Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 octobre 2010

La rue de la Santé (I)

Jadis, ce fut un chemin de campagne qui menait de la porte Sainte-Geneviève, située sur l'enceinte de Philippe Auguste, vers Gentilly et Arcueil. Il doublait l'antique voie Saint Jacques - le « cardo maximus »- la route de Saint Jacques en direction d'Orléans.

C'est la route marchande des charbonniers. Dans le secteur, on exploite  des gisements de lignite. Les porteurs d'eau, les mégissiers, les tisserands, les tanneurs attirés par la Bièvre toute proche, parcourent cette voie. Cheminant vers le sud, celle-ci s'appuie sur le coteau de Montsouris, puis se prolonge vers Montrouge et Arcueil.

Marguerite_de_Provence.JPGC'est Marguerite de Provence (statue dans le Jardin du Luxembourg), la veuve de Louis IX (Saint Louis) qui donnera son nom à ce quartier. Sur le clos des Charbonniers, endroit où se situe aujourd'hui la Prison de la Santé, elle élève un premier hôpital. Elle possède plusieurs terres dans les environs et souhaite finir ses jours en cet endroit. A cette époque celui-ci, en pleine campagne bénéficiait d'un air pur, comparé aux miasmes du  Paris d'alors.

En 1566, les habitants du quartier Saint-Jacques revendiquent l'autonomie paroissiale, mais il leur faudra attendre le XVIIe siècle pour obtenir gain de cause. Au XVIe siècle, le quartier du Val-de-Grâce est sordide. Toujours plus nombreux sont les habitants et les artisans qui s'installent dans les alentours, près de la Bièvre devenue de plus en plus industrieuse.

Au XVIIe siècle, Paris croît rapidement. Les faubourgs grossissent dans un désordre urbain non maîtrisé. C'est alors que la mère de Louis XIV, Anne d'Autriche fait son entrée. Elle a l'habitude de venir visiter les Bénédictines à qui elle a offert sa propriété du Val-de-Grâce . Cette propriété jouxte le Sanitat de Saint-Marcel qui retient les pestiférés, les lépreux, les syphilitiques. En fait, il s'agirait du premier hôpital construit par Marguerite de Provence sur le clos des Charbonniers. Anne d'Autriche décide alors son fils de repousser plus loin, aux confins du faubourg Saint Jacques,

Johan Barthold Jongkind.JPG

Le Faubourg Saint Jacques au 19e, par Johan Barthold Jongkind

ce premier hôpital sur un terrain appartenant à la Commanderie de Saint-Jean de Latran, terrain dit de la Longue Avoine. Acquis en 1646, le terrain restera nu de toute construction en dépit des efforts d'Anne d'Autriche qui prévoyait d'y faire déplacer les malades du Val-de-Grâce et de l'Hôtel-Dieu et de les mettre sous la protection de Sainte Anne ...

Nous poursuivrons notre promenade  ultérieurement, lors d'une prochaine étape de découverte.

N.D.L.R. Documentation extraite du N° 39 de la Revue d'Histoire et  d'Archéologie du 14e.

Lire la suite de l'article

06 octobre 2010

La rue Messier

Cette rue est dédiée à la mémoire d'un astronome, Charles Messier ( 1730 - 1817), grand chasseur de comètes et auteur du « Catalogue des nébuleuses ». Cette rue est une des plus courtes du 14e, avec ses 71 mètres. Elle joint le boulevard Arago à la rue Jean-Dolent et offrait, jusqu'à ces dernières années, la particularité de n'avoir aucune ouverture sur sa voie. Car elle est bordée par la partie arrière de la propriété de la Faculté de Théologie Protestante et par la base de la prison de la Santé.

DSCF5431.JPG

Depuis, un immeuble moderne est venu faire l'angle de cette rue avec la rue Jean-Dolent. Mais surtout la prison a percé son mur sur la rue en y pratiquant une large porte. Ainsi, est devenue théoriquement possible une évasion par ce point  faible de la clôture, qu'imaginèrent jadis les romanciers Pierre Souvestre et Marcel Allain pour leur immortel Fantômas. Notons enfin que la rue ne possède toujours aucun numéro...

-NDLR -  Documentation extraite du numéro 39 de la S.H.A du 14e

29 septembre 2010

La Villa Mallebay

DSCF5466.JPGLa Villa Mallebay offre la pente douce

D'une plage, au sentier fugitif du regard.

Des pavés ébréchés, tels des galets rugueux

Flottent à la lisière d'un trottoir disloqué.


DSCF5465.JPGQuel étranger, ou quel architecte étourdi

A posé ici des maisonnettes bancales ,

Rochers imaginaires à l'assiette furtive

Face au strident ressac de vagues trop barbares ?


DSCF5464.JPGOn se plait à imaginer de lourds vaisseaux

Aux membrures rehaussées d'un très vieil ivoire

Echoués là, chargés d'épices de l'Orient,

D'exotiques bijoux, et d'étranges trésors.


DSCF5469.JPGMais non .Au fond de cette impasse, aucun galion

N'est entré en ce port asséché, où survit

Seulement une maigre toison d'herbes folles

Que secoue le balai échevelé du vent.


DSCF5471.JPGVilla Mallebay, un océan improbable

A  brisé le sautoir d'un rêve évanoui

Il aura replié ses draps imaginaires

Sur le sarcophage blafard des illusions.

R.R

27 septembre 2010

La rue Marguerin

Cette rue fait partie du lacis de petites voies ouvertes à la Belle Epoque dans le triangle de terrains vagues délimité par l'avenue d'Orléans (du Général Leclerc) et les rues d'Alésia et Sarrette et bâties de beaux immeubles de pierre de taille qu'un siècle entier a épargnés. Elle a reçu, à la veille de l'Exposition universelle de 1900, le nom d'un universitaire aujourd'hui bien oublié : Emile Marguerin ( 1820 - 1884 ), professeur de Littérature et d'Histoire à la Sorbonne.

DSCF5429.JPG

Courte comme toutes ses voisines ( moins de cent mètres), cette rue a néanmoins été habitée par deux personnalités marquantes qui par chance, ont chacune une plaque commémorative :

-         au N°3, Louis Pergaud ( 1882 -1915), écrivain de la génération fauchée par la Grande Guerre    (devant Verdun), prix Goncourt 1910 pour « de Goupil à Margot », auteur d'autres oeuvres consacrées à la vie animale, et aussi de « La Guerre des Boutons » , un des rares grands romans humoristiques français, qui fut porté à l'écran après la dernière guerre.

-         Au N° 9, Géo André, l'un de nos plus célèbres champions olympiques d'athlétisme en 1908 et 1924 et un exemple des plus hautes qualités morales. Né en 1889, il mourut lui aussi pour la France, mais au cours de la Seconde Guerre mondiale ( après avoir fait le Première), à la tête de sa compagnie devant Tunis en 1943.

NDLR. - Documentation extraite  du numéro 39 de la S.H.A.

24 septembre 2010

Fête des jardins les 25 et 26 septembre 2010

Les lavandes nous accueillent photo M Belin.JPGCette année, une vingtaine de communes et collectivités seront de la Fête et proposeront aux promeneurs d'élargir leur parcours pour découvrir des jardins de la métropole : Aubervilliers, Clichy-La-Garenne, Colombes, Conseil Général des Hauts-de-Seine, Grand Paris Seine Ouest, Levallois-Perret, Maisons-Alfort, Nogent-sur-Marne, Plaine Commune, Puteaux, Saint-Mandé et Sceaux.

Pendant tout le week-end, le programme sera riche et varié : visites et promenades guidées, conférences, présentation de l'abeille comme auxiliaire des jardiniers pour veiller à la biodiversité, démonstrations de bouturage et de greffe, art floral, dégustations, expositions, ateliers pour les enfants, spectacles, concerts, jeux...

Lire la suite

16 septembre 2010

Le Moulin de la Vierge

Le Moulin de la Vierge

Fut-il heureux le temps ancien où sur la plaine de Montrouge, sur le plateau de Vanves et jusqu'aux limes d'Issy-les-Moulineaux, tournaient les ailes des moulins ? Aux portes de Paris, qui s'arrêtait alors au mur des Fermiers Généraux, ces moulins furent très nombreux, une soixantaine,  peut-être plus dit-on.

Largement ouvert aux vents prometteurs et musclés venant de l'ouest, tout l'espace, compris entre la barrière du Maine ( niveau de la rue de la Gaîté aujourd'hui ), et les territoires de Vanves et de Montrouge, accueillait ces moulins dont on peut encore voir un spécimen dans l'enceinte du cimetière du Montparnasse. Malheureusement ce rescapé est orphelin de ses ailes ! Il reste le seul témoin d'une époque où le quartier de Plaisance était encore une garenne, une campagne...

Seul, le nom d'une rue  de ce quartier peut intriguer le passant attaché à faire revivre par l'imaginaire, les images jaunies et désuètes du passé. Il s'agit de « la rue du Moulin de la Vierge ». Quelle est l'histoire du lieu ? Nul ne le sait. Sans doute, placé sur une motte de terre, ce moulin avait la fierté du bon travailleur qui remplit sa tâche, en offrant aux Parisiens d'alors, la belle farine qui ferait le bon pain. Mais une question se pose quant à l'origine de son patronyme : pourquoi le moulin de la Vierge ? Perpétuait-il un souvenir ? Celui d'une jeune fille habitant ce terroir ancien ? A moins que ce ne fut l'évocation de la Vierge Marie, la mère de Jésus ? Nul ne le sait. Les témoins ont disparu. Seules quelques pierres enfouies sous les fondations et les caves des habitations alentour, pourraient nous dévoiler le secret. Une histoire que se racontaient les meuniers, à propos d'une belle meunière, ou simplement d'une jeune fille d'honnête vertu que chacun admirait pour sa tenue, son charme, sa gentillesse, sa beauté simple, sa fraîcheur encore toute enfantine.

Pur hazard ? Fantasme ? Chacun décidera selon son imagination. Mais quel est le magicien qui saura faire parler les vieilles pierres enfouies à jamais sous les pieds du passant ?

R.R

22 août 2010

la rue Campagne Première et son poète

Cette rue est remarquable par le souvenir qui s'attache au passage furtif d'un poète : Arthur Rimbaud.

Au coin de cette rue et du boulevard Raspail, existait une vieille maison de faubourg qui fut démolie en 1936, et remplacée par un vaste hangar, puis ensuite par un lycée professionnel et aujourd'hui par un lycée hôtelier. Cette vielle maison abritait encore en 1925, un bistrot où se tenait un petit cercle littéraire : le Caméléon, que la comtesse de Noailles fréquenta quelque temps.

A  l'adresse du  14 de la rue Campagne première, le jeune Rimbaud y vécut trois mois, de janvier à mars 1871. Derrièe ce lieu existait en outre une vaste remise pour fiacres et omnibus, seuls moyens de transport à cette époque. Et non loin de là, rue Delambre, était un grand marché aux fourrages, pour l'alimentation des très nombreux chevaux de trait. Max Jacob,  un autre poète, raconte qu'ici, les cochers faisaient la course avec leurs fiacres, à la manière des chars romains... Ce devait être assez spectaculaire !

Mais revenons à la présence ici, d'Arthur Rimbaud. Après avoir rencontré Verlaine le 10 septembre 1871, et après avoir changé plusieurs fois de logement, cela en dépit de l'assistance offerte par Charles Cros, Verlaine, Théodore de Banville, puis de la visite rendue à Victor Hugo ainsi qu'au photographe Etienne Carjat, Rimbaud emménagea en janvier 1872, au 14 de la rue Campagne Première, dans une misérable chambre partagée avec le dessinateur Forain. C'était une chambre sordide aux murs crasseux, avec une seule fenêtre « à tabatière ». C'est l'hiver, et Rimbaud se réfugie souvent au bistrot du rez-de-chaussée, fréquenté par les cochers dont nous avons déjà parlé...

On connaît la suite. Rimbaud, en fin d'année, retrouve Verlaine en mai 1873. C'est successivement Londres, puis Bruxelles en juillet 73. Avec Verlaine,  c'est le drame, le coup de revolver donné  à son « ami », la rupture définitive, et in fine, avec la poésie. Le 9 novembre 1891 il décédera à Marseille, à l'âge de 37 ans, après avoir été  pendant des années ,   le vagabond illuminé que l'on sait, parcourant l' Indonésie, Chypre, l'Arabie et l'Abyssinie, « homme aux semelles de vent, voyant inspiré ».

Souvenons-nous. La rue Campagne Première est un lieu où Rimbaud s'est posé un court instant, instant essentiel dans la vie orageuse d'un grand poète ayant flirté avec l'enfer !

R.R - Documentation extraite du N° 52/53 de la revue de la S.H.A du 14e.

14 août 2010

Le visage de nos rues,

Affairé par ses préoccupations ou le trafic anarchique de la circulation, le passant, le flâneur ont-ils encore le loisir de découvrir le vrai visage de nos rues ? Nos rues, n'est-ce pas l'âme de la ville qui se révèle à travers un autre univers  pressenti et toujours ressuscité, en dépit des mutations inévitables survenues au cours des siècles ?

Ainsi, les rues et les immeubles qui les bordent, les commerces et leurs vitrines, tout ce qui représente le décor urbain, cette scène d'un théâtre, où la ville révélant  ses coulisses, laisse filtrer parfois des trésors oubliés ou perdus, seraient-ils si anonymes, sans couleurs, sans atmosphère ?

Nos quartiers du 14è sont encore les survivants fragiles de lointains faubourgs. Ils portent témoignage de lieux-dits disparus aujourd'hui, ainsi : rue des Plantes, impasse du Rouet, rue du Moulin vert, passage de la Tour de Vanves, rue de la Tombe Issoire, la Voie verte ( rue du Père Corentin), rue du Moulin de la Vierge, la barrière d'Enfer...

Brimborions que tout cela ! Sans doute. Mais ce qu'on ne voit plus ou mal est toujours un trésor caché qui reste toujours à re...découvrir !

R.R

 

11 août 2010

La plus grande nécropole du monde

«  Au delà de ces bornes ils reposent en attendant la vie bienheureuse » est-il écrit en latin à l'entrée des catacombes de Paris, où se trouvent les restes de plus de 6 millions de Parisiens.

Il y a beaucoup de différence entre les Catacombes de Paris et de Rome. Ces dernières étaient selon l'expression de Jean-Paul II de « véritables lieux de repos communautaires, où tous les frères chrétiens, indépendamment de leur rang et de leur profession, reposaient dans l'attente de la résurrection».

Celles de Paris sont dues à la surexploitation des carrières de pierre et au surpeuplement des cimetières parisiens. Longues de 250 km, sous 9 arrondissements, à 35 m de profondeur, elles constituent un véritable labyrinthe. D'abord à ciel ouvert sous les Romains, les exploitations sont devenues souterraines. Pendant des siècles les carriers vont vider Paris de son sous-sol, en ne respectant aucune réglementation. Le premier accident grave s'est produit en 1774, rue d'Enfer, où 14 maisons sont englouties, selon le processus des cloches de Fontis : le plafond d'une galerie s'effondre, constituant une « cloche » » qui remonte par éboulements successifs comme une bulle qui atteint la surface. L'Inspection des Carrières est alors créée par le Roi et va réaliser un gigantesque travail. Elle cartographie tous les vides et consolide le sol sous les voies publiques.

En 1780, le Lieutenant Général de Police Lenoir propose d'y enfouir les ossements qui encombraient les cimetières de Paris, dans un but d'hygiène publique. On a commencé par le Cimetière des Innocents. C'était un véritable charnier. De longues files de chariots funéraires étaient vidées dans les anciens puits d'accès. On supprima d'autres cimetières. C'est ainsi qu'on ne sait pas où sont les dépouilles de La Fontaine, Molière, ou Robespierre, Marat et bien d'autres, sinon dans les catacombes.

Beaucoup de légendes sont attachées à ces lieux. Au 12ème siècle des malfrats s'installent sous le jardin du Luxembourg où se dressait l'hôtel de Vauvert. Pour la population, le diable habitait là, d'où l'expression du « diable vauvert ».

Des évènements dramatiques s'y déroulent aussi. En 1871, les violents combats de la Commune forcent les fédérés à se réfugier dans les catacombes où les Versaillais  pénétrèrent par la barrière d'Enfer. Ils furent tous tués sur place ou faits prisonniers. Plus tard, les Catacombes ont servi à la construction d'abris, ou de bunkers par les Allemands ou utilisés par la Résistance (Rol-Tanguy à Denfert-Rochereau).

Depuis les années 60, les Catacombes sont fréquentées par une population très diverse. Des fêtes illégales y sont organisées. Le nombre de « visiteurs » a diminué, en raison de la lutte entre l'Inspection des Carrières murant des entrées et les cataphiles en rouvrant à quelques mètres. Le quartier Daguerre reste une zone d'accès privilégié.

A C.

 

10 août 2010

Les Atlantes

medium_atalantes-page6.2.jpgLe passant distrait qui ne lève jamais la tête, ne pense pas un seul instant à la position inconfortable des deux Atlantes du 20bis de la rue d'Alésia. Ceux-là ne bronchent, ne faiblissent ni ne murmurent. Seuls, les habitants des étages leurs sont reconnaissants, car sans eux, ils ne retrouveraient peut-être pas leur logis. Mais écoutons les confidences de ces mystérieux Atlantes.

"Nos épaules sont lasses, nos muscles meurtris, nos vertèbres écrasées, nos os brisés et nos cervelles asphyxiées. Nous sommes des esclaves. Parfois, il nous vient à l'esprit de tout laisser tomber... mais que diraient les propriétaires ? Alors nous continuons silencieux à contenir notre souffrance au cœur de la pierre. Passants, n'entendez-vous pas nos cris? Soyez compatissants, faites-nous un petit sourire en passant."

Ce que je fis immédiatement, et ils m'en remercièrent par un clin d'œil !

R. R

28 juillet 2010

L'oasis d'une villa

 

 

Lieu minéral par excellence, la ville laisse survivre parfois, par oubli ou par simple générosité sans doute, des espaces  incertains, qui semblent appartenir à une époque effacée, à un autrefois qui continuerait de repousser avec une patiente obstination, le béton gris d'un urbanisme moderne, si désespérément affligé de médiocrité.

Ainsi, la Villa Deshayes. Ici, le vocable irradie une sorte de musique bucolique, quasi aérienne. Elle offre au flâneur le souvenir d'une mélodie surannée, si tant est que le promeneur égaré puisse se laisser apprivoiser par le silence et la grâce , jointes à une sérénité toute provinciale. De petits immeubles sans prétention, quelques villas, des jardinets pour marionnettes d'où s'échappent une glycine, quelques lilas, des touffes élancées de bambous, et tout au fond de l'impasse, un grand arbre - je crois qu'il s'agit d'un sapin nordique - confèrent à ce lieu l'atmosphère d'une thébaïde reculée, où seul un ermite inspiré offrirait le goût de la méditation au promeneur égaré ; celui-ci, soumis à l'éveil et à la floraison du silence, de son propre silence intérieur, poursuivrait son chemin, soudain illuminé par une joie intime, assistant ainsi à sa propre renaissance.

L'apaisement ressenti convie chacun, à espérer que le rêve ne s'effacera pas au contact de l'écho turbulent de la rue Didot, toute proche. A cet instant, vous retenez votre souffle. L'éternité n'est pas loin de vous submerger.

R.R

 

27 juillet 2010

Richard Wallace (1818 - 1890)

 

Le Fontainier de Paris

Chaque Parisien connaît les « Fontaine Wallace, ornant nos places et offrant au promeneur assoiffé la possibilité de se rafraîchir sans débourser un Euro !

Mais qui était R. Wallace ? D'origine anglaise, il était le fils naturel de Lord Seymour-Conway, marquis de Hetford. Son père, lui donne le goût des œuvres d'art, des faïences anciennes, des bibelots et des objets divers, allant du Moyen Age au XIXème siècle.

Richard parcourt ainsi l'Europe entière pour assouvir son goût de chineur averti et enrichit ainsi la collection Wallace. 1848 le voit de retour en Angleterre, puis le voici à Boulogne-sur-mer provisoirement, avant de rentrer à Paris.

Les événements de 1830, 1848, et surtout la guerre de 1870 lui firent comprendre que la collection Hetford et la sienne ne pouvaient être à l'abri qu'en Angleterre. C'est ainsi qu'il fit construire à Londres une demeure qui rassemble aujourd'hui la plus grande collection privée, la plus homogène en matière de mobilier et tableaux, allant du Moyen Age au XIXème siècle.

Mais les fontaines ? Pendant la guerre de 70, il est à Paris. Par pur souci de générosité, il ouvre plusieurs hôpitaux provisoires, pour les malades et les blessés de Sa Majesté Britannique. Il offre également des « bons de soupe et de nourriture » aux Parisiens affamés. Les journaux de l'époque l'appellent «  le bienfaiteur de Paris ».

Durant la période de guerre et de « la Commune », l'état d'hygiène des Parisiens était dans un extrême délabrement. De plus, l'alcoolisme régnait chez le petit peuple et jusqu'aux plus jeunes. Wallace prit conscience qu'il fallait faire quelque chose en déposant auprès de la Préfecture, une demande d'autorisation pour créer des fontaines d'eau potable, car à cette époque seule la confrérie des porteurs d'eau était habilitée à distribuer de l'eau à Paris.

Ainsi, la première fontaine fut inaugurée en septembre 1872. L'idée était d'en disposer deux dans chaque arrondissement de la Capitale. Le modèle fut créé par Charles Le Bourg, sculpteur. 50 fontaines purent être mises ainsi en service dès 1872. Aujourd'hui Paris en compte 88. A l'origine, un gobelet de fer étamé, retenu par une chaînette était immergé dans une vasque. En 1952, ce gobelet fut supprimé par mesure d'hygiène. Quant aux cariatides soutenant le dôme duquel coule un mince filet d'eau, elles symbolisent quatre vertus : la Simplicité, la Sobriété, la Bonté, la Charité... Tout un programme !

Maintenant, vous savez tout ou presque sur les fontaines Wallace, qui ornent si joliment nos avenues et nos places. Sachez que le 14e arrondissement en compte sept,  raison de plus pour les découvrir au fil du hasard  ou de vos flânerie urbaines. Bonne promenade !

R.R - ( Documentation extraite de la Revue d'Histoire du 14e . N° 52/53.)

 

 

26 juillet 2010

(XIX) les Voies de traverse

 

Villa Virginie, un lierre grimpe jusqu'au bout du ciel.

Alpiniste sans complexe,

Collé à la paroi lisse de l'immeuble,

La lente patience l'a récompensé.

Je le regarde, il domine du sixième étage

La Villa Virginie et  ses pavés descellés.

 

Ebouriffé de prestige, impérial d'orgueil,

Il contourne avec précaution et lenteur

Les paupières entr'ouvertes des fenêtres,

Accrochant ses griffes touffues

Sur les plis profonds de la pierre.

 

Tissant sa toile d'ombre et de géant

Guettant le souffle court du dormeur,

Il s'est élevé jusqu'au toit de l'étoile.

Le ciel médite sur le prédateur,

Araignée vive aux racines de mort.

 

La Villa Virginie est sa dernière demeure.

R.R

 

12 mai 2010

Quelques idées de promenades dans le 14ème

Jeudi 13 mai, de 8h à 18h  : Vide-greniers sur la place Maurice Noguès.

M° et T3 Porte de Vanves. Renseignements et réservation : 06 64 66 29 56. www.brocaparis.com

Samedi 15 mai, 10h30 : visite de la Maison du Fontainier

Les parcours conférence sur l'eau organisés par la société Eau de Paris et ses partenaires vous font découvrir la Maison du Fontainier. En visitant les sous-sols de l'un des principaux témoins de l'Aqueduc dit « de Marie de Médicis », pivot de l'alimentation en eau de la Ville de Paris entre le XVIIe et le XIXe siècle, découvrez, des Romains à nos jours, les grandes périodes de l'histoire de l'eau à Paris. Inscriptions au 01 42 24 54 02 ou par courriel pavillondeleau@eaudeparis.fr. Tarifs : 7 € / 5 € / gratuit pour les moins de 12 ans.

Samedi 15 mai, 14h30 à 22h  : Du côté du Moulin à café, sur le thème du commerce équitable

Rencontre toute la journée avec des producteurs de café du Chiapas, jeux, films, contes,  repas... de la musique et de la poésie (avec Kaledoïk Connexion et Jean Tadié), et bien sûr de la nourriture équitable.

Place de la Garenne. Pernety.

Dimanche 16 mai, 10h à 12h : Eki'mode,  tour du monde de la mode équitable, rue Daguerre

Défilé de mode avec les stylistes d'Ignacio Mejia (Mexique), de Kolam (Inde), et de Salamata Kiemtoré (Burkina Faso). Rue Daguerre.

10 mai 2010

(XVIII) Les voies de traverse

( XVIII) Les voies de traverse

Il est un passage ainsi nommé comme étant celui des Arts. Mais est-il encore un passage ? La direction n'est pas donnée. A l'évidence, le but ne sera jamais atteint. Car, qui dit passage, dit relation entre deux points : un départ, une arrivée. Ici, la vue est si restreinte, si  étroite, que le ciel se fait sentier, l'air et la lumière n'ont d'autre solution pour survivre et s'imposer, que de sauter par dessus les toits. A Paris, les toits ont toujours su sauver la lumière, car le ciel qu'ils reflètent, s'enflamme à la première averse de pluie. Mais le passage des Arts semble n'avoir jamais connu cette liberté d'aller et venir entre les reflets des nuages sur quelques flaques d'eau disposées là pour capter les sourires changeants du ciel.

Ainsi, le passage cultive son énigme personnelle, une sorte de mystère jalousement gardé. Et si d'aventure un artiste venait à passer ici, l'écho de ses pas ne lui renverrait peut-être que l'image d'un passé révolu ou celle d'une guinguette de faubourg. Quelques rapins en goguette croqueraient la servante enjouée ou la maîtresse des lieux, habiles toutes deux à vivifier l'esprit, les cœurs et les corps...

Heureux le temps où le faubourg cultivait la gaîté simple et bon enfant  pour quelques sous oubliés sur la table d'un cabaret enfumé. La saveur aigre-douce  d'une piquette acidulée faisait l'affaire.

Ainsi, le passage des Arts n'est pas prêt d'oublier les heures chaudes du Montparnasse tout proche, où dans la nuit de l'été , les couples dansaient dans un tourbillon d'étoiles enguirlandées de rires et de baisers volés. Le chahut prenait alors la couleur criarde de la liberté, la liberté de vivre à sa guise selon les couleurs du printemps et de l'automne réunies.

R.R

04 mai 2010

(XVI) Les Voies de traverse

Ouest-Ceinture était une petite gare

Où les vents d'ouest et d'ailleurs

S'arrêtaient quelques instants

Pour décharger sur les quais déserts

Leurs effluves d'algues et de varech.

Aujourd'hui, les vents d'ouest

Débarquent du TGV, à Montparnasse

En faisant du 300 à l'heure.

***

Délicieuse est la petite place Jules Hénaffe

Où souvent les joueurs de boule

Se rassemblent en congrès.

Certains afin de gagner un point de bonheur

Préfèrent rêvasser le long des réservoirs de la Vanne

A une rivière qui coulerait de la Lune.

***

Rue Maison Dieu ?

Mais où loge le céleste locataire de ce lieu ?

Aucun indice ne  permet de situer

Le domicile  du Créateur.

Sa maison ne s'inscrit pas dans la pesanteur du jour

Quelque part sans doute entre le néant et l'infini.

R.R

24 avril 2010

(XV) les Voies de traverse

Villa d'Alésia

Il y avait là         autrefois         un patronage

Où tous  les enfants du quartier

Savaient qu'ils y trouveraient

L'asile bienfaiteur d'un cœur chaleureux

Le bienveillant sourire de « l'abbé »

La paix réparatrice d'un lieu

Où l'autre était un frère

Et ce frère un autre toi-même.

***

A l'octroi de la Porte de Vanves

Le gabelou Rousseau

Hante encore les talus du chemin de fer de l'Ouest.

Quelques arbustes et herbes folles

Ignorant la luxuriance des forêts tropicales

Paradent dans les plis d'une maigreur d'ermite.

Ici        un chat peut prétendre faire la course

Avec un guépard imaginaire

Il sera toujours prisonnier de l'une de ces toiles

Que le maître a peinte avec le pinceau enflammé de l'imaginaire.

R.R

17 avril 2010

(XIV) les voies de traverse

Qui prétendra que le passage Tenaille

N'a d'autre fonction que de relier

L'Avenue du Maine à la rue Gassendi ?

L'atmosphère de solitude qui y circule

Incite le flâneur à penser

Que le trait d'union que ce passage propose,

Ne fait qu'accentuer la tristesse qui s'en dégage,

En dépit de la couverture légère de feuillages

Qu'apportent  les maigres tilleuls bien alignés en ce lieu.

Celui-ci n'offre pour tout partage que le désert de  sa nudité.

**

Ah ! la place Flora Tristan !

Un îlot     une île      un rocher

Un parfum de village oublié

Trois platanes et le tour est joué

Deux bistrots     une laverie

Et le peuple ici retrouve

La poésie du faubourg

Celle du jour qui se lève

Le poème unique d'un bonheur mélancolique

Quand à l'ouest      le soir       le soleil tire sa longue révérence.

R.R

20 mars 2010

(XIII) les Voies de traverse

Deux aqueducs aux tracés anciens

Forment deux traits parallèles au pied du pont du chemin de fer de Sceaux.

Ici, les rues de la Sibelle, de l'empereur Julien et Valentinien

Font résonner les musiques oubliées de l'Antiquité.

Ce quartier est tout neuf, austère, limpide, et la lumière y est reine.

Le passé lointain y survit encore par ses racines,

A la façon d'une ruine

Qui annoncerait la mémoire vivante d'une antique cité.

L'eau ne coule plus au sein de ces aqueducs délaissés

Car  le courant interrompu a scellé la mémoire têtue

Et rustique de quelques pierres solitaires et abandonnées.

**

Au pied de la gare Montparnasse, la rue du Commandant Mouchotte

Montre du doigt la place de Catalogne,

Cernée par le demi-cercle des immeubles de Ricardo Bofill.

Les parfums venus du Sud  se mêlent aux vents d'ouest

Que le remugle des TGV charrie à perdre haleine.

Au centre de la place, une fontaine, face contre ciel,

Capte les nuages et les fait s'enlacer avec langueur

Sur le filet tendu par les fées invisibles de la Tour Eiffel.

R.R

13 mars 2010

(XII) les voies de traverse

Le grand cimetière du sud, le long de la rue Froidevaux, laisse filer des     musiques anciennes, dont la mélodie sourde réveilles des  nostalgies enfouies.

Quand, venant du boulevard Raspail, je regagnais par le rue Emile Richard, le logis de mes parents, c'était toujours le soir, à la nuit venue, que la voix des morts, venant de l'au-delà du mur, rythmaient la cadence de mes pas.

Alors, seulement, je me sentais bien en vie...

***

La rue Daguerre est une ligne droite, légèrement creusée en son milieu. Au loin, on aperçoit l'avenue du Maine ,barrant le ciel d'un trait charbonneux..

Et l' on peut imaginer que prospéraient ici les pépinières, les jardins de      quelques maraîchers, installés là depuis que la campagne s'arrêtait devant le mur des Fermiers Généraux.

Aujourd'hui, une ancienne auberge ,la Bêlière possède son piano bar. On y rencontre des artistes, on y fait de la musique. La Bêlière a bien failli mourir. Sauvée ?

On trouve aussi, rue Daguerre, un marchand d'accordéons. Il les répare, et vous propose des cours de musique et de solfège.  Mais où sont les bals populaires d'antan ?

Aucune jardinière, aucune fleur au balcon, ne remplaceront les printemps d'autrefois, où chantait l'alouette des champs,  où des mains attentives forçaient le lilas, où la glycine ornait les portails, où le temps avait la couleur des aurores, lorsque la nuit  écrivait sa petite musique pour accompagner une chanson...

***

Rue de la Santé, c'est l'hôpital Saint Anne, cerné de murs et de cris étouffés. La souffrance se reconnaît ici  par les jardins semés de pavillon tristes, disséminés dans la nuit du silence. Le mal être et le délire sont parcourus par les brumes du soir et les cendres oubliées d'un antique mouroir.

R.R

25 février 2010

(XI) Les voies de traverse

Place Denfert-Rochereau, au beau milieu du pavé luisant

Rugit un lion, fort, beau et grand, fier, solennel et puissant .

Il a une manière unique d'ordonner, de commander sans appel

Au passant, l'impérative direction - privilège de son empire - :

- Si tu veux aller à la Porte d'Orléans

Regarde-moi bien dans les yeux, et si tes pieds un peu lourds,

Sont à ce point abîmés, n'hésite pas, grimpe à  l'instant

Dans un omnibus de la R.A.T.P ! Tu seras vite requinqué !

**

La gare du chemin de fer de Sceaux

Est ce lieu charmant et un peu désuet

Qui pourrait  être un jouet

Pour l'enfant espiègle et rieur

A qui ses parents offriraient, à la place du moderne R.E.R ,

Quelques wagons en bois, tirés par une locomotive à vapeur.

**

Grande est la perspective du boulevard Saint Jacques

Aux belles harmonies classiques

Qu'approuverait un lointain Le Nôtre.

Soudain, débouchant de ses flancs

Surgit, conquérant sur les rails luisants

Le métro aérien, dont l'élan

Retenu par de vigoureux piliers d'acier

Trace sur la vallée de la Bièvre

D'électriques éclairs ; il se sent pousser des ailes

Jusqu'à vouloir se faire la belle.

A la station Saint Jacques, une oiselle gentille

N'en éprouve aucune gêne,

Car la demoiselle, griffant le ciel du bout de ses plumes,

D'une danse véloce et légère,

Honore ainsi par sa voltige aérienne

La jeunesse éternelle du métropolitain,

Jeune homme âgé de plus de cent printemps...

Oui, cela est déjà fort lointain !

On dira plus tard que le métro et l'oiselle

S'étaient rencontrés pour fêter les noces du ciel,

De la plume et d'un chemin de fer aérien

Qui aura toujours le nez en l'air

Et la tête dans les étoiles !

R.R

24 février 2010

la rue Daguerre

rue daguerre 1a.jpg

La rue Daguerre est une ligne droite, légèrement affaissée en son milieu. Au  loin, on aperçoit l'avenue du Maine, barrant le ciel d'un trait charbonneux.

Et l' on peut imaginer que prospéraient ici les pépinières, les jardins de quelques maraîchers, installés là depuis que la campagne s'arrêtait devant le mur des Fermiers Généraux.

Aujourd'hui, une ancienne auberge, la Bêlière, possède son piano bar. On y rencontre des artistes, on y fait de la musique. La Bêlière a bien failli mourir. Sauvée ?

rue daguerre 1b.jpg

On trouve aussi, rue Daguerre, un marchand d'accordéons. Il les répare, et vous propose des cours de musique et de solfège.  Mais où sont les bals populaires d'antan ?

Aucune jardinière, aucune fleur au balcon, ne remplaceront les printemps d'autrefois, où chantait ici, l'alouette des champs,  où des mains attentives forçaient le lilas, où la glycine ornait les portails, où le temps avait la couleur des aurores, lorsque la nuit  écrivait sa petite musique pour accompagner une chanson...

R.R

30 janvier 2010

( X) les Voies de traverse

paris-avenue-rene-coty.JPG

Quelle généreuse République !

Une grande avenue pour un seul président... Ainsi, M. Coty fut de la sorte choisi. Il nous conduit sous une voûte de platanes, vers un grand parc bien vert, où toutes les souris trottent, trottent en prenant leurs quartiers d'hiver. Le Parc Montsouris ? Une île mystérieuse, où tous les oiseaux du monde font escale, où la campagne est à l'affût de Paris.

La rue du Saint Gothard doucement monte et puis descend comme un sentier de montagne. Ici, les pavés brillent comme des glaciers. La neige s'illumine d'étoiles de givre. Les nuages déplient leurs oriflammes. Et je vois sur le talus, le R.E.R. passer d'un air nonchalant, quand le soleil se glisse dans un lit de fleurs, au couchant.

Rue Saint Yves, il est une maisonnette qui offre ses pampres et ses vieilles tuiles au regard du flâneur montant la pente. Les volets sont fermés depuis longtemps et le crépis des murs est défraîchi. Autrefois, il y avait là un café, un marchand de bois et charbons, un bougnat. Aujourd'hui, il n'y a plus rien à emporter, ni vins, ni limonade, et tout le bois a brûlé. Jadis, la rue chantait un air d'hirondelle, et l'enfant distrait, regardait passer par dessus les toits, l'ombre que faisaient le merle moqueur et le moineau rieur.

R.R

13 janvier 2010

(IX) Les chemins de traverse

C'est une rue où les façades sont bien mises

Mais quelques vitrines sont un peu grises.

Voyez cet enfant qui joue dans la cour

Le temps ralentit et s'arrête rue Liancourt.

*

Oui, la tour de Vanves chante ses souvenirs

Inscrits sur de vieux pavés luisants.

Soeur Anne, ne vois-tu rien venir ?

Car en ce passage, seuls les murs sont vivants.

*

Il pleut Villa Virginie

Un jour où l'averse amie

Fait reluire la pavé luisant.

Flâneur je suis, et l'heure passant

Glane les gouttes de pluie

Où naît la mélancolie.

*

Il ne reste du château qu'une rue étroite,

Des visages gris et des façades trop droites.

Mais ce lieu était juste une folie, jardin

Et maison ne sont plus, qu'un rêve bien lointain.

R.R

 

08 janvier 2010

(VIII) les Chemins de traverse

La rue d'Enfer ne conduit pas aux Enfers

Seul le colonel Denfert-Rochereau a pu connaître l'enfer

Quant aux Catacombes, elles ouvrent leurs portes en fer

Aux vivants, curieux de visiter du décor      l'envers...

*

La rue de l'Ouest a toujours regardé vers le Ponant

Ici       le soleil couchant est moins brûlant

Que celui venu du Levant

Aussi      à Plaisance      les gens se couchent plus tard

Que les villageois de Ménilmontant.

*

On dit que les gens habitant la rue Hallé

Ont le teint moins clair

Que ceux résidant du côté de la Glacière.

C'est une opinion qui n'engage

Que celui qui ignore les brûlures de la glace

Ou les tourments sournois du désert.

*

Ici    l'étal rutilant du poissonnier

Abonde de maquereaux ensoleillés

L'air  y  transporte des fragrances maraîchères

Le poisson a l'œil frais

La salade est accorte et primesautière

On est au cœur de la rue Daguerre.

 

R.R

 

01 janvier 2010

Promenade dans le jardin Atlantique enneigé avec Marie Belin, décembre 2009

Marie Belin a fait très joli reportage photographique du le jardin Atlantique enneigé à la mi-décembre 2009, je vous invite à la suivre dans sa promenade, ses instantanés sont tout à la fois étonnants et malicieux...

voir l'album

30 décembre 2009

(VII) les Chemins de traverse

Point n'est besoin d'être artiste

Pour parcourir la rue des Artistes

Tous les doigts du ciel dessinent une image

Où chaque jour     des moutons noirs

Des moutons blancs      l'aile d'un oiseau

Un cheval gris   ou le nez de Cléopâtre

Naissent et meurent tout simplement       là-haut

Parmi les nuages

Entre les épaules du soleil

Et la chevelure de la lune.

*

Depuis qu'elles ont élu domicile au Parc Montsouris

Ce n'est pas gentil de se moquer des souris

Car chaque nuit      sous la lune blanche

Elles grignotent des reliefs de pique-nique

Que laissent les promeneurs distraits du dimanche.

*

L'avenue Reille est la mieux gardée de Paris

Car un ancien général veille tout près d'ici.

Une avenue sans soucis

Et c'est Paris qui nous sourit.

*

Au Parc Montsouris

Il fut indiqué pendant un certain temps

Sur la mire du méridien de Paris

Que ce fut Charlemagne qui inaugura ladite mire.

Mensonge ! Cela fut le fait de redoutables farceurs

Iconoclaste incultes et blagueurs

Car c'est sous le règne de Napoléon

Que le nom même de l'Empereur

Y fut gravé pour de bon.

 

R.R

 

15 décembre 2009

(VI) les Chemins de traverse

 

Au temps jadis   elle fut appelée « La rue du pot au lait ».

Aujourd'hui, un certain « Friant », général de son état,

Lui a prêté son nom.

Depuis longtemps le lait a été bu

Et les vaches ne remontent plus la rue

Car elles ont quitté la ferme et les prés qui l'entouraient..

***

Je ne sais si le jardin partagé de la rue de Coulmiers

Fleurira le ciel de roses et de lilas

Mais je sais que la salade et la fraise se portent bien

Et sont ici à leur aise.

Il faut cultiver son jardin avec son cœur

Et en amoureux.

***

Point n'est besoin d'avoir lu les Lettres de mon moulin

Pour parcourir la rue Alphonse Daudet.

Les chèvres n'y broutent plus.

Seule la Bouquinerie Alésia a le nez dehors

Et les livres invendus n'ont pas fini de se plaindre,

Triste sort offert à la littérature toute entière

Dont on entend parfois sous quelque porche complice

La plainte et les pleurs infinis.

 

***

La rue Sarrette est fort longue

Et de beaux tilleuls argentés       fort bien plantée.

Fatigués de notre promenade nous pouvons aller nous asseoir

Sur un banc tout près de là

Et vérifier que le géant Isoré garde le carrefour

Où la rue d'Alésia flirte avec la rue de la Tombe Issoire.


R.R

 

12 décembre 2009

(V) les Chemins de traverse

La Villa Brune est un chemin sans issue où fleurit l'ombre

Où chantent la sérénité et le grave silence de l'éternité.

C'est peut-être là qu'aboutissent et s'évanouissent

Les lentes caravanes des illusions perdues.

***

Les pierres de l'hôpital Notre Dame de Bon Secours

Ont gardé la mémoire de l'abbé Carton.

Elles portent les stigmates de la charité

De l'amour du prochain laissés ici en héritage.

L'abbé se promène-t-il encore

Sous les marronniers du jardin

Où longe-t-il les trottoirs de la rue

Qui accompagne son nom ? Qui sait ?

La solitude... la maladie... la souffrance... l'espoir

Est-ce là le vertige de la condition humaine ?

Ont-ils jamais reconnu en l'abbé

Un apôtre de l'Amour      celui qui guérit..

***

Fuyant la porte de Châtillon vers Malakoff

Les vents d'ouest convient parfois

Les bruines  accourues de Bretagne

Et plus souvent du périphérique    la pollution.

***

C'était il y a bien longtemps

Lorsque Paris était à la campagne

Le chemin des Plantes

Voyait le long de ses berges

Passer des charrettes chargées de foin et de blé.

Aujourd'hui la rue a gardé en souvenir de son passé

La légère courbe bucolique d'un sentier

Qui semble encore bordé d'églantines et de lilas.

Sous les trilles du vent les peupliers frissonnent.

R.R

 

28 novembre 2009

(IV) les Chemins de traverse


Chaque dimanche, sur l'avenue Ernest Reyer, des pigeons énamourés roucoulent.

Au premier coup de vent, ils se dispersent dans un froufrou d'étoffe mêlée.

***

Ah ! que de rosiers, que de lilas

Ont jadis ici et là

Parfumé l'étroite rue de Châtillon

Où l'on croit parfois apercevoir voleter en cet endroit

De légers et imprévisibles papillons

Qui n'ont d'autre ambition  que de fleurir de leurs ailes arc-en-ciel

La nostalgie des jours de pluie

Ou la mélancolie des soirées sans soleil.

***

Flâneur du soir, entendez-vous encore, rue auguste  Caïn

Le long du chemin de fer ceinture,

Le souffle de vieilles locomotives qui, cahin-caha

Tiraient des wagons, chargés d'âmes ou de marchandises.

Nos grands-pères les ont connues

Mais aujourd'hui, en ce nid oublié où la verdure se déploie,

La pluie s'écoule en tombant dru

Sur les traverses de bois nu, qui n'en finissent pas de mourir,

Nous offrant en catimini la petite musique de leur ultime chagrin.

 

R.R