Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 novembre 2008

Déplacement: exposition présentée du 11 décembre 2008 au 25 janvier 2009 au Musée du Montparnasse

La mission photographique Le Voyage, initiative de l’Université Paris 8 et de l’Académie du Film de Pékin (Chine), est invitée à présenter le deuxième et dernier volet de ce projet dans le cadre de la programmation d’expositions proposée par Le Musée du
Montparnasse.

Yannick Aleksandrowicz.jpg

Depuis 2005, les départements de photographie de l’Université Paris 8 et de la Beijing Film Academy travaillent ensemble sur des projets photographiques. La première mission franco-chinoise avait pour sujet les rythmes de la ville et ceux de l’homme. Ce travail a fait l’objet de plusieurs expositions et d’un catalogue.

Lire la suite

26 novembre 2008

Evocation de la vie du Château ouvrier avant sa rénovation : Exposition de photos, mercredi 26, jeudi 27, et vendredi 28 novembre de 18 à 21h

 

chateau-ouvrier.jpg

C’est dans le cadre du projet « Mémoires et...Avenir de mon quartier » que l’association Florimont propose une évocation de la vie du Château Ouvrier avant sa rénovation à travers les photos de Ghislaine César.
Cette exposition « lieux communs et autres clichés » est organisée au Château ouvrier, 5-9 place Marcel Paul. Tél : 01 42 79 81 30. contact@chateau-ouvrier.fr. L’exposition se tiendra mercredi 26, jeudi 27 et vendredi 28 novembre 2008 de 18h à 21h
Vernissage le mercredi 26 novembre à 18 heures au Château Ouvrier 9, place Marcel Paul 75014 Paris (niveau 69-71, rue Raymond Losserand)

20 novembre 2008

Expo CARITA, jusqu'au 23 novembre

L'expo dont la Voix vous a déjà parlé, continue jusqu'au 23 au soir. Elle est aussi l'occasion de rendre hommage à Christophe Carita, talentueux neveu des créatrices du célèbre salon, de toutes les stars et célébrités.

Christophe Carita2.jpgOriginaire du Sud-ouest, comme elles, il eut d'abord la passion du dessin. Allant dans le salon de ses tantes, il décide de coiffer et de rencontrer les stars. Il se lance donc dans lac oiffure, mais utilise son goût du dessin pour concrétiser ses créations. Il considère, dans son métier, le dessin comme une activité à part entière , indispensable à son travail.Sa passion de l'innovation lui fera essayer tour à tour, toujours d'abord sur le papier, tous les styles, tous les accessoires, toutes les audaces.

L'exposition montre ses dessins, en noir comme en couleur.

Cristophe Carita1.jpg

18 novembre 2008

Agenda culturel pour petits et grands du 18 au 29 novembre

Expositions, rencontres, portes ouvertes, visites, éveil musical, films, ateliers, animations de bibliothèques, etc...

Lire la suite

12 novembre 2008

Sous le ciel du Vietnam

Exposition André Heimler à la galerie du Montparnasse , 55 rue du Montparnasse, du 1er novembre au 16 novembre de 12h à 20h.
Cette exposition comporte environ 120 photos de reportage sur le Vietnam absolument splendides qui illustrent toutes les facettes de la vie au Vietnam : la culture en terrasses, les rizières, la vie dans les villes et villages, les villes…Les richesses culturelles, les métiers d’art : la poterie, la broderie et la misère de certains quartiers. André Heimler présente la diversité des paysages : Les plaines, les paysages fabuleux de montagnes, de la baie d’Along, les lieux où eaux et ciel se confondent…

André Heimler, les terrasses mises en eau.JPG

Le seul reproche que je pourrais faire c’est que les photos sont si belles et si riches qu’elles méritaient d’être exposées en plus grand format !
Mercredi 12 novembre à 18h30, il y a une conférence « Propos sur le Vietnam » de André Heimler, 55 rue du Montparnasse, métro Edgar Quinet, Montparnasse, Vavin.

D'autres photos

Lire la suite

11 novembre 2008

MARIA CARITA, 30 ans après; quand les CARITA étaient trois.

Marie-Josée CARITA, habitante du 14ème, organise une exposition, sur le célèbre salon de coiffure des stars, fondé par ses grand-tantes, les sœurs CARITA

Carita rayues et coupes courtes.jpg

Rayures et coupes courtes: les Carita et le Pop'art

Maria CARITA est née à Toulouse de parents espagnols en 1911. Sa soeur Rosy, est née à Villach, en Espagne dans une région dite du" Val d'Aran", en Aragon. Comme dans toutes les familles espagnoles, on chantait, on dansait et on cousait.
A l'âge de 14 ans, Maria commença comme apprentie coiffeuse à Toulouse, après avoir hésité entre la coiffure et la couture. Car son père, arpenteur, était aussi coiffeur (et joueur de guitare). Rosy, sa cadette de deux ans la suivit dans cette voie. Leur diplôme de coiffure en poche, elles ouvrirent leur premier salon  à Toulouse, dans une ancienne boucherie repeinte en blanc, leur soeur Thérèse à la caisse, leur frère Marcel aux shampoings. Le goût de Maria, ses mains intelligentes leur permirent de se faire une bonne clientèle. En 1943, leur mère, Carmen, mourut et Maria « monta » à Paris, encouragée par des clientes parisiennes, exilées à Toulouse pendant les années noires de la guerre. Avec sa sœur, elles s'installèrent dès le début, rue du Faubourg St Honoré, au n°5. En 1952, étant à l'aise dans leur travail, elles s'installèrent au 11, l'adresse mythique, avec Monsieur Alexandre,  pour 6 ans de collaboration. Puis, ce dernier, bien armé par cet enrichissant compagnonnage, ouvrit son propre salon, avenue de Matignon.
Un immense succès

IMGP0984-cor.jpg

Les soeurs CARITA surent attirer dans leur salon, qui, en 1968, s'ouvrit aux hommes "CARITA Monsieur", le milieu du cinéma, de la presse, de la mode, des photographes de mode, du théâtre, du Music-Hall. Parmi leurs amis figuraient les grands noms de cette époque. Il suffit de lire les innombrables télégrammes de condoléances reçus à la mort de Maria, le 6 septembre 1978, pour comprendre le pouvoir charismatique de cette petite toulousaine montée à Paris avec une grande ambition.
En 1963, leur neveu Christophe les rejoint. Il relancera le dynamisme de la Maison CARITA par son imagination et son indéniable talent. Sa particularité: dessiner les coiffures avant de les réaliser.
Du rêve pour des coiffures de rêve.
IMGP1253.JPGCatherine Deneuve, Mireille Darc et Sylvie Vartan y trouvèrent leur blondeur, Mireille Mathieu, Claude François et Jean Seberg leur fameuse coupe; elles furent innombrables les vedettes du petit et du grand écran, Denise Fabre, Juliette Gréco, Isabelle Adjani, Charlotte Rampling, Fanny Ardant, Carole Bouquet, Brigitte Fossey, Macha Meril, Marie-José Nat, les étrangères Johanna Shimkus, Elsa Martinelli, et toutes les femmes qui trouvèrent leur style grâce à Maria Carita.
Beaucoup de documents originaux illustrent l'exposition retraçant la vie de Maria Carita, de sa soeur Rosy, et de leur neveu Christophe, les trois CARITA; et les belles photos de Peter Knapp, William Klein, Harry Meerson et Sarah Moon en prolongent, par leur charme puissant, tout le relief.
En 1957, lors d'un congrès à Rome, Maria avait été présentée au Pape Pie XII qui lui aurait dit: « Carita, quel joli nom. Il signifie beauté et charité, et vous, vous faites la charité de la beauté ». Rien n'arrêta, en effet, la charité de Maria, sauf la mort, brutale, due à un cancer foudroyant de la moelle épinière, en 1978, il y a juste 30 ans.

Eglise de La Madeleine: foyer - salle royale.
Tous les jours jusqu'au 23 novembre inclus
De 11h à 18h30.

07 novembre 2008

La photo dans tous ses états

Plus de 400 photos seront présentées du 5 au 14 novembre à la mairie annexe du 14ème

Le mois de la photo est particulièrement riche cette année : quatre expositions à la Mairie du 14ème et trois concours : concours international du salon Daguerre, concours junior du 14ème, et concours des conseils de quartier du 14ème !

Salon international d’art photographique : Salon Daguerre

Ce salon est organisé par le photoclub de Paris-Val-de-Bièvre, l’invité d’honneur est Pierrot Men, photographe malgache.

Salon des photographes du 14ème

40 exposants ; hommage à Jacqueline Véron-Bory, photographe et fondatrice de Kaléidoscope 14.

Les vélos et cyclistes de mon quartier

Exposition de photos des lauréats du concours junior

Mon quartier drôle et insolite

Exposition des photos des lauréats du concours des conseils de quartier. (Cette exposition sera prolongée à la Maison des associations, 22 rue Deparcieux, à partir du 15 novembre au 29 novembre, et cette fois-ci toutes les photos seront présentées, voir article du 3 octobre dans la rubrique de la vie des quartiers)

Du 5 au 14 novembre, du lundi au vendredi de 11h à 18h ; les jeudis, mardi 11 novembre et les week-end de 11h à 19h ; mairie annexe, salle des Fêtes .12 rue Durouchoux. Métro : Denfert-Rochereau ou Mouton-Duvernet. Bus 28-58-38- 68

30 octobre 2008

la Galerie Obscura présente Sarah Moon

avant_derniere-2.jpg

Depuis le 24 octobre, la Galerie Camera Obscura présente au 268 , boulevard Raspail - 75 014 - un ensemble photos créées par Sarah Moon,  présentées  sous la forme d'un livre : 12345. Aujourd'hui 30 octobre une rencontre avec l'artiste aura lieu de 18h à 20h.  Cette expostion pourra être visitée jusqu'au 6 décembre 2008.

Galerie Obscura :mardi au samedi, de 13h à 19h, 268, bvd Raspail

tél : 01 45 45 67 08. www.galeriecameraobscura.fr

29 octobre 2008

Usines à tabac au Musée du Montparnasse

Exposition présentée dans le cadre du Mois de la Photo à Paris, novembre 2008 - 31 octobre - 23 novembre 2008, “Usines à tabac” présente des photographies en couleurs prises dans les anciennes manufactures de tabac des villes d’Agrinio, Volos, Kavala, Drama et Xanthi, en Grèce. Vers la fin du 19ème siècle et le début du 20ème, ces villes grecques ont changé de physionomie sous l’effet des transformations considérables engendrées par l’industrialisation.

kamilo-nollas.jpg

Aujourd’hui, la plupart de ces bâtiments industriels sont abandonnés et oubliés. Durant quatre ans, Kamilo Nollas les a photographiés ; un état des lieux sensibilisant la conscience collective, tel un travail de mémoire.

Lire la suite

26 octobre 2008

« Colonnes » de Tristan Chambaud-Heraud Exposition du 9 au 31 octobre 2008 à l’atelier Karidwen 118 rue du Château

colonnes de T. Chambaud-Héraud.jpg« Avec les Bornes en grès, je travaille sur le temps, l’érosion, la déformation-transformation. Les empreintes multiples (des dentelles du grenier de ma grand-mère à mes outils de travail, en passant par divers éléments végétaux, puisés dans mon environnement) qui par leurs traces magnifiées explorent les origines et interrogent des formes nouvelles.

Avec les Colonnes, je froisse, je plisse, je déchire, j’accroche autour de ces piliers des feuilles de grès que les flammes de l’Anagma vont finir de façonner…. Quant aux émaux de cendres, je les fabrique moi-même en glanant des pierres de quartz et de feldspath que je broie au marteau, en récoltant les cendres de bois du poêle … » Extraits des explications de l’artiste Tristan Chambaud-Héraud

atelier Karidwen, 118, rue du Chateau 75014, du mardi au samedi de 14h à 21h

21 octobre 2008

Expositions en octobre et novembre au FIAP –Jean-Monnet, 30 rue Cabanis,

« 40 FEMMES » avec l’association 81 femmes Du 6 au 26 octobre, de 10h à 20h Portraits de 40 femmes. Leurs points communs ? Leur âge, 25 ans et la passion qui les anime. Qu’elles soient artistes, leader politique, sportive de haut niveau ou travailleuse sociale, elles ont en commun de se battre pour réaliser leurs rêves malgré des contextes parfois difficiles.

Mercredi 22 octobre, 20h30 Conférence en image à la rencontre de femmes du monde. FIAP Jean Monnet, 30 rue Cabanis. M° Saint-Jacques. Entrée libre www.fiap-paris.org

Exposition « Comment les pays en développement voient l’Europe ? » Du 10 septembre au 5 décembre, de 10h à 20h, au FIAP Jean Monnet.
Expo de photos réalisées par des personnes vivant dans les pays émergeants et en développement qui illustrent la façon dont l’Europe influence leur vie et leur pays, en bien ou en mal.

FIAP Jean Monnet, 30 rue Cabanis. M° Saint-Jacques. Entrée libre www.fiap-paris.org

 

02 septembre 2008

César à la Fondation Cartier

Depuis la nuit des temps, l’art est exploration, tentative de l’homme de débusquer la lumière au détour des chemins de l’inconnu, et ce, quelles que soient les formes ou les choix retenus. Les fresques de Lascaux sont autant de points d’interrogation forgés dans la nuit de l’histoire humaine, que celles figurant au plafond de la chapelle Sixtine. L’art n’explique pas, il donne à voir l’invisible.

30f994ba12557a31a696fcb9d0f7e6c8.jpg

Et César est de ces artistes qui extraient du temps éphémère, les rares pépites de soleil sur lesquelles l’homme accroche son regard et remet en cause le dogme de ses certitudes artistique ou autres.

César réorganise les relations entre la matière et le geste qui transformeras cette matière : masses d’acier concentrées, densifiées, enchevêtrées, pliées, où la contrainte joue avec le passé utilitaire du matériau d’origine. Il libère la présence du travail de l’homme, depuis que celui-ci a découvert l’outil, et par conséquent l’empreinte quasi indélébile qu’il laisse dans le temps, de son passage sur Terre.

Le corps humain est aussi l’autre référence « césarienne », à travers l’expansion de poings, de mains, de doigts, et de seins. César nous présente à travers son kaléidoscope anatomique,  la spécificité ontologique propre à l’unicité de toute l’espèce humaine. Par là-même, il décrypte et résume le monde si diversifié, si abondant du vivant.

d1b242b3d51db670f37225919e5fd48b.jpg

Enfin, il y a cette fascination pour la matière "molle", oublieuse de la forme telle que la pratiquait les sculpteurs dits « classiques », à partir du matériau « noble » - marbre, calcaire, terre cuite… , et qui soudain, à travers l’utilisation de la mousse polyuréthane, le polyester, le plastique expansé, se voit  transformée par une mutation technologique radicale. Le hasard accompagne celle-ci. Des coulages, des gonflements, des glissements, des échappements  conférent alors à l’œuvre une destinée aléatoire. Dès son ébauche, l’œuvre évolue vers un achèvement  imprévisible, guidé uniquement par l’intervention graduée et progressive de l’artiste, celui-ci restant maître de la forme définitive à imprimer à la matière. La chimie moderne rejoint ici l’alchimie de l’imaginaire...

Avec César, nous assistons à la libération de cette matière qui délivre alors ses forces telluriques cachées.  Mais in fine, celles-ci sont toujours conduites, accompagnées, pacifiées par la main intelligente de l’homme. L'esprit reste  le maître-d'oeuvre, incontournable vainqueur du chaos.

 R. Rillot –

Fondation Cartier pour l’Art contemporain – 261, bd. Raspail. Tél 01 42 18 56 50. Exposition jusqu’au 26 octobre 2008.

31 août 2008

Un hommage à Henri Cartier-Bresson

Surnommé « l’oeil du siècle » et considéré comme l’un des pionniers du photo-journalisme, Henri Cartier-Bresson sera mis à l’honneur à partir du 10 septembre dans le cadre de la fondation portant son nom. Cette exposition proposera un ensemble de photos prises en Amérique durant la période 1929 à 1947. Dans le courant du mois d’octobre, conférences et colloques seront consacrés à ce photographe, représentant majeur de son art, et qui mourut le 3 août 2004.

 
Fondation Henri Cartier-Bresson, 2 impasse Lebouis ( 75014) – tél : 01 56 80 27 00

www.henricartierbresson.org

26 juin 2008

Expositions de peintures fin juin 2008

Du 1er au 29 juin, du mardi au samedi de 14h à 19h
Exposition des peintures de Nathalie Froment, Jean-Claude Apert et Michel Allard à la Galerie Jardin de Communic’Art, 18 rue de Gergovie. Pernety. www.communic-art.com

Jusqu’au 29 juin, du mercredi au dimanche de 12h à 19h30
Exposition des peintures de Françoise Blondel (acrylique sur toile) et Aurélie Jeannin (huile sur toile) à la Galerie Expression Libre, 41 rue Hippolyte Maindron. M° Alésia ou Pernety. http://artexpressionlibre.free.fr. Entrée libre

Pour voir les images, cliquez sur "Lire la suite" 

Lire la suite

06 juin 2008

Du 6 au 8 juin 2008, festival « Climats » sur le Liban à la Cité Internationale Universitaire

ced86c696dc91f6983d99f36b70a64c0.jpgDans le cadre du Festival Climats, trois jours sont dédiés au Liban. Au programme : concerts, exposition de photos, spectacles, un film, lectures de contes. (Certaines manifestations sont en accès gratuit, d’autres sont payantes, mais il est prudent de réserver.

Informations et tarifs : 01 43 13 65 96.) www.festivalclimats.fr

« Pour sa 2e édition, CLIMATS choisit les musiques du Liban, pays aux identités culturelles multiples que les tensions politiques et religieuses ne cessent de secouer et d'inspirer…. Chaque année, à partir de la création musicale d’un pays différent, le festival CLIMATS est ainsi un moment original de découverte et d’ouverture aux autres. Comme pour l’Inde en 2007, la présente édition sur le Liban est l’occasion d’associer tradition et modernité, orient et occident, musiques savantes et musiques populaires, concerts et moments festifs …»

Les festivités et spectacles se dérouleront en différents lieux à la Maison du Liban ou à la Maison Internationale, au théâtre, au bar et dans le parc de la Cité Internationale Universitaire.

Cité Internationale Universitaire, 17 boulevard Jourdan 75014 - RER B et Tramway T3 Cité Universitaire N 21, N 14 et N 122 Porte d’Orléans.

Pour avoir le programme des manifestations qui s’adressent à tous, les enfants ont leur programme le dimanche: www.festivalclimats.fr

 

25 mai 2008

Exposition des peintres Jean-Claude Bernard et Marie Deloume

du 14 mai au 1er juin à la galerie Expression Libre.

6dad685bc97f102246efa71395e3b350.jpgJean-Claude Bernard

Les peintres Jean-Claude Bernard et Marie Deloume exposent leurs œuvres à la Galerie Expression Libre, 41 rue Hippolyte Maindron. M° Alésia ou Pernety.Du mercredi au dimanche de 12h à 19h30.

f216a803b6a7f72f2dc440d13f170f75.jpgMarie Delourme

Les œuvres de Jean-Claude Bernard sont réalisées en acrylique sur toile, celles de Marie Deloume sont des peintures sur zinc. http://artexpressionlibre.free.fr

Voir les albums en colonne de droite 

16 mai 2008

Saul Steinberg : Illuminations, à la Fondation Henri Cartier Bresson

6 mai – 27 juillet 2008

547bbbed7ab8dedab025b113a22e0180.jpg

Pendant 60 ans, Saul Steinberg (1914-1999), artiste américain d'origine roumaine, a illustré les pages et couvertures du New Yorker . En plus de son travail de dessinateur, Saul Steinberg fut également un immense propagandiste, caricaturiste, illustrateur, graphiste, muraliste, dessinateur de mode et de publicité, scénographe, créateur infatigable de livres d'images, et artiste de galerie. Steinberg fait aujourd'hui l'objet d'une rétrospective majeure dont la Fondation HCB est la première étape de la tournée européenne. L'exposition est organisée par le Frances Lehman Loeb Art Center, Vassar College, et conçue par Joel Smith.

Steinberg et Cartier-Bresson
Henri Cartier-Bresson, dont la passion première était la peinture, disait souvent « dessiner est un dur plaisir ». Dans l'ouvrage Ombres et reflets, son ami Steinberg prolongeait ainsi sa réflexion : « Il est difficile de reproduire la nature dans toute sa réalité substantielle, d'en saisir la vérité intrinsèque ; cela exige beaucoup d'effort, un engagement auquel on se soustrait par paresse – il est tellement plus commode, moins fatiguant, d'inventer ». Cartier-Bresson et Steinberg s'étaient rencontrés en 1947. À la mort de Steinberg, en 1999, Cartier-Bresson écrivait : « We had an invisible link ».

7f68fefc8fbcb1aa45d3cdd10a3cdcff.jpgLe génie pluriel de Steinberg
Saul Steinberg: Illuminations présente une centaine de dessins, collages et assemblages réalisés des années 1930 aux années 1990. Esprit de génie, Steinberg est également connu comme l'un des plus grands dessinateurs de l'époque moderne. Sont dévoilés pour la première fois tous les éléments de sa carrière - de ses dessins méconnus des années 1930 aux créations des dix dernières années de sa vie

Un écrivain qui dessine

90da66b4eee814541be4da6da146de26.jpg

Son trait élégant, incisif et inventif a été vu et imité dans les journaux intellectuels autant que dans les cartes de vœux, apprécié par un vaste public - sensible à son style moderne et à son esprit inclassable - entre humour, caricature et fable politique. Steinberg disait de lui-même qu'il était « un écrivain qui dessine », décrivant ses dessins comme des « leurres fascinants ».

Alain Constans 

HCB, 2, impasse Lebouis 75014

6€, réduit 3€, fermé le lundi nocturne mercredi 18h30-20h30 (gratuit)

15 mai 2008

Exposition Personimages : du 12 au 17 mai, de 11h à 20h à la Mairie du 14ème

Exposition des œuvres des participants aux ateliers de l’association Personimages à la mairie, 2 place Ferdinand Brunot. M° Denfert Rochereau ou Mouton Duvernet. Il ne faut manquer d’aller voir cette exposition, l’association Personimages présente toujours des œuvres d’une exceptionnelle qualité.

3065c63b4d93a29d617b8773f7306fa9.jpg

Dès l'origine, PERSONIMAGES, créé par  Denise Merle d'Aubigné, s'est donné pour mission de mettre la création artistique à la portée des personnes handicapées pour leur offrir l'occasion de s'exprimer, de communiquer leur différence et leur richesse intérieure qu'elles ne peuvent souvent transmettre par les mots ou le discours.

Depuis plus de 30 ans, dans nos ateliers, ils créent ; leurs oeuvres font le tour du monde, certaines d'entre elles décorent le siège d'entreprises internationales ou illustrent leurs cartes, d'autres participent à des expositions tant en France que dans d'autres pays du monde.

0ce458a17800e8dba549ecfef30999ae.jpg

Ces ateliers sont animés par des artistes formés par nos soins : l'animation confiée à des artistes et non à des thérapeutes correspond au désir de PERSONIMAGES d'insister sur l'aspect culturel et artistique des différentes pratiques d'expression.

L’association Personimages 91 rue Vercingétorix - 75014 Paris - tel : 01 45 41 34 44 - fax : 01 45 45 40 23e-mail : courriel@personimages.org et site Internet : http://personimages2.free.fr

20 mars 2008

Le développement durable

Le développement durable, c’est quoi au juste ? Comment y participer ? Qui est concerné ? Expositions et animations du 15 mars au 7 avril 2008. Ateliers pour tous le 2 avril.

74dc8d67b8a4f4d84c9ab868d7cc3e57.jpgLes 3 centres d’animations de l’arrondissement et le Point info énergie organisent cinq expositions gratuites du 15 mars au 7 avril 2008. A ne pas manquer le 2 avril, au centre d’animation GAREF Océanographique, des ateliers ludiques et à thèmes sur les énergies, l’eau, les déchets, les transports, l’alimentation… Toutes ces manifestations vont permettre d’approfondir les questions suivantes : Le développement durable, c’est quoi au juste? Comment y participer ? Les industriels ou les associations sont-ils les seuls concernés ? Animations gratuites et cadeaux respectueux de l’environnement  sont prévus pour les grands comme les petits.

976815231903c1a307f1248187ed5471.jpg
La pollution des villes

Expositions gratuites du 15 mars au 7 avril 2008 dans les centres d’animation :

- "Le développement durable, pourquoi ?" au Centre d’animation GAREF Océanographique, 26 allée du Chef d’Escadron de Guillebon - Jardin Atlantique – M° : Montparnasse-Bienvenüe;

- "Energies renouvelables et maîtrise de l'énergie" au Centre d’animation Vercingétorix, 181-183 rue Vercingétorix, M° Plaisance;

- "L'eau source de vie" au Centre d’animation Marc Sangnier, 20 avenue Marc Sangnier, T Didot;

-"La biodiversité" Espace sportif Rosa Parks, rue du Moulin des Lapins, M° Pernety;

-"Parlons transports en Ile-de-France"  au Gymnase Alice Milliat, 11 ter rue d’Alésia, M° Alésia.

1c333e084b08a51500055b58863da124.jpg

Colonie d'oiseaux au bord de l'océan 

Ateliers et animations pour tous : mercredi 2 avril 2008 de 14h à 18h, ces ateliers ludiques seront centrés sur les thèmes les espaces verts, les énergies, l’eau, les déchets, les transports, l’alimentation… au GAREF Océanographique. Plus d’infos au 01 40 64 11 99 http://fr.f265.mail.yahoo.com/ym/Compose?To=oceano@garef....  ou http://www.garef.com/

21 février 2008

Exposition Anne Lambert et Madeleine Giroud Bossu

Jusqu'au 29 février, à la galerie Montparnasse, 55, bd du Montparnasse

En même temps qu'Anne Lambert, que La Voix vous a déjà annoncée (voir la note), des oeuvres de madeleine Giroud Bossu sont exposées. Vous pouvez consulter l'album consacré à Madeleine Giroud Bossu, dans la colonne de droite.

de6d1471e9d188fc90967c40054de982.jpg

 Madeleine Giroud Bossu

En allant voir les œuvres  d’Anne Lambert, j’ai découvert que l’exposition était double, en effet Madeleine Giroud Bossu présente des très belles encres. Les univers  des deux artistes sont vraiment différents. Si les thèmes abordés sont parfois proches : la nature, des rivages, la lumière et ses reflets dans l’eau, les techniques et le style n’ont rien à voir.

Anne Lambert présente des huiles et des pastels : elle peint par touches larges, des couleurs franches et vives, lumineuses qu’elle juxtapose avec des à plats nets pour une peinture figurative mais qui réinvente les sujets  qu’elle représente, ses couleurs explosent  avec exubérance. C’est un art où on sent l’amour de la nature et  de la vie.

Madeleine Giroud Bossu réalise surtout des œuvres en petit format : des encres de chine et acryliques ce qui permet des dégradés subtils, des nuances de couleurs pour des horizons souvent menaçants,  des plages sombres, des vagues énormes, des éruptions volcaniques … Les couleurs sont souvent des camaïeux de rouge, de noirs, gris, blancs ou  de bleus… ses oeuvres suggèrent plus qu’elles ne représentent les thèmes qu’elle aborde.

Madeleine Giroud Bossu se présente :« J'expose à la Mairie du 14e régulièrement au Salon de septembre et je participe aux Journées Portes Ouvertes, chaque  année. De plus, je viens de créer une association de peintres "Les Arts Mouchotte-Montparnasse". Nous nous réunissons une fois par mois pour des critiques constructives. Après avoir beaucoup dessiné je me suis intéressée à l'aquarelle puis aux encres (de chine et de couleur indélébiles) sur différents supports : papier et en ce moment sur du polypropylène : support fermé qui m'a demandé d'inventer des techniques différentes puisqu'il n'absorbe pas l'eau. Je n'appartiens à aucune chapelle et j'ai développé mes techniques (après maints essais-erreurs...!) afin de traduire au plus près mon univers. »

C’est une exposition tout à fait réussie dans la galerie du 55 rue du Montparnasse  qui met très bien en valeur les œuvres qui y sont accrochées, elle a été repeinte et les éclairages ont été refaits.

Monique Garrigue

17 février 2008

Exposition Anne Lambert : « Peintures et pastels » du 16 février au 29 février

Galerie 55 rue du Montparnasse 75014 : de 13h à 20h.

Anne Lambert

ca6697f4da081d9037a151271f64c5d7.jpgAnne Lambert est née en 1940 dans le Pas de Calais. Après des études secondaires à Lille elle prépare le professorat d'arts plastiques à Paris. Elle fréquente, une fois prof au lycée Condorcet de Lens, l'atelier de peinture de Daniel Sénélar aux Beaux Arts de Lille où elle passe le diplôme de peinture, avec un mémoire sur le pays de Montreuil-sur-mer.

"Marronnier", (pastel) 

Professeur successivement à Lens, Arras, Vitry sur Seine, elle termine sa carrière en 2000 au lycée Paul Bert de Paris XIV°.

3fa92069580b8a6b196b13d07a4dd96a.jpg

"Dunes", (huile) 

Parallèlement elle expose à Montreuil s/mer, Brecey, Stella-Plage, le Touquet, Paris (atelier 75, puis avec les Mariannes), la Plagne, Champagny, Bourg en Bresse, et à nouveau à Paris (hôtel des Voyageurs, Maine-Café...)

A Paris elle participe à des animations de rues (rue Daguerre, rue Vignon) avec les "Choux Voyageurs" et accroche ses toiles au Salon des Peintres Témoins du XIV° et en mairie au Salon du XIV°.

4ecfb2acf7748449c7ee1734983adc7e.jpg

Signalons aussi qu’ Anne Lambert est très active dans la vie associative des quartiers Porte de Vanves  et Pernety!

06 décembre 2007

Expositions


Du 7 au 9 décembre, de 11h à 19h30
« Ré-créations ». Exposition plastique de Florence Berger, Francisco Araya, Teresa Araya, Eliane Cellery, Manuel Jover, HalinkaMondselewski, Denis Pouppeville, Cécile Tarrière. 33 rue de la Sablière - M°Alésia

Du 11 au 14 décembre 2007 de 10h à 19h
« Haïti couleurs, Magie de l’espoir » exposition, vente humanitaire de peintures haïtiennes. Salle polyvalente de la Mairie du 14ème, 2 place Ferdinand Brunot

Jusqu’au 21 décembre, du mercredi au dimanche de 12h à 19h30
Expositions des dessins de Doune Tissot et des sculptures de Chaouki Choukini à la Galerie Expression Libre, 41 rue Hippolyte Maindron.
Métro Alésia ou Pernety.
http://artexpressionlibre.free.fr

Jusqu’au  29 décembre
Du mardi au samedi, de 12h à 19h30.
25e anniversaire de l’agence ANA. Exposition de photographies. Galerie Chambre avec Vues - 56 bis rue des Plantes - M° Alésia.
01 40 52 53 00.
www.chambre-avec-vues.com

03 novembre 2007

L'atelier d'Alberto Giacometti

Centre Ponpidou jusqu’au 11 février 2008, de 11h à 21h

 

Alberto Giacometti, peintre et sculpteur (1901-1966), né à Borgonovo en Suisse, est arrivé à Paris en 1922, où il a travaillé presque toute sa vie, dans son atelier, pièce poussiéreuse de 23 m2, situé en plein quartier Alésia, 46, rue Hyppolite Maindron.
44cd68b858d4778c8d4cb5ea2f2ca6e3.jpg7881731594521d7061a318670e02eab7.jpg

Le Centre Pompidou lui consacre une exposition originale, puisqu’elle est centrée sur cet atelier, presque entièrement détruit aujourd’hui qu’il partageait avec son frère Diego. On peut d’ailleurs se demander s’il n’y a pas contradiction entre les 1600 m2 de l’exposition et les 23 m2 des deux frères Giacometti.

48a711237f9c5c30af5144115ba9ac7c.jpg

En collaboration avec la Fondation Alberto et Annette Giacometti, cette rétrospective inédite de l'œuvre d'Alberto Giacometti (1901-1966) montre pour la première fois, les facettes de sa création, présentées en référence à son espace de création, son atelier, et illustrées par des oeuvres rares, souvent invisibles du grand public, comme les plâtres peints ou les fragments des murs de ses trois principaux ateliers de Paris, Stampa et Maloja (Suisse).

00cd5c7f1420fa76b554937e2e8003bc.jpg

À la recherche de la « vraie réalité », il dépouille ses personnages, les réduit à l'essentiel, les rend filiformes, passant des heures dans son atelier à retoucher sans cesse un morceau d'argile fixé sur un morceau de métal auquel il ajoute de la matière.

« Je ne dessine pas un œil, je sculpte le regard »

Ne manquez pas cette rétrospective, de cet artiste passionnant, qui a voué toute son existence à l’art.

A.C.

18 octobre 2007

Fondation Cartier: derniers jours de l'exposition Rock'n'Roll 39-59

695e1507f2dc4d0224d9e053608b5873.jpgLa Fondation Cartier pour l’art contemporain présente Rock'n'Roll 39-59, une exposition consacrée à la genèse et aux débuts du rock'n'roll aux États-Unis, de l’explosion du boogie-woogie à partir de 1939 aux événements de la fin des années 50 marquant le déclin du premier âge d’or du rock'n'roll. L'exposition regroupe des affiches exceptionnelles, des disques et objets rares d’époque, mais aussi des photographies, des films, et bien sûr de la musique et du son

Jusqu'au 28 octobre 2007

261, bd Raspail

du mardi au dimanche, 10h-20h 

12 octobre 2007

Quelques mots sur la fureur des mots

 

 

La Fureur des mots ou partager le plaisir de lire et d’écrire du 13 octobre au 11 novembre

Chasse aux trésors, dédicaces, conférences, promenades littéraires… : Du 13 octobre au 11 novembre, la mairie du 14e, les libraires et les bibliothécaires du 14e vous convient à la Fureur des mots pour partager le plaisir de lire et d’écrire.Les organisateurs de la deuxième édition de la « Fureur des mots », consacrée cette année aux héros et héroïnes, proposent, du 13 octobre au 11 novembre, de partager leur plaisir de lire et d’écrire.Le programme de la manifestation, initiée par la mairie du 14e et à laquelle participent les libraires, les bibliothèques, les associations et les éditeurs de l’arrondissement, est riche : rencontres avec des écrivains, conférences, lectures, contes, slam, ateliers d’écriture, promenades littéraires...Une chasse aux trésors tiendra les enfants en haleine. Un salon des métiers du livre comblera les bibliophiles et ceux qui veulent tout savoir sur l’édition.

.Le programme est contenu dans un fascicule disponible à la mairie du 14e - Tél : 01 53 90 67 14 ou sur le site : www.mairie14.paris.fr

Les mots fleurissent dans les jardins de l'imaginaire. Tel poème est une rose, tel chardon accompagne un polar, tandis que le buis bien taillé se félicite du sage ordonnancement d'une comédie classique. Toutes les formes de mots sont dans la nature. La découverte et l'aventure attendent l'amateur au coin du bois… de la littérature !

Quelques dates : samedi 13/10 et dimanche 14 : les métiers du livre à la mairie annexe. - Jusqu'au 10/11 à la bibliothèque Vandamme : Héros et héroïnes dans le 14e - Samedi 20/10 : Rencontres et dédicaces en différentes librairie. - Dimanche 21/10 : flânerie au cimetière Montparnasse  - Lectures à la Cité U.  etc… etc…

Quelques adresses de librairies : Apsara au 44 rue Daguerre - Bulles de salon au 87, rue Daguerre - Ithaque au 73, rue d'Alésia - La Bouquinerie d'Alésia au 17, rue Alphonse Daudet - l'Arbre à lettres au 14, rue Boulard - Le Livre écarlate au 31, rue du Moulin Vert - Les Minots au 121, rue du Château - Les Lettes slaves au 76, Bd. Brune - L'Herbe rouge au 1bis, rue d'Alésia - Odessa au 20, rue d'Odessa - Tropiques au 63, rue Raymond Losserand.  A tous, bonne moisson de bons mots !         

La librairie Le Livre Ecarlate, 31 rue du Moulin Vert, vous invite à rencontrer Claude Pujade-Renaud le jeudi 18 octobre à partir de 19 heures pour la publication de son roman : le Désert de la grâce. Le dimanche 21 octobre, à 14h 30 accueil de "Clameur public ( mouvement artistique en voix et en signes). Clameur Publiic est un choeur de lecteurs publics, chanteurs et comédiens, compsé de trois artistes rntendantes et d'un artiste sourd. Ensemble ils clament le textes d'Andrea Alessandro Di Carlo, extrait de "La Rage".

 -                                                       

24 septembre 2007

Exposition: Helen Lewitt à la Fondation Henri Cartier-Bresson

218ec481d3f480c1377e95d4154ec38a.jpg

"Les photographies d’Helen Levitt n’étaient pas censées raconter une histoire ou étayer une thèse sociale. Elle travaillait dans des quartiers pauvres parce qu’ils regorgeaient de monde, et que la vie de la rue était socialement riche et visuellement intéressante. Ses images ne témoignent d’aucun événement hors-du-commun; la plupart montrent des jeux d’enfants, les conversations et les allervenues de ménagères de plus de cinquante ans, la posture attentive des plus âgés.

Ce qui est remarquable dans ses photographies, c’est que ces actes de vie anodins et routiniers, pratiqués n’importe où et en tout temps, y sont révélés pleins de grâce,de drame, d’humour, de pathos et de surprise. Elles sont emplies des attributs de l’art, comme si la rue était une scène, et ses habitants étaient des acteurs et desactrices, des mimes, des orateurs et des danseurs.

Des légions de photographes new yorkais sérieux ont rendu hommage à Helen Levitt en l’imitant."

John Szarkowski (dossier de presse de la Fondation Henri Cartier-Bresson


Jusqu'au 23 décembre 2007
Du mardi au dimanche de 13h00 à 18h30, le samedi de 11h00 à 18h45

Nocturne le mercredi jusqu’à 20h30
Fermé lundi et jours fériés 

Tarif: 6€, réduit 3€, gratuit en nocturne 

17 septembre 2007

Salon des Arts du 14ème

b6a10afab409e5bed37e7af3b9bfc717.jpgPendant 10 jours, quelques 300 peintres, sculpteurs et graphistes du 14e exposeront leurs oeuvres. Un rendez-vous, organisé par la Mairie du 14e, pour découvrir la création contemporaine d’un arrondissement où l’esprit des Montparnos, qui dans les années 20 en firent le coeur des arts parisiens, est toujours présent !
Entrée libre du lundi au dimanche, 10h-17h. Jeudi, 19h.  Mairie annexe. 12 rue Durouchoux.

 

04 août 2007

Femmes indiennes. Photos de Fazal Sheikl à la Fondation HCB

L'inde rejoint peu à peu, par son dynamisme économique, le groupe des nations industrialisées. L'émergence rapide d'une classe moyenne favorise l'adoption des modes de vie occidentaux.
Cependant… le système ancestral et patriarcal est un lourd handicap pour l'émancipation de la femme indienne, et en particulier pour le sort réservé aux veuves démunies de toute ressource, et au tragique destin subi par les filles abandonnées dès leur plus jeune âge.

medium_HCB-FazalSheikh2.jpg

Ici, l'intolérable est dépassé. Les mauvais traitements, l'exploitation sexuelle des jeunes enfants, leur mort acceptée tacitement et souvent provoquée , sont une insulte à la dignité humaine.
Le photographe Fazal Sheikl a vécu de longues semaines au sein des communautés de femmes veuves, réfugiées dans la ville sainte de Vrindavan, au nord de l'Inde. Rejetées par leur famille, condamnées par la loi, elles viennent à Vrindavan, rechercher le "paradis" (Moksha), afin de se libérer du cycle de la mort et de la réincarnation ( Samsara).

medium_HCB-FazalSheikh1.jpg

Sont présentées également dans une deuxième salle, les photos de fillettes abandonnées à leur naissance. Car dans la société indienne, une fille est considérée comme un fardeau, à cause de la coutume consistant à lui offrir une dot à son mariage. Cruauté et dénuement sont leur lot quotidien.
Cette exposition pourra choquer certaines âmes sensibles, plus habituées à voir une Inde au-dessus de tout soupçon, pays de la "non violence", cher à Gandhi, tant est puissant, chez nous Occidentaux, les discours rassurant des "Droits de l'Homme".
Sans provocation inutile, mais avec force et sensibilité, Fazal Sheikl dénonce l'humiliation, la violence faite à ces femmes dépossédées de leur âme, de leur corps, et à qui la parole même a été confisquée. Les textes qui accompagnent ces photos sont bouleversants d'émotion. Ici, le "choc des civilisations", n'est pas un vain mot.
                                                                                                                                                                                                               

-Fondation HCB -  2, impasse Lebouis - XIV°. Tél : 01-56-80-27-00 - Du 10 mai au 26 août.

www.henricartierbresson.org

27 juillet 2007

Un Palais idéal

Qui n'a jamais entendu parler du facteur Cheval et de son œuvre architecturale unique au monde, située à Hauterives dans la Drôme, ne peut imaginer ce qu'est la puissance cachée de la création chez tout artiste, surtout quand celui-ci n'a reçu aucune formation particulière.
 

Voici une oeuvre unique, un palais rassemblant l'esprit de tous les styles d'architecture, et largement inspiré par les illustrations d'un catalogue d'une Exposition universelle.

medium_Palais_ideal_-_Hauterives.JPEG

Une œuvre construite au jour le jour durant 33 années d'obstination, d'opiniâtre passion, une œuvre où l'instinct prédomine, face à la "culture". Œuvre d'un "naïf" possédé par le moteur de la création libre et exigeante, un moteur dont le carburant est fait d'imaginaire pur, débridé, sans limites, échevelé, caracolant le cheval sauvage d'une sorte de folie consciente pour laquelle on ne voit aucune alternative d'apaisement, aucun horizon salvateur.

Le génie à l'état pur. La poésie totale. C'est l'enfance retrouvée par un homme simple, obstiné, dont la seule aventure sera l'exploration de son monde intérieur, seul voyage possible, voyage sidéral parmi les galaxies de l'inconscient, sans doute le seul qu'il pût réaliser lors de sa vie d'homme libre.

Devant la maquette reproduisant fidèlement son "Palais", on a le souffle coupé. L'émotion foudroie. Elle donne une leçon exemplaire à tous ceux qui voudraient museler l'esprit et la création dans les arcanes du fonctionnel, de l'abstraction, du conceptuel, de la médiocrité répétitive, des diktats et des ukases intellectuels, du prêt à penser normatif.

Aller voir cette exposition, c'est abandonner  à l'orage salvateur, les habitudes du regard, orage décapant les terres anémiées de l'art, pour y creuser les sillons joyeux d'une jeunesse retrouvée.
                                                                                                                                                                                                  R.R
-Musée de la Poste - 34, bd de Vaugirard - 75 015 - Jusqu'au 1er septembre - Du mardi au samedi de 10h à 18h.
www.facteurcheval.com   à Hauterives (Drôme)

22 juillet 2007

Musée du Montparnasse: "Les heures chaudes de Montparnasse"

 Exposition-événement de l'été au Musée du Montparnasse.      

« Les Heures Chaudes de Montparnasse »
  du15 juin 2007 au 6 janvier 2008

Autour de la série des films de Jean-Marie Drot « Les Heures Chaudes de Montparnasse », et de la collection Ghez du Musée du Petit Palais de Genève, un parcours initiatique dans cette époque où se correspondent les oeuvres et les témoignages d¹artistes et de personnalités ayant vécu ces « heures chaudes ».

Les artistes exposés : Chagall, Cocteau, Hermine David, Derain, Desnos, Foujita, Garbari, Jeanne Hébuterne, Max Jacob, Kikoïne, Krémègne, Marie Laurencin, Mané-Katz, Marevna, Medjinsky, Modigliani, Chana Orloff, Papazoff, Picabia, Picasso, Survage, Van Dongen, Vlaminck et Zadkine.

Les Projections de films par thématique :
L¹Historique du quartier Montparnasse
Trois peintres de Montparnasse : Modigliani, Soutine, Pascin
Les Poètes de Montparnasse
La Musique et la chanson à Montparnasse
La Photographie à Montparnasse 
Le dernier des Montparnos : Alberto Giacometti

museedumontparnasse@wanadoo.fr