Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 mai 2007

St Pierre de Montrouge - Visite architecturale - 1863-1872

Isabelle Loutrel, paroissienne et documentaliste en histoire de l’architecture, vous propose une rencontre hebdomadaire sur le blog pour évoquer la construction  de l’église St Pierre de Montrouge ,bâtie à partir de 1863 par l’architecte Emile Vaudremer.

Une bibliographie est disponible en permanence sur la page.

medium_StPierreMontrouge.jpg

I -L’implantation de Saint-Pierre de Montrouge dans le quartier

Jusqu'en 1860, le quartier ne faisait pas partie de la ville de Paris qui arrêtait ses limites aux barrières d'octroi de Claude-Nicolas Ledoux, c'est-à-dire, en ce qui concerne notre arrondissement, celle de Denfert-Rochereau abritant aujourd’hui le service des carrières et l’entrée des catacombes. Avant la construction de St Pierre, les terrains étaient donc sur la commune de Montrouge, commune très étirée et morcelée puisque les fortifications construites par Thiers pour défendre l'accès de Paris vers 1840 venaient séparer le Petit-Montrouge, actuel 14e arrondissement, du Grand-Montrouge, actuelle commune de Montrouge.

medium_cas18.jpg

 

Ce célèbre plan des Cassini (astronomes drirgeant l'Observatoire de Paris, de père en fils) montre la limite de Paris, et Montrouge, représenté par sa paroisse et son cimetière.

Elles furent remplacées dans les années trente par la bande d’immeubles à bon marché en brique bordant maintenant les boulevards des maréchaux. Devant le manque sensible d’un lieu de culte de proximité dans le quartier du Petit-Montrouge, il est décidé, en 1848,  d’édifier la chapelle St Pierre entre l’actuel passage Rimbaut et la rue Thibaud, mais l'idée de construire une grande église pour faire le pendant avec St Jacques le Majeur du Grand-Montrouge avait pris corps. Les crédits manquèrent et seuls de nouveaux terrains furent acquis en 1852. La petite chapelle provisoire continua donc son rôle de lieu de culte pour cette partie de Montrouge, malgré sa mauvaise qualité de construction. 

 

Bibliographie sommaire :

-Vaudremer, Emile. Monographie de Saint-Pierre de Montrouge, Paris, 1872.
-Inventaire général des œuvres d’art appartenant à la Ville de Paris dressé par les services des Beaux-Arts, Paris, 1878-1886.
-Plaquette de l’église Saint-Pierre du Petit-Montrouge, diocèse de Paris, 1984.
-Brunel, Georges. Dictionnaire des églises de Paris, Paris, 1995.
-Thomine, Alice. Emile Vaudremer, éd. Picard, Paris, 2004

Voir l'article suivant 

14 mai 2007

la mystérieuse et médiévale Tombe-Issoire (suite)

Dans un précédent article -voir l'article-, nous nous étions efforcés de cerner les origines de la légende concernant la mort du géant Isoré  et de la réalité de sa tombe située sur le parcours du grand chemin d'Orléans. Ce n'était qu'une légende forgée à partir d'un fait réel qui s'était passé à Lutèce en 978… Cette légende s'alimentait de la réalité tout simplement, mais n'avait aucun fondement historique qui eût pu corroborer l'existence même de ce géant.

Aussi nous faut-il reprendre nos investigations. Un chroniqueur vivant au XVII° siècle, Henri Sauval (1623 - 1676) constatait dans une de ses chroniques que …" sur le grand chemin d'Orléans, une vieille croix ruinée, est appelée la Croix Isore et ne ressemblait pas mal au Tombeau d'une personne de qualité ; car, outre qu'elle était de pierre, et élevée sur une espèce de tertre. Elle était encore plantée au milieu d'une autre pierre fort grande et carrée, longue à la façon d'une Tombe"…

medium_DSCF0947.JPG
L'actuelle rue de la Tombe Issoire, à hauteur de la rue d'Alésia

 Il faut préciser ici que, sur le territoire futur du 14e ardt, il existait des croix de carrefour. A l'époque du récit ci-dessus, on en dénombre encore huit, dont faisait partie celle située au carrefour actuel des rues Dareau et Tombe Issoire. La croix qui nous concerne se nommait : " Croix de la Tombe Isore".
On sait depuis longtemps que ces croix répandues en nos campagnes  et sur certains lieux-dits, commémoraient un événement local et faisaient l'objet souvent de légendes diverses. Pour compléter le tout, on sait qu'il existait dans Paris, au Moyen Age, d'autres croix de carrefour qui avaient repris à leur compte la légende  du géant Isoré. Il faut encore préciser que notre rue de la Tombe Issoire était la route qui conduisait les pèlerins vers Saint Jacques de Compostelle, et que souvent les routes offraient des étapes où l'on rencontrait telle relique de saint, ou parfois de héros de chansons de geste… L'univers poétique et onirique de tout le Moyen Age était d'une grande richesse, mais aujourd'hui il est inintelligible pour nous, excepté aux spécialistes.

Mais continuons notre enquête. Vers 1678, le plan d'Albert Jouvin de Rochefort, représentant une partie du territoire qui concerne le secteur Dareau /Tombe Issoire, mentionne un lieu-dit du nom de Tombisoire, placé exactement au carrefour mentionné plus haut. Différentes orthographes sont à souligner à ce sujet, puisqu'on relève : Tumbam Isaure (1231), Tumbam Ysore (1259), Tombe Isoire (1466) et enfin Tombisoire en 1675. Une ordonnance de la ville, de mars 1736, confirme ce toponyme en reprenant les modifications phonétiques successives dues à l'évolution de la prononciation des mots dans la langue française.  Précisons que le nom composé de Tombe-Issoire ou Tombissoire se rencontre aussi en Picardie, à Jonquières, près de Compiègne, et au S.E de cette localité à Canly. Le nom signifie "un souterrain sonore". Par ailleurs, il y a lieu de penser que pour des raisons linguistiques, anecdotiques, géographiques, les vocables de "tombe" et "issoire" se soient accolés tout naturellement.

Ce qui va nous conduire à l'explication des mots "Tombe issoire", que nous allons vous donner très prochainement. 

R.R.

NDLR : documentation provenant du n° 46 de la Revue de la S.H. A. du 14ème

11 mai 2007

JOUR DE VOTE: DIMANCHE 6 MAI 2007

Il est 12h et je remonte l’avenue prendre ma commande à la rôtisserie. Au bout de la rue, Place Hélène et Victor Basch, dite place d’Alésia, elle est là, la blanche apparition, multipliant son sourire radieux sur chacun des côtés externes des bacs de palmiers de notre oasis urbaine. Impeccable et lisse sur ses affiches fraîchement posées, son éclat féminin illumine l’espace.

Même l’église proche semble être sous sa garde souriante, blanche dame de France.« Mais où sont les neiges d’antan? » , comme l’aurait pu dire le poète ( François Villon).

Il est 19h 55 et je remonte à nouveau l’avenue, direction l’école primaire de la rue Chantin, pour le dépouillement des bulletins. Atmosphère calme ,républicaine.

Nous sommes là pour accomplir le devoir citoyen. Emergeant d’une petite sieste, je tombe presque des nues quand j’entends mon voisin maugréer:

-De toute façon, on a déjà les résultats…

Je me réveille:-Ah bon?

-Vous n’écoutez pas les médias? ils n’arrêtent pas de nous bombarder de chiffres depuis 19h…

-Euh, non., j’ai dormi…

-C’est Sarkozy!

-Ah !

Le gymnase qui nous accueille affiche les « œuvres »     des enfants: grands panneaux arborant des blasons, des icônes végétales dorées, des couronnes, des dragons et autres dinosaures. Au sol, un joyeux désordre de plots de couleur empilés, de ballons ,de toboggans et de wagons de bois, de tous petits bancs, semble avoir été juste poussé dans les coins pour faire de la place….

Au milieu des assesseurs, je remarque la présence de Madame Bellanger, adjointe au maire. Elle est souriante, et particulièrement affable. Tout va bien dans la circonscription, l’ordre républicain règne. La gentillesse naturelle des Français opère dans ces moments où ils sentent qu’ils doivent être à la hauteur de la situation.

Vive la République !

Vive la France!

M.J.C. 

04 mai 2007

Le jardinage sur des rails

Passant rue de Coulmiiers, la Voix a découvert les anciens jardins potagers de la Petite Ceinture rasés, propres et bétonnés, sans  leurs arbres fruitiers en fleurs deux jours avant. Et pris la photo ci-dessous

Le propriétaire des lieux, RFF (Réseau Férré de france), après avoir refusé tout aménagement jardinier,

medium_DSCF0901.JPG

 jardine à sa façon: béton et tronçonneuse.La seule espèce végétale qu'il tolère est le panneau publicitaire.

Vous trouverez plus de détails sur le blog de Pierre Vallet: http://www.paris14.info

A.C. 

28 avril 2007

VELIB: ça avance!

Dans une note précédente (voir la note), nous vous avons parlé du système de locations de vélos de la Mairie : VELIB.

medium_velib2.jpgQuand il sera complet, il comptera  1450 stations, soit en moyenne 75 par arrondissement (plus pour les arrondissements peuplés comme le 14ème) et 20.600 vélos au total, soit en moyenne, un millier par arrondissement. L’expérience de Lyon a montré qu’on les trouvait plutôt en bas des côtes qu’en haut !

Les stations seront situées à proximité des stations de métro, des arrêts de bus et des grands équipements publics ; en moyenne une station tous les 300 à 400 mètres. L’utilisateur pourra emprunter un vélo dans une station et le reposer dans une autre.

Dans un 1er temps, le 14e comptera 80 stations (37 à la mi-juillet, 43 supplémentaires mi-août). Les premières seront installées entre le 2 mai et le 8 juin boulevard Edgard Quinet, rue Liard (parc Montsouris), avenue de la Porte de Montrouge, rue Didot et rue de l’Ouest. Tous les quartiers seront équipés d’ici la mi-août. (Voir la carte des stations « prioritaires »)

L’utilisateur devra obligatoirement être abonné. Il pourra ensuite emprunter un vélo pour 5 minutes, une demi-heure ou plus. La première demi-heure est gratuite, et le coût des suivantes est progressif, de 1 à 4€.

« Vélib’ n’entend pas concurrencer les loueurs de vélos, mais proposer un nouveau moyen de déplacement pour aller au travail, faire ses courses, ou sortir. » affirme la Mairie. Souhaitons que ce soit vrai, les loueurs étant pour la plupart dans des situations difficiles.

A.C.

24 avril 2007

Spectacle à ne pas manquer

Samedi 28 avril 2007  à 20h30, spectacle d’Elsa Draïb au 16 rue du Moulin Vert, 75014 Paris

C'est l’histoire d’une mère de famille apprenant l’entrée au séminaire de son fils. Des dialogues extrêmement incisifs et émouvants. «  Que la porte s’ouvre » 

A voir pour tous publics. Ados, parents et grands parents (participation aux frais).

Pièce de : Elsa Draib
Montée par : Elisabeth Biard
Avec : Guillaume Beaujolais, Elisabeth Biard, Paul De Launoy 

Débat à la fin avec les acteurs.   

La venue de cette pièce de théâtre à la maison Alésia Jeunes est en lien avec le week-end du « Bon Pasteur » qui est traditionnellement le week-end de réflexion et de prière pour les vocations sacerdotales et religieuses.

Information reprise sur le blog de St-Pierre-de-Montrouge 

Voir: La Feuille paroissiale de St-Pierre de M. du 22 avril 2007 (§ le Week-end prochain)

 

02 avril 2007

« Une vérité qui dérange » à l’Entrepôt

l’Entrepôt, 7-9 rue Francis de Pressensé75014

medium_veritequiderange1.jpgSi vous voulez compléter votre information sur l’effet de serre et le réchauffement climatique vous pouvez aller au cinéma l’Entrepôt voir ce documentaire «  une vérité qui dérange »qui y est diffusé régulièrement. (Horaire des séances à consulter dans un programme de spectacles)

Le réalisateur Davis Guggenheim donne la parole à l'ancien vice-président des Etats-Unis et candidat malheureux à la Présidence en 2000 : Al Gore. Celui-ci s'est lancé depuis des années dans une lutte contre le réchauffement de la planète et dans un plaidoyer pour l'adoption de technologies et sources d'énergie alternatives. C’est une conférence très claire illustrée de beaux reportages.

medium_veritequiderange2.jpg

Al Gore dénonce des faits alarmants, mais sans jamais culpabiliser l'auditoire afin de lui faire prendre conscience du danger qui plane sur notre planète. Cette démarche positive permet de réfléchir utilement et de susciter les initiatives pour faire des économies d’énergie.

M. G.

en VO :

Jeu, Dim, Lun : 17:40, Ven, Mar : 13:40, Sam : 15:40

31 mars 2007

Journée découverte des galeries d’art Pernety

 dimanche 1er avril de 12h à 19h30 : 5 lieux, 5 animations :

à 14h30 récital de piano et exposition sur les mémoires de la ville ( peitures, photos, graffitis, gravures

à l’Entrepôt 7 rue Francis de Pressensé .

15h30 contes et chants et expo de peintures de Yo Marchand

à la galerie d’Est en Ouest, 1 rue Francis de Pressensé

16h 30 à la galerie art Montparnasse, 2bis rue Raymond Losserand

expo de peintures de Jarek Kruck et sculptures  de M.T. Tsalapatanis, concert de Electronica Tri Hop Jazz.

17h 30 Galerie Elda Mazer, 7 rue Raymond Losserand

concert Pop Rock et expo de photos de E. Niemczura, peintures de L. Todisco et C.Biskup.

18h30  récital de poésie Jazz et expo de peintures de Bernard Jeufroy

à la galerie Expression Libre 41 rue Hipolyte Maindron.

23 mars 2007

Alcatraz sur Seine, 19 rue des Suisses!

Etant allé un jour voir le nouvel immeuble de la rue des Suisses construit par les architectes suisses Herzog et de Meuron, des passants m'ont dit:"Ah, vous admirez Alcatraz, c'est comme ça qu'on l'appelle ici!". Le jugement est pour le moins sévère!

Dans le quartier Plaisance, la rue des Suisses, 241 mètres et trois bistrots dont le Soleil (antillais) et Au bon coin, donne dans la rue d'Alesia, presque en face de l'impasse Florimont, rendue célèbre par la maison de Jeanne, la généreuse logeuse du jeune Georges Brassens.
.
Herzog & de Meuron est un cabinet d'architecture bâlois, très connu, qui a reçu en 1991 le fameux prix Pritzker (considéré comme le Nobel de l'architecture), auteur entre autres de la Tate Modern à Londres ou du Young Museum de San francisco. Ce sont eux qui remportent le concours lancé par la RIVP en 1997 pour un projet de 64 logements sociaux locatifs, 19 rue des Suisses.

medium_DSCN4369.JPG

 

Ce projet rencontre dès le début l'opposition des riverains, qui lui reprochent sa forte densité, sa hauteur par rapport aux constructions voisines et sa grande façade sombre. Le maire du 14e d'alors, Lionnel Assouad, multiplie les réunions de concertation et parvient difficilement à un accord. La façade est en effet toute noire car les persiennes ne se trouvent pas contre les fenetres comme d'habitude mais à l'exterieur des larges balcons. Quand toutes les persiennes sont fermées,
medium_DSCN4375b.jpg

la façade apparait comme une surface légèrement courbe en tôle metallique perforée mate, noire ou grise suivant la lumière. Et, dernière vexation pour les opposants, les architectes obtiennent l'"Equerre d'Argent", célèbre prix français décerné par le Moniteur pour cette oeuvre! Ce qui a fait écrire par l'association Monts 14, qui avait porté le flambeau de l'opposition au projet: "L'art de l'architecture s'améliorera sans doute le jour où la profession cessera de se décerner des lauriers en méprisant l'avis du public". Quoiqu'il en soit, allez voir par vous même ce bâtiment et n'hésitez pas à nous faire connaitre votre avis.

A.C.

21 mars 2007

La Nuit des Planètes dans le 14e

Notre quatorzième a la chance de compter sur son territoire un grand établissement de recherche et d'enseignement en astronomie, l'Observatoire de Paris, administativement lié aux observatoires de Meudon et Nançay (entre Orléans et Bourges). Le prix Européen Descartes 2006 a d'ailleurs été attribué au consortium HESS, dont font partie des c hercheurs de l'Observatoire de Paris.

medium_affichewebNdP2007.gif

En raison de la nuit des planètes, l'Observatoire de Paris ouvrira au public ses sites de Paris et de Meudon, du samedi 24 au mardi 27 mars 2007.

Ainsi, au cours de soirées d'observations nocturnes, les curieux pourront découvrir le ciel aux côtés des astronomes professionnels, à une période de l'année particulièrement propice à l'observation de certains objets célestes : Lune, Vénus, Saturne, étoiles doubles, amas et nébuleuses...

L'opération est gratuite, mais seules les personnes inscrites à l'avance pourront entrer sur les sites.

Inscriptions : du lundi 12 au vendredi 16 mars 2007, de 14h à 17h au 01 40 51 22 94.

A.C. 

Nouvelles des paroisses du 14ème

La 10e semaine du ‘Marais Chrétien’ a lieu du 17 au 25 mars vous êtes invités au cœur de Paris à plus de 50 manifestations pour découvrir la beauté et la richesse de la foi chrétienne au travers de l’art et de la culture. Les entrées sont libres, afin de vous permettre d’y inviter largement autour de vous voisins et amis croyants et incroyants et d’inviter des gens qui n’en ont plus l’habitude à rentrer dans les églises. L’ensemble du programme est disponible sur http://maraischretien.free.fr

 

medium_maraischretien2007w.jpg

Week-End BROCANTE :samedi 24 et dimanche 25 mars de 10h30 à 18h30 au centre paroissial de Saint Pierre de Montrouge, 9 passage Rimbaut. Venez chiner pour faire d'agréables trouvailles.

Pèlerinage de Chartres des étudiants : les 31 mars et 1er avril 2007 (aux Rameaux). Un groupe d'étudiants de la paroisse Saint Pierre de Montrouge y part accompagné par le Père Pascal Nègre. Inscrivez-vous sur : < spm.evenement@free.fr> Le bulletin et les infos sont sur les tables de l'église et le site de la paroisse. On peut aussi appeler le 01.43.95.41.14

Concert spirituel acoustique contemporain de John Featherstone, chanteur, guitariste avec clavier, percussions. Samedi 31 mars 2007 à 20h30, Tarif : 10€ - 5€ réduit Organisé par l'association oecuménique « Bible dans le 14e » à l’église Evangélique libre, 85, rue d’Alésia, 75014-Tarif : 10 € - tarif réduit : 5 €

(Le groupe œcuménique du XIV° regroupe des chrétiens appartenant aux 7 paroisses de l'arrondissement : St Pierre de Montrouge, St Dominique, ND du Rosaire, ND du Travail, Temple de Plaisance (Eglise Réformée de France), Eglise Evangélique 123 avenue du Maine, Eglise Evangélique libre 85 rue d'Alésia.)

 

Concert :Trio de flûte Dimanche 01 avril 2007 à 18h 00  (Antoine Taillefer), alto (Estelle Avondo), piano (polina Detraz) avec voix (Dominique Muraro, mezzo-soprano) : Bach, Brahms, Reger, Debussy, Ravel, Hindemith à l’ Eglise évangélique libre 85 rue d’Alésia Participation libre aux frais

 

Le groupe « Art, Culture et Foi » présente dès la Semaine Sainte et pour toute la durée du temps de Pâques des œuvres inédites d’un peintre japonais, Yoshio Okawa, paroissien de St Pierre. Ces peintures présentent le mystère de Pâques. Elles seront exposées dans la chapelle du Sacré Cœur à gauche du chœur de l’église Saint-Pierre-de-Montrouge.

 

Samedi 7 avril (Samedi Saint) à 15h, à Alésia Jeunes 16 rue du Moulin Vert: 1ère présentation de la pièce apprise par les 15/18 ans "Et leurs yeux s'ouvrirent". La musique, les chants, les textes ont été composés et écrits pour ce jour du Samedi Saint. Tout est original. Entrée libre.

 

Pèlerinage diocésain de Paris à LOURDES du 17 au 21 avril 2007  présidé par Mgr Michel POLLIEN évêque auxiliaire de Paris, Inscriptions au Service Diocésain des Pèlerinages- Tél. : 01 55 79 96 03

15 février 2007

Des loisirs pour les enfants du 14è

Des loisirs pour les enfants et  les adolescents pendant les vacances de février
Des activités sportives et culturelles très variées… sont proposées dans les centres d'animation, stades et gymnases du 14ème. Pour les renseignements et les inscriptions se reporter au site de la Mairie du 14ème

http://www.mairie14.paris.fr/mairie14/

La patinoire de Montparnasse située devant la gare Place Raoul Dautry est ouverte jusqu'au 4 mars tous les jours de 12h à 20h et samedi et dimanche de 9h à 20h. Son accès est gratuit, il y a la possibilité de louer des patins  (5€).

05 février 2007

Invitation aux Midis de Saint Bernard

Vous venez régulièrement  dans le quartier ou vous y travaillez. Le Conseil de la communauté chrétienne de Saint Bernard de Montparnasse,  vous invite à  une

RENCONTRE AUTOUR D'UN BUFFET

le  jeudi 15 février 2007  de 12 h 45 à 13 h 55

dans la salle d'accueil de la chapelle, après la messe de 12 h 10

Nous aimerions instaurer dans notre chapelle, à l'heure du déjeuner, des temps brefs susceptibles de prolonger ce que nous célébrons dans l'Eucharistie et permettant de répondre à des préoccupations que l'Evangile peut éclairer.

A raison d'une rencontre par mois, plusieurs pistes vous sont proposées :

1 - QUOTIDIEN ET EVANGILE.
Nous partagerions sur ce que nous
retenons de l'actualité telle qu'elle est présentée par les médias, mais aussi telle que nous la vivons au quotidien dans les transports, dans notre travail ou nos activités, dans nos relations familiales, amicales ou professionnelles, et nous nous interrogerions sur la pertinence, l'étrangeté, voire l'hermétisme de l'Évangile dans ces situations.

2 - L'EVANGILE DU DIMANCHE SUIVANT.
Après une lecture à haute voix de l'évangile du dimanche suivant, nous échangerions librement avant de conclure par une nouvelle lecture de l'évangile qui résonnerait sans doute alors différemment.

3 - FORMATION A LA CARTE.
Elle s'adresserait aux personnes ayant un rapport " forcé " à l'Église (invités à un baptême, un mariage, une communion et qui sont étrangers à nos rites, nos pratiques, notre langage…)

4 - LA PAROLE AUX MOUVEMENTS.
Nous donnerions  carte blanche à un mouvement d'Eglise qui animerait une réunion comme il l'entend.

Ou toute autre proposition que vous aimeriez nous faire.

Si vous souhaitez répondre positivement à cette invitation  vous nous rendriez service en le signalant aux personnes assurant l'accueil à la Chapelle.

 Michel CERLES    Brigitte DONZEL    Joëlle FABRY

  34, Place Raoul Dautry

(entrée sous la pendule de gauche de la gare)                                                                                                       

                                                                                                        PELERINAGE

L'association Pèlerins Parkinsoniens organise un troisième pèlerinage national destiné aux malades de Parkinson et à leurs accompagnateurs. Moment de prière, de conversion, d'espérance, d'écoute, de rencontres fraternelles et de réflexion sur la recherche médicales, ce pèlerinage aura lieu à Lourdes du 30 avril au 4 mai 2007. Renseignements et inscriptions auprès de Charlotte Rendu, 2 rue Rosa Bonheur, 75015 Paris, Tel : 01 44 49 99 61, jean.rendu@wanadoo.fr, alain.c.fabry@wanadoo.fr

 

 

02 février 2007

A voir: Exposition "Les Rives de la parité"

Une dizaine de jeunes françaises, de 18 à 25 ans, mais originaires des pays de la vallée du fleuve Sénégal (Mali, Sénégal, Mauritanie) sont photographiées par Stéphane Lagoutte. Le but est de présenter leurs portraits sous forme de photographies et de textes personnels, témoignant de leur émancipation dans la société française.

medium_Salamataweb-fiap.jpg

Cette exposition est le premier volet, « Racines », d’un cycle de manifestations intitulé : « Home, sweet home » sur l’apport de l’immigration dans la construction de l’histoire de France prévu jusqu’en avril 2007 au FIAP Jean Monnet.

du 18 janvier au mercredi 7 février 2007 de 10h à 20h

FIAP Jean Monnet 30 rue Cabanis 75014 Paris. Site Internet : www.fiap.asso.fr

16 janvier 2007

Immobilier dans le 14è arrondissement: L'esprit village gagne du terrain

Sous ce titre, le Figaro du 20 décembre 2006 rapporte les conclusions d'un petit comité d'agents immobiliers travaillant sur le 14è réuni pour l'occasion. La Voix rend compte de ces conclusions très intéressantes dont les auteurs sont: Pascal Cordier du Groupe Brefico, Lilian Bourquin de Connexion, Patrick Hanser de Hanser Immobilier, Christine Fumagalli de Alésia-Didot Immobilier, Yann Besnard de Cric-Balzano.

medium_immob-397.jpg

Le quartier n'est pas homogène.

Entre des quartiers comme Denfert et ses beaux immeubles pierre de taille et les boulevards des Maréchaux, moins attrayants, les écarts sont encore importants et les disparités encore fortes. Jusqu'ici, l'incidence de la venue du tram est nulle, malgré l'apport esthétique. Côté Denfert-Rochereau, la moyenne des prix avoisine les 7500-8000 € du m² alors qu'elle tourne autour des 5000-5200 € du côté de la porte de Vanves. Le niveau remonte autour de la porte de Gentilly pour approcher les 6000 € tandis que les vues sur le parc Montsouris se payent aussi cher que Denfert.

medium_immob-404.jpg

Certains micro-quartiers sont très recherchés comme Daguerre et la rue d'Alésia pour leurs commerces et leur convivialité ou les environs de Montparnasse, bien desservis, aérés, et proches du 6è. Le triangle Alésia-Maine-Losserand s'est métamorphosé et attire aujourd'hui des catégories dites « bobo »avec un esprit village prononcé. Certaines familles cherchent à se rapprocher des écoles très cotées comme l'école alsacienne ou Stanislas.

L’incidence de la venue du tramway sur les prix est discutée.

D’après les agents immobiliers cités plus haut, l’incidence sur les prix serait nulle jusqu’ici, malgré l’apport esthétique. Le Figaro du 8 janvier, dans un article intitulé « le tramway fait monter les prix dans le sud de Paris » corrige l’affirmation précédente en rapportant le propos de Gilbert Chouchana, de Laforêt Immobilier, indiquant qu’on commençait à ressentir l’effet tramway sur les prix de vente et fixant la progression induite à 5 à10%. Mme Hellena Sellam de Connection Immobilier pense que cela n’autorise pas les vendeurs à fantasmer sur les prix  sous peine de bloquer les ventes

La demande s'affaiblit et se fait plus exigeante.

On constate cet affaiblissement quasi général, mais plus particulièrement sur les 2-3 pièces avec une seule chambre, ce qui conduit à un tassement des prix sur cette catégorie de biens. Certains clients disent attendre une baisse des prix. Ils sont plus circonspects,  notamment sur les travaux, et se renseignent davantage sur l'historique des immeubles. Ils ont besoin d'être rassurés.

medium_immob-400.jpg

L'offre augmente légèrement.

On constate encore une légère augmentation de l'offre, ce qui fait qu'il est très rare maintenant que les produits soient surpayés.

La hausse des prix ralentit et les délais de transaction s'allongent.

Il résulte naturellement de ce qui vient d'être dit que la hausse des prix tend à marquer une pause et que les délais de transaction s'allongent notablement. Devant la sélectivité des acquéreurs, notamment lorsque les biens nécessitent d'importants travaux, on a pu même, à l'occasion, constater un tassement des prix.

C'est toujours la pénurie pour les appartements familiaux.

La rareté de l'offre est de mise dès qu'on dépasse 80m² car ces appartements dits familiaux ne changent pas facilement de main. Ils trouvent donc acquéreur sans problème à leur juste prix. Personne n'a cependant noté que le prix du m² de ceux-ci avait tendance à perdre son avance sur celui des appartements plus petits, et cela depuis déjà  longtemps.

La population est très diversifiée.

Le 14è a ses inconditionnels qui, même lorsqu'ils ont dû le quitter, s'empressent d'y revenir dès que possible pour y retrouver les commerces de proximité, la diversité et la convivialité qu'ils avaient connus. Mais ceux-ci sont souvent attachés à un quartier et, pour eux, il est très difficile de franchir certaines frontières, sauf prix très attractifs. Cela a tendance à émietter le marché. L'arrondissement  bénéficie du repli des habitants du 6è qui ne peuvent suivre la hausse des prix du centre de Paris. Il est un bon compromis pour les étrangers, particulièrement les anglo-saxons, qui y trouvent une situation centrale sans payer le prix du cœur de Paris. Aéré, vert, bien desservi de larges avenues plantées d'arbres, de commerces et de transports en commun, il accueille des familles, des fonctionnaires, des professions libérales, des cadres, des employés,des artistes...dans une grande diversité, mais avec cependant des secteurs bien différents et une tendance à un certain embourgeoisement.

La location se fait bien.

Les petits appartements se louent bien. De plus en plus d'étudiants et de jeunes actifs se tournent vers la colocation, source d'économies, et qui est aujourd'hui mieux acceptée par les propriétaires. Compter 500 à 600 € pour un studio alors qu'il faut 800 à 900€ pour un 2 pièces. Là encore, l'exigence s'est renforcée en matière de qualité, et les preneurs sont rebutés par les travaux. Le coût extrêmement élevé des loyers (de 20 à 25€, voire plus), ne semble pas un obstacle pour trouver preneur.

                   Jean-Michel Viney

10 janvier 2007

Garage et maintenance des tramways

Pour assurer un tramway toutes les 4 minutes sur le tronçon actuel de 7,9 km, il faut 21 tramways tous garés à la porte de Sèvres, le long du périphérique. Dans ce complexe, il y a le centre d’exploitation qui a déjà fait l’objet d’un récent article, le garage le long de voies découvertes et un ensemble de maintenance pouvant traiter jusqu’à quatre tramways en même temps, L’emploi de techniques très élaborées permet de traiter ces 21 trams ALSTOM avec une équipe « réduite » de quatorze ingénieurs et techniciens. D’une largeur de 2,65m et d’une longueur de 43,70m, chaque tram contient 300 voyageurs, dont 78 assis.

medium_DSCF0106.2.JPG

Le garage nécessite plus d’un kilomètre de voies, en fait sous la forme de voies parallèles avec deux sorties, l’une vers la Porte de Sèvres pour prendre le service et les autres vers le hangar de maintenance. Il y a aussi un dispositif de lavage à rouleaux comme pour les voitures. 600 litres sont nécessaires.

Pour la maintenance, il faut accéder dessous, à l’intérieur du tramway et en toiture où sont concentrées beaucoup d’éléments, ventilation, climatisation, caténaires, éclairages,;;;etc. Pour accéder dessous, deux possibilités en fosse, dans trois des cas ou

medium_DSCF0098.2.JPG

en élevant le tramway au moyen d’un pont élévateur de 45 m de long. Cette dernière technique est indispensable pour démonter les bogies (au nombre de quatre, une demi journée suffit pour les démonter tous.) ou accéder aux freins (de camion à tambour).

A.C.

17 décembre 2006

E.S.A.T.: Un anniversaire important dans le 14ème.

Rendez-vous à 18h dans la salle des fêtes de la Mairie du 14ème. Sur la scène, un décor poétique composé d’un magnifique pommier d’où pendent de jolis fruits verts entouré de massifs de vraies fleurs…et derrière sur un grand écran, se succèdent des photos réjouissantes où il est question de cuisine, de voyages, de fêtes.

Quel est donc cet événement qui rassemble à la fois une centaine de jeunes et des personnalités de la Ville de Paris: Monsieur Bouakkaz, adjoint de Bertrand Delanoë, chargé des personnes handicapées, Monsieur Castagnou, Maire du 14ème, Monsieur Wessels, Président de l’Entraide Universitaire et d’autres responsables… L’ambiance est très amicale, familiale, tous se connaissent…se tapent sur l’épaule, on n’entend que des rires ! Mais bien sûr !

C’est ce soir, 24 novembre 2006 qu’on fête le 20ème anniversaire de l’E.S. A.T. (Etablissement et Service d’Aide au Travail. Si l’on vous dit que c’est l’association d’où émane le C.A.T.C. Jean Moulin qui lui-même a donné naissance au Café Signes, tout s’explique !

medium_la_soiree_du_CATC_Jean_Moulin_jpg.jpg

photo André HEIMLER 

D’ailleurs, sur la scène, Martine Lejeau -Perry, la directrice, raconte le long cheminement pour parvenir à l’intégration de personnes sourdes avec des troubles associés dans le monde de la restauration. Quelle persévérance de toute l’équipe: il aura fallu 15 ans pour donner corps à ce merveilleux concept qui a fait des émules dans le monde entier. Bientôt, un Café-Signes… en Pologne ! Mais attention ! Voici un accordéoniste  accompagné d’un dessinateur : en quelques traits le Petit Prince est là, « Dessine-moi le foyer Jean Moulin », puis deux mains ouvertes entre lesquelles jaillit une petite flamme : belle introduction aux interventions de chacun ! Puis vient l’heure de se régaler autour d’un délicieux buffet. La soirée s’est prolongée dans une excellente ambiance avec de la musique et des numéros mimés et chantés.

Et les mots : innovation, intelligence, égalité, accessibilité …de résonner encore… Si vous êtes concernés par cette déficience, vous serez maintenant accueillis à la Mairie de Paris par une personne qui connaît le langage des Signes en français.

 Pour plus de renseignements : http://www.catcjeanmoulin.org

 B.Barthélemy 

15 décembre 2006

La Boutique de l’Artisanat Monastique

medium_imm001_2.jpgLorsqu’on longe l’avenue Denfert-Rochereau en direction de l’Observatoire et du jardin du Luxembourg, les vitrines et les lumières se font rares et le parcours devient austère à cette époque où les platanes sont sans feuille.

Mais je vous conseille d’entrer au 68bis à la Boutique de l’Artisanat Monastique, installée dans les caves du Monastère de la Visitation. Ici, l’ambiance est chaleureuse et s’alignent de manière très appétissante une multitude de confitures, miel, chocolats, caramels, biscuits…

medium_imm020_21.jpg

Après avoir traversé une salle où l’on trouve des cartes postales représentant des sujets religieux ou des motifs floraux et des papiers à reliure magnifiques, on descend vers le sous-sol. Les salles peintes en blanc mettent en valeur une très grande variété de produits artisanaux : de la lingerie, des nappes aux couleurs éclatantes, des pulls, écharpes, vêtements d’enfants, de jolis jouets (peluches, doudous…), des mobiles ravissants (papillons multicolores ou ruche d’abeilles) de la vaisselle aux styles et motifs très variés, des bijoux fantaisie, des objets de maroquinerie…

medium_imm005_6.2.jpg

Une grande pièce est réservée à l’art religieux : icônes, croix à suspendre… et en ce moment de préparation de Noël, les belles crèches !

Pourquoi aller faire vos achats à la Boutique de l’Artisanat Monastique ?

D’abord parce qu’on y propose des produits de très haute qualité, fabriqués par des moines et des moniales avec beaucoup de professionnalisme.

Mais surtout parce que cela permet aux religieux et religieuses de plus de 250 monastères, répartis dans toute la France, de vivre de leur travail.medium_imm010_11.jpg

« Prière et travail sont les fondements de la vie monastique depuis ses origines parce que ce sont les deux faces de la même réalité humaine et divine. Mais vers 1945-1950, les dons et les aides ayant en grande partie disparu, on s’aperçoit que les religieuses contemplatives mouraient presque de faim. En 1950, le Pape Pie XII leur prescrit un travail rémunéré. »

Dans la vie monastique, prières offices, lectures spirituelles rythment la journée, le travail apporte, alors, une diversité épanouissante. Il leur permet d’assurer les ressources indispensables pour se nourrir, se vêtir, se chauffer, payer les cotisations sociales…

L’Aide au Travail des Cloîtres a été créée afin d’aider au choix d’un travail rentable et compatible avec une vie de prière, d’assurer la formation des moines et moniales dans l’activité choisie et de participer à leur équipement professionnel (achat de machines…). Une filiale, SATC ou Artisanat Monastique, crée le trait d’union entre les monastères situés à l’écart des grandes villes et la clientèle potentielle qui se trouve dans ces centres urbains.

Ainsi en faisant vos achats dans ce magasin vous joindrez l’utile à l’agréable en aidant matériellement les religieux qui, eux, se dévouent entièrement à la prière pour le monde.

Monique Garrigue

68bis, av. Denfert Rochereau Tel 01 43 35 45 76    Mail :artisanat.monastique@tiscali.fr

lundi au vendredi de 12h à 18h30, samedi de 14h à 19h 

Plus d’information http://www.artisanat-monastique.com/

14 novembre 2006

Lumière d'automne

medium_lumiere_d_automne.jpg
Matin de novembre dans une rue du 14e

12 novembre 2006

Les petits Frères de Pauvres

Les petits Frères de Pauvres
 
L'association fête ses 60 ans… L'implantation RIVE GAUCHE de l'Association des PETITS FRERES DES PAUVRES recherche, sur les 5e, 6e, 7e, 13e, 14e et 15e arrondissements, des bénévoles habitant ces quartiers pour son action NOEL  auprès des personnes âgées isolées ou en situation de précarité.
A savoir :
- Des bénévoles pour visiter et porter des réveillons à domicile le 24 décembre chez les personnes qui ne peuvent plus sortir,
- Des bénévoles pour participer activement à un réveillon le 24 décembre ou à un déjeuner le 25 décembre ;
- Des bénévoles pour prendre la responsabilité de l'organisation d'un réveillon ou une partie si besoin ;
- Des bénévoles chauffeurs avec voitures pour ces temps forts.
Contact : les Petits Frères des Pauvres Paris-Sud (à partir du 25 novembre) au 01.45.48.34.46.

11 novembre 2006

le programme du mois de la photo

Le mois de la photo bat son plein, y compris et surtout dans le 14ème, arrondissement au riche passé artistique, où ont vécu de grands photographes, comme par exemple Eugène Atget, qui avait son atelier rue Campagne Première.

medium_atget1900.jpg

Photo Eugène Atget, vers 1900 

Le programme complet pour peut être téléchargé ici:

 http://www.mairie14.paris.fr/mairie14/download/Moisdelaph...

A.C.

08 novembre 2006

Au secours, les grenouilles reviennent...

Au secours, les grenouilles reviennent !
 
C'est un scoop : la Mairie de Paris encourage le repeuplement des mares de la cité, en grenouilles… Oui, mais existe-t-il encore des mares où ces gentilles bestioles peuvent coasser tout à loisir et devenir peut-être des bœufs ?

Et bien, le XIV° vient d'inaugurer une oasis spécialement aménagée à cet effet, et cela se passe dans la Z.A.C. Montsouris. Une mare pédagogique inaugurée dans le cadre d'un jardin partagé (30m2 de parcelles entretenues par 40 familles…)

Que celles et ceux qui habitent la banlieue ou la campagne ne rient pas. La reconquête de Lutèce par Dame Nature est en marche, et si un jour, vous apercevez une grenouille attendre au carrefour Alésia-Basch que le feu rouge passe au vert, ne vous précipitez pas chez l'ophtalmologiste, vous n'êtes pas atteint de visions surnaturelles. Il s'agira sans doute d'une grenouille S.D.F qui attend  que la chaussée lui soit favorable pour traverser ! Alors, soyez bienveillant à son égard, ramenez-là à son berceau d'origine : le Jardin de l'Aqueduc, non loin du parc Montsouris. Cela ne "coassera"pas trois pattes à un canard et vous aurez fait un beau geste pour sauver la planète !                                                                                                                                                                                                                              R.R

19 octobre 2006

Un lieu chaleureux le « Café-Signes »

33 avenue Jean Moulin.
Du lundi au vendredi vers 8h, le flot des voitures partant vers la banlieue se calme et l’avenue Jean Moulin prend des airs de province. Une salle claire égayée par des tableaux, s’ouvre largement sur la rue, c’est le Café-Signes. Les employés du service de propreté de la Ville de Paris y prennent un café après leur service matinal. Les jeunes gens du CAT Jean-Moulin traversent la rue, les écoliers partent en rang vers le stade voisin…le teinturier et le retoucheur de vêtements sont au travail. Les habitants voisins savent qu’après la solitude du week-end, ils vont pouvoir retrouver les familiers de ce lieu. Vers midi, les convives s’attablent petit à petit. Ils sont accueillis par de jeunes serveurs souriants et très attentifs : 3 d’entre eux sont sourds et grâce aux signes, le service se fait vite (des petits dépliants sont à notre disposition). La cuisine est très soignée et variée, et l’on se sent bien dans ce lieu chaleureux qui accueille des habitués et des gens de passage attirés par la convivialité du Café-Signes. Dans l’après-midi, jusqu’à 19h, on peut consulter Internet sur deux ordinateurs installés dans une petite salle confortable et prendre des consommations.
Une initiative très originale
La création du Café-Signes en 2003 est l’aboutissement d’une réflexion menée par la directrice, Madame Lejeau-Perry, et l’équipe d’encadrement du centre d’aide par le travail et la communication (CATC) situé au 40 avenue Jean Moulin. Ce CATC, soutenu par l’Entraide Universitaire accueille 45 adultes sourds avec des troubles associés. Plusieurs ateliers de conditionnement, repassage, mailing et affranchissement de courrier permettent une insertion professionnelle. Avec le Café-Signes c’est une activité insérée dans la vie de la cité qui est proposée à 6 sourds : 3 travaillent en cuisine et 3 assurent le service. Le chef cuisinier et, pour la salle et le bar, deux encadrants entendants, s’exprimant en langue des signes et formés à l’accompagnement des personnes fragilisées, assurent la coordination de l’ensemble. Toutes ces personnes sourdes ou entendantes ont choisi de travailler ici.
Et on peut dire qu’il règne au Café-Signes une ambiance très agréable ! Ici on apprend à regarder ses interlocuteurs grâce à cette langue qui s’exprime en gestes très imagés. Ce lieu attire les artistes, jusqu’au 20 octobre, Jean-François Beauquin expose ses œuvres : compositions de feuilles séchées peintes en bleus ou de rouges vifs… Du 2 au 12 novembre, il y aura une exposition photographique.

Monique Garrigue

11 octobre 2006

1000 faux permis dans le 14e?

On considère que 700.000 personnes en France roulent sans permis ou avec un faux permis. Le calcul vient du seul chiffre réel et connu: dans 2,2% des accidents, les conducteurs n'ont pas de vrai permis. Il y a en France 37 millions de permis, et 2,2% donnent les 700.000 permis absents ou faux.

Si on suppose que les faux permis sont répartis partout en France, on est amené à conclure que parmi les 100.000 habitants du 14e, environ 1000 rouleraient sans permis!

medium_permisx2.jpg

 Permis français et permis US

Les gens qui n'ont pas de permis ou un faux permis se répartissent en trois catégories, ceux qui ne l'ont jamais passé (permis trop cher et trop difficile), ceux qui l'ont perdu parcequ'ils n'ont plus de points et des ruraux qui ne font que des petits trajets. On propose d'aider financièrement les jeunes qui ont peu de moyens. C'est certainement insuffisant parceque le manque d'argent n'est pas la seule raison.

Christophe Naudin, chercheur en criminologie, considère qu'il existe en france 2,7 millions de faux permis, chiffre qui a fait beaucoup de bruit et chiffre impossible à vérifier. Le permis est une pièce d'identité facile à falsifier et pas très chère à acheter, y compris sur Internet. Il est le moyen le plus simple pour accéder, à une fausse identité et donc à toutes les escroqueries aux aides sociales.

Il est necessaire de rappeler que rouler sans permis veut dire rouler sans assurance, même si une assurance est contractée pour le véhicule. Les victimes ne sont pas indemnisées par les assureurs. Il existe heureusement, un fonds d'indemnisation de l'assurance, pour les victimes des conducteurs non assurés. La procédure est longue, difficile et les remboursements pas toujours satisfaisants.

Le Ministère de l'Intérieur  a annoncé un certain nombre de mesures et de pistes pour tenter d'enrayer cette grave dégradation de la situation, notamment des documents sous forme de carte plastique moins facile à falsifier ou à contrefaire et une durée limitée (10 ans) de validité du document, pas du permis lui même.

A.C. 

 

09 octobre 2006

associations du 14e, réunion du CICA

La dernière réunion du CICA (Comité d'initiative et de consultation d'arrondissement qui regroupe les associations agissant dans le 14e) s'est tenue à la mairie le 5 octobre dernier.

Au programme, "la votation citoyenne sur le droit de vote des étrangers" et les loisirs des jeunes. Disons le tout de suite, le CICA n'est pas tout à fait un grand moment de démocratie. On est plutôt là pour entendre tout le bien qu'il faut penser de l'action de la mairie, qui a tendance à monopoliser la parole.

Droit de vote des étrangers
La "votation citoyenne" a pour but d'organiser un vote des français, sur le droit ou non de vote des étrangers, notamment non issus de la Communauté Européenne. La ligue des droits de l'homme, et dans le quatorzième son association locale, assure le secrétariat de l'organisation des votes, qui doivent avoir lieu avant la fin de l'année. Une  "votation" avait eu lieu en 2005, avec une très faible participation, en raison d'un petit nombre de lieux de vote. La position de la mairie est très favorable au vote des étrangers. M. Castagnou a rappelé qu'il s'agissait des résidents etrangers, qui paient des impôts, et qu'il ne faut pas confondre citoyenneté et nationalité. Par exemple, nous sommes de nationalité française, mais citoyens européens. En France, les résidents étrangers ont "la citoyenneté sociale": ils votent aux élections prudhommales, syndicales.

"l'action sportive de proximité"
Les loisirs des jeunes, vus par la mairie, ce sont principalement les sports et la culture. Le grand thème actuel de la mairie de Paris, est "l'action sportive de proximité". Elle implique une politique d'équipements (restauration et construction), du personnel qualifié en nombre suffisant (les 3 centres d'animation du 14e -qui existaient sous l'ancienne municipalité- doivent avoir 5 permanents), une aide à partir en vacances (150€ pour 200 jeunes), le développement du partenariat avec les associations, des vacances sportives (payées en fonction  du quotient familial pour les plus âgés).

Des questions ont été posées sur les âges concernés, sur une offre jugée inégale en fonction de l'âge et sur une information du public estimée insuffisante.

un conservatoire et 3 bibliothèques
Pour la culture, le maître mot est "démocratiser la culture"; d'une part, il y le Conservatoire, qui "éclate dans ses murs" avec 1200 personnes par an, passées elles aussi au quotient familial (qui compense le manque à gagner? on éspère que ça ne se traduira pas par une augmentation du plein tarif).
Et d'autre part, le 14e est bien pourvu avec trois bibliothèques, disposant chacune d'un département enfant jeunesse. Des actions sont ciblées vers les jeunes, en accompagnement de manifestations, comme les portes ouvertes des atelers d'artistes.
Pour ce qui est du compte rendu, soyez patients, le dernier date du 16 juin 2005.

A.C. 

04 octobre 2006

Nouvelles de la paroisse Saint-Dominique.

Bon à savoir :

  • A compter du mardi 3 octobre 2006 une messe sera célébrée chaque jour à l'église St-Dominique du mardi au samedi inclus à 12 h 15.
  • A compter du dimanche 8 octobre 2006, à St-Dominique, la messe dominicale de 11 heures sera avancée à 10 h 30.
  • Dimanche 8 octobre : sortie de la paroisse St-Dominique à Notre-Dame de Montligeon, le sanctuaire dédié aux âmes du purgatoire, dans l’Orne.
 medium_Montligeon.jpg

Le programme :

8 h 00 départ devant l'église

10 h 30 : Messe au sanctuaire- Visite/conférence de la Basilique et découverte de l’œuvre de Montligeon qui a pour vocation la prière en faveur des âmes du Purgatoire.

12 h 30 : Pique-nique, tiré du sac.

14 h 30 : Départ pour la visite près d’Alençon, de Saint Generi le Gerei, un des plus beaux villages de France de peintres et de sculpteurs, doté d’un patrimoine remarquable avec les peintures murales de son église romane.- 

17 h 00 : Retour sur Paris.

 

Samedi 14 octobre : Dîner Paroissial à l'Espace Madeleine Delbrêl.

Samedi 14 et dimanche 15 octobre : Accueil des nouveaux paroissiens de St Dominique.

Samedi 21 octobre : 20 h 30, Espace Madeleine Delbrêl, Concert de musique Country des années 60,au profit du renouvellement des sièges de l’église, avec « The Blue Suede Boys ».

fr Bernard M. 

Guy Aurenche: Conférence à l'A.C.A.T

L'ACAT du 14e vous convie à une conférence de GUY AURENCHE

Avocat, président d'honneur de l'ACAT,

 "Agir pour les droits de l'Homme :
 Et si ça marchait ?"

 mardi 10 octobre 2006 à 20h30

 Centre paroissial Saint-Pierre de Montrouge
 9 passage Rimbaut 75014 Paris

 ACAT : Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture et des exécutions capitales

 

28 septembre 2006

Claire Dominique Laurent expose à Notre Dame du Travail

medium_herbe41FCLaurent.jpg
Exposition sous le parrainage de Art, Culture et Foi
 Inauguration dimanche 1er octobre, à 15h, église Notre Dame du travail
rue Guilleminot Paris 14e

27 septembre 2006

La Voix-ci…La Voix-là…Urgent


« Le malaise ado »

Jeudi 28 septembre 12h30 Le pédopsychiatre Marcel Rufo présente la maison des adolescents implantée dans le 14ème, boulevard Port -Royal, à côté de Cochin et répond aux questions du public autour du thème : «  Le malaise adolescent, le déceler, le comprendre, quelle aide apporter. » Bibliothéque Vandamme, 80 avenue du MaineSamedi

 

Bienvenue aux nouveaux habitants

30 septembre 11h à 15h30 Vous venez d’arriver dans le 14ème, la mairie d’arrondissement organise une journée d’accueil pour vous faciliter votre installation. Pour y participer, adressez ou déposez un courrier en indiquant votre nom, prénom, adresse et mail à la Mairie du 14ème, accueil des nouveaux habitants bureau 122, place Ferdinand Brunot 75675 Paris.

Logement social
Pour faire votre demande, si vous résidez dans le 14ème, adressez-vous à

Antenne de la direction du logement et de l’habitat, Mairie du 14ème bureau 305, place Ferdinand Brunot, de 8h30à 17h et le jeudi jusqu’à 19h30. Tel. 01 53 90 66 92. Vous trouverez dans le hall de la mairie un tract indiquant les documents nécessaires à fournir et les conditions d’attribution. N’hésitez pas à vous y prendre d’avance, les délais d’attente sont de 5 ans en moyenne !

M.G. 

10 juillet 2006

Bonnes vacances ...

 Chers lecteurs,

 Le temps des vacances est venu. Nous allons mettre nos activités en veilleuse pendant un certain temps et nous reprendrons toutes nos activités à la fin du mois d'août.  D'ici là, nous essaierons de maintenir un minimum de parutions.

Nous vous remercions de votre fidèlité et nous serions heureux de vous retrouver pour la rentrée, au début du mois de septembre. Alors, à bientôt, et à vous aussi, nous vous souhaitons de bonnes vacances.

La Rédaction