Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 mars 2011

La petite chambre

Un film de Stéphanie Chuat

la voix du 14,michel bouquet,florence loiret-caille,la petite chambreSur la ligne toujours tendue de l’émotion, nous assistons ici au chassé-croisé de la mort et de la vie. Michel Bouquet, vieil homme sur le déclin, se voit abandonner par son fils en partance pour les Etats-Unis. Une infirmière, qui elle-même a perdu un enfant à la naissance, s’attache peu à peu à ce vieil homme bourru, apparemment dénué de toute empathie à l’égard d’autrui. Mais le miracle va s’accomplir. Le vieil homme découvre inopinément le drame de l’infirmière  Une forme de substitution dans les situations s’installe. L’infirmière prend soin du vieillard au même titre qu’elle aurait pris soin de son enfant s’il celui-ci avait vécu. Elle ira jusqu’à l’héberger chez elle au grand dam de son époux. Alors, le vieillard, à son tour, prendra conscience du désarroi de la jeune femme. Une intimité filiale s’installera. Puis, soudain, au cours d’une fugue hors de sa maison de retraite, le vieil homme attaché au souvenir de sa femme disparue il y a quarante ans, fera un pèlerinage en montagne, où il trouvera la mort. Son destin s’achève à travers la splendeur des sommets alpins. Et c’est avec émotion que nous assistons à la conclusion d’une vie. Images d’une puissance convaincante, car la mort du vieil homme se trouve ici comme sublimée par le grandiose des paysages qui peuvent nous inspirer l’idée d’une infinie plénitude.

la voix du 14,michel bouquet,florence loiret-caille,la petite chambre

Le personnage de l’infirmière, interprété par Florence Loiret-Caille est criant de vérité et de naturel, lorsque la fragilité de la jeune femme s’exprime par le désarroi et dans la douleur de chaque instant. La petite chambre est un film où l’humanité, la compassion, l’espérance dans la vie, mais aussi les affres de la mort toujours présente, s’entremêlent et laissent le spectateur à la merci de l’émotion la plus pure, la plus vraie, celle du cœur, partagée entre les générations, pour ne laisser en fin de compte que la victoire salvatrice de l’amour. La conclusion de ce film sensible, nous amène à redécouvrir un hymne à la joie, un hymne destiné à engendrer une nouvelle naissance à la vie.  R.R

24 février 2011

Le discours d'un roi: un film de Tom Hooper

Discoursd'unroi-aff.jpgAujourd’hui l’image est reine, et nous avons  INTERNET. Il y a plus de soixante dix ans, seule la « TSF », disons la Radio, était le seul pouvoir des médias sur les foules ; certes, la presse écrite était encore nombreuse en titres et diffusée abondamment. Il est évident que la prise de parole était pour les hommes de pouvoir, primordiale. Posséder une aisance en public a toujours été un atout, une force incontournable. La maîtrise de la voix, du discours force l’adhésion des foules. Et en politique, plus qu’ailleurs, les grands orateurs ont toujours raison, quel que soit le contenu des idées présentées.

Discours d'unroi.jpg

Ce film montre par le détail, les conséquences négatives dues au défaut de maîtrise de la parole, à travers le personnage d’un des fils de Georges V, devenu roi d’Angleterre, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale.

Nous assistons à la lutte journalière d’un homme intelligent certes, mais affaibli, diminué par un bégaiement paralysant. C’est avec l’appui bienveillant et amical d’un orthophoniste original, employant des méthodes peu académiques pour l’époque, que ce roi réussira à dominer son handicap, ses peurs et ses blocages face à  l’expression orale.

La parole reconquise, Georges VI, pourra alors s’adresser à son peuple, à la veille de la guerre, pour lui indiquer la voie à suivre : celle des épreuves, du courage et du sacrifice demandés.

C’est un film émouvant, parce qu’il nous révèle sans artifice, les fragilités, les peurs, les inquiétudes de l’homme, face à sa destinée. Une leçon de courage à méditer, soutenue par la seule volonté de transformer une faiblesse en force.       R.R.

10:06 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer |

07 février 2011

« Les Emotifs anonymes » film de Jean-Pierre Améris

Une délicieuse comédie à aller voir sans tarder !

 Angélique ( Isabelle Carré) est une chocolatière pleine d'inventivité mais elle perd ses moyens dès qu'elle se sait observée au point de s'évanouir. Elle est embauchée par Jean- René ( Benoît Poelvoorde) , patron d'une chocolaterie en déclin. Celui-ci cache son anxiété et sa timidité maladives sous une apparence sévère et des propos bourrus. Ils sont  attirés immédiatement l'un par l'autre. Sauront-ils surmonter leur total manque de confiance en eux ?

les émotifs anonymes dégustation de chocolat.jpg

 

 Chacun, de son côté, cherche à surmonter ce handicap qui les paralyse : Jean- René  se rend chez un « psy » qui lui donne des « excercices » pour se soigner, Angélique va partager ses difficultés avec un groupe  de timides « Les Emotifs anonymes ». Cela permet une description pleine d'humour de personnages cocasses portés par d'excellents acteurs qui incarnent avec  finesse  ces seconds rôles savoureux.

Les émotifs anonymes Isabelle Carré avec Benoît Poelvoorde.jpgEt puis il y a  le couple irrésistible  : Angélique -Isabelle Carré, la timide fée du chocolat,  toute en légèreté,  et  Jean-Benoît Poelvoorde, le complexé, qui exprime son désarroi avec  une variété de mimiques tout à la fois drôles et touchantes ... Les rendez-vous ratés, se terminant le plus souvent en fuite éperdue, sont hilarants. (cliquez sur les photos pour agrandir)

 les-emotifs-anonymes.jpgBref, une délicieuse comédie à voir en famille ou avec  des amis : tous sortiront euhoriques et prêts à déguster des chocolats por prolonger ce moment de bonne humeur !

M. Garrigue- Viney

Laissez fusionner les métaux, tolérez les alchimies...

Expression tirée du poeme de Le Corbusier, l'Angle droit. Elle invite à préter attention aux rencontres qui marquent, qui transforment. Ecoutez, tolérez, cela crée des alchimies, dit le célèbre architecte suisse et protestant.

Cette expression sert de titre au cycle de cinéma organisé par l'église réformée de France, paroisse de Paris Plaisance. C'est une série de 9 films, en cours, toujours un vendredi à 20h. Les prochains sont:

Land of Plenty, vendredi 11 février, 20h

Harry, un ami qui vous veut du bien, vendredi 11 mars

Les égarés, vendredi 8 avril

La visite de la fanfare, vendredi 13 mai

Oasis, vendredi 10 juin

La projection a lieu à l'Entrepôt (7/9, rue Francis de Pressencé). Elle est suivie d'un débat à Paris Plaisance, (95, rue de L'Ouest), à 50m.

05 février 2011

"Umberto D" film de Vittorio De Sica

A l'affiche du Ciné-quatier Mouton- Duvernet, mardi 8 février, 19h30, au cinéma Le Denfert. Entrée ouverte à tous, 4€

 Année de production : 1952-  Ressorti  en salles en 2005

Un grand film néo-réaliste sur  la solitude d'un vieil homme pauvre

ciné-club,vittorio de sica,Le Denfert,

Umberto est un fonctionnaire retraité qui ne parvient plus à subvenir à ses besoins.Le réalisateur décrit sa vie au quotidien, au gré de ses rencontres. Vivant dans une pension minable, il a pour seul compagnon son chien Flike. Il occupe ses journées à trouver de quoi manger pour leur dîner...Petit à petit, il vend le peu qu'il possède mais l'argent obtenu ne suffit pas. Il continue son combat contre la misère qui le guette…

Lire la suite

01 février 2011

Ciné-ma différence

Dimanche 6 février 2011
RIEN A DÉCLARER, film de et avec Dany Boon, durée 1 h 45

 à 11 heures, au cinéma Majestic-Passy - 18 rue de Passy, Paris 16ème (Métro Passy)
Tarif unique 4 €
Réservation pour les personnes en fauteuil ne pouvant se transférer : 06 24 78 57 25

à 14 heures 30
 Première séance à Issy-les-Moulineaux (92)

au Ciné d'Issy - 11-13 rue Danton (Conservatoire de musique)
Issy-les-Moulineaux 
  (Métro Mairie d'Issy / RER C Issy Val de Seine)
Salle accessible aux personnes en fauteuil, boucle magnétique

   Informations : 01 41 23 86 55 ou thomas.courant@ville-issy.fr

  Site : http://www.cinemadifference.com Courriel : contact@cinemadifference.com
Tél. : 06 24 78 57 25

17 janvier 2011

Cine-ma Différence

         DIMANCHE 23 JANVIER A 11H

au cinéma Majestic-Passy - 18 rue de Passy, Paris 16ème (Métro Passy)

UNE VIE DE CHAT

   film de Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli- durée 1 h 10

   Tarif unique 4 €
Réservation pour les personnes en fauteuil ne pouvant se transférer : 06 24 78 57 25

Lire la suite

09:48 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer |

15 janvier 2011

La Charge héroïque", western de John Ford, à l'affiche du Ciné-quartier Mouton -Duvernet, mardi 18 janvier

la_charge_heroique affiche.jpg19h au cinéma Le Denfert - Séance ouverte à tous  : entrée 4€ ( le film et le débat)

 La Charge héroïque (She Wore a Yellow Ribbon, Etats-Unis, 1949). Durée : 1h43.

Réalisation : John Ford. Scénario : Frank S. Nugent et Laurence Stallings d’après une histoire de James Warner Bellah.  Interprétation : John Wayne (Capt. Brittles), Joanne Dru (Olivia Dandridge), John Agar (Lt Cohill), Ben Johnson (Sgt Tyree), Harry Carrey Jr (Znd Lt Pennell), Victor McLaglen (Top Sgt Quincannon), Mildred Natwick (Abby Allshard), George O’Brien (Major Mac Allshard).

la-charge-heroique-3.jpg

 En 1876, après la défaite et la mort de Custer, dix mille Indiens commencent à se réunir pour marcher contre les Blancs. Le capitaine Nathan Brittles, à quelques jours de la retraite, effectue sa dernière patrouille. Ce sera un échec complet, car à cause de la femme et de la nièce du commandant du fort qu'il doit mener à la diligence, il ne pourra prendre le risque d'empêcher les Indiens de faire leur jonction, de s'approvisionner en fusils auprès d'un trafiquant d'armes et de massacrer des planteurs.

Mais, durant les dernières minutes de son commandement, Brittles effectue un raid audacieux contre le camp où se sont regroupés des milliers d'Indiens et il met en fuite leurs chevaux, évitant ainsi une guerre sanglante. Quand il croit quitter définitivement l'armée et la cavalerie, il est nommé chef des éclaireurs civils.

Lire la suite

16 décembre 2010

Urgent! Projection du film "GAZA-STROPHE, PALESTINE" suivie d'un débat : vendredi 17 décembre, 19h45, à l' Entrepôt

L’Association France Palestine Solidarité Paris 14 et la Ligue des droits de l’Homme Paris 14/6, avec le soutien du groupe local du 14ème de l'ACAT (Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture ) et du groupe Alésia d’Amnesty International, vous invitent à une soirée de projection du film (version longue)

"GAZA-STROPHE, PALESTINE" (100mn) Cette projection sera suivie d’un débat avec Abdelhalim Abusamra et Awad Alkhawadma du PCHR de Gaza (Centre Palestinien des Droits de l'Homme) acteurs du film récoltant les témoignages de la réalité de l'offensive Israélienne d'il y a deux ans, une réalité dont le rapport Goldstone s'est fait l'écho le plus médiatique depuis.

Vendredi 17 décembre 2010 de 20 heures à 22 heures (Entrée dès 19h45, début de la projection 20 heures précises)

Au cinéma L’Entrepôt, 7 rue Francis de Pressensé, Paris 14ème - Métro : Pernety ou Plaisance - Contact : afps.paris14@gmail.com - Entrée : 7 euros

Lire la suite

Michaël Lonsdale à Saint-Pierre de Montrouge

Mercredi 22, à 19h15,  Michaël Lonsdale, ami du Père Luc Reydel,  ainsi qu'Olivier Rabourdin seront accueillis dans l’église. Ils donneront un témoignage sur leur rôle dans le film « Des hommes et des dieux » et leur manière de voir Noël à travers la vie et le martyre des moines de Tibhirine. (voir la note sur ce film) Ce témoignage introduira à un temps d’adoration de l’Eucharistie, Pain de Vie. La soirée devrait être finie vers 20h45 ou 21h.

11 décembre 2010

"L' Argent de la vieille" ( Lo Scopone scientifico) présenté par le Ciné-quartier Mouton- Duvernet

argentvieiille58689.jpgmardi 14 décembre, 19h30, au cinéma Le Denfert

 Un grand classique de la comédie italienne, film réalisé par Luigi Comencini (1972)  avec Alberto Sordi, Silvana Mangano, Bette Davis, Joseph Cotten, Domenico Modugno, Antonella Demaggi, Franca Scagnetti, Mario Carotenuto…

 "Peppino (Alberto Sordi) et Antonia (Silvana Mangano)  vivent avec leur quatre enfants dans un bidonville de Rome. Chaque année, une vieille milliardaire américaine ( Bette Davis) et s’installe avec son chauffeur George ( Joseph Cotten) à proximité dans une luxueuse villa et les invite à jouer aux cartes. Traditionnellement, elle leur offre au début de chaque partie un million qu’elle s’ingénie ensuite à regagner. Les pauvres restent pauvres et l'Américaine est de plus en plus riche. Peppino, Antonia, et tout le quartier derrière eux, espèrent réussir un jour à récupérer un peu de l’argent de la vieille. Un jour, la chance parait leur sourire..."

argent-de-la-vieille-72-04-g.1257017302.jpg

 Cette fable dénonce avec un humour très corrosif  les rapports sociaux faussés entre les riches et les pauvres. Le propos reste vraiment d'actualité et il est servi par des acteurs éblouissants qui correspondent parfaitement aux personnages.

Venez avec avec vos amis et voisins mardi prochain, 14 décembre à 19h30, voir ce film qui vous fera tout à la fois rire et réfléchir. Vous pourrez, aussi, participer au débat qui suivra la projection au Cinéma Le Denfert.

 Cette séance est ouverte à tous et  le prix  d’entrée est  de 4€ pour le film et le débat.

Pour plus d’informations ou être informé(e) régulièrement des séances, vous pouvez écrire à l’adresse : conseil_mouton.duvernet@yahoo.fr

09 décembre 2010

Ciné-ma Différence

A la suite d'une erreur dans le lien pour la réservation par courriel pour Megamind, dimanche 12/12, au Majestic Passy, certains messages de réservation ne nous sont pas parvenus .

Lire la suite

09:37 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer |

08 décembre 2010

"Benda Bilili !" Documentaire franco-congolais de Renaud Barret, Florent de La Tullaye

benda-bilili-affiche.jpgActuellement, c'est souvent parmi les documentaires que l'on trouve des perles : parmi elles, le film franco-congolais de Renaud Barret, Florent de La Tullaye " Benda Bilili" qui tient l'affiche depuis octobre. Ne vous privez pas de ce bain d'énergie qui contraste avec les fictions désepérées qui sont trop souvent proposées.

Ce film raconte la fabuleuse histoire d'un groupe de musiciens handicapés partis des rues de Kinshasa pour obtenir un triomphe sur les scènes internationales. Cette aventure se déroule entre 2002 et 2009.

benda-bilili-orchestre de rue.jpg

Cette histoire vraie n'a rien de  banal

 Le Staff Benda Bilili composé de 5 hommes handicapés (à la suite de la poliomyélite) et de 3 personnes “valides”. Ils  se déplacent avec des  fauteuils roulants invraisemblables composés de planches installées sur des vélos avec le  le pédalier  inversé afin d'être actionné à la main. Ces musiciens, et en particulier Ricky qui dirige ce groupe, composent des musiques originales et des textes qui  racontent leurs conditions de vie et leurs misères. Leur lieu de répétition  c'est le Zoo ! Il y a aussi Roger le petit musicien qui joue d'un instrument qu'il a confectionné avec une boîte de conserve, une corde et un bâton...

Lire la suite

« Musulmans de France », Vendredi 10 décembre, 19h, Ciné-jeunes-débat à l’Entrepôt

Dans le cadre du Ciné Jeunes Débat, le Conseil de la jeunesse du 14e invite les jeunes à la projection de « Musulmans de France », documentaire de Karim Miskié, suivie d'un débat avec le réalisateur. Rendez-vous le 10 décembre à 19h à l'Entrepôt.

Le documentaire aborde différentes questions : que veut dire être Musulman, dans la France d'aujourd'hui ? Est-ce croire en Dieu et prier ? Avoir des racines de l'autre côté de la Méditerranée ? Comment l'Islam est-il devenu en cent ans la 2e religion de France ?

Cette fresque passionnante et inédite raconte un siècle de présence musulmane en France. De l'arrivée de quelques milliers de Kabyles dans les mines du Nord en 1904 à la nomination de Rachida Dati, Fadela Amara et Rama Yade au gouvernement en 2007. Une histoire tumultueuse faite d'attirance et de rejet. De violence et d'amour.

 Le documentaire se décompose en trois parties :

Episode 1 : « Indigènes 1904 - 1945 »

Episode 2 : « Immigrés 1945 - 1981 »

Episode 3 : « Français 1981 - 2009 »

Seuls les épisodes 2 et 3, qui sont plus d'actualités, seront diffusés.

Gratuit pour les moins de 25 ans.Tarif : 7 € pour les plus de 25 ans.

Vendredi 10 décembre, à 19h à L'Entrepôt 7/9 rue Francis de Préssensé

07 décembre 2010

Potiche de François Ozon

Voici un film qui  par sa fantaisie, sa bonne humeur,  son rythme toujours soutenu, vous fera gagner quelques instants de bonheur à ne pas bouder.

potiche.jpg

La femme d'un patron, considérée comme une "potiche" par son mari et ses proches, sauvera la fabrique de parapluies, lors d'une reprise en main à laquelle personne ne s'attendait, tandis que des histoires de coeur ménagent le suspens et la drôlerie, telles qu'on peut les rencontrer dans les pièces de boulevard bien ficelées. C'est le cas ici, où Catherine Deneuve, par son naturel, réalise une perfomance d'actrice  chevronnée. Fabrice Luchini  par sa morgue, et son machisme cynique est aussi un "grand". Quant à Depardieu, dans le rôle de député communiste, il apporte son humour décapant. N'oublions pas Karin Viard, qui dans le rôle de la secrétaire du patron, fait le numéro que l'on attend d'une secrétaire...

 François Ozon a réalisé ici, un film où l'ironie des situations donne à l'action ses lettres de noblesse... La scène finale de l'élection  de la "potiche" à la députation est particulièrement cocasse et irrésistible. Un spectacle à ne pas manquer pour cette fin d'année.    R.R

02 décembre 2010

Ciné-ma différence

Nous avons le plaisir de vous proposer d'assister à notre avant-première, en partenariat avec Paramount Pictures, du film MEGAMIND, par le réalisateur de Madagascar 2.
Dimanche 12 décembre à 11 h au cinéma Majestic Passy (Paris 16ème).
Le film sera projeté en VF et 2D.

Lire la suite

22 novembre 2010

Débats sur l'inégalité hommes-femmes et les violences faites aux femmes mercredi 24 et jeudi 25 novembre

Mercredi 24 novembre, de 18h à 21h : Film « Ne dis rien »  suivi d'un débat sur les violences faites aux femmes

Projection du film « Ne dis rien » film de Iciar Bollain, suivi d'un débat sur les violences faites aux femmes en présence de Marie Moinard, éditrice de la BD « En chemin elle rencontre...», animé par Danièle Pourtaud, adjointe au maire de Paris, Conseillère du 14ème chargée de l'Egalité femmes/hommes, et Isabelle Alexandre, responsable déléguée du Point Femmes du 14ème.

Entrée gratuite sur inscription au 01 53 90 66 09. Mairie du 14ème, 2 place Ferdinand Brunot. M° Mouton Duvernet ou Denfert Rochereau.

Jeudi 25 novembre, de 14h à 17h : Animations, débats et échanges autour des inégalités, violences et la discrimination faite aux femmes

  Ces échanges sont animés par l'Association des juristes franco berbères(AJFB), le comité Léo Lagrange de Paris, le centre social Didot et le Pôle d'activités socioculturel Maurice Noguès. Renseignements : 01 45 42 46 46.

Pôle d'activités Maurice Noguès, 5 avenue de la Porte de Vanves. M° ou T3 Porte de Vanves.

Autour du Handicap : rencontres, lectures, films du 24 au 27 novembre

Mercredi 24 novembre, 19h : Soirée « Parlons de nos vies », rencontre entre personnes sourdes et entendantes.

Jeudi 25 novembre, 20h:  lecture de scénario traduit en langue des signes

24 et 26 novembre "Au-delà de la Lumière"  nous entraîne dans l'univers de l'handicap visuel à travers de sept non-voyants brésiliens.

Samedi 27 novembre : 11h  à l'Entrepôt: Projection du film « Rouge comme le ciel »

14h : projection spéciale culture sourde avec le documentaire « Les voix d'El Sayed » d'Oded Adomi Leshem et le dessin animé « L'enfant qui voulait être lion » d'Alois Di Leo.

 Programme détaillé

Lire la suite

Ciné-ma Différence

Dimanche 28 novembre, à 11 heures,
au cinéma Majestic-Passy - 18 rue de Passy, Paris 16ème (Métro Passy)

POTICHE
 
  film de François Ozon - durée 1 h 40, 4 € Tarif unique
Réservation pour les personnes en fauteuil ne pouvant se transférer : 06 24 78 57 25

Site : http://www.cinemadifference.com

Courriel : contact@cinemadifference.com
Tél. : 06 24 78 57 25

06:00 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer |

04 novembre 2010

Ciné-Jeunes-Débat

Le Conseil de la Jeunesse du 14e organise depuis 2 ans maintenant les « Ciné-Jeunes-Débat ». Le principe est simple. A partir de la projection d’un film, les jeunes débattent d’un thème de société. Demain, mercredi 3 novembre à 16h, c’est au Gaumont Parnasse (3, rue d’Odessa) que le Conseil de la Jeunesse vous donne RDV pour assister à la projection du nouveau film de Nicolas Civeyrac, « Des filles en noir ». Ce film traite du difficile thème du suicide chez les jeunes. L’entrée est gratuite pour les moins de 25 ans. Les deux héroïnes du film, Elise Lhomeau et Léa Tissier participeront au débat qui suivra la projection.

 Vous trouverez tous les renseignements utiles sur le lien suivant : http://vincent-jarousseau.blogspot.com/2010/11/cine-jeune...

 Enfin, le concours photo du Conseil de la Jeunesse dans le cadre du mois de la photo se poursuit. Les candidats ont déposé leurs photos sur le thème du « 14ème, la nuit ». Pour rappel, les photos devaient être prises à partir d’un téléphone portable. Si vous disposez d’un profil sur Facebook,  vous pouvez voter en cliquant sur « j’aime » en allant sur le lien de l’évènement : http://www.facebook.com/event.php?eid=115536291839267

 Les lauréats seront connus la semaine prochaine et les photos exposées à partir du 22 novembre à l’AJ Didot.

 Bien cordialement

 Vincent Jarousseau   Adjoint au Maire du 14e  chargé de la jeunesse et des sports

http://vincent-jarousseau.blogspot.com

10:30 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer |

01 novembre 2010

Cine-ma Différence

Samedi 6 novembre, à 11 heures, PANIQUE AU VILLAGE

de Vincent Patar et Stéphane Aubierdurée 1 h 16

Un film d'animation franco-belge pour petits et grands, avec Cow-boy dans le rôle de Cow-boy, et Indien dans le rôle de Indien (et les voix de Benoît Poelvoorde et Jeanne Balibar...),
au Cinéma L'entrepôt - 5-7 rue Francis de Pressensé, Paris 14ème (Métro Pernety)

Tarif unique : 4 €


Ciné-ma différence : des séances de cinéma OUVERTES A TOUS offrant un accueil privilégié pour des personnes en situation de handicap, souvent exclues des loisirs culturels.
Séances, infos et programmes : www.cinemadifference.com


Courriel : contact@cinemadifference.com, Tél. : 06 24 78 57 25

24 octobre 2010

«Ados, pourquoi ce mal-être ? »

Mercredi 3 novembre : Ciné Jeunes Débat à propos du film " Des filles en noir"

Le thème du débat  «Ados, pourquoi ce mal-être ? ».

Dans le cadre du Ciné Jeunes Débat, le Conseil de la jeunesse présente, le mercredi 3 novembre, la projection du film « Des filles en noir », suivie d'un débat sur la question : «Ados, pourquoi ce mal-être ? ».

A 16h : Projection du film « Des filles en noir » de Jean-Paul Civeyrac, présenté dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs 2010.

Dans une ville de province, Noémie et Priscilla, deux filles de 17 ans de milieux modestes, nourrissent le même dégoût du monde et la même violence. Elles inquiètent fortement leurs proches qui les sentent capables de tout...

A 17h45 : Débat avec des spécialistes sur le thème du mal-être des ados et du suicide.

Gratuit pour les moins de 25 ans ! - Tarif : 10,50 € - Cinéma Gaumont Parnasse 3 rue d'Odessa

18 octobre 2010

"Network" à l'affiche du ciné-quartier Mouton-Duvernet : mardi 19 octobre,19h30, au cinéma Le Denfert

Le ciné-quartier du conseil de quartier Mouton-Duvernet vous propose une satire du monde de la télévision et de ses dérives, avec le film "Network" réalisé par Sidney Lumet en 1976 avec Peter Finch, Faye Dunaway, Robert Duvall.

network1.jpg"Après son premier film (Douze hommes en colère, 1956), Sidney Lumet ne cessera jamais tout au long de sa carrière - de L'Homme à la peau de serpent (1959) à Jugez-moi coupable (2005) en passant par Un après-midi de chien (1975)  de dénoncer des  problèmes de société. Ici ce sont les dérives de la télévision et de la " télé-réalité"

"Un journaliste vieillissant (Peter Finch) perd quelques points d'audience et se voit licencié. Désespéré, il annonce son suicide lors de son dernier journal télévisé et compte mettre fin à ses jours directement devant des milliers de spectateurs. Il se rétracte cependant mais l'annonce provoque chez le public un regain d'intérêt pour cet homme en colère. network2.jpgDevenu prophète médiatique, il anime alors un journal hors norme où des voyantes prédisent l'avenir politique des États-Unis. Parallèlement à cette montée en puissance de « l'info show-biz », la directrice des programmes de la chaîne (Faye Dunaway)  propose des documents mi-fiction mi-réalité ... L'audience remonte en flèche....."

Venez avec vos voisins et  amis voir et débattre de ce film passionnant qui est d'une très  grande actualité  joué par des acteurs éblouissants ! Le tarif d'entrée n'est que  de 4€,  ce qui permet à tous de venir  !

M.G.V.

Plus d'info :

+ Cette séance est ouverte à tous. Cinéma Le Denfert (24, place Denfert Rochereau). Le prix d'entrée est de 4 euros, le film est suivi d'un débat.

+ Pour être informé(e) régulièrement des séances mensuelles, vous pouvez vous inscrire à l'adresse : conseil_mouton.duvernet@yahoo.fr (les séances suivantes sont le mardi 16 Novembre avec "Les moissons du ciel" de Terrence Malick et le mardi 14 Décembre avec "L'argent de la vieille" de Luigi Comencini)

14 octobre 2010

Benda Bilili - Ciné-ma Différence

Dimanche 17 octobre, à 11 heures, au cinéma Majestic-Passy - 18 rue de Passy, Paris 16ème (Métro Passy)

BENDA BILILI !
"Benda Bilili !" cela veut dire : "Au delà des apparences!" : un titre qui nous touche de près. 
Beaucoup de musique (de la rumba blues), une énergie fabuleuse...
Parce que ce film mêle le français et le congolais, chacun est invité à lire tranquillement les sous-titres à ceux qui ne peuvent pas les lire tout seuls.

film de Renaud Barret et Florent de la Tulaye - durée 1 h 25

Tarif unique 4 €
Réservation pour les personnes en fauteuil ne pouvant se transférer : 06 24 78 57 25

Lire la suite

11 octobre 2010

« Des hommes et des dieux », quelques livres

Des dieux et des hommes.JPG

Autour du film de Xavier Beauvois « Des hommes et des dieux », voici quelques titres proposés à la librairie ancienne et moderne :

  • Sept vies pour Dieu et l'Algérie, par B. Chenu, 1996
  • L'Islam et nous, aperçus et suggestions, par J.-M. Abd-el-Jalil, 1947
  • Algérie, dialogue entre Christianisme et Islam, par J. Scelles-Millie, 2003
  • Charles de Foucauld autrement, par J.-F. Six, 2008
  • Parole donnée, par L. Massignon, 1983

Librairie B. FAURE, 3 rue de l'abbé Carton, Tel. : 01 45 41 27 39. - Courriel : liberfaure@orange.fr

04 octobre 2010

Ciné-ma différence

Samedi 9 octobre, à 11 heures

Shrek 4 : Il était une fin de Mike Mitchell, en VF,  durée 1 h 33

au Cinéma L'entrepôt - 5-7 rue Francis de Pressensé, Paris 14ème (Métro Pernety) Tarif unique : 4 €

La salle ne peut accueillir plus de deux personnes en fauteuil : merci de réserver si vous ne pouvez vous transférer


Ciné-ma différence : des séances de cinéma OUVERTES A TOUS offrant un accueil privilégié pour des personnes en situation de handicap, souvent exclues des loisirs culturels.
Séances, infos et programmes : www.cinemadifference.com


Courriel : contact@cinemadifference.com Tél. : 06 24 78 57 25

09:24 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : shrek 4 |  Facebook | |  Imprimer |

26 septembre 2010

"Des Hommes et des dieux" film de Xavier Beauvois

C'est un film à voir, à revoir, à méditer.  Ici, la religion n'est pas fanatisme mais amour et don de soi.

Il est très intimidant de parler de ce magnifique film qui m'a totalement bouleversée du début à la fin! Le sujet avait ému le monde entier : les derniers moments des moines de Tibéhirine dans l' Atlas  algérien  de 1993 jusqu'à leur enlèvement en 1996.

Xavier Beauvois retrace la vie de cette petite communauté de moines cisterciens dans les montagnes de l' Atlas.  Ces religieux  côtoient et protègent  un village dont les habitants sont musulmans.  Ils accueillent et soignent  les malades dans le petit dispensaire, et  leur donnent une aide matérielle en cas de besoin.

deshommesetdesdieux1.jpg

Le cinéaste choisit de nous faire entrer dans l'intimité  de cette communauté au rythme lent des activités quotidiennes des moines : offices, prière personnelle, lecture des écritures, travaux agricoles, vente au marché... Ces Français, chrétiens, sont très proches de la population musulmane, ils participent aux  joies et aux peines des villageois et à leurs fêtes.

Mais peu à peu des menaces  se font sentir: d'abord, le massacre d'ouvriers sur un chantier situé à proximité du village. Puis, le soir de Noël , l'irruption violente d'un groupe armé dans le monastère afin d'exiger immédiatement des soins pour un des leurs  et des médicaments. Ce qui sera refusé par Frère Christian, le Prieur. Des conseils de prudence sont donnés par les autorités algériennes recommandant d'accepter la protection de l'armée puis de quitter l'Algérie. La présence de l'armée algérienne, refusée par les moines, est imposée et devient de plus en plus oppressante...

La vulnérabilité  de ces hommes est montrée : certains sont âgés, d'autres malades: frère Luc, médecin, est asthmatique (incarné avec finesse et humour par Michaël Lonsdale) le frère Amédée, frêle vieillard (Jacques Herlin), et le plus jeune des religieux  si timide... Ils sont  gagnés par la peur.  La vision de ces 8 moines fragiles  qui chantent sous le bruit assourdissant d'un hélicoptère est particulièrement saisissante.

A la demande instante de certains moines, s'instaure un dialogue passionnant entre eux pour savoir s'il faut rester ou partir en abandonnant les villageois qui leur ont fait confiance? Le climat de terreur les étreint;  certains, comme frère Christophe (excellent Olivier Rabourdin), sont taraudés par l'angoisse et l'incompréhension et voient leur foi s'ébranler. Pourquoi rester, n'est-ce pas faire preuve d'un entêtement absurde? Pourquoi accepter  d'aller au-devant d'un martyre qui semble inutile?

deshommesetdesdieux2.jpg

Chacun approfondit sa réflexion sur le sens de sa vocation religieuse, de sa présence auprès de ces algériens musulmans, parfois dans des oppositions virulentes , puis dans une compréhension réciproque au fur et à mesure de cet échange sur leur vie, leur foi, leur engagement...et ils décident ensemble de rester. L'aboutissement de cette confrontation sera  le magnifique dernier repas qui se déroule sur une musique du "Lac des cygnes", déroutante dans un monastère, mais révélatrice de l'humanité et la tendresse de ces hommes, de leur communion d'esprit.

Lire la suite

20 septembre 2010

"Bob Le Flambeur", film de Melville de 1955, au ciné de quartier Mouton Duvernet mardi 21 septembre à 19h30

Mardi 21 septembre,  le ciné -quartier Mouton- Duvernet propose le 1er policier de Melville réalisé en 1955.

" Bob ( Roger Duchesne) s'est retiré des "affaires". Il se consacre maintenant à son unique passion, le jeu. Il a aussi un grand coeur et héberge Anne, une jeune fille sans ressources,  prête à sombrer dans la prostitution. Paulo ( Daniel Cauchy), un admirateur de Bob, tombe amoureux de cette splendide jeune femme ( Isabelle Corey).   Mais après de grosses pertes au jeu, Bob décide de monter un coup pour se refaire..."

Bob Le Flambeur 3 jpg.jpg

Des personnages et un univers  des quartiers populaires de Paris dans les années 50

Jean- Pierre Melville choisit le policier non pas comme un genre mineur, bien  au contraire mais comme une tragédie moderne :"Je ne fais pas de polars, disait Melville, je recherche la 'vis tragica' moderne. Elle ne peut être que là. Sans qu'ils le sachent, les truands sont les seuls messagers de la fatalité et du destin."(Jean-Pierre Melville). Il campe des personnages   qui semblent très vrais, le dialogue de l'écrivain Auguste Le Breton y est pour beaucoup !

Melville  joue de l'ombre et de lumière pour rendre l'ambiance des quartiers populaires du Paris des années 50 et l'univers de Pigalle : Tables de jeu, boîtes de strip-tease, indics et prostituées...

Ce premier polar réalisé par Jean-Pierre Melville est désormais un classique du film noir à la française. On notera que la musique est de Eddie Barclay et Jean Boyer.

Venez donc avec  vos amis et vos voisins mardi 21 septembre à 19h30 voir " Bob le Flambeur  au cinéma Le Denfert. Ce film passe assez rarement en salle, il faut donc profiter de cette occasion !  Vous pourrez ensuite participer au débat. Le tarif d'entrée pour le film et le débat est accessible à tous : il n'est que de 4€ .

Monique Garrigue- Viney

Plus d'informations :

Cette séance est ouverte à tous,  au cinéma Le Denfert (24, place Denfert Rochereau). Métro et RER, Bus 38- 68- 88 Denfert-Rochereau.

Pour être informé(e) régulièrement des séances mensuelles, vous pouvez vous inscrire à l'adresse : conseil_mouton.duvernet@yahoo.fr

Prochaines séances du Ciné Quartier

Mardi 19 Octobre : "Network"  de Sidney Lumet

Mardi 16 Novembre : "Les moissons du ciel" de Terrence Malick

Mardi 14 Décembre : "L'argent de la vieille" de Luigi Comencini

10:32 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer |

02 septembre 2010

La rentrée au Moulin à Café, programme de Septembre

* Des concerts pour démarrer en fanfare

* Des débats et du cinéma

* Du slam et du Théâtre

* Les réunions publiques mensuelles

*Des expos

Lire la suite

23 août 2010

L'Arbre

En Australie, Dawn et Peter vivent heureux avec leurs quatre enfants à l'ombre de leur gigantesque figuier. Lorsque Peter meurt brutalement, chacun, pour continuer à vivre, réagit à sa manière. Simone, la petite fille de 8 ans, croit que son père vit à présent dans l'arbre. Un jour elle initie Dawn à son secret... Peu à peu Dawn retrouve des forces, un travail. Peut-être un nouvel amour ? La vie reprend mais l'arbre devient envahissant : ses branches, ses racines, et même son peuple de grenouilles et de chauves-souris se lancent à l'assaut de la maison et menacent ses fondations ! Dawn n'a plus le choix : elle doit le faire abattre ...

larbre.jpg

L'ARBRE a été présenté en clôture du Festival de Cannes 2010.

Le film est adapté de l'ouvrage "L'Arbre du père" de Judy Pascoe. La réalisatrice Julie Bertuccelli n'avait pas réalisé de long métrage de fiction depuis DEPUIS QU'OTAR EST PARTI en 2003, s'orientant plutôt vers le genre documentaire.

Si les éloges ont été particulièrement dithyrambiques à propos de ce film, nous serons plus réservés quant à la démonstration  de la double mort du père, à travers l'abattage de « l'arbre ». Cette histoire profondément humaine par la charge d'émotion qu'elle comporte, laisse le spectateur un peu sur sa fin. Car le charme se rompt à partir du moment où l'imaginaire de l'enfant est confronté à la réalité, ce qui fait redescendre le récit à un niveau premier, à partir duquel toute évasion vers la transcendance est fermée. Ceci dit, le film peut contenir une émotion  franche et sans réserve que chacun découvrira selon sa sensibilité.

R.R