.
Séances, infos et programmes : www.cinemadifference.com/

Lire la suite

12 octobre 2011

De bon matin, film de Jean-Marc Moutout

De bon matin affiche.jpgLes récents et inquiétants suicides survenus sur certains lieux de travail ainsi qu’au domicile de personnels cadres, employés et ouvriers, ont attiré l’attention de l’opinion publique sur les conditions de travail dans les entreprises et dans certains services publics de notre pays.

Ce film, par la maîtrise remarquable du scénario, analyse de « l’intérieur » le processus pernicieux qui détruit peu à peu l’équilibre psychique de l’individu au travail. Sous les apparences de la normalité la plus banale, celui-ci peut être conduit insidieusement à programmer un acte irréversible : le meurtre de deux de ses supérieurs hiérarchiques, suivi par son propre suicide.

Le scénario du film est implacable par son efficacité : sobriété, émotion contenue, silences prolongés, froideur de la décision, attente insupportable ; un film dont la rigueur dans le déroulement est un modèle du genre. Le spectateur devient un témoin invisible mais proche du drame qui se joue. Il participe intimement à la sourde montée de la violence, il accompagne Jean-Pierre Darroussin dans la douleur qui submerge ce cadre de banque, il assiste impuissant, fasciné par le drame qui monte en puissance.

jean-pierre darroussin,de bon matin,lavoixdu14e.info

Jean-Pierre Darroussin atteint ici les sommets d’un rôle difficile, surhumain. Il endosse l’image de ce cadre de banque avec la perfection du comédien confirmé. Son personnage essaie au tout début, de déjouer les chausse-trapes, les traquenards et les manipulations qui ont été mis en place, à seule fin de le déstabiliser, de détruire son engagement et sa probité professionnelle. Surmené, stressé, incompris, avant de se supprimer, il détruira le mur d’une hiérarchie inhumaine.    

C’est un très grand film. Il nous fait découvrir la face cachée des règles qui président au management des entreprises. L’homme y est alors appelé à respecter les « objectifs », souvent les dépasser, et in fine, n’être qu’un « objet » que l’on jette après usage.

R. R.

                                               

10 octobre 2011

Agenda des conseils de quartier Octobre 2011

Nous vous présentons l'agenda des conseils de quartier du 14ème arrondissement, il est à compléter et si vous avez d'autres informations à communiquer, La Voix du 14ème sera très heureuse d'en rendre compte.

A retenir pour cette semaine mercredi 12 octobre réunion publique du Conseil de quartier Pernety à 19h30, 190 rue d' Alésia et aussi le 12 octobre , la commission sur la rue Daguerre à 20h, 22 rue Deparcieux.

Pour les autres renseignements cliquez sur lire la suite

Lire la suite

05 octobre 2011

Habemus Papam : pas si vite!

Le Pape est mort...Venus des quatre coins de la planète pour élire son successeur, des cardinaux se réunissent en conclave sous la voûte de la chapelle Sixtine, où l'électricité défaille. Dans les couloirs, derrière les portes, au pied des murailles, à côté de leurs radios, de leurs télévisions, de leurs ordinateurs, les fidèles du monde entier attendent. La lumière revenue, les prélats se mettent à l'oeuvre. Et, dans cette atmosphère solennelle, des prières silencieuses s'élèvent vers le ciel : pas moi, Seigneur! Ne me choisissez pas! Non!

paris 14e,lavoixdu14e.info,moretti,michel piccoli,habemus papam

C'est à tort que l'on verrait dans cette étincelante comédie italienne, servie par l'esprit inventif et l'humanisme chaleureux de Nanni Moretti, une quelconque charge anticléricale. Rien n'est convenu dans cette fable, bien plus subtile et profonde qu'il n'y paraît. Le regard porté sur le cérémonial religieux demeure bienveillant, même et surtout lorsque les événements tournent à la catastrophe... Car le nouvel élu, un Français nommé Melville, que nous avons vu se décomposer alors que la lecture des bulletins de vote martelait son nom, tremble devant l'énormité du destin qui lui échoit. Au grand désarroi des cardinaux électeurs, il ne réussit même pas à franchir le seuil du balcon. La psychanalyse est appelée en renfort.

paris 14e,lavoixdu14e.info,moretti,michel piccoli,habemus papamFace à son illustre patient, le docteur, qui proclame être le meilleur, sans que l'on sache sur quel territoire géographique s'étend cette domination, peine à trouver des réponses. Fort de la constatation que nul ne résoudra son problème à part lui, le Pape s'enfuit dans les rues de la ville éternelle, en quête de cette vérité qui gît, parcellaire et mystérieuse, en chacun de nous.

Derrière l'humour, l'ingéniosité du scénario et la beauté formelle du film, affleurent des interrogations poignantes. Le cardinal Melville ne doute que de lui-même, d'où le voyage initiatique qu'il entreprend, cherchant les mots de son discours dans le métro aérien qui longe le Tibre, pendant qu'entre les murs du Vatican, on trompe l'angoisse en jouant au volley, et qu'en bas sur la place les petites lumières brillent toujours...

paris 14e,lavoixdu14e.info,moretti,michel piccoli,habemus papamComédien grandiose et multiforme, Michel Piccoli constitue l'interprète idéal de ce personnage hors normes, qu'il joue avec une grande sobriété. Sur son visage, les sentiments se reflètent dans leurs plus délicates nuances. Les acteurs qui l'entourent, Nanni Moretti en tête, sont dignes de cette performance, comme la mise en scène l'est de la somptuosité du décor.

Un film de Nanni Moretti, avec Michel Piccoli, Nanni Moretti, Jerzy Stuhr, Margherita Buy, Renato Scarpa. (Cliquez sur les photos pour agrandir)

Josée cathala

02 octobre 2011

Los Herederos -Les enfants héritiers- un film à voir de toute urgence

los-herederos-les-enfants-heritiers-.jpgCe documentaire d' Eugenio Polgovsky présente la journée de travail d' enfants paysans mexicains dans six régions différentes. Les tâches sont diverses et épuisantes, les conditions de vie, tout à fait précaires. Le réalisateur se place à la hauteur de ces enfants et les observe sans commentaire. Une chaussure percée, une bûche qui tombe d'un tas, un énorme seau porté à bout de bras...disent tout. Il les montre si petits dans les montagnes où ils sont bûcherons, bergers, porteurs d'eau,  participent aux travaux des champs ou aux tâches ménagères...

Sont décrits aussi les exodes des journaliers qui s'entassent, en famille, le plus souvent debout , dans des camions rouillés, pour aller dans les plantations ramasser des haricots verts, des tomates...Un travail harassant qui commence à l'aube pour se terminer à la tombée de la nuit, sans aucune mesure de sécurité. Ici les conditions deviennent inhumaines et le regard déjà las et grave d'une fillette les exprime avec force.

Ce film est un hommage au courage, à l'énergie de ces populations paysannes et de leurs petits déjà si mûrs et responsables.

la voix du 14e,los herederos,eugenio polgovsky,aloest production

La splendeur des paysages, la luxuriance de la nature, le charme des enfants sont présentés avec poésie avec pour seul commentaire les musiques populaires. Tout est suggéré. C'est magnifique !

Aucun misérabilisme dans ce documentaire, c'est avec respect et tendresse que le cinéaste montre les personnes qu'il a côtoyées  pendant des mois. C'est un film tout public (adultes et jeunes à partir de 7- 8 ans) à aller voir de toute urgence tout à la fois pour ses qualités plastiques et pour la profondeur du propos.

M.Garrigue -Viney

Au cinéma Saint André des Arts. ( La présentation de ce film a été faite dans La Voix du 14ème le 26 septembre) renseignements : www.losherederos-lefilm.com.

Cliquez sur les images pour les voir en plus grand.

01 octobre 2011

L'entrepôt en octobre

Tout le programme du mois

Lire la suite

26 septembre 2011

Los herederos, nouveau film de Eugenio Polgovsky

Aloest Productions poursuit son activité de distribution de films au cinéma débutée lors de la sortie de "D'une seule voix". Ainsi, Aloest Distribution sort sur les écrans cette semaine un très beau film documentaire intitulé "LOS HEREDEROS" du réalisateur mexicain Eugenio Polgovsky.

Eugenio Polgovsky porte à l'écran la question des enfants au travail et plus généralement celle de ce que laissons en héritage à nos enfants. Ce documentaire tourné dans les campagnes mexicaines, montre que la pauvreté se transmet le plus souvent par héritage. De génération en génération, les jeunes reproduisent les gestes des anciens dans un même combat pour survivre.

los heredoros.jpg

Très remarqué par la critique dans les festivals, Los Herederos, Les Enfants héritiers suit le parcours de plusieurs enfants des campagnes mexicaines à qui les adultes ont transmis, trop tôt, l'héritage du travail.

Il y a de la grâce dans le regard posé par le film sur ces enfants et une remarquable habileté à les suivre, courant sur un sentier sinueux de montagne.

Avec habileté et esthétisme, le mexicain Eugenio Polgovsky invite à s'interroger sur notre rapport à l'héritage : que laissons-nous à nos enfants ? Quelle éducation leur transmettons nous ? Et si l'héritage le plus commun n'était finalement pas la pauvreté ?

Le film est sorti en France le 21 septembre. Il est à Paris, du 21 septembre au 4 octobre , dans une seule salle le Cinéma St André des Arts. Il ne reste pas beaucoup de temps pour le voir !30 Rue Saint André des Arts 75006 Paris

Il y a le 29 septembre à 20h30 une projection -rencontre avec E. Polgovsky. Pour plus de renseignements : www.losherederos-lefilm.com.

 

25 septembre 2011

"Tous les soleils" film de Philippe Claudel

Je voudraitous-les-soleils-affiche.jpgs vous parler de cette comédie romantique pleine de fantaisie réalisée par Philippe Claudel. 

Alessandro est un professeur italien de musique baroque qui vit à Strasbourg . Cet homme, d'une quarantaine d'années, est veuf et vit dans le souvenir de sa femme. Il se partage entre ses cours, ses amis avec lesquels il chante et des visites à l'hôpital pour faire la lecture aux malades. Il a l'impression d'avoir deux adolescents chez lui : sa fille, (15 ans) qui étouffe sous le poids de la tendresse paternelle et son frère Crampone ( innénarrable Neri Macoré) gentil anarchiste délirant qui veut obtenir l'asile politique pour échapper au régime de Berlusconi. Crampone, perpétuellement en  peignoir, demeure reclus chez Alessandro,  et assume les tâches ménagères. Ses seules distractions : une série sitcom à la télévision et l'éducation révolutionnaire de sa nièce et d'une postière...

Philippe Claudel réalise une comédie « italienne » savoureuse et poétique dans le cadre de la belle ville de Strasbourg. Les  poèmes et les extraits musicaux accompagnent parfaitement le film. Le héros (Stefano Accorsi) est un doux rêveur tout à la fois séduisant et drôle, le personnage du frère apporte une note  bouffonne irrésistible.Tous les soleils 2.jpg Lisa Cipriani est parfaite dans le rôle d'Irina, l'adolescente qui, avec un corps et un visage encore enfantins, a déjà une maturité que son oncle et son père n'auront peut-être jamais... Mon  seul reproche  : c'est  que la fin ne garde pas le même ton léger et fantaisiste que le reste du film.Tous les soleils 3.jpg

Mais ne boudez pas ce moment de bonheur, allez voir au plus vite «  Tous les soleils » au cinéma l' Entrepôt. ( vous pourrez ensuite acheter le DVD)

M.Garrigue- Viney

15:05 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer |

21 septembre 2011

Cine-ma Différence présente

Samedi 24 septembre, à 14 heures au cinéma  l' Entrepôt
(Aux amateurs de grasse-matinée, et à tous ceux qui ont trop de choses à faire le samedi matin pour aller au cinéma, nous sommes heureux d'annoncer que les séances Ciné-ma différence du samedi, à l'Entrepôt, auront désormais lieu à 14 HEURES)

les-contes-de-la-nuit-de Michel Ocelot affiche.jpg
LES CONTES DE LA NUIT

film d'animation de Michel Ocelot, durée 1 h 25, au Cinéma L'Entrepôt -7 rue Francis de Pressensé - Paris 14ème (Métro Pernety), Tarif unique : 4 €

Les Contes de la nuit est le dernier film du réalisateur de Kirikou. Tous les soirs, une fille, un garçon et un vieux technicien se retrouvent dans un petit cinéma qui semble abandonné, mais qui est plein de merveilles. Les trois amis inventent, se documentent, dessinent, se déguisent. Et ils jouent toutes les histoires dont ils ont envie dans une nuit magique où tout est possible.

Dimanche 2 octobre, à 11 heures 
 LA GUERRE DES BOUTONS

de Yann Samuell, avec Eric Elmosnino, Mathilde Seigner, Alain Chabat, au Cinéma Majestic Passy - 18 rue de Passy - Paris 16ème (Métro Passy), Tarif unique : 4 €

Nouvelle adaptation du livre de Louis Pergaud, l'action est située en 1960, dans un village dans le sud de la France. Une bande de garçons, âgés de 7 à 14 ans, menée par l’intrépide Lebrac, est en guerre contre les enfants du village voisin, leurs ennemis jurés. Une guerre sans merci, qui dure depuis des générations. On se bat pour l’honneur et la fidélité et, pour gagner, tous les moyens sont bons. Même, s’il le faut, combattre nu comme un ver, ou pire, accepter l’aide de Lanterne - une fille ! - la nouvelle recrue de la bande, pleine de panache et d’ingéniosité.

Ciné-ma différence : des séances de cinéma OUVERTES A TOUS offrant un accueil privilégié pour des personnes en situation de handicap, souvent exclues des loisirs culturels.
Séances, infos et programmes : www.cinemadifference.com/

Contacts :  : contact@cinemadifference.com Tél. : 06 24 78 57 25

19 septembre 2011

« Quai des orfèvres » de Clouzot au Cinéquartier Mouton- Duvernet le mardi 20 septembre à 19h30, film créé en 1947

delair suzy dans quat des orfèvres.jpgUn univers de faux-semblants : Marguerite Martineau- dite Jenny Lamour, ( la piquante Suzy Delair) chanteuse de music-hall douée et ambitieuse, accepte l'invitation à dîner de Brignon, homme riche et puissant ( Charles Dullin, répugnant à souhait). Elle pense, en effet, qu'il pourra l'aider dans sa carrière et passe outre la jalousie de son mari Maurice Martineau et les mises en garde de son amie, la photographe Dora ( la belle Simone Renant). Après avoir proféré des menaces de mort à l'encontre de ce  « vieux cochon », Maurice (excellent Bernard Blier) se précipite chez Brignon et le ... découvre assassiné. L' inspecteur de police qui enquête sur ce meurtre est sans illusion sur le milieu du spectacle où évoluent les personnages mais il va peu à peu débrouiller l'écheveau des mensonges et des faux-semblants de chacun. quai des orfevres.jpg

Et curieusement, le spectateur va découvrir des personnages très humains, pleins de failles mais attachants, malgré tout. Tout cela se passe une nuit de Noël dans le cadre un peu glauque d'un commissariat et des coulisses d'un petit music-hall de l'après-guerre.

Ce qui fait l'intérêt du film de Clouzot c'est l'approche des personnages vus au travers du regard de ce policier (extraordinaire Louis Jouvet) à la fois lucide, narquois mais finalement bienveillant. Nous découvrons des caractères médiocres toutefois  prêts  à sacrifier leurs intérêts par amour. Il faut dire que la distribution est éblouissante et l'atmosphère créée par Clouzot est vraiment prenante. Les expressions sont scrutées avec une grande finesse par les gros plans de Clouzot. Tout cela est baigné d'une ambiance musicale entraînante et pleine d'humour : l'air du "Petit Trala-là... " nous  trotte dans la tête longtemps après la projection...

Venez déguster ce classique avec vos voisins et amis au cinéma Le Denfert, (24, place Denfert Rochereau) . Pour beaucoup cela sera une découverte de le voir sur grand écran...La séance proposée par le Cinéquartier Mouton- Duvernet aura lieu mardi 20 septembre à 19h30 avec un prix d'entrée à 4€ pour le film et le débat, une manière de commencer la saison 2011-2012 en beauté !

M.G.V.

La séance suivante du Ciné Quartier est prévue le mardi 18 Octobre autour du film "Marie-Jo et ses deux amours" de Robert Guédiguian. Pour être informé(e) régulièrement des séances mensuelles, vous pouvez vous inscrire à l'adresse : conseil_mouton.duvernet@yahoo.